Navigation – Plan du site

Editorial

Albert David

Texte intégral

1Il n’est pas facile de renoncer à la publication « papier » d’une revue académique. Le livre reste, malgré les évolutions des technologies et des usages, un objet extrêmement performant : léger, annotable avec un simple crayon, lisible presque n’importe où, sans besoin d’énergie autre que la lumière pour éclairer la page et les yeux agiles du lecteur.

  • 1 On lira avec intérêt, à ce sujet, la polémique actuelle sur le rôle et les revenus d’organismes qui (...)

2Pour une revue académique, d’autres éléments entrent en ligne de compte. Ni les auteurs ni les éditeurs – au sens anglo-saxon du directeur de la publication et des rédacteurs en chef – n’ont besoin de gagner de l’argent sur leur activité de direction de revue : ces activités font partie du périmètre normal du métier d’enseignant chercheur. Les réviseurs sont également bénévoles. Seuls l’éditeur – au sens de la maison d’édition – l’imprimeur et le distributeur doivent, en principe, équilibrer financièrement leur contribution à la « fabrique » de la revue1. Et du côté des usages ? Il suffit d’observer la façon dont les chercheurs travaillent aujourd’hui : ils utilisent les bases de revues et les moteurs de recherche pour, à partir de mots-clés bien choisis, converger vers les références pertinentes. L’entrée est donc par les thèmes, plus rarement par le titre de la revue, qui pourrait finalement avoir peu d’importance, en première analyse, si ce n’est pour garantir un certain niveau de qualité, ce que les classements, en principe, permettent de vérifier, au moins pour les revues considérées comme relevant du champ disciplinaire de référence. Bien entendu, cette vision est réductrice : une revue n’est pas seulement - ou ne devrait pas se contenter d’être – un système d’assurance qualité : les revues ont une ligne éditoriale particulière, chacune incarne une certaine vision de la recherche académique. Elles sont – est-ce suffisamment le cas ? – porteuses d’innovation et de débat.

3A l’autre bout du processus, celui de la lecture, on peut faire l’hypothèse que bien peu d’articles, sur l’ensemble de ceux qui sont consultés, sont imprimés : la lecture sur écran semble se développer, avec, souvent, l’assistance d’outils de lecture ciblée – recherche de mots dans l’article, par exemple, copiés-collés pour citation, etc. Comment dès lors justifier l’intérêt d’une version papier ?

4Il faut ajouter que l’objectif des chercheurs est de publier rapidement, dans des revues de qualité, des recherches qui devraient être accessibles immédiatement et par tous. En effet, la recherche académique est publique, l’engagement des différents acteurs de la chaîne de conception est bénévole, dans un esprit fédérateur, communautaire, d’évaluation et de débat entre pairs. L'objectif est aussi, notamment pour les revues de management, de favoriser un dialogue au-delà du monde académique.

5FCS a donc, à la faveur de l’arrêt de la collaboration avec Economica, pris le parti de « passer en ligne » et de supprimer la version papier. Le présent numéro est le premier de la nouvelle vie de FCS. Il combine, pour ne pas augmenter le retard dû au passage au numérique, deux numéros du volume 15, les numéros 1 et 2. Bien entendu, la revue FCS conserve sa ligne éditoriale : sélectionner sans concessions des articles en finance, contrôle et stratégie qui incluent une dimension organisationnelle ou managériale. Elle conserve aussi son équipe de direction et sa centaine d’évaluateurs. Que ces derniers soient ici à nouveau remerciés pour la permanence et la qualité de leur engagement, et pour leurs réactions très positives lorsque nous avons annoncé les évolutions de FCS.

6Nous remercions également, au point de départ de cette nouvelle aventure pour FCS, la plateforme Revues.org pour avoir retenu la candidature de FCS et pour la qualité de l’implication de ses responsables dans le processus de mise en ligne de la revue.

Haut de page

Notes

1 On lira avec intérêt, à ce sujet, la polémique actuelle sur le rôle et les revenus d’organismes qui conçoivent et commercialisent les bases électroniques, qu’ils soient éditeurs comme Elsevier ou gestionnaires de plateformes comme ebsco ou proquest par exemple. Voir http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/. L’un des posts sur ce blog résume bien l’argument : « it is utterly absurd that we still have publishers — we write for free (because we want our work read or known), we edit or referee for free and then pay large amounts of money to buy the work back. With the advent of the Web, authors should have eliminated publishers. ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albert David, « Editorial », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 15-1/2 | 2012, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://fcs.revues.org/142

Haut de page

Auteur

Albert David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page