Navigation – Plan du site

Editorial
Remerciements aux évaluateurs

Albert David et Jean-François Gajewski

Texte intégral

1D’une revue académique à l’autre, les procédures d’évaluation peuvent varier mais les principes fondateurs sont les mêmes : l’évaluation est faite par les pairs, sur des critères de rigueur et de pertinence qui prennent en compte à la fois les règles générales de la méthode scientifique et la ligne éditoriale de la revue, dans l’objectif de ne publier que les articles qui présentent une contribution avérée à l’avancement de la recherche et, pour certains articles proposant des approches et des résultats novateurs, l’ambition de créer du débat au sein de la communauté de référence, et même un peu au-delà.

2Au chapitre des différences entre revues figure le choix de rendre ou non anonymes les articles évalués. Dans la plupart des revues les auteurs ne savent pas qui évalue l’article soumis. Il semble sain de conserver ce principe. En revanche, de nombreuses revues, dans différents domaines - même si ce n’est pas majoritaire entre sciences sociales - les évaluateurs savent qui sont les auteurs de l’article soumis. Les deux options ont leurs avantages et leurs inconvénients. En pratique il n’y a guère d’inconvénient à ce que l’évaluation ne soit pas anonyme : l’évaluateur rigoureux fera abstraction de cette information pour s’en tenir à l’article lui-même, mais pourra la prendre en compte pour mieux comprendre « d’où parlent les auteurs » et mieux recommander des modifications qui leur permettent de dépasser certains implicites dans le positionnement de l’article, dans la mobilisation de certaines théories ou cadres conceptuels, etc. On pourra objecter que le « d’où parlent les auteurs » est curieux pour une publication scientifique, mais, d’une part, nos travaux et nos débats, en sciences de gestion, s’inscrivent dans des traditions – théoriques, paradigmatiques, épistémologique, culturelles – qui peuvent varier et, d’autre part, les universaux qui composent nos cadres conceptuels, aussi évidents puissent-ils paraître à chacun, ne sont pas dépourvus d’ambiguïté : que l’on pense à ce que serait une définition de « gouvernance », « innovation », « coopération », « hiérarchie », « connaissance » ou « projet ».

3Ajoutons que, d’un point de vue très pratique, comme une large majorité des articles soumis ont préalablement été présentés à des conférences académiques qui publient leurs actes, il est très facile, si on le souhaite ou si on le juge nécessaire, de trouver les auteurs d’un article, avec un risque d’erreur assez faible – on pense au cas de rupture de collaboration entre co-auteurs, qui ferait que le co-auteur de l’article n’est pas le co-auteur de la communication à la conférence.

  • 1 Lorsque l’article soumis présente à l’évidence des lacunes de forme ou de fond – par exemple, revue (...)

4Quoiqu’il en soit, FCS maintient pour l’instant le principe d’une évaluation « en double-aveugle », dans un processus transparent – il est explicitement décrit et communiqué – et rigoureux – chaque article est piloté par l’un des rédacteurs en chef de FCS, qui sollicite des évaluateurs en fonction de leur compétence et de leur capacité à évaluer l’article dans un délai raisonnable1.

5Tous les évaluateurs de FCS remplissent cette tâche bénévolement et produisent des rapports de très grande qualité sans même figurer encore dans la liste du comité de lecture ou de rédaction, pour certains de nos collègues. C’est un travail ingrat, très peu reconnu, à faire dans un temps très court, mais qui relève d’une forme d’économie de la solidarité : au chapitre des modèle économiques ou, si l’on préfère, en termes d’économie des coûts de transaction, le « don contre don » a quelque vertu. La reconnaissance est collective, partagée, implicite, mais nombreux sont les évaluateurs qui, une fois dégagé le temps nécessaire, ont un réel plaisir à lire et à évaluer – de façon constructive – les travaux ainsi discutés.

6Afin de soulager les rapporteurs et de leur octroyer un peu plus de temps, nous avons décidé l’année dernière de leur laisser deux mois pour effectuer une révision. Bien entendu, cela peut expliquer parfois un délai de réponse aux auteurs un peu plus long. Au final, sur les trois dernières années, pour les articles finalement publiés, le délai moyen entre la première soumission et l’acception définitive est de 300 jours.

7On trouvera ci-dessous la liste des collègues ayant évalué au moins un article en 2012. Qu’ils soient ainsi chaleureusement remerciés : si la décision finale est prise par les rédacteurs en chef, FCS ne serait pas à son niveau de qualité sans la permanence de leur contribution.

Michel Albouy

Simon Alcouffe

Cécile Allain des Beauvais

Florence Allard-Poesi

Bruno Amann

Paul André

Nathalie Angelé-Halgand

Nicolas Antheaume

Nicolas Aubert

Rachel Beaujolin Bellet

Nicolas Berland

Marc Bidan

Régis Blazy

Patrick Boisselier

Marc Bollecker

Christophe Bonnet

Martine Brasseur

Géraldine Broye

Radu Burlacu

Jérôme Caby

Laurent Cappelletti

Didier Chabaud

Gérard Charreaux

Frédérique Chédotel

Pierre Chollet

Julien Cusin

Sébastien Damart

Olivier de la Villarmois

Yves de Rongé

Christian Defélix

Benoît Demil

Sebastien Dereeper

François Derrien

Philippe Desbrières

Alain Desreumaux

Mathieu Detchessahar

Aude Deville

Benjamin Dreveton

Pascal Dumontier

Régis Dumoulin

Yves Dupuy

Florence Durieux

Ariel Eggrickx

Serge Evraert

Pascal Fabre

Alain François-Heude

Edith Ginglinger

Isabelle Girerd-Potin

Laurence Godard

Bernard Grand

Amaury Grimand

Zied Guédri

Gilles Guieu

Joanne Hamet

Jacques Hamon

Gérard Hirigoyen

Lionel Honoré

Mireille Jaeger

Sonia Jimenez Garces

Benoit Journé

Gérard Kœnig

Réal Labelle

Eric Lamarque

Jean-Paul Laurent

Julien Le Maux

Frédéric Le Roy

Cédric Lesage

Yves Levant

Frédéric Lobez

Thomas Loilier

Philippe Lorino

Pascal Louvet

Hatem Mansali

Yves Mard

Dominique Philippe Martin

Isabelle Martinez

Christophe Maurel

Ulrike Mayrhofer

Ariel Mendez

Samuel Mercier

Jérôme Méric

Pierre-Xavier Meschi

François Meyssonnier

Caroline Mothe

Nathalie Mourgues

Gérald Naro

Patrick Navatte

Thierry Nobre

Florent Noel

Ewan Oiry

Robert Paturel

Joël Petey

Eric Pezet

Benoît Pigé

Christine Pochet

Evelyne Poincelot

Thierry Poulain-Rehm

Jean-Luc Prigent

Pierre-Charles Pupion

Bernard Raffournier

Olivier Ramond

Catherine Refait

Fabrice RIVA

Olivier Saulpic

Alain Schatt

Géraldine Schmidt

Patrick Sentis

Martine Séville

Samuel Sponem

Sophie Spring

Jean-Marc Suret

Denis Travaillé

Sabine Urban

Ari Van Assche

Lucien Veran

Laurent Vilanova

Jean-Laurent Viviani

Elisabeth Walliser

Philippe Zarlowski

Haut de page

Notes

1 Lorsque l’article soumis présente à l’évidence des lacunes de forme ou de fond – par exemple, revue de littérature clairement insuffisante, pas de référence à des travaux récents qui ont fait progresser le champ ou, au contraire, pas de référence aux travaux fondateurs, méthodologie non explicitée ou à l’évidence inappropriée, argumentation superficielle n’échappant pas au jargon managérial et aux affirmations à la mode, etc. – nous rejetons directement l’article, sans solliciter inutilement le temps précieux des évaluateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albert David et Jean-François Gajewski, « Editorial
Remerciements aux évaluateurs
 », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 15-4 | 2012, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://fcs.revues.org/1252

Haut de page

Auteurs

Albert David

Articles du même auteur

Jean-François Gajewski

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page