Navigation – Plan du site

Epistémologie et méthodologie des CIFRE1 : Illustration par des thèses soutenues en Finance Contrôle Stratégie

Epistemology and Methodology of the Industrial Contracts for Training through Research: Illustration thanks to PhD theses in Finance, Management Control and Corporate Strategy
Fana Rasolofo-Distler et Cindy Zawadzki

Résumés

Les CIFRE sont des dispositifs de plus en plus mobilisés dans les thèses en sciences de gestion. Elles sont particulièrement adaptées aux recherches en Finance Contrôle Stratégie préconisant une approche terrain. Or ce sont également des dispositifs qui suscitent la méfiance de certains chercheurs sur la validité et la fiabilité scientifiques des résultats qui en émanent. D’où la nécessité d’en éclaircir le cadre : les caractéristiques épistémologiques, la méthodologie d’accès au terrain, les conditions de scientificité et les apports dans la production de connaissances. Cette publication a une visée explicative mais également opératoire et démontre l’apport des CIFRE à la recherche en sciences de gestion.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 CIFRE est l’acronyme de Conventions Industrielles de Formation par la Recherche
  • 2 On entend par financement « institutionnel » les financements spécialement créés par l’État dans le (...)
  • 3 L’AERES souligne, dans sa synthèse de l’évaluation des Écoles doctorales de la vague B que « Le nom (...)
  • 4 CIFRE dans le texte
  • 5 Source : MESP/DGRI et ANRT, http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html, m (...)

1La pression des écoles doctorales pour soutenir sa thèse dans le temps imparti (trois ans) est de plus en plus réelle. Réaliser sa thèse dans le cadre d’un financement « institutionnel »2 semble diminuer les risques d’abandon ou d’allongement de la durée3. Par ailleurs, « L’essentiel des innovations conceptuelles et méthodologiques de ces vingt dernières années résultent d’observations de pratiques professionnelles réalisées par des manageurs, des consultants et des chercheurs intervenants » (Cappelletti 2007, p. 69). Il est de ce fait essentiel pour la recherche académique de se rapprocher du monde de l’entreprise, en étudiant ses problématiques et c’est ce que permettent les Conventions Industrielles de Formation par la REcherche4. Créées en 1981 par l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT), les CIFRE ont pour objet de subventionner toute entreprise de droit français qui embauche un doctorant, inscrit dans un laboratoire de recherche, dont la mission professionnelle doit aboutir à la soutenance d’une thèse. En 2010, les CIFRE des sciences économiques, humaines et sociales représentaient 19,8 % de l’ensemble des CIFRE5. Elles sont particulièrement adaptées aux recherches en Finance Contrôle Stratégie préconisant une approche terrain. Cette immersion sur la durée permet au chercheur de ne pas fonder ses études uniquement sur la perception des acteurs (les déclarations dans le cadre d’interviews ou de questionnaires) mais de les recouper par référence aux pratiques et aux caractéristiques réelles des outils et des visions des acteurs en action. Toutefois, ces dispositifs de recherche, comme d’autres méthodologies accordant une forte place au terrain, suscitent encore la méfiance de certains chercheurs, notamment sur la validité et la fiabilité des résultats qui en émanent : « La recherche action, la démarche inductive et l’observation des phénomènes n’ont pas bonne presse dans le monde scientifique » (Dupuy et al. 2006, p. 16). Les interrogations s’articulent autour des fondements épistémologiques évoqués par Le Moigne (1995a) sur le statut, la méthode et la valeur des connaissances produites. Elles résultent par ailleurs d’une méfiance vis-à-vis d’une recherche appliquée, dont la problématique de recherche émane de l’entreprise d’accueil du chercheur, qui constitue souvent le principal financeur du projet de chercheur, ne favorisant pas ainsi la vision holistique que permet notamment la recherche fondamentale. Cependant, comme l’évoquent David et al. (2012), la communauté scientifique tend à évoluer sur ces considérations en constatant que « les traditions conceptrices et intervenantes – stratégie, recherche opérationnelle et aide à la décision, comptabilité et contrôle, ainsi que les recherches collaboratives (de type action research, action science, intervention science) avaient toute leur place dans la production des connaissances rigoureuses en science de gestion » (p. 9). Cette publication a une double visée. D’une part, elle a une visée explicative car elle décrit et explique les caractéristiques épistémologiques et méthodologiques des thèses CIFRE. D’autre part, elle a une visée opératoire, notamment pour les doctorants et directeurs de thèses souhaitant se lancer dans une telle démarche. Pour ce faire, nous avons analysé treize thèses soutenues en Finance Contrôle Stratégie, ayant mobilisé ce type de dispositif. Puis, notre propos est illustré plus particulièrement par deux thèses en contrôle de gestion. Nous démontrons que les thèses CIFRE, si elles respectent les conditions de scientificité, participent à la recherche en sciences de gestion, tant par leur apports théoriques que managériaux.

2Dans un premier temps, nous faisons une présentation synoptique des caractéristiques épistémologiques et méthodologiques des thèses CIFRE soutenues en Finance Contrôle Stratégie en concluant par un positionnement du chercheur en CIFRE par rapport à d’autres méthodologies de terrain. Dans un deuxième temps, nous étudions en profondeur deux thèses CIFRE soutenues et qualifiées en contrôle de gestion, en mettant en évidence leurs apports pour les parties prenantes de la convention : communauté de chercheurs (représentée par le laboratoire), doctorant et entreprise d’accueil. Enfin, dans un troisième temps, nous tirons des enseignements de notre recherche en précisant les conditions de scientificité qui garantissent aux CIFRE la production de connaissances scientifiques.

1. Présentation synoptique des thèses CIFRE soutenues en Finance Contrôle Stratégie

  • 6 Thèses.fr est une application du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche qui recen (...)

3En mobilisant la base de données « thèses.fr »6, nous avons recensé treize thèses CIFRE soutenues en Finance Contrôle Stratégie en France depuis l’année 2006. Nous les présentons dans le tableau 1. En les analysant, nous avons constaté que le positionnement épistémologique d’une thèse CIFRE peut aller du positivisme au constructivisme, en passant par l’interprétativisme. Plusieurs méthodologies peuvent être déployées au sein de l’entreprise d’accueil (étude de cas, observation participante, recherche action, recherche intervention).

Tableau  : Récapitulatif des thèses CIFRE recensées depuis 2006 

N° 

Auteur

Titre de la thèse

Discipline

Directeurs de thèse

Entreprise
d'accueil

Positionnement
épistémologique

Démarche
méthodologique

Apports de
la recherche

1

Arjaliès de la Lande de Vallière

2010

Les mécanismes du changement institutionnel - Le cas de l'Investissement Socialement Responsable

Finance - RSE

Philippe Lorino et Nicolas Mottis

Macif Gestion

Epistémologie pragmatiste

Enquête coopérative / Observation participante

Apports théoriques, méthodologiques et pratiques

2

Bou Saba

2011

L'implantation d'un outil d'intelligence collective. Un essai d'observation et d'interprétation. L'outil COOPERFIC pour les coopératives agricoles du Languedoc-Roussillon

Contrôle de gestion

Yves Dupuy

Fédération Régionale de la Coopération Agricole du Languedoc-Roussillon (FRCA LR)

Constructivisme

Recherche action

Apports théoriques et managériaux, implantation d'outil de gestion

3

Corbett

2009

Entre discours stratégique et pratique organisationnelle : une mise en intrigue de la gestion des connaissances dans la Branche Ciment.

Knowledge Management

Eléonore Mounoud

Groupe Lafarge

Interprétativisme

Observation participante

Apports théoriques, méthodologiques et managériaux

4

Drut

2011

Investissement socialement responsable et sélection de portefeuille

Finance - RSE

Valérie Mignon

Crédit Agricole Asset Management

 

 

Etudes empiriques et apports conceptuels.

5

Gex

2011

Le marché des credit default swaps : effets de contagion et processus de découverte des prix durant les crises.

Finance

Pascal Louvet

Banque de France

 

 

Etudes empiriques et apports conceptuels.

6

Lapalle

2012

Étude des impacts de la démarche globale de RSE sur les attitudes et comportements des parties prenantes internes et externes de l’organisation : salariés, clients et militants. Le cas d’une entreprise de l’économie sociale : la MAIF

RSE

Jacques Igalens

Maif

 Positivisme modéré

 Etude de cas

Apports méthodologiques (tester une théorie existante sur un cas unique)

7

Nowaczyk

2008

L'intégration du développement durable dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement

RSE

Pierre Bardelli

Agence de notation extra financière BMJ Ratings

 

 

Réalisation de monographies et cartographie des pratiques

8

Pennaforte

2010

La relation dialectique d'alternance : l'impact de la formation en alternance sur l'implication organisationnelle et le turnover dans le monde des services

Stratégie - GRH

Maurice Thévenet

Veolia Transport

Positivisme ouvert ou Post -positivisme

 Observation participante

Recherche à visées descriptive, compréhensive, prédictive et explicative

9

Rasolofo-Distler

2009

Conception et mise en œuvre d'un système de pilotage intégrant la responsabilité sociale de l'entreprise : une méthode combinatoire

Contrôle de gestion - RSE

François Meyssonnier

Batigère

Interprétativisme

Recherche intervention

Apports théoriques et méthodologiques, conception et implantation d'outil de gestion, analyse de l'appropriation par les acteurs

10

Rivière

2009

Les effets des stratégies d'enrichissement de produits sur la valeur perçue d'un bien complexe : une application au secteur automobile.

Stratégie -Marketing

Monique Zollinger

Secteur Automobile

Positivisme

 

Apports conceptuels, théoriques et managériaux

11

Sabatier

2011

Discontinuités technologiques et business models : analyse des mécanismes de transformation de l'industrie du médicament

Stratégie

Vincent Mangematin

PX’Therapeutics (entreprise de biotechnologies)

 

Observation participante

Apports théoriques et empiriques

12

Sellin

2011

Des organisations centrées processus aux organisations centrées connaissance : la cartographie de connaissances comme levier de transformation des organisations. Le cas de la démarche de "Transfert de Savoir-faire" chez Total

Knowledge Management

Jean-Jacques Bocquet

Total

Constructivisme

Recherche intervention

Apports théoriques, conception d'outil de gestion, réponse à une problématique opérationnelle

13

Zawadzki

2009

Enjeux et difficultés de l'introduction
du contrôle de gestion : une étude de cas en PME

Contrôle de gestion

François Meyssonnier

Alpha Mode (nom d'emprunt)

Positivisme modéré

Recherche action /
Observation participante

Apports théoriques, méthodologiques et managériaux

1.1. Les positionnements épistémologiques des thèses CIFRE

4L’épistémologie étudie la validité scientifique des connaissances : « Elle s’interroge sur ce qu’est la science en discutant de la nature, de la méthode et de la valeur de la connaissance » (Perret et Seville 2007, p. 13). Appliquée aux sciences de gestion, cette étude de la scientificité se traduit par des questionnements épistémologiques sur ce qui fonde la gestion comme science. Sur les treize thèses CIFRE analysées, neuf ont clairement annoncé leur positionnement épistémologique : quatre thèses positivistes, allant du positivisme pure (Rivière 2009) au positivisme ouvert ou modéré (Zawadzki 2009 ; Pennaforte 2010 ; Lapalle 2012), deux thèses interprétativistes (Corbett 2009 ; Rasolofo-Distler 2009), deux thèses constructivistes (Bou Saba 2011 ; Sellin, 2011) et une thèse préconisant une épistémologie pragmatiste (Arjaliès de la Lande de Vallière 2010). Les raisonnements scientifiques combinent les trois formes de raisonnement : déductif, abductif et inductif.

1.1.1. Epistémologie positiviste

5Pour caractériser le positivisme, nous pouvons citer deux principes : l’ontologie (la réalité est dotée d’une essence propre) et le déterminisme (la réalité est soumise à des lois universelles et immuables). Au niveau méthodologique, le positivisme est associé à la déduction (les lois résultent d’hypothèses testées et validées) et à l’objectivité (l’observation de l’objet réel par l’observant ne modifie ni l’objet ni l’observant). Les chercheurs CIFRE optant pour un positionnement positiviste considèrent que leur rôle est de « découvrir les raisons simples par lesquelles les faits observés sont reliés aux causes qui les expliquent » (Lapalle 2012, p. 46). Ils vont ainsi mobiliser une méthodologie hypothético-déductive c’est-à-dire « émettre des hypothèses qui seront ensuite testées à l’épreuve des faits » (Rivière, 2009, p. 9).

1.1.2. Convergence entre interprétativisme et CIFRE

6L’interprétativisme postule que le monde est fait d’interprétations et que ces dernières se construisent à travers les interactions entre les individus (Perret et Girod-Séville 2002). La recherche de l’objectivité par la méthode ne suffit pas à la compréhension d’une situation. Selon Gadamer (1996, p. 20), « L’entrée en jeu de libres décisions, s’il y en a, n’interrompt pas la régularité du déroulement, elle prend place, au contraire, dans la généralité et la régularité que l’induction permet d’atteindre ». Il précise néanmoins que « Toute interprétation juste doit se garantir contre l’arbitraire d’idées de rencontres et contre l’étroitesse qui dérive d’habitudes de pensées imperceptibles » (p. 287). Interpréter c’est produire des diagnostics théorico-empiriques des situations (Claveau et Tannery 2002). Le chercheur CIFRE opte pour un positionnement interprétativiste quand son objectif est d’interpréter la représentation que les acteurs de l’entreprise d’accueil se font de leurs actions (Corbett 2009). L’interprétativisme est assimilé sur le plan méthodologique au raisonnement abductif qui consiste en une interprétation par le chercheur de la situation étudiée. Il confère à la découverte un statut explicatif ou compréhensif qui nécessitera d’être testé plus avant pour tendre vers le statut de règle (Savall et Zardet 2004).

1.1.3. CIFRE et construction de connaissances

7Le constructivisme est un positionnement épistémologique basé sur la relativité de la notion de vérité ou de réel. La réalité est définie par la représentation de l'expérience du réel que s'en construit un sujet. Comme le remarque Morin (1990, p. 57), « sujet et objet sont indissociables, mais notre mode de pensée exclut l’un par l’autre ». C’est le principe « dialogique », le maintien de la dualité au sein de l’unité. Le constructivisme se fonde sur l’interaction sujet-objet, la recherche « n’est plus définie par son objet, mais par son projet » (Le Moigne 1995b, p. 119). Les hypothèses constructivistes s’expriment souvent sous forme méthodologique par le principe d’induction (Charreire et Huault 2002 ; David 2000a), qui consiste à rassembler une série d’observations spécifiques pour arriver à formuler une conclusion générale. Le chercheur CIFRE opte pour un positionnement constructiviste du fait de la complexité de l’objet étudié avec des enjeux sociopolitiques et des interactions avec les acteurs du terrain. Il se trouve ainsi confronté à « une réalité difficile à simplifier » dans des liens de causes à effets (Bou Saba 2011, p. 148).

1.2. Les positionnements méthodologiques des thèses CIFRE

8Nous avons recensé quatre méthodologies d’accès au terrain évoquées par les chercheurs en thèse CIFRE : l’étude de cas, l’observation participante, la recherche action et la recherche intervention. Il est difficile pour un thésard CIFRE de s’orienter vers de l’observation non participante puisque la signature de la convention tripartite implique que le chercheur participe au fonctionnement de l’entreprise en y occupant une fonction.

9Dans le cadre d’une CIFRE, on peut avoir recours à une méthodologie dans laquelle on va chercher soit à analyser le réel (étude de cas), soit à le comprendre (observation participante), soit à agir sur le réel (recherche action/intervention).

1.2.1. L’étude de cas

10Selon la définition de Yin (1989, p. 25) l’étude de cas est : « une recherche empirique qui étudie un phénomène contemporain dans un contexte réel, lorsque les frontières entre le phénomène et le contexte n’apparaissent pas clairement et dans lequel on mobilise des sources empiriques multiples ». Le chercheur CIFRE mobilise la méthodologie de l’étude de cas dans le but de tester une théorie existante sur un cas unique d’entreprise (Lapalle 2012), en l’occurrence, l’entreprise d’accueil du thésard. On peut ainsi qualifier de « méthodologiques » les apports de l’étude de cas en ce sens où elle permet, soit de vérifier une théorie, soit de découvrir des hypothèses avec un degré de certitude plus élevé que celles issues d’une méthode statistique (Znaniecki 1934). Elle permet de suivre un phénomène en étudiant sur le terrain son évolution dans le temps, les aspects processuels et est liée à un contexte particulier : il s’agit d’une recherche dynamique qui évolue pour s’adapter aux particularités du terrain (Coutelle 2005).

1.2.2. L’observation participante

11L’observation participante consiste à s’introduire dans une organisation pour en étudier son fonctionnement, en appliquant les préconisations de Peretz (1998) : être présent, s’adapter, observer, et enregistrer. Le thésard CIFRE opte pour cette approche du terrain quand il cherche à observer et analyser son entreprise d’accueil (Sabatier 2011). Les apports de l’observation participante peuvent ainsi être qualifiés de « conceptuels, théoriques et managériaux » en ce sens où le chercheur-observateur analyse son terrain de recherche tout en participant à son fonctionnement. Le chercheur doit donc faire preuve de capacités de sociabilité, d’attention, de mémoire et d’interprétation (Grawitz 2001). L’observation participante développée en entreprise s’apparentera à de l'ethnométhodologie permettant de tirer des applications pratiques de l’analyse du mode de fonctionnement de groupes sociaux. Cette méthodologie présente des avantages essentiels : réduction de la distance sujet-objet de la recherche ; situations et données naturelles, non créées artificiellement (Wacheux 1996) ; spontanéité, qualité de l’information, accès à des éléments significatifs.

1.2.3. La recherche action/intervention

12Dans les disciplines où on cherche à agir sur le réel pour l’améliorer, par exemple par l’introduction de nouveaux outils de gestion (knowledge management, pilotage de la performance, NTIC, …), la méthodologie de la recherche action/intervention est particulièrement adaptée. Ainsi, la thèse CIFRE poursuit deux finalités : agir avec l’entreprise dans l’optimisation de sa performance et participer à la production de connaissances dans le cadre d’une recherche scientifique. La recherche action/intervention ne se limite pas à la construction mentale de la réalité (c’est le cas notamment de l’observation), mais implique la construction concrète de modèles et d’outils de gestion (David 2000b). La différenciation entre action et intervention se situe dans la volonté de transformation de l’objet de recherche qui est plus affirmée en recherche intervention par rapport à la recherche action (Lallé 2004). Les thésards CIFRE mobilisent la recherche action/intervention pour répondre à un besoin opérationnel de l’entreprise d’accueil (Rasolofo-Distler 2009 ; Zawadzki 2009 ; Sellin 2011 ; Bou Saba 2012). Les apports de la recherche peuvent ainsi être qualifiés d’ « ingénieriques » en ce sens où le chercheur conçoit l'outil support de sa recherche, le construit, et agit à la fois comme animateur et évaluateur de sa mise en œuvre dans les organisations (Chanal et al. 1997).

13Les différences entre les méthodologies mobilisées résident dans les apports de la recherche comme le montre la figure 1.

Figure  : Méthodologie d’accès au terrain et apports de la recherche

Figure  : Méthodologie d’accès au terrain et apports de la recherche

14Il existe différentes démarches d’intégration d’un terrain de recherche. Le statut du chercheur évolue ainsi en fonction du degré d’internalisation de la démarche allant du statut de consultant (Schein 1987) au statut de chercheur acteur (Engaged Scholarship, Van de Ven et Johnson 2006 ; Evidence Based Management, Rousseau 2006 ; Recherche intervention qualimétrique, Savall et Zardet 2004), voire au statut de praticien réflexif (Schön 1983, 1987). Nous allons positionner les CIFRE par rapport à ces différentes démarches afin de montrer leurs particularités.

1.3. Le positionnement du chercheur en CIFRE par rapport à d’autres méthodologies de terrain

15La CIFRE permet un accès au terrain privilégié. Elle se distingue des trois modèles de consultation présentés par Schein en 1987 (« the purchase of information or expertise, the doctor-patient model and the process consultation model ») notamment en ce qu’elle repose sur une connaissance réelle de l’entreprise. Elle n’a pas qu’un rôle de diagnostic et de modélisation des outils pour stimuler le changement, mais permet de modifier réellement le fonctionnement de l’entreprise d’accueil. Le doctorant en CIFRE n’est pas un praticien engagé dans un processus réflexif (Schön 1983, 1987) mais bien un chercheur intégré en entreprise. Le chercheur en CIFRE ne mobilise pas l’Evidence Based Management dans lequel on définit un cadre en se basant uniquement sur des éléments de terrain présentés par les acteurs (un problème ou une question d’entreprise, des preuves internes, des preuves externes, et le point de vue des parties prenantes). Il en est de même pour l’engaged scholarship. Au cours d’une CIFRE, le doctorant a un positionnement en entreprise plus prononcé, sans entrer dans une situation d’acteur-chercheur où le contrat de travail serait lié à la réalisation des objectifs professionnels.

16Par ailleurs, il est souvent reproché au chercheur intervenant de pratiquer de la consultance déguisée. Ce reproche s’adresse d’autant plus aux thèses CIFRE que les liens contractuels qui lient le chercheur à son terrain de recherche est un contrat de travail classique, ce qui amplifie la « pression politique » subie par le chercheur (Cappelletti 2010, p. 18). Toutefois, la fonction ontologique de la recherche est la publication et la production de connaissances (Plane 2000), ce qui la distingue d’activités de consulting, et ce que permet la CIFRE par la production d’une thèse et d’articles académiques. Les connaissances produites au cours d’une CIFRE résultent de l’analyse des logiques d’action (Bréchet et Schieb-Bienfait 2011) au sein des organisations et s’intègrent au projet des sciences de gestion évoqué par Le Moigne (1990) qui est de construire une « représentation intelligible des interventions des acteurs au sein des organisations » (p. 116).

17La figure 2 permet de positionner le chercheur en CIFRE au regard de ces différentes méthodes d’accès au terrain.

Figure  : Evaluation de l’internalisation des approches terrain

Figure  : Evaluation de l’internalisation des approches terrain

Image

18Pour donner des exemples précis de connaissances scientifiques produites par des thèses CIFRE et leurs apports pour l'ensemble des parties prenantes au contrat (laboratoire/doctorant/entreprise), nous allons étudier en profondeur deux thèses récemment soutenues et qualifiées en contrôle de gestion.

2. Etude approfondie de deux thèses CIFRE soutenues en contrôle de gestion

19Nous allons présenter dans cette partie deux thèses CIFRE soutenues en contrôle de gestion. Nous mettrons en exergue les connaissances scientifiques produites ainsi que l’apport des thèses pour chacune des parties prenantes au contrat CIFRE (Laboratoire de recherche, entreprise d’accueil et doctorant). Nobre (1999) rappelle le contexte téléologique de la recherche en contrôle de gestion en présentant ses objectifs : descriptif (connaître les pratiques, les outils), explicatif (comprendre et proposer des modèles) et prescriptif (proposer des méthodes et des outils) ainsi que ses cibles (organisation et monde scientifique).

2.1. Présentation des deux thèses

2.1.1. Terrains et objectifs de recherche

  • 7 Nom d’emprunt, l’entreprise souhaitant conserver l’anonymat

1ère thèse 

La première CIFRE que nous allons évoquer est effectuée au sein d’un groupe d’entreprises dénommé Batigère (premier opérateur immobilier du Grand Est et parmi les dix premiers au niveau national). L’étude porte sur le pôle Entreprises Sociales pour l’Habitat (ESH) de Batigère qui est constitué de 10 ESH. Avec ses 60 000 logements, il employait 979 personnes en 2005 et dégageait un chiffre d’affaires de 241 millions d’euros. Les deux activités principales des ESH de Batigère sont le Développement Immobilier et la Gestion Locative. Le Développement Immobilier est caractérisé par des activités de développement du patrimoine immobilier c’est-à-dire la création de patrimoine (construction neuve, acquisition amélioration et croissance externe) et le renouvellement du patrimoine existant (restructuration et réhabilitation). Le patrimoine immobilier est destiné à la location, d’où une deuxième activité de gestion locative qui est caractérisée par les activités de location du patrimoine et la gestion des relations avec les locataires de l’attribution du logement jusqu’à la fin du bail.

La recherche a des visées descriptives et explicatives mais également opératoires sur la problématique de l’intégration d’une dimension sociétale dans le système de pilotage de la performance. En mobilisant la théorie des parties prenantes comme cadre d’analyse de l’opérationnalisation de la responsabilité sociétale (Rasolofo-Distler, 2010), la doctorante étudie en profondeur le cas de son entreprise d’accueil dans toutes ses dimensions : articulation entre préoccupation sociale et préoccupation économique, conception et mise en œuvre du système de pilotage, appropriation des dispositifs par les acteurs. L’étude s’intéresse autant au « contenu » du système de pilotage qu’à son « processus » de conception et de mise en œuvre (Claveau et Tannery, 2002).

2ème thèse

L’intervention en CIFRE de la deuxième thèse s’est faite dans l’entreprise Alpha Mode7. Il s’agit d’une PME familiale de distribution créée dans les années 80, dont le capital est exclusivement détenu par les frères fondateurs. La stratégie mise en œuvre est de copier les leaders qui sont implantés dans des zones de chalandise de 100 000 habitants, en se focalisant sur des localités plus petites et isolées avec des zones de chalandise de 10 000 habitants environ. En moyenne, un nouveau magasin est ouvert chaque mois et sa stratégie de croissance externe lui permet de conforter sa volonté de développement. A l’arrivée de la doctorante dans l’entreprise fin 2005, celle-ci compte 105 magasins pour 550 salariés (CA de 75 millions d’euros). La doctorante occupe le poste d’assistante du directeur administratif et financier.

L’objectif de la thèse CIFRE est d’apporter des modifications concrètes du fonctionnement d’Alpha Mode, ce afin de répondre au besoin de l’entreprise. La définition de la problématique de la thèse s’est donc faite en lien avec le terrain de recherche, ce qui est classique dans les thèses avec une dimension terrain forte : Quel est le processus de mise en place d’un système de pilotage global dans une entreprise familiale en développement ? La conciliation entre les attentes de l’entreprise et la production de connaissances scientifiques s’est donc faite naturellement.

20Après avoir présenté les terrains de recherche et défini les objectifs des deux thèses, nous allons exposer les positionnements mobilisés par les doctorants pour défendre la scientificité de leur démarche.

2.1.2. Les positionnements épistémologiques

1ère thèse

Dans la première thèse, la contribution dans la production de connaissances consiste, par un raisonnement abductif, à interpréter les résultats émanant du terrain de recherche pour proposer des conjectures. Le positionnement épistémologique peut être qualifié ainsi d’interprétativiste. La doctorante tire de l’interprétation des résultats riches, émanant d’une étude réalisée sur un cas unique, des propositions qui nécessiteront d’être testées plus avant pour tendre vers le statut de règle et prétendre à une généralisation.

2ème thèse

Dans la deuxième thèse, le financement et la méthodologie retenus dans le travail doctoral conduit le chercheur à ne pas être totalement indépendant de son objet de recherche : « Si un intervenant-chercheur, sur un terrain, pense être en position de neutralité, il est le seul à le croire. » (Girin 1975). Par ailleurs, le fait social est unique, historique et conduit à des actes sociaux et des pratiques sociales (Grawitz 2001). Le positionnement épistémologique s’oriente donc vers un positivisme modéré, la thèse ne respectant pas les critères d’un positivisme pur. Des allers et retours entre la théorie et le terrain, alternant abduction, déduction et induction sont effectués. Le travail de thèse se fait dans une approche dynamique, par l’émergence progressive des questions de recherche.

21Les positionnements épistémologiques des doctorants orientent leur méthodologie de recherche sur le terrain, ce que nous allons présenter ci-dessous.

2.1.3. Les méthodologies déployées

1ère thèse

Dans la première thèse, la méthodologie de la recherche intervention a été mobilisée. La démarche s’est faite en deux phases : une première phase caractérisée par une étude de cas et une deuxième phase de recherche de type ingénierique. Dans la première phase d’étude de cas, les questions de recherche émanent de la littérature. Dans l’analyse des rapports entre responsabilité globale et performance économique, l’instrumentation de gestion représente une porte d’entrée très peu exploitée. Afin d’explorer ce phénomène peu connu, une étude de cas a été menée sur une entreprise atypique mais particulièrement révélatrice. L’objectif était de procéder à une enquête empirique (Yin 1989) afin d’examiner un phénomène contemporain au sein de son contexte réel.

Dans la deuxième phase de recherche ingénierique, la problématique émane du terrain. Les questions de recherche ont été formulées en prenant en compte les préoccupations de l’entreprise d’accueil. L’intervention avait pour objectif de formuler des solutions face à un problème de gestion. Il s’agit d’aider les acteurs sur le terrain à concevoir et à mettre en œuvre des outils de gestion adéquats à partir d’un projet de transformation plus ou moins défini (David 2000b). L’outil conçu et mis en œuvre fut un système de tableaux de bord ayant comme spécificité l’intégration de la dimension sociétale de la performance. L’intervention est ingénierique car elle implique une contribution directe du chercheur-intervenant dans le processus de conception et de mise en œuvre de l’outil de gestion.

2ème thèse

Dans la deuxième thèse, la démarche s’est également faite en deux phases. La première phase consiste en la mise en place d’un système de contrôle de gestion global et cohérent, dans une démarche de recherche action pour en analyser le processus d’introduction. Trois tentatives d’introduction du contrôle de gestion sont lancées : elles échouent et conduisent à la démission successive de deux directeurs administratifs et financiers. Suivant l’opportunisme méthodique de Girin (1989), on s’oriente donc, dans la deuxième phase d’intervention, vers de l’observation participante afin de comprendre et analyser le fonctionnement atypique de cette PME. Parmi les quatre postures évoquées par Thiétart (1999), le rôle de la doctorante dans l’entreprise peut être qualifié d’« observateur qui participe » : le rôle de chercheur est assumé dans l’entreprise, le doctorant réalisant un travail de thèse mais la participation à la vie de l’entreprise reste marginale et consiste principalement en la réalisation de tâches opérationnelles durant les heures travaillées.

22Les CIFRE permettent ainsi de produire des connaissances scientifiques, utiles pour l’action des managers et ont un caractère heuristique pour les doctorants.

2.2. Les apports pour la production de connaissances scientifiques

23Les CIFRE regroupent trois contractants. La première partie prenante au contrat est le laboratoire de recherche qui héberge le doctorant. En effet, le contrat doit mener vers le développement de la recherche.

2.2.1. Apports pour la recherche

1ère thèse

La recherche en CIFRE réalisée chez Batigère a permis un recoupement entre discours et pratiques réelles des entreprises en matière de responsabilité sociétale. Elle a montré que derrière le discours bien construit de développement durable avancé par les entreprises dans le cadre de leur communication externe, il existe bel et bien une tension entre performance économique et responsabilité globale dans la gestion interne des entreprises. En revanche, cette tension peut être assumée et gérée dans le cadre du système de pilotage global (Meyssonnier et Rasolofo-Distler 2008). Ainsi, via les résultats de son intervention, la doctorante a pu expliquer et analyser le processus d’intégration de la performance sociétale dans le système de pilotage organisationnel traditionnellement tourné vers la performance financière.

2ème thèse

Quant à la recherche en CIFRE conduite chez Alpha Mode, elle a permis la négation d’un modèle théorique par une preuve, en mobilisant le falsificationnisme de Popper (1935). Le cas rencontré chez Alpha Mode, en tant que cas contradictoire, a permis de mettre en évidence la non validité universelle des seuils de Greiner (1972) (Meyssonnier et Zawadzki 2008). De plus, la recherche met en évidence que l’appropriation et la diffusion des outils de gestion reposent davantage sur des facteurs humains que sur des facteurs intrinsèques. Les dispositifs cognitifs que sont les conventions, en tant que valeurs individuelles qui s’opposent à la rationalisation du fonctionnement de l’entreprise se sont agrégés pour former les valeurs organisationnelles et agissent comme un frein à l’introduction du contrôle de gestion (Zawadzki 2009). Enfin, l’exposé de situations dans lesquelles l’introduction d’un système de pilotage a échoué reste peu nombreux, ce qui renforce d’autant l’intérêt de ce travail.

24Au-delà de leurs apports théoriques, les deux thèses, conformément aux objectifs des thèses CIFRE, ont contribué à améliorer le fonctionnement des entreprises d’accueil qui constituent par ailleurs la deuxième partie prenante du contrat de recherche CIFRE.

2.2.2. Apports pour les entreprises

25Durant la période de CIFRE, l’entreprise bénéficie d’une subvention accordée par l’ANRT, représentante du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. A cette subvention s'ajoute le crédit d'impôt recherche, calculé sur la part non subventionnée des coûts complets qu’engendre l’embauche du chercheur. Ces éléments permettent à l'entreprise de percevoir une somme annuelle d’environ 25 000 €8. Depuis 1981, les CIFRE ont réuni 7 000 entreprises, 4 000 laboratoires et 13 000 doctorants autour de projets de recherche et d'innovation9. Les CIFRE offrent la possibilité, plus particulièrement aux PME, de disposer de compétences pointues auxquelles financièrement, il ne leur est pas forcément possible d’accéder. 53 % des entreprises bénéficiaires de CIFRE sont des PME – ETI8.

26En plus des aides financières qui allègent les coûts d’embauche du chercheur, l’intervention du doctorant apporte à l’entreprise d’accueil des compétences nouvelles. Le chercheur, soutenu par son laboratoire de recherche, mobilise un cadre d’analyse et des référentiels que les dirigeants, souvent pris dans l’action, ont tendance à ignorer. Comme l’évoquait un dirigeant de Batigère « la tête dans le guidon, nous attendons de vous un regard extérieur ». Cette interaction entre chercheur et acteurs optimise la performance de l’organisation :

1ère thèse

Pour l’entreprise Batigère, l’intervention du chercheur a conduit à la mise en œuvre d’un système de tableaux de bord cohérent pour le pilotage de la performance multidimensionnelle. Le système de tableaux de bord conçu a contribué à l’homogénéisation de la représentation de l’efficacité et des critères de performance au sein de l’entreprise. Il a permis une légitimation de la fonction du contrôleur de gestion en offrant un outil adéquat pour le pilotage financier des opérations tout en élargissant le contrôle vers une performance multidimensionnelle. Selon les mots des acteurs de l’entreprise d’accueil, l’outil nouvellement conçu constitue « un outil efficace pour procéder à un benchmarking interne » et fournit « une information synthétisée en temps voulu », « une situation ordonnée, un point sur là où on en est sur les différents points, pour gagner en efficacité et en réactivité ».

2ème thèse

La recherche conduite chez Alpha Mode n’a pas abouti à l’introduction d’un système global et cohérent de contrôle de gestion mais des éléments significatifs ont évolué : réunions mensuelles dans les services et entre chefs de service, reporting d’activité semestriel pour les chefs de service, mise en place de groupes de travail, ébauche de rationalisation budgétaire dans certains services (travaux par exemple), utilisation d’outils de contrôle de gestion sociale (suivi des frais de personnel, outil de simulation de la masse salariale) : « J’ai contrôlé votre budget transport hier par rapport à la situation transmise par l’expert-comptable. Il est vraiment bien votre tableau. Tous les services devraient fonctionner ainsi avec des budgets » ; « Avec un suivi mensuel et la situation au 30 septembre, on arrive à recadrer » constate un des dirigeants.

27La troisième partie prenante au contrat de recherche CIFRE est le doctorant qui se sert de ce dispositif pour financer et réaliser son travail de thèse.

2.2.3. Apports pour le doctorant

28La CIFRE conduit le thésard à s’immerger dans deux mondes aux caractéristiques distinctes : la recherche et l’entreprise. Leurs approches différentes (et parfois contradictoires) sont intéressantes pour le doctorant qui devra apprendre à les concilier. La CIFRE permet de disposer d’un contrat de travail de trois années offrant des conditions saines pour la réalisation d’une thèse : accès aux données de l’entreprise et ressources financières. Par ailleurs, la CIFRE offre au futur docteur trois années d’expérience professionnelle, essentielles pour un futur enseignant-chercheur en gestion. Elle apparait comme le mode de financement le plus adéquat à certains profils de doctorants, issus par exemple d’un cursus universitaire professionnalisant (IAE), souvent très pragmatiques et préférant s’orienter vers une thèse ancrée dans le terrain. L’expérience acquise au cours des trois années de thèse en CIFRE peut être valorisée lors d’un recrutement dans l’enseignement supérieur, que cela soit en université par la prise en charge de la responsabilité d’un diplôme lié au secteur de l’entreprise d’accueil (cas de la première thèse), en école de commerce (cas de la deuxième thèse), ou directement en entreprise, dans des services de recherche et développement. 96 % des docteurs ayant bénéficié d’une CIFRE trouvent un emploi en un an au plus10.

3. Les enseignements de notre recherche

29L’analyse de plusieurs thèses soutenues dans le domaine de la finance, du contrôle et de la stratégie ayant bénéficié d’un dispositif CIFRE nous permet de tirer des enseignements sur les particularités scientifiques de ce type de thèse. Un dispositif de recherche doit être mis en place autour du doctorant afin de garantir la scientificité des résultats obtenus. Réaliser sa thèse en CIFRE conditionne le positionnement épistémologique puisque nous démontrons qu’un positivisme pur ne peut correspondre à ce type de recherche.

3.1. Avantages et conditions de scientificité des CIFRE

30Les CIFRE présentent des spécificités avantageuses pour la recherche en sciences de gestion à condition que les doctorants respectent les critères de scientificités inhérents à ce type de démarche. Nous allons présenter ci-après les avantages des CIFRE ainsi que les conditions pouvant garantir la scientificité des connaissances produites.

3.1.1. Avantages des CIFRE pour la recherche en sciences de gestion

  • 11 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20185/doctorat.html%23contratdoctoral

31La CIFRE apparaît comme le mode de financement, associé au programme doctoral, le plus apte à répondre aux exigences des ministres en charge de l'enseignement supérieur des quarante-cinq pays engagés dans le processus de Bologne : « Acquisition d'une formation interdisciplinaire, développement de compétences transférables, répondant ainsi aux besoins du marché de l'emploi le plus large possible, (…) meilleure reconnaissance du diplôme tant au plan académique que dans l'industrie ou les services »11 . Elle est la seule modalité de financement institutionnel qui offre un terrain de recherche au doctorant en ayant accès à des données quasi confidentielles, auxquelles il ne serait pas possible d’accéder autrement. La CIFRE permet l’exploration en profondeur et en durée du phénomène étudié, et c’est ce sur quoi repose la valeur scientifique d’un travail de ce type (Chanal et al. 1997). C’est une approche longitudinale à quasi temps plein, qu’il apparaît difficile de renouveler lors de sa carrière académique. Elle offre au chercheur un accès au terrain assuré pour trois années, contrairement aux autres méthodologies de terrain. D’ailleurs, la deuxième thèse a permis de mettre en évidence des facteurs explicatifs des échecs de structuration. Cela n’aurait pas été possible avec un autre statut puisque les échecs successifs auraient conduit soit à un licenciement car les objectifs professionnels n’auraient pas été atteints, soit à l’arrêt du contrat de recherche puisque la démarche de structuration a été abandonnée.

32Le fait d’être présent en entreprise sur une période longue présente des avantages non négligeables : mise à jour des écarts entre discours tenus et comportements quotidiens ; compréhension des liens entre représentations et actions, particulièrement intéressant en contrôle de gestion (Pastorelli 2000). L’immersion prolongée du chercheur dans l’entreprise étudiée, contrairement aux méthodes plus classiques d’accès au terrain par questionnaire ou interview, renforce la validité interne de la recherche (Ayerbe et Missonier 2007). La réalité n’est pas reflétée uniquement au travers du discours des acteurs mais par un recoupement aux pratiques réelles observées à l’intérieur de l’entreprise.

33Cette démarche de recherche sur le terrain apparaît essentielle dans une science de l’action comme le sont les sciences de gestion, d’autant qu’elle présente un apport managérial élevé. L’approche longitudinale que favorisent les CIFRE permet de déboucher sur une véritable étude de cas, ancrée dans une connaissance approfondie des acteurs et des outils mis en œuvre dans l’organisation. Elle favorise l’analyse approfondie des paramètres de conception des instruments de gestion et la triangulation des visions des acteurs.

3.1.2. Conditions de scientificité des CIFRE

34Il est souvent reproché aux thèses privilégiant une approche de terrain de n’être que le reflet de la réalité perçue par le chercheur immergé en entreprise. D’après Arnaud (2003), le chercheur observateur a accès aux représentations de la réalité selon sa personnalité, son expérience et la situation vécue, à travers trois coordonnées personnelles : la coordonnée cognitive qui constitue la grille de lecture que l’observateur utilise pour sa problématique et son modèle conceptuel, la coordonnée socioculturelle provenant de la culture, de l’éducation et de la socialisation et la coordonnée affective résultant des préférences émotionnelles de l’observateur. Ces « déterminants subjectifs » (personnalité, motivation du chercheur) (Arnaud 1996) doivent être maîtrisés, au risque de venir parasiter la recherche.

35La littérature évoque différentes conditions de scientificité pouvant servir de cadre de référence au doctorant CIFRE. Afin de s’assurer que la mise œuvre d’une CIFRE relève d’une démarche scientifique et garantir une appréciation objective des faits, Girin (1989) recommande la mise en place d’instances de gestion et de contrôle composées de représentants de l’organisation étudiée et de membres de la communauté académique (directeurs de thèse, membres du laboratoire de recherche, etc.). Pour garantir la fiabilité de sa recherche, le doctorant doit respecter le principe de triangulation méthodologique (Coutelle, 2005) c’est-à-dire le recours à plusieurs techniques de recueil de données afin d’obtenir des formes d’expression et des discours variés. Il doit également recourir à la triangulation des données recueillies : le comportement des acteurs (par une observation directe), l’information officieuse et subjective (par des entretiens formels, informels ou des commentaires des différents acteurs de l’entreprise), et l’information officielle (par l’étude des documents officiels). De même, il est essentiel pour le doctorant CIFRE de bien gérer sa distanciation par rapport au terrain de recherche. Cette distance du chercheur, qui n’est pas un salarié lambda, permet d’éliminer le biais d’« élitement » - c’est-à-dire la surestimation de l’importance des données provenant des acteurs bien informés ou de statut élevé dans l’organisation étudiée - et le biais de « sur assimilation » - ou manque de distance réflexive risquant d’entraîner une cooptation avec les acteurs du terrain (Huberman et Miles 1991).

3.2. Positionnement épistémologique : incompatibilité entre positivisme pure et CIFRE

36Le tableau 1 recense quatre thèses dont le positionnement épistémologique est positiviste. Toutefois, nous avons constaté que ce positionnement n’est pas toujours évident pour le thésard CIFRE. En effet, la distanciation entre sujet chercheur et objet de recherche préconisée par le positivisme est difficilement applicable dans les thèses CIFRE car, comme l’évoque Bou Saba (2011, p. 12), la convention CIFRE « influence directement le déroulement de la recherche ». En tant que salarié de l’entreprise d’accueil, le thésard est immergé dans son objet de recherche. Bien qu’il arrive que les chercheurs CIFRE reconnaissent, selon un principe positiviste, l’existence d’une réalité qui les détermine, le double objectif théorique (production de connaissances scientifiques) et pratique (réponse à une problématique opérationnelle) de leur recherche les conduisent à atténuer leur positionnement. Ainsi, Pennaforte (2010, p. 241) s’inscrit dans une épistémologie « positiviste ouverte » s’appuyant une « démarche méthodologique abductive ». Il justifie ce positionnement par la nécessité de combiner des méthodes de recherche quantitatives et qualitatives. Lapalle (2012, p. 362), quant à elle, se positionne pour un « positivisme modéré ». Elle le justifie en invoquant la limite des approches hypothético-déductives et la nécessité d’ « analyser en profondeur la perception des acteurs ». La seule thèse recensée se déclarant positiviste pure est celle de Rivière (2009). Cependant, la convention CIFRE y est mobilisée en tant que support d’une étude qualitative exploratoire dans le but de formuler des hypothèses de recherche. La CIFRE ne constitue ainsi qu’une étape d’une démarche hypothético-déductive et le positionnement du chercheur lors de son intervention en entreprise n’est pas précisé.

37Le rapport du chercheur aux faits sociaux se déroulant dans l’organisation d’accueil n’est pas neutre. Même si l’on cherche à comprendre la réalité d’après les faits qui se produisent (« Traiter les faits sociaux comme des choses » Durkheim 2007, p. 108), le positivisme ne se prête pas à la CIFRE étant donné que le chercheur ne pourra être totalement indépendant de son objet de recherche (Girin, 1975). Cela n’apparaît pas comme un problème puisqu’il n’existe de toute façon pas, selon Depelteau (2000), d’objectivité parfaite en sciences humaines. Ainsi, c’est la démarche de neutralité axiologique de Weber (1919) qui est mise en œuvre : émettre des jugements de faits mais aucun jugement de valeur même si, comme le rappelle l’auteur, un tel principe est difficile à exécuter puisque les faits dépendent eux-mêmes de l’observateur et de sa personnalité. Face à ces caractéristiques, il semble difficile d’avoir une recherche réellement reproductible à l’identique, une des conditions propres aux recherches positivistes. Aussi, la logique hypothético-déductive souvent privilégiée par les positivistes ne se prête pas aux démarches terrain pour lesquelles la problématique émerge de la confrontation du chercheur avec son objet de recherche. C’est pourquoi, dans le cadre d’une thèse CIFRE, le positionnement épistémologique du chercheur s’oriente davantage vers un positivisme « modéré » ou « aménagé », conscient des jeux d’acteurs intervenant dans ce type de recherche : « Nous pensons que les phénomènes sociaux existent non seulement dans les esprits mais aussi dans le monde réel et qu’on peut découvrir entre eux quelques relations légitimes raisonnablement stables » (Huberman et Miles 1991, p. 31) ou vers l’interprétativisme, à mi-chemin entre le constructivisme et le positivisme.

38Et pourtant, dans les années 1970, en comptabilité et contrôle notamment, le positionnement positiviste prédominait avec un fort recours à la formalisation mathématique (Gendron et Baker 2001). Selon Lacroux (1999), par exemple, un bilan et un compte de résultat sont bien des modèles isomorphes de la réalité qu’ils représentent, de même pour les coûts en comptabilité de gestion. Toutefois, la création de la revue Accounting, Organizations and Society, en 1976, a démocratisé les recherches transdisciplinaires, notamment d’approche foucaldienne et a ouvert la voie à d’autres types de publications que les recherches sur les aspects techniques de la comptabilité (Gendron et Baker 2001). Dans le contexte actuel, où le contrôle de gestion recourt majoritairement à des disciplines connexes telles que la sociologie, la philosophie, la psychologie, etc. (Bollecker et Azan 2009), la faible place accordée aux acteurs et à leurs représentations dans ce positionnement épistémologique, amène les chercheurs à mobiliser d’autres approches de la réalité orientées vers un contrôle de gestion moins instrumentaliste (Zolnaï-Saucray 1999). Lacroux (1999) met en évidence les limites d’un positionnement positiviste dans l’environnement contemporain : questionnement sur le périmètre spatial et temporel des coûts (Burlaud 1995), focalisation sur des indicateurs quantitatifs au détriment de ceux qualitatifs (De Jaegere et Ponsard 1990), antagonisme du pilotage local / global notamment dans la mise en place de tableaux de bord (Chiapello et Delmond 1994).

Conclusion

39Le lien entre l’entreprise et la recherche est prépondérant dans une discipline comme les sciences de gestion. Réaliser sa thèse en CIFRE permet de répondre à une problématique par une approche longitudinale, à quasi temps plein, qu’il est très complexe de réitérer au cours de sa carrière d’enseignant-chercheur. Par l’analyse de plusieurs thèses soutenues dans les domaines de la finance, du contrôle et de la stratégie ayant mobilisé ce type de financement, cet article revient sur les caractéristiques épistémologiques et méthodologiques des CIFRE ainsi que leurs apports dans la production de connaissances. L’épistémologie d’une thèse CIFRE peut aller du positivisme aménagé au constructivisme. Le respect de critères de scientificité stricts permet la mise en place d’une méthodologie adaptée, en ayant recours à une étude de cas, une observation participante ou une recherche action/intervention. Cela va contribuer à atténuer la méfiance de certains chercheurs envers ce type de thèses. L’article démontre que les thèses CIFRE contribuent à la production de connaissances scientifiques, tout en présentant un apport managérial élevé.

Haut de page

Bibliographie

Arjaliès-De La Lande De Vallière D.L. (2010), « Institutional Change in the Making the Case of Socially Responsible Investment », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, juin.

Arnaud G. (1996), Quelle stratégie d'observation pour le chercheur en gestion ? Prolégomènes à toute recherche in situ, Economies et Sociétés, n° 22, p. 235-264.

Arnaud G. (2003), L’observation directe en milieu organisationnel : positions du chercheur et impact sur l’élaboration d’une étude de cas, Revue Sciences de Gestion, n° 39, p. 89-106.

Ayerbe C. et Missonier A. (2007), Validité interne et validité externe de l’étude de cas : principe et mise en œuvre pour un renforcement mutuel, Finance Contrôle Stratégie, vol. 10, n° 2, p. 37-62.

Bollecker M. et Azan W. (2009), L’importation de cadres théoriques dans la recherche en contrôle, Comptabilité Contrôle Audit, tome 15, vol. 2, p. 61-86.

Bou Saba M. (2011), « L’implantation d’un outil d’intelligence collective. Un essai d’observation et d’interprétation. L’outil COOPERFIC pour les coopératives agricoles du Languedoc-Roussillon », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université de Montpellier II, décembre.

Bréchet J.P. et Schieb-Bienfait N. (2011), Logique d’action et projet dans l’action collective : réflexions théoriques comparées, Finance Contrôle Stratégie, vol. 14, n° 1, p. 101-129.

Burlaud A. (1995), Contrôle de gestion : le développement de l’intelligence organisationnelle, CNAM, leçon inaugurale du 28 juin.

Cappelletti L. (2007), L’exploitation des pratiques professionnelles dans une recherche en audit et contrôle : apports de la recherche-intervention qualimétrique, Revue Sciences de Gestion, n° 59, p. 67-90.

Cappelletti L. (2010), La recherche interventions : quels usages en contrôle de gestion ? Congrès de l’Association Francophone de Comptabilité, Nice.

Chanal V., Lesca H. et Martinet A.C. (1997), Vers une ingénierie de la recherche en sciences de gestion, Revue Française de Gestion, n° 116, p. 41-51.

Charreire S. et Huault I. (2002), Cohérence épistémologique : les recherches constructivistes françaises en management revisitées, in N. Mourgues, Questions de Méthodes en Sciences de Gestion, Ems, p. 297-318.

Chiapello E. et Delmond M.H. (1994), Les tableaux de bord de gestion, outils d’introduction du changement, Revue Française de Gestion, n° 97, p. 49-58.

Claveau N. et Tannery F. (2002), La recherche à visée ingénierique en management stratégique ou la conception d’artefacts médiateurs, in N. Mourgues, Questions de Méthodes en Sciences de Gestion, Ems, p. 121-150.

Corbett I. (2009), « Entre discours stratégique et pratique organisationnelle : Une mise en intrigue de la gestion des connaissancesdans la Branche Ciment », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Ecole Centrale des Arts et Manufactures, novembre.

Coutelle P. (2005), Introduction aux méthodes qualitatives en sciences de gestion, Cours du CEFAG. Séminaires d’études qualitatives.

David A. (2000a), Logique, méthodologie et épistémologie en sciences de gestion : trois hypothèses revisitées, in A. David, A. Hatchuel et R. Laufer, Les nouvelles fondations des sciences de gestion, Vuibert, collection FNEGE, p. 83-109.

David A. (2000b), La recherche-intervention, cadre général pour la recherche en management, in A. David, A. Hatchuel et R. Laufer, Les nouvelles fondations des sciences de gestion, Vuibert, collection FNEGE, p. 193-213.

David A., Hatchuel A. et Laufer R. (2012), Les nouvelles fondations des sciences de gestion, 3ème édition, Presses des Mines.

De Jaegere A. et Ponssard J.P. (1990), La comptabilité : genèse de la modélisation en économie d’entreprise, Annales des Mines : Gérer et Comprendre, n° 18, p. 90-98.

Depelteau F. (2000), La démarche d’une recherche en sciences humaines, De Boeck Université.

Drut B. (2011), « Investissement socialement responsable et sélection de portefeuille », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense.

Dupuy Y., Lacroix M. et Naro G. (2006), Identités et dilemmes de l’enseignant-chercheur en sciences comptables. Comptabilité Contrôle Audit, tome12 vol. 2, p. 9-26.

Durkheim E. (2007), Les règles de la méthode sociologique, Presses Universitaires de France.

Gadamer H.G. (1996), Vérité et Méthode, Seuil.

Gex M. (2011), « Le marché des Credit Default Swaps : effets de contagion etprocessus de découverte desprix durant les crises », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université de Grenoble, février.

Girin J. (1975), Structure et environnement : le cas des sociétés de conseil. Doctorat en sciences de gestion, Université Paris Dauphine.

Girin J. (1989), L’opportunisme méthodique dans les recherches sur la gestion des organisations, Communication à la journée d’étude la recherche action en action et en question, AFCET, collège de systémique, Ecole centrale de Paris.

Greiner L. (1972), Evolution and Revolution as Organizations Grow. Harvard Business Review, vol. 50, n° 4, p. 37-46.

Huberman M. et Miles M.B. (1991), Analyse des données qualitatives : recueil de nouvelles méthodes, De Boeck Université.

Lacroux E. (1999), La modélisation dans le contrôle de gestion, in Yves Dupuy, Faire de la recherche en contrôle de gestion ?, Vuibert, p. 21-29.

Lallé B. (2004), Production de la connaissance et de l'action en sciences de gestion, Le statut expérimenté de « chercheur-acteur », Revue Française de Gestion, n° 158, p. 45-65.

Lapalle M. (2012), « Etude des impacts de la démarche globale de RSE sur les attitudes et comportements des parties prenantes internes et externes de l’organisation : salariés, clients et militants. Le cas d’une entreprise de l’économie sociale : La MAIF », Thèse de doctorat en Sciences de gestion, Université Toulouse I Capitole, janvier.

Le Moigne J.L. (1990), Epistémologies constructivistes et sciences de l’organisation, in A.C Martinet, Epistémologie et Sciences de Gestion, Economica, p. 81-140.

Le Moigne J.L. (1995a), Les épistémologies constructivistes, Puf.

Le Moigne J.L. (1995b), Le constructivisme des épistémologies, Tome 2, ESF éditeur.

Meyssonnier F. et Rasolofo-Distler F. (2008), Le contrôle de gestion entre responsabilité globale et performance économique : le cas d’une Entreprise Sociale pour l’Habitat, Comptabilité Contrôle Audit, tome 14, vol. 2, p. 107-124.

Meyssonnier F. et Zawadzki C. (2008), L’introduction du contrôle de gestion en PME : étude d’un cas de structuration tardive de la gestion d’une entreprise familiale en forte croissance, Revue Internationale PME, vol. 21, n° 1, p. 69-92.

Morin E. (1990), Introduction à la pensée complexe, ESF éditeur.

Nowaczyk J. (2008), « L’intégration du développement durable dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Paul Verlaine Metz, mai

Pastorelli I. (2000), Quelles pratiques pour une connaissance fondée sur l’action : le cas d’une recherche-action en contrôle, Comptabilité Contrôle Audit, Numéro spécial, p. 95-106.

Pennaforte A. (2010), « La relation dialectique d’alternance. L’impact de la formation en alternance sur l’implication organisationnelle et le turnover dans le monde des services », Thèse de doctorat en Sciences de gestion, Conservatoire National des Arts et Métiers, décembre.

Perret V. et Girod-Seville M. (2002), Les critères de validités en Sciences des organisations : les apports du pragmatisme, in N. Mourgues, Questions de Méthodes en Sciences de Gestion, Ems, p. 319-338.

Perret V. et Seville M. (2007), Fondements épistémologiques de la recherche, in R.A. Thietart, Recherche en management, Dunod, p. 13-33.

Plane J.M., (2000), Méthodes de recherche-intervention en management, L’Harmattan.

Popper K. R. (1973), La logique de la découverte scientifique, Payot (Édition originale en allemand publiée en 1935).

Rasolofo-Distler F. (2009), « Conception et mise en œuvre d’un système de pilotage intégrant la Responsabilité Sociale de l’Entreprise : une méthode combinatoire », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Paul Verlaine Metz, juillet.

Rasolofo-Distler F. (2010), Opérationnaliser la RSE : une approche par les parties prenantes. Management et Avenir, n° 39, p. 65-85.

Rivière A. (2009), « Les effets des stratégies d’enrichissement de produits sur la valeur perçue d’un bien complexe. Une application au secteur automobile », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université François-Rabelais de Tours, novembre.

Rousseau D.M. (2006), Is There such a Thing as “Evidence Based Management”? , Academy of Management Review, n° 31, p. 256–269.

Sabatier V. (2011), « Discontinuités technologiques et business models : analyse des mécanismes de transformation de l’industrie du médicament », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université de Grenoble, juillet. 

Savall H. et Zardet V. (2004). Recherche en Sciences de gestion : Approche Qualimétrique, Economica.

Schein E. (1987), Process Consultation, Volume II: Lessons for Managers and Consultants, Addison-Wesley.

Schön D. (1983), The Reflective Practitioner, Basic Book.

Sellin C.K. (2011), « Des organisations centrées processus aux organisations centrées connaissance : la cartographie de connaissances comme levier de transformation des organisations. Le cas de la démarche de « Transfert de Savoir-Faire » chez Total », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Ecole Centrale des Arts et Manufactures, mai.

Van de Ven A.H. et Johnson P.E., (2006), Knowledge for Theory and Practice, Academy of Management Review, n° 31, p. 802– 821.

Wacheux F. (1996), Méthodes qualitatives et recherche en gestion, Economica.

Weber M. (1919), Le savant et le politique, Union Générale d’Éditions.

Yin R.K. (1989), Case Study Research - Design and Methods, Newbury Park CA: Sage.

Zawadzki C. (2009), « Enjeux et difficultés de l’introduction du contrôle de gestion : une étude de cas en PME », Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Paul Verlaine Metz, juillet.

Znaniecki F. (1934), The Method of Sociology, Octazon Books.

Zolnaï-Saucray E. (1999), Vers une pédagogie du contrôle dans l’organisation, in Y. Dupuy, Faire de la recherche en contrôle de gestion ?, Vuibert, p. 125-139.

Haut de page

Notes

1 CIFRE est l’acronyme de Conventions Industrielles de Formation par la Recherche

2 On entend par financement « institutionnel » les financements spécialement créés par l’État dans le cadre d’un doctorat : CIFRE (subvention versée par l’État à l’employeur), le contrat doctoral (rémunération versée par l’Université au doctorant), les aides régionales.

3 L’AERES souligne, dans sa synthèse de l’évaluation des Écoles doctorales de la vague B que « Le nombre important d’abandon en SHS est en partie dû à la conjonction des non-financements et des encadrements multiples trop élevés ». Le nombre de thèses sans financement est d’ailleurs un des critères d’évaluation de la qualité d’une école doctorale

4 CIFRE dans le texte

5 Source : MESP/DGRI et ANRT, http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html, mis à jour le 3 mai 2012

6 Thèses.fr est une application du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche qui recense toutes les thèses soutenues depuis 2006 dans les établissements ayant choisi d’abandonner le dépôt de la thèse papier au profit du support électronique

7 Nom d’emprunt, l’entreprise souhaitant conserver l’anonymat

8 Source :http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Fiches_pratiques_Innovation/08/2/CIR-CIFRE_206082.pdf

9 Source : MESP/DGRI et ANRT, http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html, mis à jour le 3 mai 2012

10 Source : MESP/DGRI et ANRT, http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html, mis à jour le 3 mai 2012

11 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20185/doctorat.html%23contratdoctoral

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  : Méthodologie d’accès au terrain et apports de la recherche
URL http://fcs.revues.org/docannexe/image/1406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure  : Evaluation de l’internalisation des approches terrain
URL http://fcs.revues.org/docannexe/image/1406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fana Rasolofo-Distler et Cindy Zawadzki, « Epistémologie et méthodologie des CIFRE : Illustration par des thèses soutenues en Finance Contrôle Stratégie  », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 16-4 | 2013, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://fcs.revues.org/1406 ; DOI : 10.4000/fcs.1406

Haut de page

Auteurs

Fana Rasolofo-Distler

Maître de conférences en Sciences de Gestion, ESM-IAE, Université de Lorraine, Laboratoire CEREFIGE

Cindy Zawadzki

Enseignant-chercheur en contrôle de gestion, Value and Persuasion Research Center, Reims Management School, Laboratoire HuManiS - Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page