Navigation – Plan du site

La recherche-accompagnement : une pratique légitime

Jean-Pierre Bréchet, Sandrine Émin et Nathalie Schieb-Bienfait

Résumés

Cet article propose de détailler les particularités, modalités et apports d’un mode d’accès à la réalité qualifié de recherche-accompagnement afin d’en discuter la légitimité. La recherche-accompagnement qui sert de point d’appui à la réflexion est une recherche collective contractuelle, pluridisciplinaire portant sur les projets des acteurs engagés dans les politiques de relocalisation des approvisionnements dans la restauration collective publique. La contribution des auteurs se situe à deux niveaux : (1) le positionnement de la recherche-accompagnement aux côtés d’autres pratiques telles que la recherche-intervention ou l’observation participante ; (2) l’explicitation des fondements théoriques, des apports méthodologiques et de leur impacts pour la conduite de l’action collective.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Cette contribution vise à montrer la nécessité de distinguer, sans pour autant séparer, la recherche-accompagnement d'autres postures telles que la recherche-intervention ou l'observation participante. Il s’agit aussi d’en montrer la pertinence dans des contextes particuliers de recherche, dans notre cas des contrats de recherche collective, pluridisciplinaire, pluriannuelle sur des terrains évolutifs, aux frontières mouvantes, caractérisés par la pluralité des acteurs impliqués, des niveaux d'analyse et des paramètres de l'action. L'orientation de recherche qui sert de support à notre réflexion privilégie l'exploration et la compréhension des transformations qui s’opèrent dans les politiques d’approvisionnements de la restauration collective publique.

2La proposition qui est faite ici de distinguer la recherche-accompagnement d’autres postures s'est imposée progressivement face au constat que les pratiques effectives des chercheurs ne relevaient pas à proprement parler de recherche-intervention ni d'observation participante. Il ne s’agit pas de construction concrète de la réalité portée par le chercheur, comme dans le cadre de la recherche-intervention. Et si bien des facettes des pratiques alliant observation et participation sont présentes dans le vécu des chercheurs, les critères de l'observation participante ou de la participation observante ne permettent pas de qualifier la recherche-accompagnement : on ne saurait dire de celle-ci qu'elle est une participation effective à des changements qui s’opèrent, les chercheurs n’étant que ponctuellement immergés dans les systèmes d'acteurs concernés. Dans notre cas de compréhension des transformations qui s’opèrent dans les politiques d’approvisionnements de la restauration collective publique, il ne s’agissait donc pas de recherche-intervention ou d’observation participante mais bien d’un accompagnement des acteurs de terrain dont il faut rendre compte pour en aborder les diverses facettes, les difficultés mais aussi les enjeux pour la recherche en gestion. La pertinence de la recherche-accompagnement sera notamment discutée au regard du caractère prescriptif attribué traditionnellement aux sciences de gestion.

3La recherche-accompagnement apparaît légitime pour notre discipline, par la médiation qu'elle assure entre pratique et savoir sur les pratiques. Elle l'est pour les acteurs de terrain qui voient dans les chercheurs des ressources susceptibles de rendre visibles leurs expériences, d'apporter des points de vue théoriques et de les soutenir dans leurs projets de changement. Elle l'est aussi pour les chercheurs et la recherche en gestion qui accèdent de façon privilégiée aux pratiques, qui se confrontent au regard d’autres chercheurs et d'autres disciplines, et qui restent aussi très libres d'engager leur réflexion et leur propre recherche sur des voies personnelles.

4Nous partirons de la distinction que nous estimons nécessaire entre la recherche-accompagnement, la recherche-intervention et l’observation participante avant de restituer le contexte et la pratique de la recherche collective prise comme illustration. Nous en tirerons alors des enseignements de portée générale pour caractériser la recherche-accompagnement.

1. Le positionnement de la recherche-accompagnement aux côtés d’autres postures de recherche

  • 1 Cf. à ce propos Le Velly et Bréchet (2011) pour l’application au marché de la théorie de la régulat (...)

5Le contexte de recherche-accompagnement qui nous sert d’illustration est celui d’une recherche collective, pluridisciplinaire, pluriannuelle, financée sur fonds publics et associant de nombreux partenaires professionnels publics et privés (à savoir le programme LIPROCO, qui sera présenté ultérieurement). Le terrain est celui du changement des pratiques d’approvisionnement en produits agroalimentaires de la restauration collective publique. Plus précisément, il s’agit du passage à l’approvisionnement biologique et local des cuisines centrales de collectivités territoriales dans des villes de différentes tailles. La perspective qui était la nôtre visait à se saisir des régulations à multiples facettes que mettaient en jeu les changements dans des politiques d'approvisionnement de la restauration collective publique1.

6La démarche qualifiée de recherche-accompagnement mise en place nécessite d’être distinguée d’autres postures telle la recherche-intervention ou l’observation participante afin de mieux cerner ce qu’elle est. Établissons dès maintenant les distinctions que nous jugeons nécessaires.

1.1. Le contexte n’est pas celui de la recherche-intervention

7 En quoi le contexte n'est-il pas a priori celui des situations de recherche-intervention ? Sur quelles facettes peut-on d’emblée marquer les différences ?

8 David (2000) nous suggère une compréhension de la recherche-intervention en même temps qu'une distinction entre recherche-intervention et recherche-action. Si les deux ont pour objectif une construction concrète de la réalité, la recherche-intervention partirait d'une situation idéalisée ou d'un projet concret de transformation quand la recherche-action partirait de l'existant, donc du travail initié ou porté par le groupe accompagné lui-même. La proposition d'un modèle ou d'un outil, sa formalisation et sa contextualisation en interaction avec le terrain seraient ainsi le propre de la recherche-intervention, particulièrement emblématique des sciences de gestion (David, 2000).

9 Tous les auteurs n'opèrent pas des distinctions aussi fines. On peut constater une diversité de postures, en partie fonction des appartenances disciplinaires ou des orientations théoriques ou prescriptives plus ou moins affirmées. Mais la recherche-accompagnement nous paraît suffisamment éloignée de la recherche-intervention pour qu'il ne soit pas utile d'approfondir la réflexion. Retenons simplement que les diverses démarches de recherche intervention, non réellement distinguées de la recherche-action dans bien des cas, ont en commun l’ambition de générer à la fois des connaissances pratiques utiles pour l’action et des connaissances théoriques plus générales, ce dernier point les distinguant notamment du conseil. Le terrain revêt un statut enrichi par rapport aux démarches classiques d’observation. Loin de se réduire à un lieu « aquarium » que le chercheur observerait de l’extérieur, il constitue au contraire un lieu d’émergence de la connaissance pratique et de la théorie, comme nous le rappelle David (2000).

  • 2 Quand bien même celles-ci obtiennent-elles des financements privés directement intéressés par les r (...)

10 La recherche-accompagnement, telle que nous la concevons, rejoint ces démarches de recherche, quant au statut du terrain. L'immersion dans le terrain et l'implication sur une longue durée se retrouvent. Le renoncement à une certaine neutralité semble aussi de mise. Nous aurons l'occasion de revenir sur ce point. Mais on ne saurait prétendre que notre démarche de recherche-accompagnement vise à résoudre des problèmes concrets en situation, au sens où, avec K. Lewin (1948), un diagnostic d'un problème serait posé, de même que les modalités de l'intervention (protocole, analyse, utilisation des résultats) seraient décidées, toutes les solutions possibles identifiées et la solution la plus appropriée choisie. On est loin d'une méthodologie qui s’apparenterait à de l’expérimentation de laboratoire (hypothèses-vérification) transposée en contexte social (Jouison-Laffite, 2009). Le terrain, pourtant, est demandeur d'une présence des chercheurs et d'une contribution de leur part sous forme d'un certain nombre d'attendus à concevoir (thématiques à explorer, expériences à décrire, synthèses, cahiers à destination des professionnels, rapports d'avancements, etc.). La demande n'est toutefois pas celle d'un acteur de terrain précis et identifié, même si les acteurs de terrain, dans leur diversité, ont été associés à l'expression du projet de recherche. La demande de recherche qui s'adresse aux chercheurs est à multiples facettes. On se doit aussi de faire observer que l'idée d'une relation client (terrain) / fournisseur (chercheurs), qui supposerait que le client prenne en charge le coût de la prestation, ne se retrouve pas dans le cadre des programmes de recherche financés globalement sur fonds publics par les institutions de soutien à la recherche2.

11C'est donc une posture originale d'implication du chercheur qui se dessine, d'un ensemble de chercheurs qui ne sont pas engagés dans une relation ou un « système client / prestataire », puisque l'engagement voire la contractualisation s'opèrent via l'implication respective des acteurs et des chercheurs dans le programme de recherche pluriannuel (LIPROCO), non directement financé par un client-entreprise, sans oublier des étudiants engagés dans des études-terrain (dans le cadre de stages conventionnés de 4 à 6 mois). On peut aussi ajouter que le programme initial s'est poursuivi sous la forme de contrats et d'études avec divers partenaires présents ou non dans le contrat initial.

12 Une recherche-intervention est habituellement conduite dans des entreprises existantes. La recherche-accompagnement, sur les terrains auxquels nous nous sommes confrontés, engage quant à elle, une complexité singulière liée au caractère multi-acteurs (publics et privés, entreprises de production ou de distribution, collectivités locales, Etat, etc.) et multi-niveaux d'analyse particulièrement marqué (local, régional, national, etc....). Nous développerons ces aspects dans la suite de l’article.

13 Le contexte collectif et pluridisciplinaire appelle aussi des remarques. En effet, le travail de recherche, qui passe par des échanges et des restitutions entre chercheurs et avec les acteurs de terrain, conduit à confronter les regards disciplinaires, à s'enrichir de cette confrontation. Cet aspect n'est pas anodin. La confrontation est un facteur d'enrichissement du regard, à la fois pour positionner les contributions propres de la discipline gestionnaire mais aussi pour apprécier l'apport des autres disciplines (sociologie, géographie, économie, droit…). On observe d’ailleurs les frontières poreuses, souvent aussi des problématiques proches, abordées sur la base de références communes pour certaines (et différentes pour d’autres), les écarts paraissant bien plus le reflet de cloisonnements liés aux univers académiques (revues, littérature de rattachement…) et de professionnalisation (parcours et carrières) que de réels écarts de compréhension.

14 Enfin, tout comme la recherche-intervention, la recherche-accompagnement est plus une démarche de recherche qu’une méthode (Liu, 1997). De multiples méthodes sont envisageables et mobilisables conjointement pour décrire et connaître au mieux le terrain. Mais il reste néanmoins, et nous allons revenir sur ce point dans la partie 3, que bien des écueils sont présents pour restituer le terrain, dès lors que l'on souhaite rendre compte des projets et des expériences dans leur globalité et leur richesse.

1.2. Le contexte n'est pas celui de l'observation participante

15 Nombre de recherches conduites en sciences de gestion reposent sur des observations faites en entreprise, parfois simplement sur des entreprises par l'intermédiaire d'acteurs de ces entreprises, sans que l'on parle d'observation, encore moins d'observation participante. Le contexte de notre recherche collective comporte une observation sous forme d'une participation. Mais s'agit-il d'observation participante ?

16 L'observation participante implique de la part du chercheur une immersion souvent qualifiée de totale dans son terrain d'étude. Il s'agit de bien distinguer l'observation participante de pratiques d'observations que l'on pourrait qualifier de banales. Comme précédemment pour la recherche-intervention, de nombreuses distinctions mériteraient d’être opérées entre les différentes formes d'observation participante en fonction, notamment, de la prépondérance de l'observation ou de la participation, de leur place respective dans le processus, du caractère plus ou moins officiel ou caché de cette pratique à l'égard du terrain. Certains auteurs préfèrent d'ailleurs parler de participation observante dès lors que le chercheur s'implique longuement au sein d'un groupe, d'une communauté ou d'une organisation (Soulé, 2007). La participation l'emporterait sur l'observation et l'acteur de terrain peut alors prendre le pas sur l'observateur, au moins dans l'action, comme le relatent très bien Lièvre et Rix (2005) à propos de l'engagement dans des expéditions polaires.

17On peut avoir le sentiment que l'idée d'intervention n'étant pas de mise à proprement parler, la recherche-accompagnement s'assimilerait alors à de l'observation participante. Certaines facettes de l'observation participante se montrent effectivement présentes mais sans pour autant que nous croyons légitime de ranger la recherche-accompagnement sous la bannière de l'observation participante. Redisons qu'il ne s'agit pas, dans la perspective de la distinction que nous proposons, de manier l'exclusion.

18 Si l'on envisageait la recherche-accompagnement comme une forme d'observation participante, ce ne serait nullement une observation participante clandestine ou couverte, mais bien une forme d'observation participante ouverte, transparente ou déclarée. Demeure quand même une grande liberté du chercheur dans les sujets qu'il peut traiter et les orientations qu'il donne à ses travaux. Dans notre cas, nul contrainte ou contrôle ne s'est exprimé. Il faut donc reconnaître la possibilité qu'un chercheur s'engage sur des investigations qui ne seraient pas annoncées ou clairement identifiées par les acteurs de terrain. La limite réside quand même dans les relations de confiance qui se nouent et la nature collective du travail (d'exploration et de restitution) qui rendent difficilement praticable une recherche clandestine, qu'on ne peut a priori pas exclure toutefois comme possibilité.

19 Ce qui plaide en faveur d'un éloignement de la recherche-accompagnement de l'observation participante c'est le fait que la participation au terrain n'est que partielle. En aucun cas, sur le terrain ouvert et évolutif étudié, on ne saurait parler d'immersion, au sens de l'observation participante, dans le terrain. Il s'est agi principalement de suivre des acteurs actifs, certes d'engager des enquêtes de terrain, d’encadrer des stagiaires, mais pas d'une présence permanente et prolongée dans la globalité de ce qu'est un terrain par ailleurs difficile à circonscrire. Nous ne pensons donc pas, dans une telle pratique de recherche, pouvoir revendiquer une posture d'observation participante en tant que telle. Certes, comme le rappelle Soulé (2007) en reprenant les conclusions de Adler et Adler (1987), il est possible de poser la pertinence d'une observation participante périphérique, qui diffère de l'observation participante complète, de par l'implication plus modérée du chercheur, ce dernier recherchant alors un équilibre entre implication et détachement, entre ses postures de participant et d'observateur. Mais il y aurait malgré tout, de notre point de vue, une assimilation trop rapide et finalement abusive de la recherche-accompagnement à l'observation participante, même si elle en revêt certaines facettes. Sur le terrain multi-acteurs, très ouvert qui est le nôtre, suivre les activités des acteurs et notamment celles du Réseau Grand Ouest (cf. encadré 1 plus loin) ou bien étudier quelques expérimentations ne nous autorise pas, croyons-nous, à parler d'immersion, au sens d'une immersion dans un système ou une communauté étudiée.

20 En revanche, parler de recherche-accompagnement, dans une certaine souplesse du mot accompagnement qui signifie ‘se joindre à quelqu'un’, ‘aller de compagnie avec lui' comme le propose le dictionnaire (Le Petit Robert, 2000) nous semble plus juste. Il est d'ailleurs intéressant de pointer que l'idée d'accompagnement, suggère, dans le domaine musical, une action de soutien, dont nous croyons clairement déceler l’importance pour les partenaires du programme de recherche. La recherche-accompagnement n'en est pas pour autant un second choix, ou une version affaiblie de l'observation participante. Elle est une autre réalité de pratique de recherche que sans aucun doute beaucoup de chercheurs ont déjà connue.

2. La pratique de la recherche-accompagnement

21Avant d’expliciter la démarche d’accompagnement, précisons le contexte de la recherche.

2.1. Le contexte d’une recherche pluridisciplinaire collective

22 Le contexte général de la recherche est le programme de recherche interrégional et pluridisciplinaire « Pour et Sur le Développement Régional » (noté PSDR), initié par l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) et le CEMAGREF (organisme de recherche spécialisé en sciences et technologies pour l'environnement) sur la période 2008-2011. Le projet LIPROCO (LIen PROducteurs COnsommateurs) auquel nous avons contribué directement s'inscrit dans ce programme PSDR ; au niveau national, il a mobilisé une trentaine de chercheurs en économie, gestion, géographie, sociologie du Grand Ouest et de la région Rhône-Alpes. Il porte sur les démarches de valorisation des produits alimentaires et des activités connexes fondées sur les proximités producteurs-consommateurs.

23Le terrain des mutations dans l'approvisionnement de la restauration collective publique qui retient ici notre attention ne constitue que l'un des terrains étudiés.

24 L’accès au terrain a reposé, dans un premier temps, sur la participation, dès début 2009, aux travaux du Réseau Grand-Ouest (désormais RGO, cf. encadré 1) sur l'achat public d'aliments biologiques et/ou locaux à destination de la restauration collective publique. C'est avec ce groupe de travail que notre équipe a travaillé pendant plus d'un an, (de début 2009 à mi 2010), pour ensuite poursuivre, avec d'autres acteurs, les recherches sur des problématiques révélées dans cette première étape.

Encadré 1 - Le Réseau Grand Ouest

Le RGO, association loi 1901 de dimension inter-régionale (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Normandie), regroupe près de 80 collectivités territoriales adhérentes (en 2009) souhaitant travailler en réseau sur le thème du développement durable. Une de ses originalités réside dans sa manière de travailler (par thématique) et d’utiliser les ressources des collectivités en s’appuyant sur des tandems élu-technicien. En 2009, le RGO a ainsi décidé de constituer un groupe de travail thématique sur l'achat d'aliments biologiques et/ou locaux à destination de la restauration collective.

25 Dans un second temps, le groupe de chercheurs s'est engagé sur l’accompagnement d’une expérimentation menée conjointement par la ville de Nantes (acteur du RGO) et par la société coopérative CAP 44 (cf. encadré 2), rencontrée lors de l’accompagnement des travaux du RGO. Ce travail portait sur l’introduction de « poulets fermiers » en restauration scolaire et sur le suivi d’initiatives et projets de relocalisation des approvisionnements émanant de la coopérative CAP 44. Prenant le relais du RGO (dont le groupe de travail arrivait à son terme), la ville de Nantes ainsi que la SCIC Cap 44 sont ainsi devenues pour notre groupe de chercheurs de nouveaux points d’entrée sur le terrain ; en effet, à l’issue des travaux menés avec le RGO, ces acteurs nous ont sollicités pour poursuivre notre démarche de recherche-accompagnement sur des problématiques de relocalisation dont ils avaient débattu dans le cadre du RGO. Il faut signaler qu’un précédent contrat de recherche sur la structuration des filières biologiques avait déjà amené certains chercheurs de l'équipe à fréquenter et à étudier sur la période 2000-2003 nombres de protagonistes de ces démarches.

Encadré 2 : La SCIC CAP 44

La société coopérative d’intérêt collectif CAP 44 est portée par des agriculteurs, des associations, des groupes et des élus locaux. Elle défend la construction d’une agriculture paysanne soucieuse des hommes, performante (créatrice d’emplois) et plurielle (ouverte aux attentes de la société). Ses champs d’interventions sont ceux du conseil auprès des collectivités (diagnostic de territoire, cartographie…), de la formation des acteurs locaux et de l’organisation de colloques pour la Confédération Paysanne, de l’accompagnement des entreprises (transmission, reprise, développement…) et de la conduite de projets de création d’activités (par vente directe, transformation à la ferme…) et/ou de développement local (par ex. dans les marais salants de Guérande).

Sur le sujet qui nous intéresse plus particulièrement, elle a accompagné des éleveurs locaux dans la création de plusieurs structures de relocalisation d’activité de transformation (l’atelier collectif de découpe et de transformation « De la terre à l’assiette », l’abattoir de volailles collectif « Le champ du coq »). Ces structures sont parties prenantes de l’expérimentation d’introduction de poulets fermiers à la cuisine centrale de Nantes initiée par le responsable de la cuisine centrale et le co-fondateur et co-gérant de CAP 44.

La coopérative travaille parallèlement sur un projet de « coopérative d’installation en agriculture paysanne » (nommé Germe) afin de favoriser le montage de projets agricoles alternatifs. Ce projet est également suivi par le groupe de chercheurs selon la même pratique de recherche-accompagnement.

26Sur le terrain multi-acteurs, multi-niveaux et particulièrement évolutif de la recherche, l'équipe de chercheurs a dû faire face à de nombreuses difficultés. La première difficulté tient à la multiplicité des acteurs impliqués dans les régulations et les transformations, à la variété de leurs sphères d'appartenance (publique ou privé, commerciale ou productive, associative, etc.) (cf. encadré 3). Les divers acteurs se révèlent plus ou moins engagés ou innovants et donc diversement susceptibles de participer activement des changements. Certains s'avèrent tout particulièrement entreprenants et actifs, porteurs de propositions radicales, et capables de bousculer les pratiques, comme en témoigne le cas de la coopérative CAP 44 présenté précédemment. Les pouvoirs d’initiative se révèlent donc multiples, souvent imbriqués ou interdépendants, et les enjeux des transformations de la restauration collective publique ne revêtent pas pour chacun la même importance. Pour certains producteurs, par exemple, la restauration collective constitue un réel enjeu de débouchés ; pour d’autres, et pour la distribution, malgré les 400 000 repas journaliers qu’elle représente dans le Réseau Grand Ouest, les flux restent malgré tout modestes.

Encadré 3 : Illustration du contexte multi-acteurs

Si la restauration collective publique, à travers les cuisines centrales, joue un rôle d’impulsion au moment où nous avons abordé le terrain de recherche, les initiatives et les bouleversements naissent aussi dans divers univers d’acteurs. Dans les faits, de nombreux acteurs pèsent sur les décisions prises : les acteurs privés de la distribution ou de la restauration (comme Sodexo, Eurest), les acteurs agricoles (producteurs et transformateurs) nationaux et locaux, conventionnels ou spécialisés dans le bio (tels que le groupement de producteurs - fruits et légumes - Bioloire-Océan, des groupements de producteurs comme les Groupements d'Agriculteurs Biologiques ou des regroupements interprofessionnels comme les Interbio), les acteurs institutionnels (Ville, Région, chambre d’agriculture, structures de représentation de la bio), sans oublier les élus, l’équipe de la cuisine centrale, les gestionnaires, les acheteurs, les diététiciens, la direction de l’établissement scolaire, auxquels il faut ajouter les parents d’élèves et les enfants du côté des convives ou usagers, sans oublier les chercheurs.

27La deuxième difficulté, très en lien avec la précédente, engage le rapport au périmètre d’étude pertinent et aux différents niveaux d’analyse (macro, méso, micro) qui doivent être abordés pour se saisir des régulations et de leurs transformations. À ces différents niveaux imbriqués (Cf. Encadré 4) se jouent aussi des registres d’arguments de nature différente.

Encadré 4 : Illustration du contexte multi-niveaux

Au niveau macroéconomique, on peut noter des éléments qui relèvent de la sphère juridique (le code des marchés publics, la réglementation sanitaire, les normes de qualité, les cahiers des charges de la bio), de la sphère économique (l’impact de la politique agricole commune sur les programmes de soutien à l’agriculture conventionnelle et bio, par exemple), mais aussi du domaine politique (le Grenelle de l’environnement, les positions des élus des collectivités).

Au niveau méso, on constate, par exemple, que selon les territoires, les filières agricoles peuvent être organisées différemment, selon les spécificités de leur activité de production et de transformation (lait, viande, légumes...) ; les groupements interprofessionnels comme l’Interbio ou professionnels comme les Groupements d’agriculteurs biologiques ne relèvent pas des mêmes logiques de fonctionnement selon leur histoire, leur ancrage politique (vis-à-vis du monde syndical), leurs relations avec les structures consulaires comme les chambres d’agriculture.

Au niveau micro, la prise en considération des divers acteurs, de leur position et de leur disposition, de leur capacité d'initiative ou d'énergie de changement confronte à leur multiplicité et leur grande variété.

28

29La troisième difficulté est celle d’accéder aux projets des acteurs dans une dialectique généralisée de projets et de contre-projets. Il existe une réelle difficulté à établir une liste claire et stabilisée des acteurs engagés dans l’action. Quand bien même cette longue liste serait exhaustive ou suffisamment représentative, il s’avère difficile, voire impossible, de prétendre accéder aux projets de ces acteurs alors même que ceux-ci sont en permanente évolution. Ce niveau d’analyse que l’on pourrait qualifier de micro nous confronte donc à une multiplicité d’acteurs aux projets enchevêtrés dans un contexte alors évolutif, voire instable (cf. encadré 5).

Encadré 5 : Illustration du contexte évolutif

  • 3 La régie (ou restauration en gestion autogérée) consiste pour une collectivité à donner la responsa (...)

La construction de nouvelles modalités pour un approvisionnement local et biologique en restauration collective entraîne des transformations majeures des relations entre les producteurs et les consommateurs. On voit notamment émerger de nouvelles formes d’organisation et d’intermédiation (plus ou moins courtes ou directes), selon les acteurs à l’origine du projet, le contexte local d’approvisionnement déjà en place (approvisionnement ou non via des intermédiaires tels que la SODEXO), les modes de gestion de la restauration collective (en régie ou concédée)3 et les caractéristiques techniques de la cuisine (cuisine centrale ou cuisine propre à chaque établissement, capacité ou non à travailler les produits bruts non transformés). Ces changements de pratiques se heurtent à de nombreux freins et difficultés, que les acteurs doivent chercher à surmonter ensemble : contraintes et évolutions du code des marchés publics, adaptation des produits et des pratiques, etc. Lever ces freins implique d’identifier et d’apprendre à connaître de nombreux acteurs aux intérêts et logiques d’action différenciés. Les rencontres, les réticences ou au contraire les engagements de chacun dans l’action modifiant le champ des possibles et l’orientation prise sur un projet donné.

  • 4 Ainsi, la ville de Nantes assure environ 13000 repas par jour mais elle ne dispose pas d’une légume (...)

Si les collectivités peuvent, depuis 2006, faire référence à un écolabel (exemple AB) lorsqu’elles veulent s’approvisionner dans le cadre des marchés publics, le critère de proximité reste interdit. Les acteurs ont débattu autour de ce critère et de son articulation avec le code des marchés publics. Qu’entend-on par approvisionnement local ? Le « local » renvoie-t-il au Département, à la Région, au « pays » ? Selon les interlocuteurs (grossiste, petit exploitant) et le type de produit concerné (produit ou non localement), les réponses ne sont pas les mêmes. Les acteurs de la bio militent pour que les critères définis par les responsables achats pour assurer un approvisionnement local soient cohérents avec les possibilités offertes par les filières de proximité (nature des productions existantes, capacités de mise en production, saisonnalité des produits) et les agriculteurs (prise en compte de la taille des exploitations). À titre d’exemple, ajouter un critère de fraîcheur des produits (temps limité entre la récolte et l’approvisionnement) est-il à l’avantage des petits producteurs, alors même que les gros sont organisés pour servir le marché rapidement ? On mesure que ces problèmes requièrent non seulement une connaissance mutuelle importante des acteurs, des dispositifs et règles de gestion partagées, mais aussi dans certains cas la création d’intermédiaires et d’infrastructures (pour le transport, la logistique, la préparation des produits). Comment faire face à la demande des grosses collectivités qui ont, depuis longtemps, fait le choix d’une cuisine centrale4 approvisionnée en produits de 2ème gamme (conserve), 3ème gamme (surgelé) et 4ème gamme (cru prêt à l’emploi tels que des légumes déjà lavés, épluchés et découpés) ? Assurer un approvisionnement bio et local rend alors nécessaire des bouleversements dans les pratiques voire la création de nouveaux dispositifs tels que des structures de transformation (légumeries, abattoirs…) adaptées au label bio.

30Sans viser au recensement exhaustif, l'évocation de ces difficultés suggère suffisamment pensons-nous, que les chercheurs soucieux de se saisir de ces régulations en mutations, vont devoir faire preuve d'une certaine rigueur dans la méthode. Reste, bien sûr, que la posture et le projet de recherche déterminent en partie la nature des difficultés rencontrées.

2.2. Une démarche d'implication auprès des acteurs du terrain

31Le travail d'investigation et d'accompagnement mené sur chaque terrain et sur les différentes expérimentations engagées est un travail de longue haleine (12 à 36 mois), reposant sur une posture exploratoire et inductive (cf. tableau 1). L’objectif est de privilégier une approche longitudinale, un suivi diachronique des acteurs dans leurs projets et leurs réalisations.

32La démarche de recherche s’appuie sur un noyau central de chercheurs et des groupes projet, à périmètre évolutif selon le sujet traité. La démarche d'ensemble s'est organisée selon plusieurs modalités : des temps d’enquête longs (mobilisant l’observation, des diagnostics, des études de cas, des entretiens individuels et collectifs), des temps de rencontres (formelles et informelles), des temps de restitution collective (discussion, concertation). Ces différents temps permettent au groupe de travail d’avancer via l’établissement de jalons et de points d’ancrage que sont les rapports, les guides d'achat ou de saisonnalité, les recueils d'expériences et des meilleures pratiques. Ces diverses facettes qui vont nourrir les projets, en constituer des attributs dans certains cas, peuvent, tout comme l'expression des projets eux-mêmes dans un cahier des charges, être considérées comme des objets intermédiaires (Trompette et Vinck, 2009). Ces artefacts favorisent les médiations entre les acteurs, permettent de développer des savoirs partagés (entre praticiens, chercheurs, élus, techniciens...), de stabiliser des relations et des engagements. Ils ont aussi été présentés et discutés lors de différentes rencontres locales abordant ces problématiques.

33Le tableau 1 ci-dessous fournit un récapitulatif de la démarche de recherche-accompagnement menée.

  • 5 Seules sont restituées ici les démarches d’accompagnement du RGO et l’expérimentation « poulets fer (...)

Tableau 1 - Récapitulatif des différentes démarches et travaux empiriques5

Démarche

Objectifs

Déroulement

Productions

PREMIERE ANNEE (accompagnement du RGO)

Intégration du groupe RGO et participation aux réunions de travail

- se connaître, débattre et faire le point sur les pratiques, les initiatives d’approvision-nement local et sur les difficultés rencontrées par chacun selon son activité (acheteur, chef cuisinier, producteur...)

- développer des communautés de travail qui définissent les objets d’étude et se saisissent de thèmes à étudier pour les séances suivantes

- organisation de journées de restitution des travaux d'étape et des investigations réalisées par les salariés permanents, les adhérents du RGO sur des thématiques telles que les mesures du Grenelle de l’Environnement, le code des marchés publics, la réglementation…

- participation des chercheurs aux débats avec les techniciens et les élus lors de rencontres sur une journée avec repas en commun, co-voiturage, et rassemblant environ une vingtaine de personnes.

- déroulement des rencontres tous les deux mois, dans une ville différente

- répertoire email technique

- carnet d’adresses partagées

- comptes-rendus des rencontres

Démarche

Objectifs

Déroulement

Productions

PREMIERE ANNEE (suite)

Etat de l'art, veille et études de cas

- état des lieux des initiatives engagées ; recueillir, analyser et comparer de façon détaillée les expériences menées en restauration collective dans quatre villes de taille différente (Angers, Brest, Langouët et Nantes)

- état des lieux de l’offre pour connaître les disponibilités locales et saisonnières des produits

- analyse des aspects juridiques pour lever les obstacles de rédaction de cahiers des charges pour les appels d’offre

- stage de 6 mois réalisé par un étudiant de Master 2 en école d’ingénieur agroalimentaire au sein de l'équipe animatrice du RGO

- encadrement direct par un chercheur sociologue

- réunions intermédiaires de travail avec l'ensemble de l'équipe de chercheurs pour concevoir le protocole de l'étude, les guides d'entretien et la démarche d'analyse

- présentation, discussion et diffusion des résultats du travail

-répertoire technique

-cahier des charges juridique

-recueil d’expériences, études de cas

-taxonomie des offres et des pratiques

-document de synthèse pour les adhérents du RGO

-guide d’achat pour les collectivités locales et territoriales

Journées de rencontres avec les fournis-seurs (grossistes, associations, producteurs en vente directe)

- découvrir et comprendre les logiques de travail et de fonctionnement des acteurs de la production et de l'approvisionnement pour mieux cerner leurs offres et leurs contraintes vis à vis de la RC ; confronter l’état de l’offre et de la demande

Elles ont permis à des représentants de collectivités locales adhérentes au RGO de dialoguer avec des acteurs de l'amont

- deux journées de rencontre organisées sur la base de guides d'entretien adressés préalablement aux acteurs de ces structures.

- interview des partenaires non spécialisés de la Bio (comme la Chambre Régionale d’Agriculture des Pays de la Loire, la Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt des Pays de la Loire, un distributeur d’envergure nationale, une société privée de RC)

- interviews des partenaires spécialisés de la bio (des groupements interprofessionnels – InterBio Pays de la Loire et Bretagne - et de producteurs - GAB Pays de la Loire-, des transformateurs et des groupements de producteurs locaux)

-guides d’entretien co-construits

- retrans-criptions et diffusion des entretiens

- cartographie des acteurs et des flux d’échange intra-filières

DEUXIEME ANNEE (accompagnement de l’expérimentation « Poulets fermiers »)

Expérimen-tation d'appro-vision-nements en circuits courts avec une collectivité

-suivi de l'expérimentation de repas à base de poulets fermiers élevés et abattus localement

- participation des chercheurs à toutes les rencontres (depuis la conception du projet jusqu'au bilan de l'expérimentation)

- visite de l’exploitation, de l’usine d’abattage et de la cuisine centrale

- encadrement d'un stage sur les analyses des process et des coûts réalisé par un étudiant de M1 en gestion

- élaboration d’un répertoire des étapes depuis l’élevage jusqu’à la consommation

- rapport d’analyse des process et des coûts

Analyse des démarches d'approvi-sionnement en circuits courts

-comprendre les logiques d'articulation et de rencontre de l'offre et de la demande de produits alimentaires sur la cuisine centrale de Nantes

-stage de 6 mois encadré par l'équipe de chercheurs réalisé par une étudiante de M2 recherche

- analyse des expériences d'approvisionnement en circuits courts sur les produits laitiers, pain et légumes ; repérage des acteurs moteurs, des logiques dominantes et des freins

- travaux encadrés d'étudiants de M1 sur l'audit de systèmes de calcul de coûts de différentes structures de RCP

- cartographie des filières, des acteurs, des goulots d’étrangle-ment

- caractéri-sation et classification des postes ou inducteurs de coûts

34Quelles que soient les situations accompagnées, le fonctionnement du collectif repose sur des formes variées de fonctionnement par projet impliquant le plus souvent des chercheurs, des étudiants de Master, des élus et des techniciens (de collectivités locales impliquées dans le RGO), des responsables ou conseillers d’entreprises (par exemple pour l’accompagnement de l’expérimentation poulet fermier et du projet Germe). Les groupes de travail peuvent aussi être évolutifs : des acteurs s’agrègent aux groupes selon les besoins et les avancements du projet, de manière temporaire ou continue, avec des degrés variables d’investissement.

3. Les enseignements de la recherche-accompagnement

  • 6 En référence aux travaux associés aux noms de Bréchet et Desreumaux (cf. bibliographie), en synthès (...)

35Sur le plan théorique, indissociable des considérations méthodologiques que nous privilégions ici, la posture de rattachement est inéluctablement celle des sciences de l’artificiel (l’artificialisme) au sens de H. Simon (1945/1973, 1969/1991) qui, dès le milieu du siècle dernier, affirmait la nature fondamentalement artefactuelle ou artificielle de l’action collective et des organisations. Dans cette perspective paradigmatique, la théorie de l’entreprise ou de l’action collective fondée sur le projet6 engage à comprendre comment certains acteurs, individuels ou collectifs, prennent des initiatives et se constituent, comment des projets individuels deviennent des projets collectifs (Bréchet, 1994 ; Bréchet, Schieb-Bienfait et Desreumaux, 2009). Envisager des possibles, poser des perspectives d'action n'est pas pensable dans une perspective déterministe mais nécessite une lecture anthropologique riche de l'action projetée (Boutinet, 2005).

36Comme nous l’avons évoqué, une recherche-accompagnement vise à aider les acteurs à concevoir leur situation et leur avenir et à construire leur travail stratégique. La posture du chercheur sur le terrain est comprise, dans ce cadre de recherche, comme un accompagnement des acteurs dans l’analyse et l’exploration des possibles que le réel recèle, mais aussi dans la qualification voire requalification de ce réel, étant donné le regard critique que l’on porte sur lui et l’idéal ou le souhaitable qui tire l’action. Ce qui ressort pour nous, après plusieurs expériences de recherche-accompagnement, c’est la nécessité de poser des principes simples qui fondent une démarche d’investigation d’un réel considéré sous le rapport des possibles qu’il manifeste, que ceux-ci soient déjà réalisés ou expérimentés sous certaines facettes, ou qu’ils soient explorés en tant qu’ils sont envisageables. En ce sens, la recherche-accompagnement repose sur une compréhension possibiliste du réel. Sur ce constat se greffe une acception, qui mérite d’être interrogée, du rôle et de la place du chercheur en lien avec le positionnement de la discipline.

3.1. La question du rapport possibiliste au réel exploré

  • 7 Cf. Morin (1977, 1980, 1990).
  • 8 Cf. par exemple Le Moigne (1990, 1993) pour une présentation développée d’un tel point de vue.
  • 9 Cf. Dewey (2011) pour une perspective de synthèse.

37 Fondamentalement, la reconnaissance des phénomènes d’auto-éco-organisation7 qui sont au fondement de la posture artificialiste (les sciences de la conception selon H. Simon), engage à dépasser toute prétention positiviste. Non qu’il soit interdit de recenser et de décrire avec le plus de précisions possibles les acteurs et les phénomènes, mais le rapport au réel engage aussi explicitement des facettes normatives ou éthiques dès lors qu'un choix de futur est en jeu. J.-L. Le Moigne8 le rappelle bien souvent en reprenant la formule percutante de G. Bachelard (1934) : « il faut passer du pourquoi au pourquoi pas ». Aristote nous proposait la distinction entre le monde en acte et le monde en puissance, le monde en puissance comme univers de tous les possibles, aux formes aussi nombreuses que celles susceptibles de se concrétiser. Cette position n'est d'ailleurs pas étrangère à la recherche-intervention qui pose un principe de rationalité accrue qui engage le chercheur à « favoriser une meilleure adéquation entre la connaissance des faits et les rapports qu'ils rendent possibles entre les hommes » (Hatchuel 1994, p. 68 ; David 2000, p. 201). Dès lors que l'on fait pleinement leurs places aux projets des hommes dans la construction et la compréhension de l'action, il faut insister sur la nature de la téléologie en jeu : il ne s'agit pas de la réduire à un exercice programmatique à partir de valeurs et de fins déterminées ex-ante, mais bien d'envisager des fins-en-vue, des « ends-in-view » de J. Dewey9, que l'on va former à partir d'une critique de l'existant, d'un idéal imaginé, et d'une dialectique fins-moyens constitutive de l'action en situation. L'action est tirée par un idéal, fruit de l'imagination qui permet d'explorer les possibilités que le réel recèle, les possibles non réalisés mais qui pourraient l'être.

38 Sur le terrain, le réel des pratiques observées ou en devenir est un réel exploré, plus ou moins advenu, ou plutôt en train d’advenir sous une forme qui se construit et évolue. Ce réel se formant et se transformant n’est pas le seul réel possible : d’autres voies auraient pu ou pourraient être explorées par les acteurs, d’autres solutions retenues. Le regard que l’on porte sur le réel nécessite de prendre en compte qu’il est le fruit d’engagements, d’actions et de choix. Ce qui conduit à retenir deux modalités de rapport à l’inaccessible réalité en train de se former ou de se transformer, le passé, le présent et le futur ayant de ce point de vue des statuts proches : non réalisé / réalisé, réalisable / non réalisable. On pourrait aussi considérer la possibilité d’une expérimentation qui soit une position intermédiaire pour les deux modalités identifiées.

39Dans cette perspective, la démarche préconisée d’exploration des possibles peut se penser et s’organiser selon deux facettes largement interdépendantes que nous détaillons par la suite tout en pointant quelques écueils méthodologiques et, partant, quelques pistes pour les éviter : (1) identifier et caractériser les possibles réalisés et non réalisés ; (2) explorer les possibles réalisables ou non réalisables. Le tableau 2 en propose une synthèse.

Tableau 2 : Repères pour une posture possibiliste

Objectifs

Démarche

Difficultés et risques

Recommandations

Identi-fier et caractéri-ser les possibles réalisés / non réalisés

- rendre compte des expériences, pérennisées ou abandonnées

-observation et analyse des réalisations en contexte

-entretiens à caractère exploratoire avec les acteurs significatifs

-vision partielle et biaisée

-prendre le réel actualisé pour le seul réel possible

-prendre la mesure de la variété des phénomènes

-identifier les acteurs et les lieux porteurs d’initiative

Objectifs

Démarche

Difficultés et risques

Recommandations

-explorer les bonnes pratiques, caractériser les expériences probantes, repérer les difficultés et les blocages

ou illustratifs de la variété des initiatives et des pratiques

-ne pas oublier de prendre la mesure de la pluralité des possibles qui s’offraient aux acteurs

Explorer les possibles

réalisables / non réalisables

-explorer les possibles, repérer et décrire les solutions envisageables

-pointer les marges de liberté des décideurs

-construire les relations et les savoirs susceptibles de favoriser

les expériences à venir

-démarche prospective, rendre compte des projets des acteurs

-prendre la mesure des incertitudes, difficultés et des oppositions

-assurer un rôle de médiation dans la construction des savoirs et des relations

-délaisser des acteurs-clés

-ne pas voir les difficultés et les conflits d’acteurs

-vision partielle des possibles ou défaut d’exploration

-chercher les désaccords, les controver-ses, les incertitudes

-dépasser le risque de l’entretien en recherchant la confrontation des points de vue

40 Sur le premier point, il s’agit de s’intéresser aux réalisations en contexte pour en tirer des enseignements : élaboration de répertoires techniques ; classifications des pratiques ; repérage et caractérisation de bonnes pratiques, etc. On ne s’interdit pas d’accéder aux témoignages des acteurs par entretien mais il faut toujours avoir à l’esprit d’une part, le rapport possibiliste au réel pour envisager des entretiens très ouverts, aborder les diverses possibilités qui s'offraient aux acteurs des expériences étudiées et, d’autre part, le dépassement du dualisme acteur-système afin de rendre compte autant que faire se peut des réalisations en situation. C’est une entrée par l’action, par les réalisations dont il s’agit de rendre compte avec le plus de pertinence possible. À bien des égards, le souci est ici de témoigner avec le plus de justesse possible des expériences menées et de les caractériser dans toute leur richesse et diversité. De ce point de vue, les expériences ou expérimentations non abouties ou abandonnées peuvent être aussi instructives.

41 Une réelle vigilance s'impose pour ne pas considérer ce qui est advenu comme la seule réalité possible, car bien souvent les expériences souhaitées par d'autres ou abandonnées sont délaissées ou rapidement évincées dans les entretiens, surtout si ceux-ci sont relativement ponctuels. Ces éléments soulignent l’intérêt de la recherche-accompagnement et de pratiques d'accompagnement qui vont au-delà des simples entretiens ainsi que l’intérêt d'un collectif de chercheurs et de personnes de terrain représentatives des diverses catégories d'acteurs. On comprend dans cette posture d’exploration des possibles réalisés/non réalisés combien il est important de prendre la mesure de la variété des réponses apportées par les acteurs, d’identifier les lieux et les acteurs porteurs d’initiatives qu’elles soient réussies ou non. Dans cet ordre d'idées, en fédérant les collectivités du Grand Ouest autour de thématiques communes de travail dans le cadre de l’achat public durable, le RGO constitue un terreau riche de mise en perspective d’expériences diverses mais aussi de construction d’un dispositif partagé de connaissances (cf. encadré 6). L’intérêt des démarches comparatives est fort, on le sait, pour améliorer la validité des analyses, leur donner une portée plus générale. À cet égard, le programme de recherche prévoyait les échanges de résultat avec le groupe de recherche de Rhône-Alpes du programme LiProCo (et au niveau international, des chercheurs sont impliqués dans la mise en évidence des expériences probantes de pays moteurs sur le sujet).

Encadré 6 : Le RGO, un espace de mise en relation des acteurs et des savoirs

Le RGO constitue un lieu de mise en relation des acteurs et de construction des savoirs à travers les confrontations de pratiques et d’idées qu'il initie.

Lors des rencontres fournisseurs, l’activité de « construction de connaissances » fut particulièrement significative, aux dires mêmes des acteurs présents. Elles ont permis d’apprécier les positions et les projets des divers acteurs, mais surtout leurs méconnaissances respectives, voire leur étonnement devant la découverte de certaines réalités des autres univers d'acteurs et de métiers. Par le repérage des écarts de points de vue et des éléments de désaccords chacun a mieux identifié les projets et les contraintes des uns et des autres et partant les possibles. De nouvelles expériences ont pu être envisagées ainsi que l’expression des solutions, dans ce cas en matière de conception et de déploiement d'une stratégie collective de relocalisation des approvisionnements.

La journée finale de restitution de l'intégralité des enseignements du travail effectué par le groupe thématique du RGO sur l’introduction de produits biologiques en restauration collective publique a constitué un point d'orgue. Elle a permis de faire le bilan des expériences, des difficultés et des bonnes pratiques, etc. A partir de ces éléments, le RGO a réalisé un guide de la commande de produits biologiques et locaux à l’usage des techniciens de la commande publique (tableaux de saisonnalité par localisation, connaissance des questions-clés, contraintes majeures à prendre en compte...). Il est intéressant de souligner combien ce travail, compris comme un travail d'exploration des possibles, a pu entraîner une modification des points de vue et des représentations des acteurs impliqués dans le groupe de travail (et aussi des pratiques). Notamment, ceux-ci ont mieux perçu la signification et la portée ou l’impact de certaines actions initiées par des acteurs de la filière agricole (regroupement de l’offre, besoin d’engagement contractuel sur les prix d’achat...), mais aussi les problèmes suscités par la disparition de certains outils de transformation sur le territoire (abattoir de proximité, légumerie...). On peut noter aussi que les recommandations à l’usage des acheteurs avaient fortement évolué entre les premières réunions du groupe de travail du RGO et cette séance de restitution finale. Par exemple, elles intégraient in fine les contraintes et les possibilités offertes par les acteurs de l’offre tout en s’attachant au code des marchés publics dont les souplesses et les failles étaient mieux appréciées.

  • 10 Reprenant ici la compréhension de la construction de l’action collective proposée par Hatchuel (200 (...)

42 Même si l'exploration au présent nourrit celle au futur, distinguons cependant le second point qui vise à explorer les possibles réalisables ou non-réalisables dans une démarche de nature plus fondamentalement anticipatrice. L’enjeu du management stratégique est d’ailleurs de dépasser sa tendance au post-normatif pour explorer les marges de liberté des décideurs (Bréchet et Desreumaux, 2002). L’exploration des possibles ne saurait se limiter à explorer les possibles passés, même si la connaissance des diverses solutions expérimentées, enrichit les représentations des uns et des autres, permet d’imaginer des solutions et constitue une première étape de l’exploration des possibles futurs, réalisables ou non-réalisables. Dans un contexte d’action collective multi-acteurs, la construction des relations et des savoirs10 qui favoriseront les voies renouvelées d’action collective devient un enjeu. Il s’agit ici d’une démarche proactive, d’une certaine façon prospective.

43 Dans cette étape, il est indispensable de dépasser le risque de l’entretien ordinaire (vision partielle et biaisée en fonction des interlocuteurs) par la confrontation des points de vue, la recherche des controverses ou des désaccords (cf. encadré 7). La quête de ces facettes ne doit jamais être oubliée et pourtant les acteurs tendent à les gommer ou, en affirmant leur point de vue, à apporter la réponse qui évince ou n’envisage pas les alternatives. Les entretiens doivent toujours être mis en relation, et d’une certaine façon triangulés, avec des pratiques et des expériences observables. On cherchera toujours à valider les propos par l’action, pour valider ou vérifier ce qui se passe réellement : comment des valeurs contradictoires peuvent être ou ont été conciliées, comment des réseaux se forment et se stabilisent, quels accords et compromis sont trouvés localement, etc. ? Sur ce point, des moments de confrontation de points de vue sont extrêmement utiles.

Encadré 7 – La nécessité des controverses et de la confrontation des points de vue

Les journées fournisseurs ont permis la confrontation des discours et des points de vue des acteurs de l’agriculture conventionnelle et de la bio, mais aussi de prendre la mesure des enjeux et des inerties politiques et institutionnelles.

Ainsi, lors de la première journée où ont été reçus les représentants de la distribution, les distributeurs, présentés par les responsables ou directeurs de ces établissements, étaient particulièrement convaincants sur leur volonté de développer l’approvisionnement local de produits biologiques, sur leur engagement sur les prix, et peut-être faut-il les considérer ainsi. Leur engagement dans le bio et le local paraissait lucide et crédible, fondé aussi sur des expériences partenariales et des engagements contractuels mis en place avec certaines grandes villes de l’ouest. Mais lors de la seconde journée, l’accueil des représentants des univers de l’agriculture biologique et des producteurs donnait un tout autre ton aux échanges, soulignant des désaccords et de façon générale les différentes façons d’envisager les choses. Chacun a pris alors conscience que l’ensemble des choix possibles n’était nullement donné et que la question ne se ramenait pas à celle de la sélection d’un fournisseur. Au regard des controverses abordées (sur le prix, le périmètre du local…), l’univers des possibles a perdu son statut d’option à choisir (c’est-à-dire exogène aux acteurs du terrain, aux décideurs des collectivités locales) pour prendre celui d’un futur à construire par les acteurs eux-mêmes, à co-construire, par exemple pour s’engager dans le développement d’un territoire de consommation responsable.

44Ainsi, le repérage et l'analyse des situations d’incertitude et des conflits de points de vue qui les accompagnent se révèlent particulièrement pertinents, comme nous l'ont suggéré les lectures régulationnistes, notamment l'analyse stratégique des organisations (Crozier et Friedberg, 1977). Ils permettent de révéler les freins et les difficultés de l’engagement dans l’action, révèlent ce sur quoi les acteurs s’opposent, les différentes dimensions des débats.

3.2. Les apports et les productions du chercheur

45 Dans le prolongement du point précédent, on pourrait même retenir qu'un apport majeur des chercheurs en gestion se situe dans le repérage et l’analyse de ces situations d’incertitude et/ou de désaccords. Il s'agit bien de porter son attention sur ce qui inhibe ou facilite l'action collective. Le rôle du chercheur est alors dans ce cas de créer de la lucidité et de l'objectivité en confrontant les points de vue et en instruisant cette confrontation par l'apport d'éléments théoriques et empiriques.

46 Pour compléter cette facette des contributions du chercheur, on distinguera les apports dans le dispositif de recherche et les productions possibles qui peuvent éventuellement recueillir une audience en dehors du dispositif lui-même. Il ne faut sans doute pas toutefois surestimer ni sous-estimer l’apport du chercheur, en l'occurrence ici le plus souvent des chercheurs d'appartenances disciplinaires diverses. Le surestimer serait lui accorder un rôle moteur dans la dynamique de changement et dans les formes qu'elle prend. C’est sans aucun doute trop fort. Le sous-estimer serait de dire qu’il ne sert à rien, mais alors pourquoi les acteurs du terrain sollicitent-ils les universitaires et le monde de la recherche ?

47 Un premier élément de réponse est à chercher dans la posture de recherche-accompagnement en tant qu’il s’agit d’accompagner un mouvement et de participer, à quelque degré que ce soit, d’une construction collective des savoirs et des relations qui facilite et permet l’action collective. Ainsi ce n’est pas seulement un rapport ou un article final qui est en jeu, mais une présence, des interventions, des rapports intermédiaires, des stagiaires et des mémoires suivis. Ce travail d'accompagnement qui se comprend comme un soutien, engage deux facettes liées :

  • 11 Cf. Hatchuel (2000, 2005).
  • 12 Cf. Latour (2005) pour une présentation.

- Une facette de construction des savoirs et des relations11. Les chercheurs participent du travail d'acteur-réseau pour reprendre les termes de l'Actor Network Theory (ANT)12 en participant aux opérations de traduction, éventuellement d'enrôlement.

- Une facette de légitimation des actions et des paroles des acteurs. Comme nous l'avons évoqué, à la plupart des réunions du RGO, mais aussi lors de manifestations à des échelles plus larges, dans des rencontres plus spécifiques à certaines expériences, les chercheurs interviennent, apportent leur regard, donnent de l'écho à des résultats, des réflexions ou des problématiques. On leur demande des synthèses, de faire des points (théoriques) sur leurs travaux sans oublier ceux des stagiaires accompagnés. Sans qu'il s'agisse de dire que le chercheur apporte des solutions, il participe de la construction des points de vue, de la réflexivité des acteurs sur eux-mêmes et leurs pratiques ; ils participent de la construction de référentiels dont on connaît toute l'importance pour légitimer l'action (Muller, 2000).

48 Une recherche-accompagnement est naturellement préoccupée de suivre et d’aider les acteurs à la fois dans la compréhension de leurs réalisations et de leurs expérimentations mais aussi dans la construction de leurs projets. Sur ces facettes, la recherche-accompagnement n'est pas loin de certaines recherche-intervention, dans lesquelles le chercheur est un « facilitateur » dont le rôle est de développer des apprentissages dans le système client (Jouison-Lafitte, 2009). Pour autant, ce n'est pas à proprement parler une recherche-intervention même au sens large (intégrant la recherche-action).

49 Sur la question de la place du chercheur, il nous faut donc retenir la pertinence d'une posture de recherche-accompagnement à la fois ambitieuse et modeste. Ambitieuse car il s’agit d’être en mesure de contribuer avec les acteurs de terrain à l’élaboration d’un regard riche sur les pratiques, plus largement de les accompagner dans leurs initiatives à travers des études longitudinales des expérimentations menées. Modeste, car il faut prendre la mesure, croyons-nous, des limites des capacités d'exploration et d’action si le terrain n’est pas demandeur.

50 On peut aussi admettre que le chercheur soit critique par rapport aux projets de ses partenaires de terrain, mais cette position serait-elle tenable dans la durée, a fortiori sur l'essentiel des projets accompagnés ? Nous ne le pensons pas. Le rapport d’empathie avec les acteurs de terrain semble nécessaire, car on passe du temps avec eux dans les réunions, dans les déplacements, lors des repas, dans les phases de suivi des stagiaires, etc. Donc bien sûr empathie au sens où il s’agit, comme il est nécessaire dans les démarches interprétatives, d’aller vers les acteurs sans a priori, sans jugement, avec l’écoute la plus attentive à leurs points de vue et arguments. Mais une empathie qui est aussi une sympathie à l’égard des projets accompagnés. Cela n’exclut pas que certains arguments soient discutés, que des points de vue réservés ou opposés soient compris. Ce qui est en jeu, ce n’est pas forcément un engagement militant, mais au minimum, croyons-nous, une compréhension.

51 On connait aussi les difficultés inhérentes au niveau de distanciation requis pour accéder au terrain : la distanciation trop importante fait encourir le risque du terrain qui échappe ; l'implication forte, voire une certaine forme d'assimilation, comme celle de J. Favret-Saada dans les phénomènes de sorcellerie (Favret-Saada, 1977), pose inéluctablement la question des risques de la subjectivation.

52Au total, c’est bien une figure de l’accompagnement singulière, faite d’une « sensibilité à », d'une bienveillance à l'égard des projets et des acteurs accompagnés dans leurs initiatives.

53À la question du type de connaissances qu'apportent les chercheurs, nous venons d'apporter une réponse en termes de lucidité et de légitimité. C'est sans doute sur cette facette de production de connaissance que la recherche-accompagnement se présente comme plus ouverte à différentes natures de contributions :

- Connaissances disciplinaires ciblées en lien avec les questions que se pose le terrain, mais ces questions et les réponses que le chercheur apporte, si elles trouvent ici un terrain de validation, d'illustration, d'enrichissement ne sont pas forcément porteuses d'innovation managériale, ni de questions théoriques réellement nouvelles. Elles n'en sont pour autant pas inintéressantes. Le chercheur, par ses expertises, trouve là une part de sa légitimité, en même temps qu'il enrichit sa bibliothèque de cas. On retrouve ici des proximités avec les attendus de la recherche-intervention, mais le rapport entre le chercheur et son terrain n'est pas un rapport strictement client-commanditaire.

- Connaissances théoriques, éventuellement critiques, dont le chercheur est lui-même porteur à travers son bagage et son positionnement. On n'exclura pas l'idée d'une théorisation émergente, conformément aux prémisses de la grounded theory, mais pas seulement. Le terrain peut être un support de validation, d'exploration ou d'illustration. Si l'on rajoute la possibilité de la confrontation des regards de diverses disciplines, on retrouve assez naturellement la possibilité de contribuer sur les trois facettes des connaissances techniques, théoriques et critiques constitutives des sciences de gestion comme de toute discipline scientifique.

54 La recherche-accompagnement peut donc être vue comme une pratique légitime et légitimante du chercheur en gestion, soucieux d'ouverture aux diverses facettes de sa discipline et aux autres disciplines susceptibles d'enrichir son propre regard. Elle ne répond pas obligatoirement à un problème spécifique sur lequel sera jugée la contribution. Ce n'est pas une démarche de ce fait plus légère ou plus facile. Elle nécessite une disponibilité et une présence aux côtés des acteurs dans la durée. Elle engage la légitimité des chercheurs et des équipes.

55 Faut-il redouter la perte de la visée prescriptive ou de la contribution scientifique ? Pour que ce soit le cas, il faudrait d'abord que soit acquise cette différenciation de la discipline, ce dont nous ne sommes nullement convaincus. Combien de travaux sont réellement prescriptifs ? Combien de travaux permettent réellement d'articuler prescription et progrès scientifique ? Il faudrait aussi être pleinement rassurés sur le fait que la prescription ne soit pas parfois, voire souvent une inféodation aux idées ou pratiques dominantes du moment, pour certaines largement critiquées voire discréditées. Et l'idée parfois soumise d'une diffusion par les cabinets de conseil n'est pas en soi une quelconque preuve de valeur scientifique ni même de pertinence pratique, sauf à ramener cette dernière au fait même qu'il y ait mobilisation des idées.

56 Si, de plus, on ne prend pas les découpages disciplinaires pour acquis - la gestion a de ce point de vue d'abord été pensée comme cursus - et que l'on milite pour les décloisonnements, les collaborations intelligentes, que l'on n’oublie pas la finalité d'enseignement particulièrement importante des sciences de gestion - on pense à la diffusion des enseignements dans la société - la recherche-accompagnement présente le mérite de l'ouverture aux autres disciplines et au terrain. Cette double ouverture nous semble rassurante pour l'enseignant-chercheur soucieux de ces deux facettes. Le progrès de la recherche se mesure aux nouvelles idées (connaissances) et aux illustrations (cas) que l'on introduit dans les ouvrages de référence des enseignements car le public premier auquel s'adresse les travaux des chercheurs est bien le monde étudiant, disons de façon large le monde de la formation.

Conclusion

  • 13 Cf. Bréchet (2008) pour une synthèse réalisée en collaboration avec J.-D Reynaud.

57 La recherche-accompagnement mérite-t-elle d'être distinguée de la recherche-action ou de la recherche-intervention ? Nous pensons que oui. Les relations entre le chercheur et le terrain qu'elle recouvre ne sont nullement des relations de commanditaire à prestataire, ne relèvent pas d'une réelle observation participante mais bien d’une relation d'accompagnement. La relation prend la forme d'un enrichissement mutuel fondé sur l'apport croisé de connaissances. La recherche-accompagnement recouvre aussi une production de connaissances à caractère très ouvert car les attentes des uns et des autres ne sont pas de nature simplement instrumentale. C'est bien un panier de connaissances de diverses natures qui est potentiellement en jeu – théoriques, pratiques, critiques - et à cette pluralité nous rajoutons, eu égard aux expériences que nous avons vécues, des collaborations entre les disciplines et les regards disciplinaires. De ce point de vue, le cadre des contrats de recherche financés par des tiers (les collectivités, les Régions, l'Europe...), le plus souvent pluridisciplinaires, représente un formidable tremplin, si l'on va au-delà de la simple juxtaposition des chercheurs et des recherches. Nous avons eu le loisir de mesurer que l'effort de collaboration conduit bien souvent à réinterroger les cadres théoriques, à prendre la mesure de la capacité de certaines lectures à les fédérer. De ce point vue, par exemple, la théorie de la régulation sociale de J.-D. Reynaud (1997)13 présente bien les qualités d'ouverture et de dialogue entre les disciplines des sciences sociales que son auteur lui revendique.

  • 14 Cette posture renvoie à la proposition de J. Piaget de développement d’une épistémologie endogène, (...)

58 Le rapport possibiliste au réel que nous avons retenu, s'il n'est pas nouveau en soi, nous a néanmoins engagés à en souligner les difficultés. L'exploration du terrain dans cette perspective comporte bien des spécificités. Elle peut s’opérer selon des méthodologies variées, où l’étude de cas qualitative et l’analyse d’entretiens seront fortement mobilisées, combinées à des pratiques d’observation participante de la part de stagiaires notamment. Dans la mesure où un discours de la méthode sera toujours un discours de circonstance, pour paraphraser G. Bachelard (1934, p. 139), nous avons préféré ici synthétiser les repères structurants pour engager cette démarche, tout en laissant ouvert le recours à des méthodologies ad hoc en fonction de la nature des objets étudiés14. Il convient ici de préciser que la posture du chercheur évolue, surtout dans une recherche collective pluridisciplinaire, sur plusieurs années. La démarche de recherche ne peut-être que composite et, si nous parlons de recherche-accompagnement, c’est aussi pour désigner cette réalité collective et évolutive. La recherche-accompagnement est d'ailleurs avant tout une recherche collective aussi bien du côté des chercheurs que des acteurs de terrain. Elle est un accompagnement et un soutien.

59La construction des savoirs pluriels qui font les sciences de gestion dans leurs dimensions pratiques, théoriques, critiques et d'ouverture aux autres regards disciplinaires, nous paraît particulièrement se nourrir des relations d'accompagnement que nous avons cherché à restituer dans leur richesse.

60Il y a enfin beaucoup de satisfaction à se retrouver dans la durée avec les acteurs de terrain tout aussi bien qu'avec les collègues dans de riches relations d'échange.

Haut de page

Bibliographie

Adler P. et P. Adler P. (1987), Membership roles in field research, Sage.

Bachelard G. (1934), Le nouvel esprit scientifique, PUF.

Boutinet J.-P. (2005), Anthropologie du projet, PUF, collection Quadrige (1ère édition 1990)

Bréchet J.-P. (1994), « Du projet d'entreprendre au projet d'entreprise », Revue Française de Gestion, n° 99, p. 5-15.

Bréchet J.-P. (2008), « Le regard de la théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud », Revue Française de Gestion, vol. 34, n° 184, p. 13- 25.

Bréchet J-P. et A. Desreumaux (2002), « Sciences de gestion et pratiques de management. Le cas du management stratégique », in Sciences de gestion et pratiques managériales, Economica.

Bréchet J-P. et A. Desreumaux (2010), « Agir projectif, action collective et autonomie », Management International, vol. 14, n° 4, p. 11-23.

Bréchet J-P., Schieb-Bienfait N. et A. Desreumaux (2009), Les figures de l’entrepreneur dans une théorie de l’action fondée sur le projet, Revue de l’Entrepreneuriat, revue en ligne, vol. 8, n° 1, p. 37-54.

David A. (2000), « La recherche-intervention, cadre général pour la recherche en management ? », in A. David, A. Hatchuel et R. Laufer (coord.), Les nouvelles fondations des sciences de gestion, Vuibert.

David A., Hatchuel A. et Laufer R. (coord.) (2000), Les nouvelles fondations des sciences de gestion, Vuibert, collection FNEGE.

Desreumaux A. et J-P. Bréchet (2009), « Quels fondements pour les théories de la firme ? Plaidoyer pour une théorie artificialiste de l'action collective fondée sur le projet », in B. Baudry B. et B. Dubrion B. (dir.), La Découverte.

Dewey J. (2011), La formation des valeurs, traduit de l'anglais (E.-U.) par A. Bidet, L. Quéré et G. Truc, La Découverte.

Favret-Saada J. (1977), Les Mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage, Gallimard.

Hatchuel A. (1994), « Les savoirs de l'intervention en entreprise, Entreprise et Histoire », n° 7, p. 59-75.

Hatchuel A. (2000), « Quel horizon pour les sciences de gestion ? Vers une théorie de l’action collective », In David A., Hatchuel A. et Laufer R. (coord.), Les nouvelles fondations des sciences de gestion, Vuibert.

Hatchuel A. (2005), "Towards an Epistemology of Collective Action: Management Research as a Responsive and Actionnable Discipline", European Management Review, vol. 2, p. 36-47.

Jouison-Lafitte E. (2009), « La recherche action : oubliée de la recherche dans le domaine de l’entrepreneuriat », Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 8, n° 1, p. 1-36

Latour B. (2006), Changer de société – Refaire de la sociologie, La Découverte.

Le Moigne J-L. (1990), La modélisation des systèmes complexes, Dunod.

Le Moigne J-L. (1993), « Sur l’incongruité épistémologique des sciences de gestion », Revue Française de Gestion, nov-déc., p. 123-135.

Le Velly R. et Bréchet J-P. (2011), « Le marché comme rencontre d'activités de régulation : initiatives et innovations dans l'approvisionnement bio et local de la restauration collective », Sociologie du Travail, n° 53, p. 478-492.

Lewin K. (éd.) (1948), Resolving Social Conflicts, Harper and Row.

Liu M. (1997), Fondements et pratiques de la recherche action, L’Harmattan.

Martinet A-C. (coord.) (2007), Sciences du management. Epistémique, Pragmatique et Ethique, Vuibert.

Morin E. (1977), La Nature de la Nature (La Méthode t. 1), Seuil (nouvelle édition coll. « Points Essais », 1980).

Morin E. (1980), La Vie de la Vie (La Méthode t. 2), Seuil (nouvelle édition coll. « Points Essais », 1985).

Morin E. (1990), Introduction à la pensée complexe, ESF (nouvelle édition coll. « Points Essais », 2005).

Muller P. (2000), “Esquisse d'une théorie du changement dans l'action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs”, Revue Française de Science Politique, vol. 55, n° 1, p. 155-187.

Piaget J. (1967), Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, La Pléiade.

Reynaud J-D. (1997), Les règles du jeu ; l’action collective et la régulation sociale, 3ème édition, Armand Colin.

Schieb-Bienfait N., Émin S., Saives A.L., R. Desmarteau (2013a), « Dans quelle mesure le Business model (modèle d’affaires) peut-il être un outil d’accompagnement à la co-construction d’un projet entrepreneurial collectif ? », XXIIème conférence de l’AIMS, Clermont Ferrand, 11-13 juin.

Schieb-Bienfait N., Saives A.L., Émin S., Desmarteau R., D. Olford (2013b), “Business Model as mediator of value creation: what value are we talking about? Evidence from cases of collective entrepreneurial projects within the non-profit sector”, EGOS Montréal, july.

Simon H. (1973), Administration et processus de décision, Paris, Economica, 1ère éedition, New York, The Free Press (1945).

Simon H. (1991), Sciences des systèmes, sciences de l'artificiel, (traduit de l’anglais par J.-L. Le Moigne, Dunod (1ère édition, 1969, MIT).

Soulé B. (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, vol. 27, n° 1, p. 127-140.

Trompette P. et D. Vinck (2009), "Retour sur la notion d'objet-frontière", Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, p. 5-27.

Haut de page

Notes

1 Cf. à ce propos Le Velly et Bréchet (2011) pour l’application au marché de la théorie de la régulation sociale de J.-D. Reynaud.

2 Quand bien même celles-ci obtiennent-elles des financements privés directement intéressés par les recherches menées.

3 La régie (ou restauration en gestion autogérée) consiste pour une collectivité à donner la responsabilité des repas à une structure interne ; la restauration en gestion concédée (ou sous contrat) consiste à confier à des prestataires de service extérieur (les sociétés de restauration) la responsabilité des repas.

4 Ainsi, la ville de Nantes assure environ 13000 repas par jour mais elle ne dispose pas d’une légumerie pour nettoyer, préparer et transformer les légumes.

5 Seules sont restituées ici les démarches d’accompagnement du RGO et l’expérimentation « poulets fermiers ». La démarche d’accompagnement du cas Germe est précisée dans les communications Schieb-Bienfait et al. (2013a et 2013b).

6 En référence aux travaux associés aux noms de Bréchet et Desreumaux (cf. bibliographie), en synthèse par exemple : Desreumaux et Bréchet (2009).

7 Cf. Morin (1977, 1980, 1990).

8 Cf. par exemple Le Moigne (1990, 1993) pour une présentation développée d’un tel point de vue.

9 Cf. Dewey (2011) pour une perspective de synthèse.

10 Reprenant ici la compréhension de la construction de l’action collective proposée par Hatchuel (2000, 2005).

11 Cf. Hatchuel (2000, 2005).

12 Cf. Latour (2005) pour une présentation.

13 Cf. Bréchet (2008) pour une synthèse réalisée en collaboration avec J.-D Reynaud.

14 Cette posture renvoie à la proposition de J. Piaget de développement d’une épistémologie endogène, c’est-à-dire ayant la capacité de faire « surgir la réflexion épistémologique » de l’intérieur, à savoir des pratiques de production de connaissances elles-mêmes (Cf. les conclusions de J. Piaget, dans son Encyclopédie (Pléiade, 1967, p. 1236-1248)).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Bréchet, Sandrine Émin et Nathalie Schieb-Bienfait, « La recherche-accompagnement : une pratique légitime », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 17-2 | 2014, mis en ligne le 19 juillet 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://fcs.revues.org/1477 ; DOI : 10.4000/fcs.1477

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Bréchet

Professeur des universités, Université de Nantes/LEMNA

Sandrine Émin

Maître de conférences, Université d’Angers/GRANEM

Nathalie Schieb-Bienfait

Maître de conférences HDR, Université de Nantes/LEMNA

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page