Navigation – Plan du site

L’externalisation de la fonction comptable à l’épreuve de la théorie du signal

Guillaume Chanson et Véronique Rouges

Résumés

Malgré les dispositifs légaux, il demeure une asymétrie d’information quant à la qualité des états financiers obligatoires. L’externalisation de la fonction comptable peut jouer un rôle de signal, en limitant les possibilités de gestion des données comptables.

Nous construisons un cadre théorique s’appuyant sur la théorie du signal afin d’expliquer l’externalisation de la fonction comptable. Nous le testons sur un échantillon de 123 entreprises. Trois hypothèses sont corroborées : les entreprises cotées et fortement endettées réalisent plus souvent leur comptabilité en externe à l’inverse des entreprises ayant recours au co-commissariat.

Haut de page

Texte intégral

1En juin 2002, la Security and Exchange Commission a exigé des dirigeants et des directeurs financiers des 947 plus grandes entreprises américaines d’attester, sous serment, de l’exactitude de leurs résultats publiés. Une telle décision, prise dans la tourmente des scandales financiers (Enron et Worldcom), montre que la certification par des auditeurs externes ne suffisait plus à assurer la confiance dans les comptes publiés et dans les sociétés elles-mêmes.

  • 1 Sous les termes d’apporteurs de fonds, nous regroupons les apporteurs de capitaux (actionnaires ou (...)

2Or, les entreprises ont besoin de convaincre les apporteurs de fonds (actionnaires, prêteurs)1 de mettre des capitaux à leur disposition. Dans un contexte d’asymétrie d’information (Akerlof, 1970), la confiance des apporteurs de fonds ne peut être supposée d’emblée. La tenue d’une comptabilité constitue l’un des principaux moyens de limiter cette asymétrie d’information. Elle est aujourd’hui obligatoire, en France, pour les sociétés.

3Mais la comptabilité de l’entreprise étant produite par elle-même, la tentation peut être forte pour les dirigeants de présenter des comptes qui servent leurs intérêts au détriment des apporteurs de fonds ou de toute autre partie prenante. Cette tentation peut s’exprimer à travers toute forme d’action qui entacherait la fidélité de l’image comptable, que ce soit sous la forme de fraude comptable ou de gestion des données comptables. Cette dernière correspond à « l’exploitation de la discrétion laissée aux dirigeants en matière de choix comptables ou de structuration des opérations » (Stolowy et Breton, 2003, p. 132). Elle recouvre des pratiques diverses comme « [la] gestion des résultats (earnings management), [le] lissage des résultats (income smoothing), [le] nettoyage des comptes (big bath accounting), [l’]habillage des comptes (window dressing) et la comptabilité créative (creative accounting) » (Stolowy et Breton, 2003, p. 126). La comptabilité créative a vocation à modifier le niveau du résultat ou la présentation des états financiers, mais la créativité peut aussi s’exercer pour traduire de nouveaux mécanismes juridiques ou financiers non couverts par les textes comptables (Stolowy, 2000).

4Afin d’éviter cette tentation, la comptabilité est, pour les entreprises dépassant certains seuils, certifiée par un (ou plusieurs) commissaire(s) aux comptes qui certifie(nt) que les comptes produits sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de l’entreprise.

  • 2 Les experts-comptables (profession réglementée) bénéficient d'une prérogative d'exercice (art. 20 d (...)

5Un autre moyen de limiter cette tentation repose sur le mode d’organisation de la fonction comptable. L’externalisation consiste à « confier une activité à un prestataire extérieur après l’avoir réalisée en interne » (Barthélémy, 2004, p. 9). Concernant la fonction comptable, il est fréquent que des artisans fassent appel à un expert-comptable pour la tenue de compte. Il est d’usage de parler d’externalisation plutôt pour les grosses PME ou les grandes entreprises, qui ont un service comptable et qui décident de ne plus faire leur comptabilité en s’adressant à un cabinet comptable. On distingue deux formes d’externalisation de la fonction comptable. La première, externalisation très partielle, concerne uniquement la saisie comptable, sous-traitée auprès de prestataires qui ne sont pas nécessairement des experts-comptables2. L’externalisation des comptabilités clients ou fournisseurs entre dans cette catégorie. La seconde, l’externalisation de la tenue de comptabilité, est assurée par un expert-comptable (ou une association de gestion et de comptabilité). Il s’agit d’une mission complète de tenue de comptabilité, qui va de la saisie jusqu’à la révision. Les professionnels interrogés distinguent ce type de mission de la mission de révision seule qui ne concerne que les vérifications et l’établissement du bilan.

6Dans cet article, nous considérerons l’externalisation de la fonction comptable comme le transfert de la tenue des comptes réalisée par des salariés, liés au dirigeant par un contrat de subordination, à des salariés d’un prestataire externe, lié à l’entreprise par un contrat commercial.

7Cette étude exploratoire cherchera à évaluer les apports de la théorie du signal dans l’explication de l’externalisation de la fonction comptable.

8Pour ce faire, nous présenterons, dans un premier temps, les explications traditionnelles de l’externalisation en général et de la fonction comptable en particulier, puis nous construirons un cadre théorique original adapté à cette fonction et reposant sur la théorie du signal. Les hypothèses proposées seront ensuite testées sur un échantillon de 123 entreprises françaises.

1. Revue de littérature

1.1. L’externalisation de la fonction comptable

  • 3 En l’absence d’instrument de mesure public, nous ne pouvons qu’esquisser quelques tendances. Si l’o (...)

9Devant l'ampleur du mouvement d’externalisation au cours des quinze dernières années3, de nombreux chercheurs ont proposé une analyse du phénomène. Il existe aujourd'hui un courant de recherche relativement structuré autour d'un cadre théorique empruntant à la théorie des coûts de transaction et à l'approche ressources (Quélin, 2003). La première met l’accent sur les attributs de la transaction et notamment sur la spécificité des actifs investis et le niveau d’incertitude. Les résultats des études empiriques (portant sur différentes fonctions de l'entreprise) confirment assez bien les propositions de la théorie des coûts de transaction (David et Han, 2004 ; Pisano, 1990 ; Poppo et Zenger, 1998). La seconde met l'accent sur les « core competencies » (Hamel et Prahalad, 1990 ; Quinn et Hilmer, 1994).

10Ces deux cadres d’analyse ont été à maintes reprises utilisés pour expliquer les pratiques d’externalisation de différentes fonctions, et plus particulièrement les fonctions informatique, productive et commerciale. L’externalisation de la fonction comptable a été, quant à elle, très peu étudiée (Everaert et al., 2010).

11Concernant ses déterminants, la recherche de Tondeur et la Villarmois (2003), qui ont documenté le phénomène, est pionnière. Grâce à une approche reposant sur les théories de la contingence, ils ont mis en évidence l’influence de l’environnement (déferlement des ERP, crise de la fonction comptable, mode des stratégies de recentrage) sur la centralisation croissante de la fonction comptable. Cette centralisation, ou encore mutualisation, se traduit par deux phénomènes récents pour la fonction comptable : l’externalisation et les centres de services partagés. Ils ont alors eu recours (comme Huynh et Tondeur en 2011) à la théorie des coûts de transaction, théorie traditionnelle de l’externalisation, pour expliquer le recours à l’une ou l’autre de ces deux formes.

12Il est légitime d’appréhender l’externalisation de la fonction comptable à travers une approche « economizing » (Williamson, 1991). Ainsi, l’accord passé par British Petroleum avec Accenture au début des années quatre-vingt-dix s’inscrit clairement dans un objectif de réduction des coûts (O’Connor, 2003).

13Pour autant, la fonction comptable est singulière et ce sont « les spécificités de la fonction comptable [qui] déterminent son mode d'organisation » (Tondeur et la Villarmois, 2003, p. 41). Elle a déjà été caractérisée comme une fonction de soutien relativement standardisée peu mise sous tension (Tondeur et la Villarmois, 2003). Nous souhaiterions mettre l’accent sur une spécificité qui rend la fonction comptable unique parmi toutes les fonctions au sein d’une entreprise : elle présente la particularité de produire des informations permettant aux apporteurs de fonds de contrôler l'entreprise. Au-delà du coût et des compétences de la fonction comptable, cet enjeu informationnel va naturellement peser dans les décisions d’externalisation des dirigeants.

14Selon un sondage Accenture (Duganier, 2005, p. 40), plus de la moitié des dirigeants ayant externalisé une des fonctions comptables et financières considère que cela « améliore la transparence de l’information et du processus » et « accroît la visibilité des contrôles ». Ceci nous amène à considérer que l’externalisation peut être interprétée comme un signal de la qualité des informations comptables.

15C’est pour tenir compte de cette spécificité, la production d’informations sur lesquelles s’appuie la gouvernance, que nous proposons de recourir à la théorie du signal.

1.2. La théorie du signal

16La théorie du signal se place dans un contexte d’asymétrie d’information sur un marché. Les biens ou services proposés par les offreurs sont hétérogènes. Ces derniers connaissent la qualité de ce qu’ils proposent, à la différence des acheteurs. Cette situation est très bien illustrée par le célèbre exemple des voitures d’occasion, où l’acheteur aura de grandes difficultés à distinguer une bonne occasion d’un « lemon » (Akerlof, 1970). Dans ce contexte, la concurrence incite les offreurs qui proposent un produit de qualité à en informer les acheteurs. Ils espèrent, à travers ce signal, pouvoir obtenir le prix correspondant à la qualité de leur offre.

17Cette notion de signal est peu précisément définie au sein de cette théorie. Nous nous appuierons sur Kelly (1991, p. 190) pour définir un signal comme une action (ou une caractéristique manipulable) qu’une entreprise peut entreprendre et qui communique sincèrement aux autres une information privée sur elle-même afin de la distinguer. À travers le signal, ceux qui détiennent de l’information la transfère à ceux qui en ont moins (Spence, 2002). À partir du travail de Spence (1973), on considère qu’un signal doit être plus coûteux (pas nécessairement en termes monétaires) ou plus difficile à émettre pour une « mauvaise » entreprise que pour une « bonne ».

18Par la suite, la théorie du signal a été appliquée en finance au marché du capital. Pour assurer leur financement, les entreprises ont besoin de convaincre les apporteurs de fonds alors même que ces derniers manquent d’information sur la situation exacte de l’entreprise et sur la façon dont seront utilisés leurs capitaux.

19Cette recherche propose de considérer l’externalisation de la fonction comptable comme un signal adressé aux apporteurs de fonds. À côté des autres raisons (coûts, compétences…), nous considérons que le choix de faire réaliser sa fonction comptable limite la possibilité de fraude ou de gestion des données comptables.

  • 4 Source : contrat d’assurance des experts-comptables de l’assureur Covéa, souscrit par une majorité (...)

20En effet, cette gestion est plus facile lorsque la comptabilité est réalisée par des salariés soumis à l’autorité hiérarchique du dirigeant que lorsqu’elle est tenue par un prestataire externe. Outre l’absence de lien hiérarchique, ces comptables externes travaillent auprès de différents clients et peuvent plus facilement refuser les pratiques douteuses qui leur seraient demandées. Ils disposent souvent d’une expertise et de procédures qui leur permettent de justifier des refus opposés. Les experts-comptables comme les associations de gestion et de comptabilité doivent respecter la devise de l’Ordre « Science, conscience, indépendance ». Le code de déontologie de la profession leur fait l’obligation de « dénoncer le contrat qui les lie à leur client ou adhérent dès la survenance d’un événement susceptible de les placer dans une situation de conflit d’intérêts ou de porter atteinte à leur indépendance. » (art. 17 du décret 2007-1387). En outre, les experts-comptables ont l’obligation d’être assurés en responsabilité civile (art. 17 de l’ordonnance 45-2138), mais ils en perdent le bénéfice en cas « d’opérations qui [leur] sont interdites par les textes légaux et réglementaires »4, ce qui constitue un risque financier élevé pour les individus. Les cabinets et réseaux supportent, en outre, le risque de voir leur réputation ternie.

21Dans cette logique, l’externalisation de la fonction comptable peut être interprétée comme un signal de la volonté du dirigeant de ne pas manipuler les comptes qui servent, notamment, à surveiller ses agissements. En accroissant les différents contrôles auxquels ses comptes sont soumis, cette décision limite ses capacités ultérieures de manœuvres opportunistes. Ce renoncement volontaire est plus coûteux pour les entreprises qui pratiquent la gestion des données comptables. Il s’agit donc d’une action menée par une entreprise qui communique sincèrement de l’information privée sur elle-même et qui lui permet de se distinguer : c’est donc un signal à destination des apporteurs de fonds actuels et potentiels.

22En l’absence d’obligation légale de communiquer sur l’externalisation, différents moyens permettent à ces derniers de prendre connaissance de celle-ci : assemblée générale des actionnaires, rapport annuel, roadshow, conference call, communication financière… Par exemple, Bricorama précise dans son rapport annuel 2009 (p. 70) : « La consolidation du groupe aux normes IAS/IFRS est gérée sur le logiciel Magnitude de l’éditeur Cartesis et externalisée auprès du cabinet Price Waterhouse Coopers. » Par ailleurs, différents praticiens nous ont confirmé (dont le président du Conseil Régional de l’Ordre des Experts-comptables Picardie Ardennes) que les experts-comptables accompagnent fréquemment un client pour une demande de prêt conséquent (pour des montants supérieurs à 100 000 €). Cette présence informe, si besoin était, le banquier de l'externalisation de la fonction comptable.

23Enfin, la nature de signal de l’externalisation de la fonction comptable trouve sa concrétisation la plus manifeste dans l’attestation de l’expert-comptable qui accompagne les états financiers produits et dans le dispositif de signature électronique de l’expert-comptable actuellement mis en place par l’Ordre. À travers une clé cryptographique, Signexpert a pour vocation de garantir que les comptes transmis à des tiers sont bien ceux émis par le cabinet d’expert-comptable.

24Nous considérons que l’externalisation de la fonction comptable est un signal coûteux. Présentant une analyse basée sur les coûts de transaction, Barthélémy (2003, p. 93) met en évidence deux "coûts cachés de l'externalisation" que sont, d'une part, les coûts pour rechercher un prestataire et contractualiser avec lui et, d'autre part, les coûts pour gérer le prestataire. Il montre sur un exemple d'externalisation logistique que ces deux coûts (correspondant à 20 % du montant du contrat de trois ans) suffisent à rendre l'externalisation plus coûteuse que le maintien de la fonction en interne. À cela, on peut ajouter que toutes les entreprises externalisant doivent supporter des coûts de transition, nécessaires pour faire passer une transaction d'une structure de gouvernance à une autre (Chanson, 2008). Parmi ceux-ci, on peut citer les coûts d’abandon de la fonction (coût de licenciement ou de reconversion…) et de mise en place de nouveaux processus (interfaçage informatique, formations…). 

25Une entreprise soucieuse de signaler de bonnes pratiques comptables pourrait souhaiter utiliser tous les signaux à sa disposition. Mais face aux coûts (financiers ou non), l’entreprise peut être amenée à arbitrer entre signaux, ce qui conduit à des effets de substitution entre signaux (Gelb, 2000). Nous postulerons donc que les entreprises qui ont déjà investi dans un signal coûteux, par effet de substitution entre signaux, externaliseront moins leur fonction comptable. C’est ainsi que nous construirons nos deux premières hypothèses.

1.3. Hypothèses

26D'autres mécanismes pour signaler la qualité des informations comptables concernent le commissariat aux comptes. La plupart des entreprises françaises sont tenues de nommer au moins un commissaire aux comptes et certaines au moins deux. Le seul fait d’avoir un commissaire aux comptes ne constitue pas véritablement un signal lorsqu’il s’agit d’une obligation légale, mais plutôt un indice au sens de Spence (2002). En revanche, par ses choix en matière de nomination, une entreprise pourra signaler la qualité des informations produites.

27Tout d’abord, le choix de l’entreprise peut se porter sur un commissaire aux comptes appartenant à un grand cabinet jouissant d’un certain prestige. C’est le cas des grands cabinets internationaux comme les « Big 4 » ou de certains grands cabinets nationaux.

28En effet, la qualité de l’audit légal repose sur la capacité perçue des commissaires aux comptes à détecter les infractions et à les signaler (DeAngelo, 1981). Elle découle donc de compétences techniques et de l’indépendance des commissaires aux comptes vis-à-vis de leurs clients (Citron et Taffler, 1992). Or, ces compétences et cette indépendance ont plus de chance d’être réunies lorsque les commissaires aux comptes appartiennent à de grands cabinets. D’une part, un grand cabinet devrait être plus à même de fournir des auditeurs spécialisés dans les domaines d’activité de ses clients ainsi que des moyens conséquents. Bennecib (2002) considère la taille du cabinet comme une variable explicative de sa « compétence relative ». Cela l’amène à considérer que la confiance des tiers envers le rapport des commissaires aux comptes dépend de la taille du cabinet d’audit. D’autre part, l’indépendance d’un commissaire aux comptes dépend de sa capacité à résister aux pressions de ses clients (Goldman et Barlev, 1974), ce qu’un grand cabinet semble mieux à même de faire. Un grand cabinet aurait aussi plus à perdre à ne pas révéler une infraction (DeAngelo, 1981). On peut donc supposer qu’un commissaire aux comptes appartenant à un grand cabinet se montrera plus diligent et plus intransigeant dans ses contrôles.

29Le choix d’un grand cabinet devrait alors limiter significativement les possibilités de gestion des résultats comptables (Mard, 2004). Le choix d’un « Big 4 » pour signaler la crédibilité des états financiers a été mis en évidence dans le cas des jeunes entreprises françaises (Azibi et al., 2010). Du fait du coût financier d’un tel signal, l’entreprise devrait être moins encline à proposer d’autres signaux de qualité des informations comptables produites. Cela nous amène à formuler l’hypothèse suivante.

H1 : Lorsqu’une entreprise recourt à un grand cabinet de commissaires aux comptes, la fonction comptable est moins souvent réalisée en externe.

30Si la loi impose un nombre minimum de commissaires aux comptes, elle ne fixe pas de limite maximale et les entreprises peuvent choisir d’en nommer plus. Lorsque le contrôle légal des comptes est assuré par plus d’un commissaire aux comptes, on parle de co-commissariat. Celui-ci constitue une spécificité française, ce qui explique le peu de travaux non francophones sur cette pratique. L’obligation de nommer au minimum deux commissaires aux comptes étant faite, notamment, aux établissements de crédit (art. L511-38 du Code monétaire et financier) et aux entreprises établissant des comptes consolidés (art. L823-2 du Code de commerce), des entreprises particulièrement complexes et pour lesquelles la protection des tiers doit être renforcée, cela laisse penser que le législateur suppose une plus grande efficacité du co-commissariat par rapport au commissariat simple.

31Un contrôle assuré par deux cabinets serait plus efficace qu’un contrôle assuré par un seul cabinet si les deux cabinets sont indépendants entre eux (Bennecib, 2002). Cela rend d’autant plus difficiles les éventuelles ententes entre l’entreprise auditée et l’un des commissaires aux comptes. De plus, si les diligences sont correctement réparties, chaque commissaire aux comptes devrait travailler sur les aspects pour lesquels il est le plus compétent. La NEP-100 prévoit la concertation et la répartition des travaux entre les co-commissaires ainsi qu'une revue par chaque commissaire des travaux mis en œuvre par les co-commissaires. Le co-commissariat implique donc des travaux supplémentaires par rapport au commissariat simple, notamment de coordination. Il est jugé « coûteux pour les entreprises qui y sont astreintes » (Fremeaux et Noël, 2009, p. 119), ce qui est confirmé par l’étude auprès de chefs d’entreprise réalisée en 2012 par la compagnie régionale des commissaires aux comptes (CCRC) de Paris.

32Le nombre de commissaires aux comptes accroissant la qualité de l’audit (CCRC de Paris, 2012), le co-commissariat devrait constituer un signal de la qualité des comptes de l’entreprise. Par un effet de substitution entre signaux coûteux, cela nous conduit à formuler l’hypothèse suivante.

H2 : Lorsqu’une entreprise recourt au co-commissariat aux comptes, la fonction comptable est moins souvent réalisée en externe.

33Un autre aspect qui peut justifier la signalisation de la qualité des informations comptables est l’incitation à envoyer des signaux. Conformément à la théorie du signal, nous considérerons que c’est l’asymétrie d’information qui est à l’origine de l’incitation des entreprises à investir dans un signal pour attirer les apporteurs de fonds. Mais cette incitation va dépendre de plusieurs facteurs, parmi lesquels le degré de compétition entre offreurs et le scepticisme des acheteurs (Michael, 2009). La construction des deux hypothèses suivantes repose sur ces deux effets incitatifs.

34Pour les actionnaires (actuels ou potentiels), la cotation en bourse d’une entreprise accroît la liquidité de leurs actions. Cette liquidité améliore la capacité des investisseurs à sanctionner les pratiques en matière d’information par leur comportement d’achat, de vente ou de conservation. La compétition pour attirer les financements étant plus sévère pour les entreprises cotées, nous pouvons poser l’hypothèse que celles-ci devraient être plus incitées à investir dans un signal destiné aux apporteurs de fond (Zéghal et Sellami, 2010).

35Dans ce contexte, les entreprises cotées ont intérêt à signaler la qualité des informations fournies. Cela nous amène à formuler l’hypothèse suivante.

H3 : Quand l’entreprise est cotée, la fonction comptable est plus souvent réalisée en externe.

36L’endettement est généralement perçu comme un facteur de risque. Les ratios d’endettement font ainsi partie des ratios les plus utilisés dans la littérature sur l’analyse du risque de défaillance (Rougès, 2005). De plus, à travers l’effet de levier (Modigliani et Miller, 1958), l’endettement accroît le risque sur la rentabilité des capitaux. Une entreprise endettée pourrait donc être tentée de présenter des comptes plus flatteurs que fidèles pour compenser ce handicap.

37En outre, un emprunt peut s’accompagner de clauses restrictives (covenants) portant sur des ratios comptables. La violation de ces clauses entraîne l’exigibilité de l’emprunt concerné. Face à un tel risque, une entreprise est soumise à la tentation de manipuler les données comptables de façon à masquer d’éventuelles violations.

38Ces soupçons favorisent le scepticisme des apporteurs de fonds potentiels sur la qualité des comptes produits par une société endettée. Pour éviter un accroissement de ses coûts de financement au-delà des coûts justifiés par le seul risque lié à l’endettement, elle devrait être plus incitée à signaler la qualité de ses informations comptables. Cela nous amène à formuler l’hypothèse suivante.

H4 : Plus une entreprise est endettée, plus souvent la fonction comptable est réalisée en externe.

2. Étude empirique

39Pour approfondir les pratiques d'externalisation de la fonction comptable et le sens des concepts pour les praticiens, nous avons mené des entretiens auprès de professionnels, dont trois présidents de conseils régionaux de l’ordre des experts-comptables. Ces entretiens ont été retranscrits et envoyés pour validation. Nous présentons dans les paragraphes suivants le détail de l'étude quantitative.

2.1. Échantillon et variables

40L'échantillon de cette étude est constitué à partir du « Baromètre Outsourcing » réalisé par la société Andersen (et repris depuis par Ernst & Young). La collecte de ces données a été menée par l'institut TNS Sofres qui a interrogé par téléphone des responsables d'entreprises (présidents directeurs généraux ou directeurs administratifs et financiers).

41Pour avoir une taille d’échantillon suffisante, nous avons agrégé deux années consécutives, puisque la permanence des méthodes de construction du baromètre permet une comparabilité des données obtenues. Nous avons pris soin de vérifier que notre échantillon est constitué de 123 entreprises différentes. Ces entreprises sont représentatives de l’économie française grâce à la méthode des quotas (par secteur d’activité et chiffre d’affaires) ; certaines ont externalisé une ou plusieurs fonctions et d’autres pas.

42Le baromètre outsourcing fournit peu de données comptables et aucune information relative aux commissaires aux comptes. Pour les besoins de cette étude, nous l’avons complété par d’autres sources. Les noms des commissaires aux comptes et les données financières ont été obtenus par la consultation des rapports annuels publiés sur internet par les entreprises de l’échantillon ou sur la base de données Diane. Le cabinet d’appartenance des commissaires aux comptes a été obtenu par différents outils de recherche sur internet (annuaire de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes de Paris, registre national du commerce, etc.) lorsqu’il ne figurait pas dans les documents et bases précédents. À l'issue de cette collecte de données, l’échantillon est constitué de 123 entreprises (tableau 1).

Tableau 1 – Statistiques descriptives de l’échantillon

  • 5 Définition de l’INSEE : petites et moyennes entreprises = moins de 250 salariés, grandes entreprise (...)

Activité

Fréquence

Taille5

Fréquence

Mandats CAC

Fréquence

Industrie

52 %

PME

48,0 %

Indépendants

40,9 %

Banques et

assurances

7 %

GE

10,6 %

Majors

11,7 %

Distribution et

commerce

15 %

TGE

41,5 %

Cabinets

internationaux

47,4 %

Autres services

26 %

43Sur ces 123 entreprises, 12 ont externalisé leur fonction comptable ou ont décidé de le faire dans les 2 ans. Cette proportion est conforme aux ratios mesurés par les études sur ce phénomène : 7 % d’entreprises ayant externalisé leur comptabilité (Ernst & Young 2005), 18 % d’entreprises ayant externalisé leurs fonctions comptable et financière ou projetant de le faire (Grant Thornton, 2009). La répartition par domaine d’activité de notre échantillon est proche de celle de Tondeur et La Villarmois (2003), celle des mandats de commissariat aux comptes de Piot (2004).

44Dans notre modèle, la variable endogène « fonction comptable réalisée en externe » (EXTERNE) prend la valeur de 1 pour toutes les entreprises dont le dirigeant a répondu que la fonction comptable était externalisée ou qu’elle le serait dans les deux années suivantes et de 0 dans le cas contraire. Même si la fonction comptable est hétérogène et peut donner lieu à diverses formes d’externalisation partielle, le recours à une variable binaire, et donc à une régression logistique, est une méthode courante pour les études sur l’externalisation (Pisano, 1990 ; Poppo et Zenger, 1998).

45Le recours à un grand cabinet de commissaires aux comptes (TAILLECAC) correspond à l’hypothèse H1. En suivant Piot (2004), Mard (2004) ou Zéghal et Sellami (2010), nous distinguons les grands cabinets internationaux et les autres cabinets. Ainsi, TAILLECAC prend la valeur de 1 lorsqu’au moins un des commissaires aux comptes appartient à un des Big 4 et de 0 dans le cas contraire.

46Le recours au co-commissariat aux comptes (COCOMMISSARIAT) correspond à l’hypothèse H2. Il prend la valeur de 0 lorsque l’entreprise n’a qu’un seul commissaire aux comptes titulaire et de 1 lorsque l’entreprise a plus d’un commissaire aux comptes titulaire.

47Le fait que l'entreprise soit cotée (COTEE) correspond à l’hypothèse H3. Cette variable prend la valeur de 1 lorsque l’entreprise est cotée et de 0 dans le cas contraire.

48L’endettement de l’entreprise (ENDETTEMENT), qui correspond à l’hypothèse H4, a été opérationnalisé sous forme de ratio comptable. ENDETTEMENT représente la somme des dettes financières, dont les concours bancaires courants, rapportée au total du bilan. L’endettement moyen, sur notre échantillon, est de 27 %.

49Le tableau 2 présente les coefficients de corrélations de Spearman entre les variables exogènes testées. Du fait de corrélations entre variables, nous avons réalisé des régressions de modèles partiels (le modèle moins une variable) pour vérifier la robustesse de nos résultats (cf. tableau 3).

Tableau 2 – Corrélations de Spearman entre variables exogènes

TAILLE-

CAC

COCOM-

MISSARIAT

COTEE

ENDETTE-

MENT

TAILLECAC

1

0,032

0,001

-0,076

COCOM-

MISSARIAT

1

0,255***

0,187**

COTEE

1

0,041

ENDETTE-

MENT

1

(** : significative au seuil de 5 % ; *** : significative au seuil de 1 %)

50Afin d’isoler l’effet signal (propre à la fonction comptable) de notre modèle, nous avons souhaité introduire des variables permettant de contrôler des facteurs explicatifs avancés par d’autres théories.

51L’expérience de l’externalisation est une variable classique de l’approche ressources et compétences pour expliquer les externalisations (Leiblein et Miller, 2003 ; Espino-Rodríguez et Padrón-Robaina, 2006). Cette expérience est censée permettre à une entreprise de développer une capacité à mieux choisir ses fournisseurs, mieux comprendre comment organiser sa relation avec le prestataire, mieux anticiper et répondre aux évolutions de l’environnement. Cette capacité lui permet d’obtenir de l’externalisation des coûts plus faibles et des revenus plus grands (Leiblein et Miller, 2003). Cette expérience (EXPERIENCE) est opérationnalisée ici par le nombre d'autres fonctions (ressources humaines, marketing, informatique...) déjà externalisées par l’entreprise.

52La concentration de l’actionnariat est un facteur très classique de la théorie de l’agence. Elle a été opérationnalisée (CONCENTRATION) grâce à l’indicateur d’indépendance BvD fourni par Diane. Ce dernier prend des valeurs allant de A (aucun actionnaire ne possède plus de 24,9 % des parts de l’entreprise) à C (au moins un actionnaire possède 49,9 % ou plus des parts) et est nuancé par des + et des –. Nous l’avons recodé sous forme de variable à 3 modalités.

53Enfin, deux autres variables de contrôle sont utilisées pour tenir compte des effets liés au secteur de l’entreprise et à sa taille (Everaert et al., 2010).

54Le secteur (SECTEUR) est opérationnalisé par une variable nominale reprenant les secteurs d’activité du baromètre outsourcing : SECTEUR = 1 pour l’industrie, 2 pour les banques et assurances, 3 pour la distribution et le commerce et 4 pour les autres services.

55Pour la taille de l'entreprise (TAILLE), nous avons choisi de retenir le nombre d’employés. L’effectif moyen, sur notre échantillon, est de 1 375 personnes.

2.2. Résultats

56La régression logistique de type logit, menée avec SPSS 11.5 (tableau 3), nous a permis d’estimer le modèle (complet) suivant :

Tableau 3 – Déterminants de l'externalisation de la fonction comptable

Hyp.

Sans TAILLE-CAC

Sans CO-

COMIS-SARIAT

Sans

COTEE

Sans ENDET-TEMENT

MODELE

SECTEUR

-

0,973

-

0,904

-

0,743

-

0,951

-

0,977

TAILLE

0

0,455

0

0,974

0

0,409

0

0,482

0

0,459

CONCENTRATION

-

0,323

-

0,441

-

0,225

-

0,299

-

0,429

EXPERIENCE

0,429

0,176

0,414

0,125

0,473

0,134

0,332

0,251

0,443

0,167

H1 : TAILLECAC

-0,175

0,818

-0,181

0,831

-0,054

0,948

- 0,361

0,686

H2 : COCOMMISSARIAT

-4,355

0,065*

-4,229

0,078*

-2,485

0,037**

- 4,272

0,060*

H3 : COTEE

+

1,510

0,050**

1,214

0,100*

1,402

0,060*

1,545

0,048**

H4 : ENDETTEMENT

+

1,486

0,041**

0,554

0,246

1,383

0,052*

1,511

0,034**

(* : significative au seuil de 10 % ; ** : significative au seuil de 5 %)

57Nous pouvons, tout d’abord, noter que le secteur et la taille de l’entreprise n’ont pas d’influence significative sur la pratique d’externalisation comptable. Cela légitime la méthodologie de cette recherche qui ne s’est pas focalisée sur un type d’entreprise particulier. La taille est souvent considérée comme une variable influençant l’externalisation, mais lorsqu’elle est distinguée de l’effet de l’appartenance à un groupe (Chanson, 2007) ou du fait d’être coté (ici), on s’aperçoit qu’elle n’est pas significative.

58Les deux dernières variables de contrôle (l’expérience de l’externalisation et la concentration de l’actionnariat) ne peuvent chacune capturer tout le pouvoir explicatif de leur théorie respective. Pour autant, le fait qu’elles soient non significatives dans cette régression permet de rassurer sur l’absence de corrélation fallacieuse entre les déterminants de ces approches et les variables de notre modèle.

59Concernant les signaux substituables de qualité de l’information comptable, l’hypothèse H2 est corroborée, tandis que l’hypothèse H1 ne l’est pas. Par un effet de substitution des signaux, les entreprises ayant recours au co-commissariat, un signal coûteux de la qualité des informations comptables, réalisent moins souvent leur comptabilité en externe.

60Parmi les incitations à signaler la qualité de la comptabilité, les deux facteurs que nous avons proposés sont explicatifs : H3 et H4 sont corroborées. Les entreprises cotées et endettées réalisent plus souvent leur comptabilité en externe.

61Le modèle statistique présente un pouvoir explicatif satisfaisant (R² de Nagelkerke de 43,3 %). Compte tenu du caractère exploratoire de notre cadre d’analyse, la théorie du signal semble prometteuse pour expliquer les choix d’externalisation de la fonction comptable.

3. Discussion et conclusion

62Après avoir examiné l’externalisation de la fonction comptable sous l’angle de la théorie du signal, nous avons testé les hypothèses qui en découlent. À travers les trois hypothèses corroborées émerge un cadre d’analyse au sein duquel les entreprises cherchent à signaler la qualité de leurs comptes aux apporteurs de fonds (actionnaires et prêteurs) au moyen de l’externalisation de la fonction comptable.

63Cette étude présente plusieurs apports théoriques.

64Tout d’abord, elle introduit le signal dans l’étude des déterminants de l’externalisation, en complément des approches « traditionnelles » par les coûts ou par les compétences. La mobilisation de cette théorie pour l’étude des déterminants de l’externalisation de la fonction comptable est confortée par nos résultats. Elle permet de rendre compte des spécificités de la fonction comptable qui produit des informations porteuses d’enjeux en termes de gouvernance.

65De plus, notre étude élargit le champ d’application de la théorie du signal. Cette théorie est fréquemment utilisée pour expliquer les choix financiers et comptables, notamment la communication financière ou la distribution de dividendes. Nous l’utilisons pour expliquer le choix du mode de production des données financières à travers l’organisation de la fonction comptable.

66Cette étude porte, aussi, sur « la fonction comptable aujourd’hui […] largement délaissée par la recherche » (Labardin, 2010, p. 64). Elle apporte une contribution sur l’organisation de cette fonction et, par delà, sur les conditions de production de l’information comptable. Enfin, cette étude clarifie le concept d’externalisation de la fonction comptable en s’appuyant sur des entretiens avec des professionnels, notamment de présidents de Conseils régionaux de l’Ordre des experts-comptables.

67Cette recherche présente, cependant, plusieurs limites que des études complémentaires pourraient lever. Par exemple, nous n’avons pas distingué, au sein de la fonction comptable, les différentes activités qui pouvaient être externalisées séparément (Everaert et al., 2010). Nous pouvons ajouter qu’une étude sur un échantillon plus important permettrait d’asseoir plus solidement les résultats empiriques et qu’une étude auprès des apporteurs de fonds pourrait confirmer l’intérêt qu’ils portent à l’externalisation de la fonction comptable.

Haut de page

Bibliographie

Akerlof G.A. (1970), « The Market for "Lemons": Quality Uncertainty and the Market Mechanism », The Quarterly Journal of Economics, vol. 84, n° 3, p. 488-500.

Azibi J., Rajhi M.T. et Tondeur H. (2010). « Auditor Choice and Institutional Investor Characteristics after the Enron Scandal in the French Context », International Journal of Economics and Accounting, vol. 2, n° 1, p. 32-52.

Barthélémy J. (2004), « Comment réussir une opération d’externalisation », Revue Française de Gestion, no 151, p. 9-30

Bennecib J. (2002), « Proposition d’un modèle de l’efficacité du co-commissariat aux comptes dans les sociétés anonymes cotées françaises », 23ème congrès de l’Association francophone de comptabilité, Toulouse.

Chanson G. (2007), « Réaliser son cœur de métier en externe ? Et pourquoi pas... », 16ème conférence annuelle de l’Association Internationale de Management Stratégique (AIMS), Montréal.

Chanson G. (2008), « Analyser un phénomène dynamique avec une théorie statique ? Externalisation et théorie des coûts de transaction », 17ème conférence annuelle de l’AIMS, Nice Sophia Antipolis.

Citron D.B. et Taffler R.J. (1992), « The Audit Report Under Going Concern Uncertainties: An Empirical Analysis », Accounting and Business Research, vol. 22, n° 88, p. 337-347.

Compagnie régionale des commissaires aux comptes de Paris (2012), Co-commissariat : Pratiques et perceptions des dirigeants d’entreprise.

David R.J. et Han S. (2004), « A Systematic Assessment of the Empirical Support for Transaction Cost Economics », Strategic Management Journal, vol. 25, n° 1, p. 39-58.

DeAngelo L.E. (1981), « Auditor Size and Audit Quality », Journal of Accounting and Economics, vol. 3, n° 3, p. 183-199.

Ernst & Young (1999, 2005, 2008), Baromètre Outsourcing : Pratiques et tendances du marché de l’externalisation en France, Ernst & Young.

Duganier B.J. (2005), « Finance and Accounting Outsourcing Can Improve Control », Bank Accounting & Finance, June-July, p. 39-42.

Espino-Rodriguez F.T. et Padron-Robaina V. (2006), « A review of outsourcing from the resource-based view of the firm », International Journal of Management Reviews, vol. 8, n° 1, p. 49-70.

Everaert P., Sarens G. et Rommel J. (2010), « Using Transaction Cost Economics to Explain Outsourcing of Accounting », Small Business Economics, vol. 35, p. 93-112.

Fremeaux S. et Noël Christine (2009), « Le co-commissariat aux comptes sous le prisme de la sociologie du droit. Des vertus symboliques d'une règle contestée du gouvernement d'entreprise », Comptabilité – Contrôle – Audit, tome 15, numéro thématique, p. 117-140.

Gelb D. (2000), « Corporate Signaling with Dividends, Stock Repurchases and Accounting Disclosures: An Empirical Study », Journal of Accounting, Auditing & Finance, vol. 15, n° 2, p. 99-120.

Goldman A. et Barlev B. (1974), « The Auditor-Firm Conflict of Interests: Its Implications for Independence », Accounting Review, vol. 49, n° 4, p. 707-719.

Grant Thornton (2009), L'Externalisation des fonctions Comptable et Financière, Paie et Ressources Humaines, Grant Thornton.

Hamel G. et Prahalad C.K. (1990), « The Core Competence of the Corporation », Harvard Business Review, vol. 68, n° 3, p. 79-93.

Huynh T.N.V et Tondeur H. (2011), « Externalisation de la fonction comptable face au risque de dépendance », Revue Française de Comptabilité, n° 443, p. 24-25.

Kelly K. (1991), « The Antitrust Analysis of Grocery Slotting Allowances: The Procompetitive Case », Journal of Public Policy & Marketing, vol. 10, n° 1, p. 187-198.

Labardin P. (2010), « Du teneur de livres au comptable – Le regard de quelques écrivains européens », Comptabilité – Contrôle – Audit, tome 16, vol. 2, p. 49-68.

Leiblein M.J. et Miller D.J. (2003), « An empirical examination of transaction and firm-level influences on the vertical boundaries of the firm », Strategic Management Journal, vol. 24, n° 9, p. 839-859.

Mard Y. (2004), « Gestion des résultats comptables : l'influence de la politique financière, de la performance et du contrôle », 25ème Congrès de l’Association francophone de comptabilité, Orléans.

Michael S. (2009), « Entrepreneurial Signaling to Attract Resources: The Case of Franchising », Managerial and Decision Economics, vol. 30, n° 6, p. 405-422.

Modigliani F. et Miller M.H. (1958), « The Cost of Capital, Corporation Finance and the Theory of Investment », American Economic Review, vol. 48, n° 3, p. 261-297.

O’Connor J. (2003), « Trends in Outsourcing Finance and Accounting », Bank Accounting & Finance, October, p. 50-52.

Piot C. (2004), « Effort d’audit et taille de l’entreprise : barème réglementaire et économie d’échelle dans le commissariat aux comptes des PME-PMI », Finance – Contrôle – Stratégie, vol. 7, n° 1, p. 151-169.

Pisano G.P. (1990), « The R&D Boundaries of the Firm: An Empirical Analysis », Administrative Science Quarterly, vol. 35, p. 153-176.

Poppo L. et Zenger T. (1998), « Testing Alternative Theories of the Firm: Transaction Cost, Knowledge-Based, and Measurement Explanations for Make-or-Buy Decisions in Informations Services », Strategic Management Journal, vol. 19, p. 853-877.

Quélin B. (2003), « Externalisation stratégique et partenariat », Revue Française de Gestion, vol. 29, n° 143, p. 13-26.

Quinn J.B. et Hilmer F.G. (1994), « Strategic Outsourcing », Sloan Management Review, summer, p. 43-55.

Rougès V. (2005), « Le rôle des informations comptables dans les décisions bancaires de crédit aux entreprises : une étude qualitative et quantitative dans le cadre français », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Paris-Dauphine, novembre.

Spence M. (1973), « Job Market Signaling », Quarterly Journal of Economics, vol. 87, n° 3, p. 355-374.

Spence M. (2002), « Signaling in Retrospect and the Informational Structure of Markets », American Economic Review, vol. 92, n° 3, p. 434-459.

Stolowy H. (2000), « Comptabilité créative », in B. Colasse (dir.), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Economica, p. 157-178.

Stolowy H. et Breton G. (2003), « La gestion des données comptables : une revue de la littérature », Comptabilité – Contrôle – Audit, tome 9, vol. 1, p. 125-152.

Tondeur H. et de La Villarmois O. (2003), « L’organisation de la fonction comptable et financière – Centre de services partagés versus externalisation : solution alternative ou situation intermédiaire ? », Comptabilité – Contrôle – Audit, tome 9, vol. 1, p. 29-52.

Williamson O.E. (1991), « Strategizing, Economizing and Economic Organization », Strategic Management Journal, vol. 12, Winter, p. 75-94.

Zéghal D. et Sellami Y.M. (2010), « Analyse des déterminants de l’adoption anticipée des normes comptables internationales IAS/IFRS par les groupes français », La Revue des Sciences de Gestion, n° 245-246, p. 99-110.

Haut de page

Notes

1 Sous les termes d’apporteurs de fonds, nous regroupons les apporteurs de capitaux (actionnaires ou associés selon le statut de la société) et les différents prêteurs, notamment les obligataires et les établissements de crédit.

2 Les experts-comptables (profession réglementée) bénéficient d'une prérogative d'exercice (art. 20 de l'ordonnance 45-2138), qui assimile à un exercice illégal la tenue de compte par celui qui n'aurait pas le titre. Toutefois la seule saisie, dès lors qu'il n'y a pas imputation (c’est à dire la codification des données comptables) ne nécessite pas le statut d'expert-comptable. Ce qui amène parfois certains cabinets d'experts-comptables missionnés pour tenir la comptabilité à sous-traiter la saisie auprès de tiers, notamment dans des pays à bas coût de main d’œuvre. Ces derniers ne doivent alors pas être en relation avec le client et la responsabilité du dossier revient à l’expert comptable.

3 En l’absence d’instrument de mesure public, nous ne pouvons qu’esquisser quelques tendances. Si l’on compare les éditions 1999 et 2008 du baromètre Outsourcing d’Andersen (devenu Ernst & Young) la proportion d’entreprises recourant à l’externalisation est restée relativement constante (de 60 à 63 %), en revanche le nombre de fonctions externalisées a plus que doublé (de 2,1 à 5). Concernant plus spécifiquement l’externalisation de la fonction comptable, on observe des proportions allant de 7 % (Ernst & Young, 2005) à 13 % (Grant Thornton, 2009) lorsque l’on intègre les activités financières (audit interne…). Les activités comptables les plus externalisées sont les comptabilités clients (et notamment la facturation et le recouvrement), fournisseurs et générale, loin devant la consolidation (Grant Thornton, 2009).

4 Source : contrat d’assurance des experts-comptables de l’assureur Covéa, souscrit par une majorité des experts-comptables.

5 Définition de l’INSEE : petites et moyennes entreprises = moins de 250 salariés, grandes entreprises = de 250 à 500 salariés, très grandes entreprises = plus de 500 salariés

Haut de page

Table des illustrations

URL http://fcs.revues.org/docannexe/image/1189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Chanson et Véronique Rouges, « L’externalisation de la fonction comptable à l’épreuve de la théorie du signal », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 15-3 | 2012, mis en ligne le 05 novembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://fcs.revues.org/1189

Haut de page

Auteurs

Guillaume Chanson

PRISM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Véronique Rouges

PRISM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page