Navigation – Plan du site

Editorial

Albert David

Texte intégral

1A quoi sert une revue académique en 2014 ? Chacun peut aujourd’hui, sans un tel support, publier en ligne ses analyses et les soumettre directement à discussion auprès du plus grand nombre. Certains blogs sont ainsi davantage consultés et suivis que bien des journaux académiques.

2L’idée que le contrôle de la rigueur et de la pertinence de propositions puisse être assuré ex post par les lecteurs peut-être séduisante : on combinerait ainsi absence de sélection à la source et validation par le lecteur lui-même en fonction de ses compétences et de ses besoins. Les revues académiques ne sont-elles pas, d’ailleurs, régulièrement accusées de barrer la route à des publications originales, dérangeantes, hétérodoxes, innovantes et pourtant rigoureuses et pertinentes ?

3On pourra aisément abonder dans un sens ou dans l’autre. Si elle est bien exercée, l’évaluation par les pairs présente deux avantages. Tout d’abord, le fait qu’il y ait évaluation a priori permet de ne publier que des textes dans lesquels le raisonnement tenu apparaisse clairement : « clarifier ses inférences » est le premier devoir du chercheur qui communique les résultats de sa recherche. Ensuite, le fait que cette évaluation soit assurée par les pairs contribue à constituer et à pérenniser une communauté scientifique : apprendre à évaluer, apprendre à écrire, apprendre à poser un raisonnement, à situer son travail par rapport à la littérature, relèvent d’une économie de compagnonnage plutôt efficace en termes de coûts d’organisation : les tenants de « l’innovation frugale » ou de « l’économie circulaire » ne renieraient pas cette façon de faire !

4Nous avons donc, en tant que chercheurs et enseignants-chercheurs, la responsabilité collective de nous former les uns les autres et de former les nouveaux arrivants, à l’évaluation des productions scientifiques. On peut bien entendu retenir un certain nombre de normes de présentation et de critères de rigueur en termes de méthodologie. C’est le minimum, ce qui permet le desk reject (rejeter un article parce qu’il n’est pas aux canons académiques : pas de réelle problématique de recherche, revue de littérature superficielle, cadre théorique absent, utilisation clairement inappropriée d’une méthode d’analyse, etc.). Mais ce n’est pas suffisant si l’article soumis propose un réel apport, quelque chose de réellement significatif ou original (une nouvelle approche de la stratégie, des pratiques de contrôle inédites ou dans des secteurs nouveaux, une remise en cause de la conception dominante de la gouvernance) : il faudra alors étudier le fond et se prononcer non seulement sur la rigueur de la méthodologie mais aussi sur la soutenabilité des propositions avancées. La communauté scientifique n’est alors pas seulement un organe de sélection et d’amélioration des productions : c’est aussi un organisateur de débat scientifique. Pour une revue, la situation de débat survient lorsque les réviseurs déclarent à la fois qu’ils restent en désaccord avec les propositions avancées par des auteurs mais que l’article est irréprochable sur le plan de la rigueur de l’approche et des raisonnements : l’article est alors publié à la fois pour ses qualités intrinsèques, sans compromis, et aussi pour susciter un débat.

  • 1 Finance Contrôle Stratégie, vol. 14, p. 9-36., 2011
  • 2 Albouy, M. (2012), « Autorité de gestion et avaries commune : une note de lecture », Finance, Contr (...)
  • 3 Hatchuel, A. et Segrestin, B. (2012), « Réponse à « Autorité de gestion et avaries communes : une n (...)

5A ce titre, l’article d’A. Hatchuel et B. Segrestin sur « Autorité de gestion et avaries communes : pour un complément du droit de l’entreprise ? »1 a suscité un débat passionnant : une note de lecture critique approfondie de Michel Albouy2 puis une réponse des auteurs à la note critique3. On pourrait d’ailleurs envisager de prendre en compte, pour les classements des revues, un critère d’ « intensité de débat », qui combinerait des indicateurs de citations croisées internes à la revue et un indicateur lié au fait qu’un article suscite explicitement d’autres articles en réponse.

6Que 2014 apporte à FCS, et aux autres revues de sciences de gestion, une qualité de débat aussi élevée !

Haut de page

Notes

1 Finance Contrôle Stratégie, vol. 14, p. 9-36., 2011

2 Albouy, M. (2012), « Autorité de gestion et avaries commune : une note de lecture », Finance, Contrôle, Stratégie, vol. 14, n° 4 : 7-19.

3 Hatchuel, A. et Segrestin, B. (2012), « Réponse à « Autorité de gestion et avaries communes : une note de lecture » pour une modélisation de la gouvernance en sciences de gestion », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 15-1/2 | 2012, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 07 février 2014. URL : http://fcs.revues.org/96)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albert David, « Editorial », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 16-4 | 2013, mis en ligne le 07 février 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://fcs.revues.org/1437

Haut de page

Auteur

Albert David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page