Navigation – Plan du site

Débats scientifiques et controverses en sciences de gestion ou la construction de réseaux académiques

Vassili Joannides

Résumés

Cet article contribue à la littérature épistémologique en sciences de gestion. Pour cela, il questionne comment les débats scientifiques s’organisent et évoluent dans un réseau académique en sciences de gestion. La réponse à cette question est apportée par l’examen d’un réseau académique particulier, celui traitant des liens entre contrôle et religion, fondé sur la théorie de l’acteur réseau (ANT). Nous montrons que les débats scientifiques s’organisent dans des sous-réseaux caractéristiques de la recherche dans la discipline plus qu’ils ne sont orientés vers une thématique de recherche particulière. Ils évoluent au fil des appropriations et traductions par ces différents sous-réseaux déplaçant le débat scientifique vers leurs centres d’intérêt respectifs. Ceux-ci évoluent à leur tour au gré des entrées et sorties d’humains et de l’apparition de non-humains que sont les revues.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comment la connaissance en sciences de gestion est-elle produite et progresse-t-elle ? Cette question a été abondamment traitée dans la littérature sur l’épistémologie des sciences de gestion . Le présent article vise à contribuer aux travaux de ce courant de recherche en répondant à la question suivante : comment les débats scientifiques peuvent-ils être organisés et évoluer en sciences de gestion ? Nous tentons ainsi de modéliser les observations empiriques de Charreaux et Schatt (2005, 2006) dans la recherche en contrôle et en finance en étudiant comment se construit l’influence d’un chercheur, d’une conférence ou d’une revue dans les débats scientifiques. Pour cela, nous étudions les interactions entre acteurs de la recherche (auteurs, revues, essentiellement) et leurs stratégies individuelles afin de suivre comment se construisent et évoluent les débats au sein d’une communauté scientifique donnée. Ce faisant, nous ne considérons pas comme centrales les postures épistémologiques ou préférences théoriques des chercheurs mais comment, à force de reformulations et de disputes scientifiques chercheurs et revues font évoluer les centres d’intérêt académiques en sciences de gestion.

2Dans cette perspective, deux options s’offrent à nous. Nous pourrions choisir d’étudier l’évolution des débats scientifiques en contrôle de gestion dans son ensemble. Ceci s’avérerait fastidieux tant ces débats sont riches et de ce fait encourrait le risque de produire une synthèse superficielle de ces échanges académiques. C’est pourquoi nous privilégions ici une seconde option consistant à retenir un sous-ensemble de la recherche en contrôle de gestion qui soit suffisamment compact pour que nous puissions rendre justice à tous les acteurs et publications qui ont alimenté les débats depuis sa constitution. Afin de rester cohérent avec la recherche publiée dans FCS ces dernières années, nous retenons le même réseau que Joannidès (2011) : le réseau traitant des liens entre contrôle de gestion et religion. Nous fondant sur les articles publiés, nous interrogeons de manière systématique tous les auteurs afin de comprendre comment leurs motivations, stratégies et interactions au sein de la communauté ont fait évoluer les débats scientifiques. Un tel suivi des acteurs nous permettant de comprendre comment se constitue et évolue un réseau grâce au suivi de près des acteurs qui le constituent, il nous est apparu particulièrement opportun de cadrer cet examen en recourant à la théorie de l’acteur-réseau (ANT) dont c’est le fondement.

3Cet article est composé de trois parties. La première positionne l’argument et détaille les contenu et enjeux liés à l’utilisation de l’ANT dans notre étude du réseau académique traitant des liens entre contrôle de gestion et religion. La seconde montre comment a évolué ce réseau au fil des débats scientifiques de sa constitution en1984 à 2012. Enfin, la troisième partie discute les leçons qui peuvent être tirées de cette étude.

1. Positionnement de la recherche

4Cette section a pour vocation de positionner l’article par rapport à la recherche en sciences de gestion. Tout d’abord est situé le problème de recherche qui nous anime dans cet article. Dans un second temps, nous détaillons l’approche fondée sur l’ANT que nous adoptons ici. Enfin, nous exposons le réseau académique retenu pour cette étude ainsi que la méthodologie employée.

1.1. Contribuer à la connaissance en épistémologie des sciences de gestion

5L’utilisation de différents cadres épistémologiques et la contribution à la connaissance qu’ils permettent a fait l’objet d’examens approfondis . Le développement rapide d’approches interdisciplinaires conduisant à dépasser les frontières épistémologiques traditionnelles, la contribution de l’importation de cadres théoriques des sciences humaines et sociales à la connaissance en sciences de gestion a également fait l’objet d’études . Ce type d’études devait permettre d’évaluer la structure des connaissances dans la recherche principalement en comptabilité, contrôle et audit . Parmi ces facteurs structurant la production de connaissance a été soulignée l’influence des revues, du dynamisme des chercheurs et de leur établissement de rattachement . Pour la plupart, ces études examinent les grandes tendances d’une discipline ou d’une revue dans son intégralité, ce qui les conduit à développer des protocoles bibliométriques ou scientométriques.

6La théorie de l’Acteur Réseau (ANT) comme cadre théorique

7Les travaux en épistémologie des sciences de gestion ne traitent que de manière indirecte et périphérique de la manière dont se construisent et évoluent les débats scientifiques ainsi que le rôle joué par les différents acteurs dans ce processus. Traitant du rôle et des interactions entre acteurs, nous montrons à l’aide de l’ANT comment les débats scientifiques se constituent en réseaux grâce à des controverses animées et portées par des interactions entre acteurs humains et non-humains.

1.2.1. La constitution du réseau : de débats scientifiques en controverses

8Un réseau peut être conçu comme le lieu dans lequel sont organisés et menés les débats scientifiques . Des acteurs s’engagent alors dans des controverses révélant les centres d’intérêt et préoccupations d’une communauté à un moment donné. Traiter ces préoccupations et autres sujets dignes d’intérêt altère la structure des débats en soulevant de nouvelles questions ouvrant vers des controverses qui modifieront à leur tour les termes des discussions et feront émerger de nouveaux centres d’intérêt (Latour, 1993, 2004). Débattant entre eux, les acteurs s’engageant dans la discussion académique repoussent les frontières du réseau qu’ils intègrent . Ainsi, peut être considéré comme membre d’un réseau quiconque partage ses centres d’intérêt et préoccupations avec les autres et interagit avec eux. Dans cette perspective, l’ANT considère un chercheur isolé comme un étranger au réseau si, bien que partageant les mêmes centres d’intérêts et préoccupations que les autres acteurs, il n’interagit pas avec eux .

9Ce réseau s’élargit au gré des processus de traduction par lesquels les acteurs reformulent les termes du débat ; ils renomment les objets et modélisent des artefacts qui seront impliqués dans les controverses à venir. Un processus de traduction comprend généralement quatre moments . Le premier est une problématisation par laquelle un vide dans l’état des débats est identifié et présenté à la communauté scientifique comme un sujet de préoccupation . Un exemple de problématisation particulièrement éloquent pour la recherche en contrôle peut être trouvé dans le premier éditorial d’Accounting, Organizations and Society. Dans ce texte justifiant le lancement de cette nouvelle revue, est critiqué le recours systématique à la microéconomie néoclassique dans la recherche en contrôle, suggérant que ce dernier est une pratique sociale devant être étudié dans le contexte dans lequel il opère .

10Dans un second temps vient l’intéressement où les membres de la communauté scientifique comprennent pourquoi ce sujet de préoccupation mérite que des chercheurs s’en emparent . Le problème soulevé par Hopwood en 1976 a reçu un écho favorable de la part de quelques autres collègues intéressés qui se sont alors joints à lui pour porter le projet d’une recherche qui étudierait le contrôle dans son contexte social. Ensemble, ils ont enrôlé des doctorants, organisé des conférences et séminaires de recherche et publié.

11Dans un troisième temps se décline la mobilisation avec l’entrée d’autres acteurs de la communauté dans ce réseau. De nombreux membres du comité éditorial Accounting, Organizations and Society (AOS) ont à partir de 1988 été mobilisés autour de la création de revues alliées déclinant ce programme au fur et à mesure que le débat scientifique s’étendait hors des frontières de l’économie et devait trouver de multiples canaux.

12Une fois que les membres de ce réseau commencent à s’approprier le problème, à le diffuser et à recruter de nouveaux alliés qui parleront pour eux, le quatrième moment opère ; c’est l’enrôlement . C’est seulement alors que le réseau peut être considéré comme relativement stabilisé, tandis que les enjeux et centres d’intérêt sont largement acceptés et forment une boîte noire. Ce faisant, AOS est devenue une revue de référence dont l’éditeur est régulièrement invité à publier une note de recherche dans ces revues affiliées. Lee Parker, Rob Gray, Richard Laughlin et James Guthrie lancent en 1988 Accounting, Auditing & Accountability Journal dans cet esprit. Deux ans plus tard, Trevor Hopper, David Cooper et Tony Tinker lancent Critical Perspectives on Accounting, suivis du lancement de Management Accounting Research par Bob Scapens en 1993.

13Un réseau qui vient de se constituer peut avoir des frontières provisoires . Lorsqu’il commence à se stabiliser, il est courant que certains acteurs en reviennent à ses racines en critiquant les postulats qui le sous-tendent depuis le début. Un nouveau processus de traduction peut alors être engagé au travers de controverses qui permettront à ses frontières de se déplacer au fur et à mesure que de nouveaux sujets de préoccupation se font jour . L’une de ces controverses peut être trouvée dans les discussions en 1994 dans Critical Perspectives on Accounting (CPA) autour de l’influence des travaux de Foucault sur la recherche en contrôle ou encore le débat polyphonique de 2008 dans la même revue sur le rôle des paradigmes épistémologiques. Peu à peu, les critiques proposent des contre-programmes dont le dessein est de faire avancer le débat  : les nouveaux venus discutent les concepts et idées développés par les acteurs les plus anciens (Latour, 1993, p. 74). Un exemple de contre-programme peut être trouvé dans la création de l’International Journal of Critical Accounting par Tony Tinker en réaction aux évolutions récentes de Critical Perspectives on Accounting accusée de faire perdre aux débats scientifiques l’empreinte marxiste dont elle les avait marqués depuis sa création. C’est grâce au développement de telles critiques et controverses qu’un mode de pensée rafraîchi se faisant jour peut faire évoluer les centres d’intérêt et débats scientifiques animant la communauté.

1.2.2. Suivre les acteurs qui amendent le réseau

14Un postulat fort de l’ANT est qu’un réseau est un nœud d’interactions entre acteurs humains et non-humains. Plutôt que de simplement identifier et désigner des acteurs individuellement, l’ANT se préoccupe de révéler leurs stratégies et la manière dont celles-ci affectent l’évolution du réseau dans lequel ils s’inscrivent et par voie de conséquence les débats scientifiques. Ainsi, l’existence d’un acteur incarnant le réseau contredit la notion même de réseau, puisque ceci reviendrait à ignorer les relations entre stratégies et l’enrôlement de nouveaux alliés . Il est crucial de prendre en considération la possibilité que de nouveaux acteurs participent de la dynamique du réseau par les controverses qu’ils suscitent ; tout ceci en fin de compte vient accentuer la force d’un réseau. Au commencement, « vous avez des porte-paroles qui ‘parlent’ au nom de l’existence du groupe » (Latour, 2005, p. 31), un chercheur présentant à un moment donné le réseau en lui-même comme digne d’intérêt académique. Son influence doit lui permettre d’identifier de nouveaux sujets de préoccupation pour la communauté scientifique et d’enrôler de nouveaux acteurs. Ce faisant, ce porte-parole fait de ces préoccupations nouvelles les futurs enjeux de la recherche qui se trouveront amender le réseau. En France, on peut penser au rôle joué par Henri Bouquin, Gérard Charreaux et Michel Gervais dans la construction et le développement des centres d’intérêt académiques et débats scientifiques associés en contrôle de gestion. Il y aura, sans aucun doute, des changements de centres d’intérêt et de questions considérées importantes par la communauté scientifique au fur et à mesure que de nouveaux porte-paroles parleront pour le groupe (Latour, 2005). À partir de 2008 lorsque Hervé Stolowy et Nicolas Berland ont été élus par leurs pairs à la présidence et la vice-présidence de l’AFC, un changement de génération et de cap s’est fait jour, ouvrant sur de nouveaux débats scientifiques et questions de recherche. De manière continue, ces nouveaux porte-paroles enrôleront de nouveaux acteurs qui continueront d’étendre les frontières du réseau. Ceci se reproduira jusqu’à ce qu’un nouveau porte-parole remplace le précédent : « nous devons être en mesure de suivre la continuité d’entités hétérogènes et la discontinuité entre participants » (Latour, 2005, p. 77). Toutefois, si le porte-parole conserve ce statut trop longtemps sans être remplacé par un nouveau héraut, le réseau commence à décliner en ceci que l’identification d’un réseau avec un acteur central empêche le développement de controverses, l’intégration de nouveaux acteurs et finalement l’évolution du débat scientifique (Callon et Law 1982, p. 162 ; Latour 1993, p. 72). En d’autres termes, identifier le positionnement et l’évolution de chaque acteur au sein du réseau doit nous permettre de comprendre comment des centres d’intérêts et des sujets de préoccupation se développement et évoluent.

15Les non-humains aussi sont des acteurs au sein d’un réseau qui ne peuvent aucunement être incarnés par une personne. Un non-humain peut être un groupe d’humains ne pouvant ni être identifiés individuellement ni exister en soi. Fonctionnant comme une boîte noire, le groupe a une identité propre et peut enrôler de nouveaux alliés ou interagir avec d’autres acteurs. Un exemple de non-humains peut être le marché, artefact qui aujourd’hui existe indépendamment des humains qui l’habitent. Dans un réseau académique, les non-humains par excellence sont les conférences et les revues : les réviseurs s’expriment anonymement au nom du comité scientifique dont l’ancrage dans les débats scientifiques (et aujourd’hui la mesure d’impact) attire d’autres humains . Les idées, théories et méthodes sont autant de non-humains qui n’ont pas de porte-parole attitré. Elles se trouvent dans le domaine public et peuvent à ce titre être utilisées, promues ou critiquées indifféremment par n’importe qui . Employer un de ces non-humains ne revient pas à les mobiliser mais à être enrôlé par ceux-ci en ce sens qu’elles ont un écho particulier au sein d’une discipline . Ainsi, la recherche interprétative en contrôle rejette largement les théories économiques de l’information et les méthodes nomothétiques, privilégiant des cadres empruntant à la sociologie, tels l’ANT ou les théories néo-institutionnelles et des méthodes de collecte et analyse de données qualitatives . Enfin, l’ANT permet de retracer les interactions entre tous ces acteurs grâce au soutien de médiateurs, acteurs secondaires, permettant d’en mobiliser d’autres, humains ou non-humains .

1.3. Données et méthodologie

16Cette section expose comment la recherche a été conduite. Le site empirique retenu est celui du réseau académique traitant des liens entre contrôle et religion étudié au travers des publications parues depuis sa constitution en 1984 et jusqu’en 2012 complétées par des entretiens systématiques avec leurs auteurs invités à exposer leurs stratégies, motivations et diverses interactions à l’époque de l’écriture de leurs articles respectifs.

1.3.1. Données : les débats scientifiques sur les liens entre contrôle et religion

17Pour des conditions matérielles évidentes, cet article ne peut étudier les interactions entre tous les acteurs de la communauté scientifique autour des débats scientifiques présidant aux sciences de gestion ou même en contrôle. Aussi, un sous-ensemble est retenu, suffisamment compact afin que l’évolution des débats scientifiques permise par l’identification de tous les acteurs et leurs interactions soit possible et intelligible pour le lecteur. Il s’agit, comme dans l’étude de Joannidès (2011), du réseau académique traitant des liens entre contrôle de gestion et religion. Alors que Joannidès (2011) offre une photographie instantanée du réseau, le présent article montre comment celui-ci, depuis sa constitution, a évolué au fil des ans à force d’altération des débats scientifiques.

18Afin de délimiter le réseau, nous avons dans un premier temps identifié les publications considérées comme fondatrices par les membres actuels de ce dernier. La première publication, unanimement saluée comme séminale est l’article publié par Laughlin (1988) dans la revue Accounting, Auditing & Accountability Journal (AAAJ). Cet article est « important, non seulement parce que c’est l’une des toutes premières études portant sur le contrôle de gestion dans un contexte religieux, mais aussi parce que le modèle théorique qui a découlé de cette étude semble être devenu la référence pour la plupart des analyses qui lui ont succédé » (McPhail et al. 2005, p. 185).

19Ensuite, nous avons pu identifier aisément les articles suivants mentionnés par McPhail et al. notamment dans la mesure où AAAJ a publié un numéro spécial sur le contrôle de gestion et la théologie en 2004. Comme ce numéro contenait également un appel à contributions pour un numéro spécial d’Accounting History sur le contrôle et la religion, nous avons aussi pris ces articles en considération. Ceci fut suivi en 2005 par un second numéro spécial de AAAJ contenant encore d’autres articles sur des thématiques proches. À ce stade, nous pouvons postuler que Laughlin est le père fondateur de ce réseau académique traitant des liens entre contrôle et religion, tandis que AAAJ et Accounting History sont des médiateurs incontournables des débats scientifiques sur le sujet.

  • 1 Ces revues sont Accounting, Organizations and Society, Management Accounting Research, Financial Ac (...)

20En second lieu, nous avons parcouru de manière systématique les revues en contrôle dans lesquelles publient les auteurs de ce réseau1. Nous avons retenu les articles traitant de sujets connexes et faisant référence explicitement à au moins un des articles identifiés à l’étape précédente.

21Dans un troisième temps, nous avons cherché d’autres articles sur le contrôle et la religion que les auteurs de ce réseau auraient pu publier dans ces revues alliées. Enfin, nous avons vérifié de manière systématique, en utilisant le logiciel Publish or Perish quelles citations ces travaux avaient pu recevoir dans des publications dans des revues de contrôle anglo-saxonnes. Intégrait le réseau un acteur se référant explicitement à au moins l’une des publications antérieures. Un article ne se référant par à au moins une publication antérieure de ce réseau était considéré comme traitant de débats scientifiques différents et ne pouvait ainsi être pris en considération. Ce faisant, nous ne fixons pas de frontières a priori mais suivons comment les acteurs créent et font évoluer le réseau ainsi que les débats en son sein.

1.3.2. Recherche bibliographique et entretiens avec les chercheurs

22Motivés par les observations de Charreaux et Schatt (2005, 2006) que l’identité de certains auteurs et leurs possibles interactions influent sur les publications et la structuration de la connaissance, nous avons recueilli les témoignages de tous les acteurs du réseau traitant des liens entre contrôle et religion. Nous avons conduit des entretiens semi-directifs dont la grille est reproduite en annexe avec chacun d’eux entre décembre 2008 et septembre 2012. Nous les avons interrogés sur leurs motivations au moment de la rédaction de leurs publications, la nature de leurs liens et de leurs interactions avec les autres membres du réseau ainsi que leur perception aujourd’hui de l’évolution des débats scientifiques dans celui-ci.

23Afin de nous assurer que nous ne dénaturions pas leurs propos ou pensées, nous leur avons systématiquement soumis le texte et les avons invités à nous faire part de leur opinion et de leurs commentaires. Nous avons eu des échanges verbaux informels postérieurs à la rédaction des différentes versions du texte avec chacun d’entre eux. Afin de formaliser la démarche et de la rendre réplicable par d’autres collègues, nous avons également obtenu des auteurs qu’ils nous fassent systématiquement parvenir par écrit leurs réactions et commentaires sur les différentes versions du présent article. Si un auteur estimait que nous l’avions mal compris, que ses motivations d’alors n’étaient pas correctement restituées ou que son rôle dans le réseau avait été sur ou sous-estimé nous avons modifié l’argument conformément à ses remarques. Face au risque qu’un auteur mésestime son rôle et son implication dans le réseau, nous avons également demandé aux autres membres de celui-ci de commenter les dires de leurs collègues. En cas de confirmation de ceux-ci, nous pouvions restituer le propos initial. Lorsqu’un auteur trouvait ses dires modifiés par un ou plusieurs autres, nous lui soumettions, lors d’échanges informels et par email afin de conserver une trace, ces commentaires rendus anonymes et lui demandions s’il ou elle souhaitait maintenir ses propos ou les modifier. Procéder ainsi devait nous permettre de conjurer un risque de manque d’exactitude lié à la rationalisation a posteriori du rôle de chacun dans l’évolution du réseau. Toutes ces étapes dans le processus de collecte devaient nous permettre d’amender le texte jusqu’à ce nous puissions écrire une histoire fidèle à l’Histoire de ce réseau et des débats qui l’ont animé. Ainsi, cette histoire que nous narrons suit l’évolution de ce réseau et de ses frontières de manière chronologique ; de nouveaux acteurs l’intègrent tandis que d’autres se retirent.

2. Contrôle de gestion et religion comme réseau académique

24Afin de comprendre comment les débats scientifiques évoluent au sein du réseau traitant des liens entre contrôle de gestion et religion en conformité avec la remarque éditoriale de McPhail et al. (2005, p. 185) nous commençons l’histoire avec l’article séminal de Laughlin (1988).

252.1. La religion comme le contexte social du contrôle de gestion

  • 2 La Théorie Positive de la Comptabilité postule que la recherche en comptabilité et contrôle de gest (...)
  • 3 Interdisciplinary Perspectives on Accounting est la conférence associée à AAAJ.

26Richard Laughlin publie en 1988 dans le premier numéro de Accounting, Auditing & Accountability Journal (AAAJ) le premier article étudiant le contrôle de gestion dans l’Église d’Angleterre en tant que contexte dans lequel il opère . Ce texte s’inscrit pleinement dans le cadre du programme de recherche de cette nouvelle revue alliée à AOS : l’étude des systèmes et pratiques de contrôle dans leur environnement social. Ce faisant, Laughlin (1988, pp. 19-20 ; 2007, pp. 282-283) soulève un triple problème encadrant les débats scientifiques de l’époque : un manque de connaissance des interrelations entre les aspects sociaux et techniques du design des systèmes de contrôle ; le besoin pour la recherche interprétative et qualitative de s’émanciper de l’influence de la Théorie Positive de la Comptabilité de Watts et Zimmerman (1986)2 et ainsi du préjugé que la microéconomie néoclassique seule est capable d’expliquer le contrôle de gestion ; le besoin de soutenir le projet social alternatif d’Interdisciplinary Perspectives on Accounting3. Ce souci d’interdisciplinarité le conduit à déployer des méthodes d’analyse historique, utilisant les archives de l’Église d’Angleterre et de la Chambre des Communes lues à l’aide des cadres développés par Emile Durkheim et Mircée Éliade dont l’autorité sur la sociologie n’est plus à prouver. Un socle empirique pour de futurs efforts de théorisation des liens entre contrôle et religion pouvait être posé.

27C’est ainsi qu’en 1993 Booth publie dans AAAJ un article extrait de sa thèse de doctorat dans lequel il cherche à esquisser certains paramètres d’un cadre conceptuel permettant de construire un programme de recherche visant à capitaliser sur les forces et corriger les faiblesses de la littérature existante » sur les liens entre contrôle et religion . Il confirme dans un entretien qu’avec l’aide de Laughlin qui l’avait conseillé de manière informelle sur les développements de sa thèse avant d’en être le rapporteur, il se trouve intéressé par les aspects comportementaux et sociaux du contrôle qu’il voit centraux dans le débat. Il avait en effet « décidé d’étudier les différentes manières dont le contrôle était utilisé et comment différentes approches de la rationalité pouvaient interagir avec cela […] Mon centre d’intérêt était de donner certains éléments structurants à mes intuitions sur les modes de rationalité. C’est probablement moi qui ai développé explicitement l’expression de « fossé sacré-séculier » dans ma thèse, dans la mesure où un tel vocable fournissait une manière d’appréhender le problème, peut-être trop caricaturale. Mais bon… Cela est ressorti de mes échanges avec Richard [Laughlin] ».

28Depuis l’article de Booth (1993), l’existence d’un fossé entre le sanctuaire sacré du religieux et l’intrusion séculière sinon profane de la comptabilité dans celui-ci est systématiquement évoquée et attribuée à Laughlin (1988). Ce dernier est considéré comme si central dans ce réseau académique que tous les acteurs qui l’ont rejoint positionnent leurs débats scientifiques toujours par rapport à cette dichotomie (McPhail et al. 2005). Aussi, Laughlin écrit dans un de ses commentaires sur le présent texte : « J’étais et continue d’être préoccupé par son approche structurale [celle de Booth] et son interprétation statique de ce que je n’avais jamais envisagé comme tel. J’ai exprimé cette préoccupation à l’époque dans mon rapport sur sa thèse. » Dans un souci de lever un malentendu quant aux termes du débat dans lequel il souhaitait engager la communauté scientifique, Laughlin ajoute avoir été « suffisamment préoccupé pour essayer de travailler avec Peter [Booth] à un numéro spécial de AAAJ, histoire de mettre les choses au clair à propos de ce qui est pour moi un malentendu. Malheureusement, alors même que nous avions eu l’accord de l’éditeur pour faire ce numéro spécial, Peter a poursuivi d’autres rêves, tant et si bien que ce numéro spécial n’a jamais vu le jour. »

29Le numéro spécial ne voit pas le jour, dans la mesure où Booth prend des responsabilités à the University of Technology, Sydney avant d’en devenir recteur et de faire retirer son nom de la liste des personnels actifs en recherche. Ainsi, ces deux acteurs se sont retirés du réseau sans jamais s’engager dans les débats ultérieurs sur les liens entre contrôle et religion qui ont suivi.

2.2. Nouveaux acteurs, théorie enracinée et nouveaux débats scientifiques

30Le numéro spécial n’ayant pas vu le jour, il nous est impossible de supputer quelle eût été son influence sur l’histoire du réseau. En revanche, ce que nous savons, c’est qu’entre 1993 et 2000 aucune publication sur les liens entre contrôle et religion ne voit le jour. Pour autant, le réseau est ranimé en 2000 lorsqu’une ancienne collègue doctorante de Peter Booth et leur directeur de thèse estiment que limiter les liens entre contrôle et religion à un fossé sacré-séculier est indu. Dans un entretien, Margaret Lightbody explique : « depuis le début, j’étais en désaccord avec Peter [Booth]. Je voulais faire savoir à la terre entière qu’il avait tort sur le fossé sacré-séculier ».

31Ainsi, étudier la planification et le contrôle dans une congrégation religieuse ou la manière dont les contrôleurs de gestion se posent à la fois en garants des ressources organisationnelles et hérauts de la mission sacrée de l’église doit déplacer le débat scientifique de sorte à comprendre la dynamique entre l’objet d’une telle organisation et le contrôle. Comme le débat scientifique se meut vers une région sous-explorée et cherche à se démarquer du débat initié par Laughlin et Booth sur l’existence d’un fossé sacré-séculier, les articles de Lightbody et Parker se fondent sur le développement d’une théorie enracinée afin d’éviter « toute forme d’attachement à des hypothèses ou théories préexistantes en lien avec les questions posées aux personnes interrogées, tout autre type d’archives ou bien au codage des données dans l’identification des concepts » (Parker, 2001, p. 324). Lightbody aussi bien que Parker estime que s’il existe une approche structurale des liens entre contrôle et religion, ce n’est certainement pas celle du fossé sacré-séculier même s’il peut exister des tensions entre ceux qui revendiquent l’autorité sur les ressources organisationnelles (Parker, 2001, p. 323). En parallèle de Lightbody, Helen Irvine soutient en 1999 une thèse sur le contrôle de gestion à l’Armée du Salut dont Peter Booth est le rapporteur . Elle confie dans un entretien : « Je me suis inspirée des travaux de Peter [Booth] parce qu’il me fallait bien commencer quelque part. C’est peut-être pour cela que Michael [Gaffikin, son directeur de thèse] a pensé à lui comme rapporteur. Pour moi, ce qui importait, c’était de comprendre comment pouvait s’institutionnaliser le contrôle dans une congrégation religieuse. Les concepts de Peter et les échanges que j’ai eus avec lui m’ont bien sûr aidée même si je n’ai jamais conclu ni même envisagé l’existence d’un fossé sacré-séculier ».

32Presque simultanément à Lightbody, Irvine se trouve intéressée par l’extension des frontières du réseau traitant du contrôle dans les églises. En le formulant différemment de Lightbody, Irvine se positionne dans un débat scientifique relatif à « la manière dont le contrôle de gestion peut aboutir dans une organisation avec un engagement spirituel fort » . En d’autres termes, Irvine examine comment l’argent et la mission peuvent trouver à s’équilibrer . Appliquant les concepts développés par Booth en 1993 elle considère que « la manière dont le contrôle est traité dans ces organisations devrait également révéler, très en profondeur, quelque chose d’inhérent à la nature du contrôle » (Irvine 2005, p. 212). Le débat scientifique se trouve redéfini de sorte à rendre le contrôle dans les églises intéressant pour une audience encore plus large, allant bien au-delà des seules personnes intéressées par les liens entre contrôle et religion. Ces re-problématisations du débat permettent alors au réseau de mobiliser encore de nouveaux acteurs autour de nouvelles questions et de nouveaux centres d’intérêt.

2.3. Offrir une compréhension théologique des liens entre contrôle et religion

33Parker explique lors d’un entretien : « Déjà en 2002, en discutant avec Bob [Scapens, éditeur de Management Accounting Research] de mon second papier sur l’Église d’Union, j’avais constaté un intérêt croissant pour les liens entre religion et contrôle et je me suis dit qu’un numéro spécial de AAAJ sur le sujet serait le bienvenu. Et ce d’autant plus que celui de Richard [Laughlin] et Peter [Booth] n’a jamais vu le jour ».

34Une telle entreprise ferait de sa revue un acteur majeur dans les réseaux académiques comptables. Étant un acteur trop central, il y eût eu un risque que le réseau perdît sa crédibilité s’il éditait lui-même ce numéro spécial. Fort opportunément, à cette époque, Ken McPhail qui avait déjà un intérêt particulier pour les liens entre contrôle et théologie, mobilise son ancien directeur de thèse, Rob Gray co-fondateur de la revue, pour l’aider à soumettre à AAAJ un projet de numéro spécial sur le sujet. Dans un entretien, Rob Gray confirme son rôle : « J’ai été impliqué dans le numéro spécial mais, ayant écrit très peu sur le sujet, je suis loin d’être un expert. Mon rôle dans ce numéro spécial était une combinaison de synergie avec les deux autres et d’un regard professionnel et sceptique porté sur les arguments développés et les standards de la revue ».

35Dans un entretien, McPhail reconnaît que pour sa première expérience éditoriale il était très heureux de pouvoir compter sur le soutien d’un chercheur plus expérimenté. Afin d’assurer au débat dans lequel il souhaitait engager la communauté scientifique un minimum de crédibilité, il confie que « Lee [Parker] était satisfait du projet quand nous le lui avons soumis en 2002. Mais je me suis dit que nous avions besoin d’un théologien pour asseoir la crédibilité du débat scientifique sur contrôle et théologie. C’est ainsi que j’ai contacté Gorringe ».

36Ensemble, ils re-problématisent les termes du débat scientifique qu’ils voient désormais comme des perspectives théologiques sur le contrôle plutôt que le contrôle dans une congrégation religieuse . Ceci les conduit à retenir des articles traitant de différents contextes théologiques, mobilisant ainsi de nombreux acteurs atour du débat scientifique ainsi reformulé. En 2004 et 2005, AAAJ publie la plupart des articles constituant le réseau académique traitant des liens entre contrôle et religion.

37Les deux numéros spéciaux de AAAJ publient des articles cherchant à « initier un dialogue entre immédiateté et éternité » (McPhail et al. 2004, p. 320), les perspectives théologiques étant supposées élever notre connaissance du contrôle de gestion en général. Les auteurs enrôlés autour de ce débat scientifique mobilisent alors la théologie propre aux congrégations étudiées comme cadres théoriques contextualisés. Les minutes théologiques prises par le Conseil Supérieur de l’Église d’Angleterre servent de cadrage conceptuel à l’étude du contrôle de sa politique d’investissement aussi bien qu’à l’examen de ses systèmes de contrôle de gestion . Le même débat se trouve alimenté par la théologie de Wesley dans l’Église Méthodiste d’Angleterre tout comme la Règle de Ferguson pour la Communauté d’Iona . Ces regards théologiques permettent de théoriser « comment le contrôle est perçu et s’il est possible qu’il soit perçu comme quelque chose de sacré » (Jacobs & Walker, 2004, p. 362). Ce déplacement du débat scientifique des pratiques de contrôle vers les théologies de celui-ci a également permis la mobilisation de théologies montrant que le débat antérieur était erroné, soulignant « un danger que le modèle [le fossé sacré-séculier], qui s’est pourtant avéré une contribution majeure à la connaissance, ne devienne par trop restrictif si ses catégories sont employées de manière strictement binaire » (McPhail et al. 2005, p. 187).

38Un doctorant de Lee Parker (Les Hardy) associé à un professeur de théologie de Monash University (Harry Ballis) ainsi qu’un ancien doctorant de Richard Laughlin (Kerry Jacobs) dénoncent l’opportunité d’organiser les débats autour d’un fossé sacré-séculier . Les Hardy est soutenu dans sa démarche par Lee Parker ainsi que par ses deux rapporteurs, Helen Irvine et Stephen Walker qui confie dans un entretien : « J’ai toujours soutenu Les. Sa thèse lui a pris un temps fou parce qu’il voulait démontrer que le débat était biaisé. Il a fait un travail remarquable qui, je pense, fera trace dans l’histoire ». En mettant en discussion les propriétés structurales caractérisant les liens entre contrôle et religion, ces critiques tentent de faire évoluer le débat scientifique en suggérant que les fondations contemporaines de la connaissance en contrôle ne sont pas fiables et méritent corrections et clarification. Ces critiques du fossé offrent ainsi un contre-programme proclamant l’inverse de ce que les instigateurs du réseau avaient pu dire. Pourtant, la controverse n’a jamais conduit au dialogue : ni Laughlin ni Booth qui étaient directement critiqués n’ont rejoint la discussion. Dès lors, le débat scientifique nouvellement formulé permet à de nouveaux acteurs de rejoindre le réseau sous le patronage de McPhail, Gorringe et Gray révélant des sous-ensembles évoluant au sein de cette communauté scientifique.

2.4. Des perceptions à l’ontologie conjointe du contrôle et de la religion

39L’opportunité de comprendre les pratiques ne semble pas centrale à ceux qui estiment que jusqu’à présent le débat scientifique s’est porté sur des perspectives sociologiques ou théologiques desquelles la religion était absente. Dans un entretien, John McKernan confie que « toutes ces critiques portant sur le fossé sacré-séculier étaient très prometteuses, en ceci qu’elles offraient la possibilité d’instiller enfin un peu de religieux dans le contrôle ». Ceci prolonge la remarque de McKernan et Kosmala (2007, p. 731) quant à un nouveau problème dans l’évolution du réseau et le progrès de la connaissance : « les approches théologiques et sociologiques se sont trop focalisées sur le contrôle dans un contexte religieux négligeant l’essence à la fois de l’un et de l’autre. » C’est pourquoi, dresser un parallèle entre contrôle et religion au travers de l’herméneutique de Ricœur ou la déconstruction de Derrida devrait mettre au jour ce que les deux ont de commun. S’il est avéré que la religion influence le contrôle, interroger leur essence commune ne peut que faire progresser notre compréhension des deux. De manière très similaire, Anthony Berry explique dans un entretien avoir dans son article « cherché à esquisser une ontologie du contrôle au travers d’un cas expressif, un cas révélant des dimensions du contrôle qu’un contexte organisationnel traditionnel ne permettrait pas de mettre au jour. » Rapporteur de la thèse de Vassili Joannidès et de concert avec John McKernan et Ken McPhail, éditeurs invités d’un numéro spécial de Critical Perspectives on Accounting, il a aidé ce jeune chercheur à intégrer le réseau en s’impliquant dans un article prolongeant les débats sur l’ontologie du contrôle qu’ils avaient initiés, l’encourageant à développer une approche derridienne . Finalement, les acteurs de ce réseau traitant de l’ontologie du contrôle et de la religion révèlent des « concepts quasi sacrés dans l’espace et le temps et considèrent premièrement des structures et des rituels forts dans les activités de contrôle et deuxièmement l’utilisation d’icônes, tout particulièrement d’images qui ne sont pas sans rappeler le symbolisme de l’Ascension » .

2.5. Comprendre la généalogie des liens actuels entre contrôle et religion

40Comprendre les perceptions du contrôle, ses fondements théologiques ou son ontologie religieuse renvoyant à des problématiques contemporaines, Garry Carnegie, éditeur de la revue Accounting History et ancien doctorant de Lee Parker, exprime dans un entretien « un désir de faire progresser notre compréhension du passé du contrôle dans des organisations sociales, y compris les institutions religieuses. » Une perspective historique lui apparaît nécessaire. Aussi, quelques mois avant la publication du numéro spécial de 2004 de AAAJ sur les perspectives théologiques en contrôle, Carnegie invite Salvador Carmona et Mahmoud Ezzamel intéressés par cette question à être éditeurs invités d’un numéro spécial de sa revue sur ce thème. En accord avec Lee Parker, Ken McPhail et Rob Gray, un appel à communications est publié dans le numéro spécial de 2004 de AAAJ, tandis que celui d’Accounting History paraît en 2006.

41Dans l’éditorial de ce numéro spécial, Carmona et Ezzamel (2006, pp. 117-118) soulignent un nouveau problème dans la structure des débats scientifiques entourant les liens entre religion et contrôle : les recherches antérieures ont traité d’institutions religieuses anglo-saxonnes uniquement. Les débats qui ont animé la communauté scientifique se sont alors trouvés biaisés et méritent de s’ouvrir à d’autres contextes religieux. Aussi, dans la continuité de la préoccupation initiale de Carnegie, Carmona et Ezzamel ont pu mobiliser des articles retraçant dans la Bible une généalogie des discours sur la richesse et le besoin de systèmes de contrôle de gestion afférents ou en montrant comment le contrôle fut conçu par Moïse à l’époque de l’Exode . Ils ont également mobilisé des articles montrant l’utilisation fonctionnelle du contrôle de gestion dans le monastère de Silos ou dans les confréries espagnoles .

42L’appel de Carmona et Ezzamel à des recherches dépassant les congrégations anglo-saxonnes reçoit un écho particulièrement favorable auprès de Chris Napier, co-auteur de Garry Carnegie à de nombreuses reprises qui estime que les termes du débat doivent englober les liens entre contrôle et Islam . Suite à cette problématisation, un nouveau non-humain apparaît en 2010, Journal of Islamic Accounting and Business Research pour étudier systématiquement comptabilité et contrôle de gestion dans l’Islam prenant pour acquis le fait qu’ils se soutiennent mutuellement . En parallèle, le débat s’élargit à la compréhension de paradigmes du contrôle non tirés des religions du Livre telles que la religion Vedic et l’hindouisme .

2.6. Développer des perspectives critiques sur les liens entre contrôle et religion

43Sous l’égide de Tony Tinker, d’aucuns dénoncent le fait que la recherche traitant des liens entre contrôle et religion se situe dans le courant dominant tant en théologie et sociologie qu’en contrôle. McPhail, Gorringe et Gray, soucieux de favoriser le pluralisme des approches, acceptent dans le numéro spécial de 2004 de AAAJ deux articles proposant de resituer le débat dans un contexte marxiste. Tinker, qui est déjà connu comme un héraut de la labour process theory et éditeur d’une revue alliée, Critical Perspectives on Accounting (CPA), souligne un nouveau problème : « Plus que jamais, la religion et le Marxisme ont besoin de mettre en suspens leur suspicion réciproque et de remettre en question ensemble le capitalisme. S’il y a un « idéalisme » dans le Marxisme, c’est quelque chose de partagé par certains Chrétiens et Musulmans – l’anoblissement de l’Homme sur cette Terre » .

44Ceci semble intéresser et mobiliser Gallhofer et Haslam (2004) ainsi que Moerman (2006, 2008) qui, dans le même numéro de AAAJ, appellent alors à « une autre lecture contre-hégémogique du courant dominant en contrôle [qui] attirera nécessairement l’attention sur les limites de celui-ci en termes de facilitation des luttes pour l’émancipation » .

45En déplaçant le débat scientifique pour traiter des liens entre religion et approches dominantes du contrôle, Gallhofer et Haslam (2004) tentent de montrer que la théologie de la libération peut offrir du contenu à la comptabilité émancipatrice et réconcilier contrôle et spiritualité. Ceci revient à évoquer un mode de contrôle donnant de l’espoir et soutenant l’émancipation des peuples opprimés en rejetant l’idéologie microéconomique dans la mesure où la théologie de la libération ne révèle pas de contradiction ontologique . Elle est en cela suivie dans son entreprise par Pala Molisa qui estime dans CPA que le débat consiste à enrichir la comptabilité émancipatrice d’une ontologie de la spiritualité plutôt que d’une théologie ou doctrine religieuse , approche louée par Gallhofer et Haslam dans le même numéro de Critical Perspectives on Accounting .

46En 2012 et au-delà, le réseau continue d’évoluer, posant de nouvelles questions qui elles-mêmes déplacent les débats scientifiques et enrôlent une nouvelle génération d’acteurs, particulièrement parmi la population des doctorants australiens, néo-zélandais et écossais. L’histoire de ce réseau et de ces débats scientifiques en mouvement s’arrête ici mais les vingt- huit années couvertes nous permettent d’ores et déjà de tirer un certain nombre de leçons dignes d’intérêt pour les sciences de gestion.

3. Discussion

47Suivre les acteurs du réseau traitant des liens entre contrôle et religion et les controverses dans lesquelles ils s’engagent nous permet de tirer deux séries de conclusions bien au-delà du cas étudié. Tout d’abord, nous montrons comment un débat scientifique émerge, constitue un réseau et évolue au fil de l’intégration de sous-réseaux reflétant l’état des discussions dans une discipline donnée. Ensuite, éclairant le rôle des acteurs humains et non-humains animant un réseau académique, nous offrons des clés de compréhension du fonctionnement d’une communauté scientifique autour de débats.

3.1. Traduction, réseaux et débats scientifiques

48L’étude du réseau traitant des liens entre contrôle et religion ne semble pas mettre en lumière des débats d’ordre épistémologique dans la constitution et l’évolution de débats scientifiques. En ceci, les conclusions de Joannidès (2011) montrant que la progression de la connaissance transcende les paradigmes épistémologiques se trouvent confirmées. Là où Joannidès (2011) voit seulement une absence de déterminisme ontologique ou épistémologique dans la production de connaissance, notre étude du même terrain nous permet d’émettre l’hypothèse qu’un tel phénomène serait dû au fait que tous les articles et auteurs analysés s’inscrivent dans une même tradition de recherche, interdisciplinaire et résolument interprétative et publient dans les mêmes revues, toutes partageant les mêmes types de paradigmes. Accounting, Organizations and Society, Accounting, Auditing & Accountability Journal, Critical Perspectives on Accounting, Management Accounting Research et Accounting History ont des comités éditoriaux très proches et publient sensiblement les mêmes auteurs.

49Au-delà de cette intuition, cet article montre qu’une thématique de recherche ne constitue pas une communauté scientifique en elle-même. Elle peut à ses débuts se constituer en réseau, comme ce fut le cas de l’examen des liens entre contrôle et religion en 1984. Mais, au fil du temps, les débats scientifiques évoluent au point de se constituer en sous-réseaux qui eux-mêmes refléteront la richesse de la recherche dans une discipline donnée. On constate qu’un réseau se constitue autour d’un père fondateur (Richard Laughlin). Le contrôle de gestion en France est à ce titre associé aux travaux d’Henri Bouquin. Celui-ci crée des émules cherchant à conceptualiser plus avant ou prolonger ses travaux (Peter Booth), comme l’a fait Catherine Chevalier-Kuszla depuis la soutenance de sa thèse de doctorat en 1997. On constate également que d’anciens doctorants des fondateurs peuvent s’émanciper de ceux-ci, décidant de « moderniser » les débats (Kerry Jacobs), au risque de critiquer ouvertement leur ancien directeur de thèse. En France, Nicolas Berland s’est au fil des ans, distancié d’Henri Bouquin qui avait dirigé sa thèse, estimant que de nouvelles questions méritaient d’être traitées, comme la gestion sans budget ou le contrôle de gestion social et environnemental. Les débats scientifiques évoluent aussi au fil du développement de nouvelles approches théoriques, généralement empruntées aux sciences humaines et sociales (Parker, Lightbody, McKernan). Ce dernier constat permet de resituer les observations de Gendron et Baker (2001) et Bollecker et Azan (2009) relatives à l’emprunt de cadres théoriques à la sociologie ou la philosophie dans un ensemble plus large, à savoir l’évolution des débats scientifiques. De tels cadres souvent considérés comme alternatifs ou critiques (Bessire, 2002) prennent deux formes, comme plus largement dans la recherche en contrôle : ils peuvent emprunter à la philosophie post-moderne (McKernan, Joannidès) ou s’inscrire dans une tradition marxiste (Tinker, Moerman, Gallhofer et Haslam). Mais également, des perspectives historiques se dessinent (Carmona et Ezzamel), comme plus largement dans le monde francophone avec Yves Levant ou Henri Zimnovitch. Ce faisant, le réseau traitant des liens entre contrôle et religion reflète les préoccupations plus larges de la recherche interprétative en CCA, telles que reflétées respectivement par CPA, AAAJ ou Accounting History. Il ressort ainsi que ce sont les débats scientifiques, plus qu’une thématique de recherche, qui évoluent dans des cercles reflétant les préoccupations plus larges de la discipline de laquelle ils relèvent.

50Ainsi, la recherche dans une discipline se trouve-t-elle constituée de nombreux sous-réseaux s’appropriant les thématiques en les reformulant à l’aune de leurs préoccupations respectives (critiques, historiens, etc.). L’examen du réseau traitant des liens entre contrôle et religion révèle une problématique peu ou pas étudiée jusqu’à présent. Il semble que les processus de traduction et les passages d’un réseau à un autre ne soient pas continus au fil du temps. Il ressort de notre examen empirique que les reformulations se font par vague et que les différents réseaux n’évoluent pas au même rythme ou en même temps. L’introduction de perspectives théologiques dans la recherche en contrôle constitue un réseau en 2004 et 2005 qui semble s’effacer en 2006 lorsque les débats sont reformulés par des historiens. Ce même réseau semble s’estomper lorsqu’à partir de 2007 se constitue un réseau critique (post-moderne avec McKernan et Kosmala et marxiste avec Moerman). Dans ce registre, Eve Chiapello a introduit la sociologie de Luc Boltanski dans la recherche en contrôle de gestion.

51L’influence des penseurs français et plus largement des critiques tout comme ceux issus d’autres champs des sciences humaines et sociales sur la recherche en contrôle peut être comprise comme le résultat de multiples processus de traduction qui auraient sans cesse révélé le besoin croissant de nouvelles perspectives afin d’enrichir un débat scientifique. Selon l’ANT, un débat scientifique point avec la problématisation de l’état des discussions par un ou plusieurs chercheurs qui, insatisfaits de celui-ci, engagent un processus de traduction visant à l’enrôlement d’alliés qui par leurs interactions pourront faire la réflexion. Un tel processus de traduction et ces interactions donnent naissance alors à un réseau axé autour de cette problématisation initiale . Par extension, l’importation de nouveaux cadres théoriques et le développement de critiques sont le signe de la maturité et de la vitalité des débats scientifiques du moment .

3.2. Humains, non-humains et débats scientifiques

52Les sous-réseaux constitutifs de la recherche dans une discipline donnée sont constitués d’acteurs dont les stratégies et interactions font avancer les débats scientifiques . Le réseau traitant des liens entre contrôle et religion révèle deux types d’interactions centrales dans l’évolution des débats scientifiques : la thèse (direction : Parker avec Lightbody, Carnegie, Booth et Hardy ou Gray avec McPhail ; l’examen : Booth avec Irvine, cette dernière et Walker avec Hardy, etc.) mais aussi la co-écriture. Ce dernier type d’interaction (McKernan et Kosmala, Hardy et Ballis, Gallhoffer et Haslam) confirme l’observation de Charreaux et Schatt (2005, 2006) qu’avoir des co-auteurs contribue activement aux progrès de la connaissance. En revanche, les liens entre un directeur de thèse ou un rapporteur et un (ancien) doctorant, quoique considérés comme intuitifs, semblent ne pas avoir été mis au jour auparavant. Ici, l’ANT nous a permis de constater que ce lien très fort est central. L’influence d’un directeur de thèse pourra se faire sentir sur la teneur des débats scientifiques bien au-delà de la soutenance de la thèse. Ceci pourra se manifester par la co-écriture entre directeur de thèse et ancien doctorant, comme on peut le voir implicitement dans les études de Charreaux et Schatt (2005, 2006), mais aussi entre un rapporteur et un doctorant (dans la recherche francophone, le cas d’Ève Chiapello avec Luc Boltanski est à ce titre particulièrement éloquent).

53On comprend bien l’influence du rôle des acteurs humains et non-humains sur l’évolution des débats scientifiques. Le cas de la recherche traitant des liens entre contrôle et religion montre également que l’entrée et la sortie du réseau sont aussi centrales dans l’évolution des débats scientifiques. Parce que les acteurs historiques se retirent (Laughlin et Booth) et laissent leur place à de nouveaux entrants (par exemple McPhail), les questions traitées et approches retenues ne restent pas identiques. Corrélativement, il semble presque impensable de faire toute une carrière sur une même thématique ou dans un seul réseau, à l’exception de Tony Tinker qui est resté fidèle à la Labour Process Theory et au projet marxiste au fil des ans. Dans le monde francophone, on constate qu’Ève Chiapello s’est progressivement retirée du réseau traitant du contrôle dans les organisations artistiques et culturelles, laissant une place à Stéphanie Châtelain ou Marie-Astrid Letheule. Il apparaît donc que les débats scientifiques évoluent parce que les acteurs du réseau changent, y compris les non-humains.

54Un non-humain est un acteur derrière lequel les humains sont anonymes. L’anonymat peut être expliqué par le fait qu’aujourd’hui une revue fait évoluer les débats scientifiques indépendamment de son fondateur pour les raisons suivantes. Tout d’abord, en organisant des numéros spéciaux coordonnés par des éditeurs invités, l’éditeur régulier se met en retrait (comme l’ont fait Parker et Carnegie). Dotés d’une expertise ad hoc, les éditeurs invités ont peu de temps pour se trouver porte-parole de la revue. Ils la font plutôt parler, si bien qu’une revue n’est plus un simple support ou canal de diffusion de la connaissance : elle promeut la connaissance et enrôle des chercheurs. Ensuite, bien que la politique éditoriale d’une revue soit le fait des éditeurs, celle-ci peut devenir un acteur autonome grâce au travail des réviseurs qui dialoguent en son nom et anonymement avec les auteurs. Enfin, la composition du comité éditorial d’une revue peut changer au fil des ans : de nouveaux éditeurs peuvent la rejoindre et pourtant la politique éditoriale reste inchangée. À l’inverse, une revue incarnée par son éditeur tout comme une revue dont le projet scientifique est flou ne peut qu’être intermédiaire des débats scientifiques et non acteur à part entière. Les débats scientifiques peuvent évoluer significativement lorsque les revues, de simple médiateur des discussions, incarnées par leur éditeur, s’émancipent de lui et deviennent des acteurs (non-humains) à part entière susceptibles de constituer leurs propres réseaux d’alliés.

55Lorsque Gérard Charreaux et Michel Gervais ont quitté le comité éditorial de FCS, la revue qu’ils avaient fondée a continué d’être un acteur de référence dans les sciences de gestion francophones. Leur départ suivi de l’arrivée d’une nouvelle équipe autour d’Albert David, Nicolas Berland, Martine Girod-Séville et Peter Wirtz ne s’est pas traduit par un bouleversement dans la politique éditoriale. Puis, le remplacement en 2011 de Nicolas Berland parti pour Comptabilité Contrôle Audit, revue alliée, par Gérald Naro, a confirmé que la revue pouvait exister indépendamment de ceux qui l’animent. Gérald Naro, alors éditeur putatif de FCS, était en 2011 éditeur invité d’un numéro spécial de la Revue Française de Gestion consacré au Balanced Scorecard, revue alliée. Au cœur d’un riche réseau d’alliés, FCS apparaît comme lieu privilégié des débats scientifiques en sciences de gestion francophones.

Conclusion

56Cet article cherche à comprendre comment s’organisent et évoluent les débats scientifiques en sciences de gestion. Cette problématique est traitée à l’aide de l’ANT appliquée à la recherche traitant des liens entre contrôle et religion. En suivant les acteurs humains et non-humains constituant ce réseau, nous montrons que les débats scientifiques s’organisent dans des sous-réseaux caractéristiques de la recherche dans la discipline plus qu’ils ne sont orientés vers une thématique de recherche particulière. Ils évoluent au fil des appropriations et traductions par ces différents sous-réseaux déplaçant le débat scientifique vers leurs centres d’intérêt respectifs. Ceux-ci évoluent à leur tour au gré des entrées et sorties d’humains et de l’apparition de non-humains que sont les revues.

57La principale limite de cette étude fondée sur l’ANT réside dans le fait que les chercheurs pouvaient rationaliser a posteriori leurs pratiques et choix. Ainsi, il ne nous a pas été possible d’apprécier de manière systématique les effets d’aubaine, la saisie d’opportunités diverses voire l’opportunisme susceptibles de présider à l’entrée ou la sortie d’un réseau académique. Au mieux avons-nous pu découvrir que deux auteurs ont quitté ce réseau pour des raisons que l’ANT ne nous permettait pas d’anticiper (élection à la fonction de recteur d’université). Le cadre théorique et la méthodologie retenus ne nous ont pas permis de suivre tous les éléments de leurs stratégies individuelles, notamment du fait qu’elle était appliquée rétrospectivement. Il se peut donc que l’évolution des débats scientifiques en sciences de gestion ne soit pas aussi formelle que le montre cet article. Aussi peut-on envisager d’utiliser l’ANT non pas de manière rétrospective mais in situ afin de vivre et observer en temps réel la constitution et l’évolution d’un réseau au travers des débats qui peuvent mobiliser acteurs humains et non-humains. Un deuxième axe de recherche pourrait, compte tenu du fait que notre étude a surtout révélé le rôle d’un type de non-humain dans l’évolution des débats scientifiques (les revues), consister en l’examen d’autres non-humains afin d’élever notre compréhension de l’évolution des discussions, tels que les laboratoires ou universités, comme suggéré par Charreaux et Schatt (2005, 2006). Dans tous ces cas, un examen systématique et une conceptualisation de ces influences nous semblent nécessaires à la compréhension de l’évolution des discussions en sciences de gestion.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont rendu ce travail possible. Par ordre alphabétique : Harry Ballis, Anthony Berry, Peter Booth, Salvador Carmona, Rob Gray, Helen Irvine, Kerry Jacobs, Stéphane Jaumier, Richard Laughlin, Margeret Lightbody, Kim McKenzie, John McKernan, Ken McPhail, Lee Moerman, Pala Molisa, Lee Parker, Paolo Quattrone, Tony Tinker, Stephen Walker.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez-Dardet Espejo, C., López Manjón, J.D. et Sánchez-Matamoros, J.B. (2006). « Accounting at the Boundaries of the Sacred: The Regulation of the Spanish Brotherhoods in the Eighteenth Century », Accounting History vol. 11, n° 2, p. 129-150.

Baker, R. (2006). « Towards a Genealogy of Wealth through an Analysis of Biblical Discourses », Accounting History vol. 11, n° 2, p. 151-171.

Barlev, B. (2006). « A Biblical Statement of Accountability », Accounting History vol. 11, n° 2, p. 173-197.

Berry, A. (2005). « Accountability and Control in a Cat's Cradle », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 18, n° 2, p. 255-297.

Bessire, D. (2002). « Recherche « Critique » En ContrôLe De Gestion : Exercer Son Discernement », Comptabilité Contrôle Audit vol. 8, n° 2, p. 5-28.

Bollecker, M. et Azan, W. (2009). « L'importation Des Cadres Théoriques Dans La Recherche En Contrôle », Comptabilité Contrôle Audit vol. 15, n° 2, p. 133-157.

Booth, P. (1993). « Accounting in Churches: A Research Framework and Agenda », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 6, n° 4, p. 37-67.

Callon, M. (1985). « Éléments Pour Une Sociologie De La Traduction : La Domestication Des Coquilles St-Jacques Et Des Marins Pêcheurs Dans La Baie De St. Brieuc », L'Année Sociologique vol. 36p. 169-208.

Callon, M. et Law, J. (1982). « On Interests and Their Transformation: Enrolment and Counter-Enrolment », Social Studies of Science vol. 12, n° 4, p. 615-625.

Callon, M. et Rabeharisoa, V. (2008). « The Growing Engagement of Emergent Concerned Groups in Political and Economic Life: Lessons from the French Association of Neuromuscular Disease Patients », Science Technology Human Values vol. 33p. 230-261.

Charreaux, G. et Schatt, A. (2005). « La Recherche Française En Finance :Une Perspective À Travers Les Travaux Des Enseignants-Chercheurs En Gestion Sur La Période 1994-2003 », Finance Contrôle Stratégie vol. 9, n° 1, p. 239-271.

Charreaux, G. et Schatt, A. (2006). « Les Publications Françaises En Comptabilité Et Contrôle De Gestion Sur La Période 1994-2003 :Un État Des Lieux », Comptabilité Contrôle Audit vol. 11, n° 2, p. 5-38.

Charreire, S. et Huault, I. (2002). « Le Constructivisme Dans La Pratique De Recherche : Une Évaluation À Partir De Seize Thèses De Doctorat », Finance Contrôle Stratégie vol. 4p. 31-55.

Cordery, C. (2006). « Hallowed Treasures: Sacred, Secular and the Wesleyan Methodists in New Zealand, 1819-1940 », Accounting History vol. 11, n° 2, p. 199-220.

Davison, J. (2004). « Sacred Vestiges in Financial Reporting: Mythical Readings Guided by Mircea Eliade », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 476 - 497.

Gallhofer, S. et Haslam, J. (2004). « Accounting and Liberation Theology: Some Insights for the Project of Emancipatory Accounting », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 382 - 407.

Gallhofer, S. et Haslam, J. (2011). « Emancipation, the Spiritual and Accounting », Critical Perspectives on Accounting vol. 22, n° 5, p. 500-509.

Gendron, Y. et Baker, R. (2001). « Par-Delà Les FrontièRes Disciplinaires Et Linguistiques : L’influence Des Penseurs Français Sur La Recherche En Comptabilité », Comptabilité Contrôle Audit vol. 7, n° 2, p. 5-23.

Hannifa, R. et Hudaib, M. (2010). « The Two Ws of Islamic Accounting Research », Journal of Islamic Accounting and Business Research vol. 1, n° 1, p. 5-9.

Hardy, L. et Ballis, H. (2005). « Does One Size Fit All? The Sacred and Secular Divide Revisited with Insights from Niebuhr's Typology of Social Action », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 18, n° 2, p. 238 - 254.

Hopwood, A.G. (1976). « Editorial », Accounting, Organizations & Society vol. 1, n° 1, p. 1-4.

Irvine, H. (1999). « Who's Counting? An Institutional Analysis of Expectations of Accounting in a Nonprofit Religious/Charitable Organization within a Changing Environment. », Unpublished PhD dissertation. Department of Accounting and Finance, University of Wollongong.

Irvine, H. (2002). « The Legitimizing Power of Financial Statements in the Salvation Army in England, 1865 - 1892 », Accounting Historians Journal vol. 29, n° 1, p. 1-36.

Irvine, H. (2005). « Balancing Money and Mission in a Local Church Budget », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 18, n° 2, p. 211-237.

Jacobs, K. (2005). « The Sacred and the Secular: Examining the Role of Accounting in the Religious Context », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 18, n° 2, p. 189 - 210.

Jacobs, K. et Walker, S., P. (2004). « Accounting and Accountability in the Iona Community », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 361 - 381.

Javayasinghe, K. et Soorbaroyen, T. (2009). « Religious 'Spirit' and Peoples' Perceptions in Hindu and Buddhist Relgiious Organizations », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 22, n° 7, p. 997-1028.

Joannidès, V. (2011). « Influences De La Pré-Connaissance Sur Le Design De Recherche : Le Cas Des Liens Entre Gestion Et Comptabilité », Finance Contrôle Stratégie vol. 14, n° 4, p. 91-127.

Joannidès, V. (2012). « Accounterability and the Problematics of Accountability », Critical Perspectives on Accounting vol. 23, n° 3, p. 244-257.

Joannidès, V. et Berland, N. (2008). « Grounded Theory : Quels Usages Dans Les Recherches En Contrôle De Gestion », Comptabilité Contrôle Audit vol. 14p. 72-94.

Justesen, L. et Mouritsen, J. (2011). « Effects of Actor-Network Theory in Accounting Research », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 24, n° 2, p. 161-193.

Kreander, N., McPhail, K. et Molyneaux, D. (2004). « God's Fund Managers: A Critical Study of Stock Market Investment Practices of the Church of England and Uk Methodists », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 408-441.

Latour, B. (1987). Science in Action, Harvard University Press.

Latour, B. (1993). We Have Never Been Modern, Harvard University Press.

Latour, B. (1994). « Pragmatogonies… a Mythical Account of How Humans and Non-Humans Swap Properties », American Behavioral Scientist vol. 37, n° 6, p. 791-808.

Latour, B. (2004). « Why Has Critique Run out of Steam? From Matters of Fact to Matters of Concern », Critical Inquiry vol. 30, n° 2, p. 225-248.

Latour, B. (2005). Reassembling the Social – an Introduction to Actor-Network Theory, Oxford University Press.

Laughlin, R. (1988). « Accounting in Its Social Context: An Analysis of the Accounting Systems of the Church of England », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 1, n° 2, p. 19-42.

Laughlin, R. (1990). « A Model of Financial Accountability and the Church of England », Financial Accountability & Management vol. 6, n° 2, p. 93-114.

Lightbody, M. (2000). « Storing and Shielding: Financial Management Behaviour in a Church Organization », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 13, n° 2, p. 156-174.

Lightbody, M. (2003). « On Being a Financial Manager in a Church Organisation: Understanding the Experience », Financial Accountability & Management vol. 19, n° 2, p. 117-138.

McKernan, J.F. (2012). « Accountability as Aporia, Testimony and Gift », Critical Perspectives on Accounting vol. 23, n° 3, p. 258-278.

McKernan, J.F. et Kosmala, K. (2004). « Accounting, Love and Justice », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 327-360.

McKernan, J.F. et Kosmala, K. (2007). « Doing the Truth: Religion Deconstruction Justice, and Accounting », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 20, n° 5, p. 729-764.

McPhail, K., Gorringe, T. et Gray, R. (2004). « Accounting and Theology, an Introduction: Initiating a Dialogue between Immediacy and Eternity », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 320 - 326.

McPhail, K., Gorringe, T. et Gray, R. (2005). « Crossing the Great Divide: Critiquing the Sacred Secular Dichotomy in Accounting Research », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 18, n° 2, p. 185 - 188.

Moerman, L. (2006). « People as Prophets: Liberation Theology as a Radical Perspective on Accounting », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 19, n° 2, p. 169 - 185.

Moerman, L. (2008). « The Biblical Jubilee: Old Wineskin for a New Wine? », Accounting History vol. 13, n° 2, p. 207-226.

Molisa, P. (2011). « A Spiritual Reflection on Emancipation and Accounting », Critical Perspectives on Accounting vol. 22, n° 5, p. 453-484.

Napier, C. (2009). « Defining Islamic Accounting: Current Issues, Past Root », Accounting History vol. 14, n° 1/2, p. 121-144.

Parker, L.D. (2001). « Reactive Planning in a Christian Bureaucracy », Management Accounting Research vol. 12, n° 3, p. 321-356.

Parker, L.D. (2002). « Budgetary Incrementalism in a Christian Bureaucracy », Management Accounting Research vol. 13, n° 1, p. 71-100.

Prieto, B., Maté, L. et Tua, J. (2006). « The Accounting Records of the Monastery of Silos Throughout the Eighteenth Century: The Accumulation and Management of Its Patrimony in the Light of Its Accounts Books », Accounting History vol. 11, n° 2, p. 221-256.

Saravanamuthu, K. (2006). « Gandhian-Vedic Paradigm: Theorising Sustainable Development », in Z. Hoque, Methodological Issues in Accounting Research: Theories, Methods and Issues: Spiramus Press, p. 291-332.

Soulerot, M. et Chtioui, T. (2006). « Quelle Structure Des Connaissances Dans La Recherche FrançAise En Comptabilité, ContrôLe Et Audit ? Une ÉTude BiblioméTrique De La Revue Cca Sur La PéRiode 1995-2004 », Comptabilité Contrôle Audit vol. 12, n° 1, p. 7-25.

Tinker, T. (2004). « The Enlightenment and Its Discontents: Antinomies of Christianity, Islam and the Calculative Sciences », Accounting, Auditing & Accountability Journal vol. 17, n° 3, p. 442 - 475.

Haut de page

Annexe

Grille d’entretien

La grille d’entretien était structurée autour de trois axes :

I. Motivation et débats scientifiques

Selon vous, quels étaient les termes du débat scientifique relatif aux liens entre contrôle et religion au moment où vous avez écrit vos articles sur le sujet ?

Comment souhaitiez-vous à l’époque voir évoluer le débat scientifique sur les liens entre contrôle et religion ?

Aujourd’hui, ces débats scientifiques vous satisfont-ils ? Pourriez-vous envisager d’y contribuer d’une manière ou d’une autre ?

II. Constitution du réseau et interactions avec les autres acteurs

À l’époque où vous avez écrit vos articles sur les liens entre contrôle et religion, qui étaient les principaux acteurs humains et non humains de ce réseau académique ?

Quelles relations aviez-vous avec eux ? Comment ces relations ont-elles pu ou non influencer votre entrée et votre évolution au sein de ce réseau ?

Question aspiratrice :

Y a-t-il quoi que ce soit sur lequel je ne vous ai pas interrogé(e) et qu’il vous semble important d’évoquer pour comprendre le réseau traitant des liens entre contrôle et religion ainsi que l’évolution des débats scientifiques qui l’ont animé ?

Haut de page

Notes

1 Ces revues sont Accounting, Organizations and Society, Management Accounting Research, Financial Accountability & Management, Critical Perspectives on Accounting, Accounting Historians Journal.

2 La Théorie Positive de la Comptabilité postule que la recherche en comptabilité et contrôle de gestion doit expliquer et prédire les pratiques.

3 Interdisciplinary Perspectives on Accounting est la conférence associée à AAAJ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vassili Joannides, « Débats scientifiques et controverses en sciences de gestion ou la construction de réseaux académiques », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 16-3 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://fcs.revues.org/1349 ; DOI : 10.4000/fcs.1349

Haut de page

Auteur

Vassili Joannides

Grenoble Ecole de Management

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page