Navigation – Plan du site

Les marchés financiers sanctionnent-ils les sociétés impliquées dans des accidents industriels graves ? Le cas du groupe TOTAL entre 1999 et 2012

Jean-Philippe Lafontaine et Bruno Pecchioli

Résumés

Cet article rend compte d’une étude empirique qui analyse la réaction des marchés financiers à la suite de 17 accidents industriels graves ayant impliqué le groupe TOTAL entre 1999 et 2012. Les événements ont été caractérisés à l’aide d’une méthode originale d’évaluation de leur gravité et chacun d’entre eux a donné lieu à une étude d’événement. Les résultats des analyses montrent que les marchés financiers ne sanctionnent pas vraiment TOTAL, même lors des accidents les plus graves. Certaines propositions développées par Barnett (2014) expliquant pourquoi les entreprises qui commettent des fautes sont rarement sanctionnées par leurs parties prenantes sont mobilisées dans le cadre de la discussion pour apporter des éléments d’explication à ce constat surprenant.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début du 20ème siècle, les secteurs de la chimie, de la pétrochimie et de l’énergie ont connu de nombreux accidents industriels dont certains ont eu des conséquences particulièrement dramatiques. La répétition de ces catastrophes participe à entretenir une prise de conscience collective, surtout dans les pays industrialisés, selon laquelle la protection de l’environnement et la sécurité des personnes et des biens sont indissociables. C’est sans doute l’un des facteurs qui expliquent la diffusion récente et rapide des concepts de responsabilité sociale des entreprises (RSE) et d’investissement socialement responsable (ISR). D’une part, les entreprises qui adhèrent aux principes de la RSE intègrent volontairement des préoccupations sociales et environnementales dans leurs activités, en particulier pour maîtriser et réduire les risques d’accidents industriels. D’autre part, les investisseurs qui s’inscrivent dans les principes de l’ISR sont censés pénaliser les entreprises qui, entre autre, polluent ou sont impliqués dans des catastrophes.

2Le monde de la finance n’est pas resté étranger à cette évolution et, depuis le début des années 2000, certaines pratiques en ont été profondément renouvelées avec l’apparition d’agences de notation spécialisées dans l’évaluation extra financière des entreprises et la création d’indices boursiers spécifiques regroupant les entreprises les plus vertueuses. Mais quelques années avant cette évolution des pratiques, de nombreux chercheurs en finance avaient commencé à s’interroger sur l’impact des accidents industriels sur les marchés financiers en qualifiant ces événements de crises environnementales (Barret et al. 1986, Spudeck et Moyer 1989, Jones et al. 1994, Kalra et al. 1995, White 1996, Klassen et McLaughlin 1996, Herbst et al. 1996, Jones et Rubin 2001, Capelle-Blancard et Laguna 2008 et 2010), ainsi que sur l’effet modérateur que pourrait avoir la communication environnementale des entreprises sur les marchés financiers (Blaconnière et Patten 1994, Patten et Rance 1998).

3Ce courant de recherche a principalement mobilisé des études d’événements pour mettre en évidence les caractéristiques quantitatives des phénomènes observés, comme l’importance et la durée des réactions du cours des actions des sociétés impliquées dans des accidents industriels ou la quantité d’information environnementale diffusée par ces entreprises. Cet article s’inscrit dans ce courant de recherche et rend compte d’une étude empirique réalisée sur dix-sept accidents industriels plus ou moins graves ayant impliqué le groupe TOTAL, l’un des leaders mondiaux sur les secteurs de l’énergie et de la pétrochimie, entre 1999 et 2012. Le fait de centrer l’étude sur une seule entreprise a permis de mettre en œuvre une méthodologie de recherche en deux temps, les résultats des études d’événement étant complétées par la collecte et l’exploitation de données sur le contexte des accidents étudiés pour apporter des propositions d’explication aux phénomènes observés.

4De fait, l’apport de cette recherche est triple. Tout d’abord, sur le plan méthodologique, cette recherche utilise une méthode originale d’évaluation de la gravité des accidents industriels qui repose sur 5 critères et qui a été proposée par Bouaiss et al. (2013). Ensuite, la discussion des résultats ébauche une grille de lecture élargie des réactions des marchés financiers à la suite d’accidents industriels graves en mobilisant certaines propositions que Barnett (2014) a développées pour expliquer pourquoi les entreprises qui commettent des fautes graves peuvent ne pas être sanctionnées par leurs parties prenantes. Enfin, sur le plan managérial, les enseignements de cette recherche peuvent aider les dirigeants dans la gestion des risques industriels et leur communication puisqu’ils apportent des éléments pour comprendre pourquoi, au bout du compte, les marchés financiers ne sanctionnent pas systématiquement les entreprises impliquées dans des accidents industriels même graves.

5Le compte rendu de cette recherche s’organise autour de quatre parties. La première partie présente le cadre théorique de la recherche. Les deux parties suivantes décrivent la méthodologie mise en œuvre, d’une part, pour caractériser les accidents industriels et, d’autre part, pour réaliser les études des dix-sept événements de l’échantillon. La dernière partie présente les résultats empiriques et ouvre la discussion sur les faits mis à jour.

1. Cadre théorique de la recherche

6Les études réalisées sur la relation entre accidents industriels et marchés financiers peuvent être organisées en trois groupes. L’objectif du premier groupe d’études est d’évaluer l’impact des accidents industriels graves sur les marchés financiers. Le deuxième groupe d’études introduit dans l’analyse la communication environnementale que les entreprises peuvent avoir faite avant les événements. Le dernier groupe d’études, quant à lui, introduit dans l’analyse des caractéristiques contextuelles des événements étudiés.

1.1. L’évaluation de l’impact des accidents industriels sur les marchés financiers

7Les recherches sur la réaction des marchés financiers aux accidents industriels se proposent de tester deux hypothèses selon lesquelles les marchés financiers vont sanctionner les entreprises directement impliquées dans un accident industriel grave (H1) dans la mesure où l’événement va entraîner des coûts supplémentaires (dédommagements, remise en état, nettoyage…), voire une perte d’image et de légitimité de l’entreprise (boycott des consommateurs, fuite des actionnaires…), ainsi que les autres entreprises du secteur d’activité concerné (H2) dans la mesure où l’accident risque d’entrainer des coûts supplémentaires pour tout le monde (hausse des primes d’assurance, réglementations plus exigeantes…).

8Ces recherches ont le plus souvent recours aux études d’évènement pour mesurer l’impact des accidents sur les marchés, et plus précisément sur les cours de bourse des actions. Celles-ci estiment ainsi selon les cas la rentabilité anormale RA0 à la date de l’accident et la rentabilité anormale cumulée RAC(t1 ; t2) sur une fenêtre d’évènement plus étendue entre les dates t1 et t2, les rentabilités anormales et cumulées moyennes (RAM et RAMC) ainsi que la perte monétaire en valeur subie par l’ensemble des actionnaires (mesurée à partir de la capitalisation boursière).

9Le tableau 1 permet de comparer les résultats de plusieurs études réalisées sur cette question. Il en ressort que les marchés réagissent généralement négativement aux accidents industriels graves. Des rentabilités anormales négatives significatives sont pratiquement toujours observées autour des évènements, plus importantes pour les entreprises directement concernées que pour les autres entreprises du même secteur d’activité. Par exemple, la plus forte réaction observée parmi les différents évènements étudiés dans ces recherches est celle relative à l’explosion de l’usine de pesticides exploitée par une filiale de l’entreprise UNION CARBIDE à Bhopal en Inde en 1984. Deux études s’accordent pour dire que la perte de valeur anormale cumulée de cette entreprise dépasse 30 % au bout de quelques jours alors qu’elle est inférieure à 2 % pour les autres entreprises du secteur (Blaconnière et Patten 1994, Kalra et al. 1995). Dans le cas de l’accident qui s’est produit dans la centrale nucléaire de Three Mile Island en 1979, les études montrent que le risque systémique des entreprises du secteur de l’énergie électrique a augmenté suite à l’accident (Barret et al. 1986, Spudeck et Moyer 1989) avec une rentabilité anormale moyenne cumulée de l’ordre de -4 % en un mois (Bowen et al. 1983).

Tableau 1 - Exemples d’études sur la réaction des marchés financiers à la suite d’un accident industriel grave

Evénement(s)

Etude

Entreprise(s)

Evaluation de la perte

Accident à la centrale nucléaire de Three Mile Island en 1979

Bowen et al. (1983)

83 entreprises du secteur

RAMC (0 ;5) = -0,69 %

RAMC (0 ;29) = -4,14 %

Barret et al. (1986)

76 entreprises du secteur

Augmentation de la prime de risque des obligations des entreprises du secteur

Spudeck et Moyer (1989)

62 entreprises du secteur

Augmentation du risque systémique pour les entreprises du secteur (avec installations nucléaires) en 1979

Naufrage du pétrolier Valdez sur les côtes de l’Alaska en 1989

Jones et al. (1994)

Entreprise EXXON

Perte comprise entre 4,7 et 11,3 milliards de $ en fonction de l’intervalle de temps retenu

Herbst et al. (1996)

Entreprise EXXON

RA= -0,05 %

RAC (0 ;15) = -8,89 %...

13 entreprises du secteur (y compris EXXON)

RAM= -0,37 %

RAMC (0 ;15) = -0,03 %...

White (1996)

Entreprise EXXON

RA= -0,49 %

RAC (0 ;30) = -12,43 % %...

54 autres entreprises du secteur

RAM= 0,16 %

RAMC (0 ;30) = -1,67 %...

Explosion d’une usine de pesticides à Bhopal en 1984

Blaconnière et Patten (1994)

Entreprise UNION CARBIDE

RAC (0 ;5) = -31 %

RAC (0 ;10) = -35 %...

46 autres entreprises du secteur

RAMC (0 ;5) = -1,28 %

RAMC (0 ;10) = -2,4 %...

Kalra et al. (1995)

Entreprise UNION CARBIDE

RA= -4,3 %

RAC (-2 ;5) = -31 ;1 % %...

Toutes les entreprises US du secteur

RAM= -0,04 % %

RAMC (-2 ;5) = -1,6 % %...

Incendie d’un dépôt pétrolier en 2005 à Buncefield

Capelle-Blancard et Laguna (2008)

TOTAL (propriétaire à 60 % du dépôt)

RA= -0,86 %

Perte de près de 1 milliard d’€

4 entreprises pétrolières présentes sur le site

RAM= -0,58 %

RAMC (0 ;3) = -1,03 %

18 accidents entre 1989-1990

Klassen et McLaughlin (1996)

Entreprises de différents secteurs d’activité

RAMC (-1 ;1) = -1,50 %

Perte de 390 millions de $

14 accidents entre 1989-1993

Jones et Rubin (2001)

Entreprises du pétrole et de l’électricité

RAMC (-1 ;0) = -1,27 %

Perte de 180 millions de $

64 explosions entre 1990-2005

Capelle-Blancard et Laguna (2010)

Usines chimiques et raffineries

RAM= -0,76 %

Perte de 306 millions de $ en 2 jours

1.2. La prise en compte de la communication environnementale des entreprises

10Une fois l’impact négatif des accidents industriels graves sur les marchés financiers mis en évidence, certains chercheurs se sont interrogés sur l’effet modérateur de la communication environnementale diffusée par les entreprises avant l’événement sur la réaction des marchés financiers. Pour ce type de recherche, la méthodologie consiste, dans un premier temps, à évaluer la quantité et la nature des informations environnementales diffusées par les entreprises avant l’accident, pour, ensuite, évaluer la corrélation entre cette communication et la réaction des marchés financiers.

11L’effet modérateur de la communication environnementale des entreprises sur la réaction des investisseurs dans un contexte d’accidents industriels graves a été mis en évidence, entre autres, par Blaconnière et Patten (1994) au cours d’une étude qui a évalué l’influence de la catastrophe de Bhopal sur le cours des actions d’entreprises américaines du secteur de la chimie. Les auteurs ont ainsi constaté que toutes les entreprises du secteur avaient enregistré une baisse importante des cours de bourse dans les 5 jours suivant la catastrophe, mais que les actions des entreprises qui avaient diffusé le plus d’informations environnementales pendant les 10 années précédentes avaient mieux résisté à la baisse des cours. Une étude empirique réalisée par Patten et Rance (1998) à la suite du naufrage du pétrolier Valdez exploité par EXXON au large de l’Alaska confirme ce constat.

1.3. La prise en compte des caractéristiques contextuelles des événements

12 L’étude réalisée par Capelle-Blancard et Laguna (2010) commence, tout d’abord, par un effort pour contextualiser les 64 explosions qui constituent leur échantillon en les caractérisant par neuf variables : les dommages aux hommes (y-a-t-il eu des blessés graves et des décès ?), la pollution (des produits toxiques ont-ils été rejetés dans l’environnement ?), la réputation de l’entreprise (a-t-elle déjà connu des accidents de ce type par le passé ?), la taille de l’entreprise ( = capitalisation boursière), l’exposition médiatique de l’entreprise au moment de l'accident ( = ratio entre le nombre d’articles de presse dont le titre mentionne la société 20 jours avant l’accident et le nombre d’articles publiés l'année précédente), l’activité de l’entreprise (raffinerie de pétrole ou usine chimique), la date (accidents qui se sont produits entre 1990 et 2005), ainsi que le pays d’origine de l’entreprise et celui dans lequel s’est produit l’accident (Royaume-Uni, Europe continentale, Japon, Amérique du Nord et pays émergents).

13L’analyse multivariée que les auteurs réalisent à partir de ces caractéristiques contextuelles et de l’évaluation des rentabilités anormales des actions des entreprises impliquées dans les événements, apporte deux principaux enseignements. D’une part, les chiffres montrent que les pertes de valeur sont significativement corrélées avec la gravité des accidents lorsqu’elle est mesurée par le nombre de pertes humaines et par l’importance de la pollution chimique. D’autre part, la sanction des marchés financiers est plus forte et plus durable dans le cas des entreprises confrontées à des accidents graves à répétition, les investisseurs semblant intégrer ainsi le fait que ces entreprises ne maîtrisent pas leurs risques industriels et environnementaux. C’est dans cette logique que l’étude du cas de TOTAL reportée dans cet article a été réalisée, une attention toute particulière étant accordée à l’évaluation de la gravité des accidents étudiés.

2. Méthodologie de l’étude des accidents industriels

  • 1 Sur le critère du chiffre d’affaires, la revue Fortune a classé Total au 6ème rang des plus importa (...)
  • 2 Source : http://total.com/fr/groupe/vue-ensemble/chiffres-cles.

14 TOTAL est une société de droit français qui a été créée en 1924 sous le nom de la Compagnie Française des Pétroles (CFP). A la suite des rapprochements avec la société Belge Petrofina (début 1999) et avec la société française Elf (début 2000), le groupe TOTAL constitue désormais l’un des plus grands groupes pétroliers au monde1. Fin 2013, TOTAL était présent dans plus de 130 pays, employait près de 99 000 collaborateurs et son périmètre de consolidation comprenait 883 sociétés2.

2.1. Justification du choix de l’entreprise et de la période étudiées

15TOTAL intervient désormais dans trois secteurs d’activité complémentaires : Secteur Amont (exploration et production de pétrole et de gaz, participations dans des oléoducs et gazoducs, génération d’électricité, etc.), Secteur Raffinage-Chimie (raffinage chimie et pétrochimie, fertilisants, chimie de spécialités, trading, shipping, etc.) et Secteur Marketing & Services (approvisionnement et commercialisation en produits pétroliers, énergies nouvelles). La nature même de certaines activités du groupe présente des risques importants d’accidents industriels aussi bien pour les personnes (salariés de TOTAL, personnel extérieur, riverains, etc.), que pour les équipements et l’environnement. Malheureusement, même si le groupe réalise chaque année des efforts importants pour limiter les risques (comme par exemple, la certification ISO 9001 et/ou 14001 de nombreux sites), TOTAL connait régulièrement des accidents dont certains sont particulièrement graves.

16La période étudiée débute en 1999 car TOTAL a été impliqué cette année-là dans un accident industriel tellement grave que les documents de synthèse et les rapports annuels des années suivantes en ont toujours fait mention (marée noire de l’Erika en face des côtes bretonnes). La dernière année prise en compte est 2012 car la recherche des accidents industriels graves impliquant TOTAL a exploité une base de données nationale dont la remise à jour demande un certain temps. Par exemple, à la date à laquelle cette étude a été réalisée (janvier 2014), cette base de données ne prenait pas encore en compte l’explosion qui a causé la mort de 2 personnes dans la raffinerie de TOTAL à Sheldelaan au nord d’Anvers en Belgique le 19 novembre 2013. Par commodité, la totalité de l’année 2013 a été écartée.

2.2. Présentation de la méthode d’évaluation de la gravité des accidents industriels

17L’évaluation de la gravité des accidents industriels mise en œuvre dans cette étude adapte au cas la méthode proposée par Bouaiss et al. (2013) et procède en deux temps. Dans un premier temps, l’évaluation repose sur une échelle utilisée en France et en Europe depuis février 1994. Un bureau du Ministère chargé de l'environnement, le Bureau d'Analyse des Risques et Pollutions Industrielles (BARPI), est chargé de rassembler et de traiter des données sur des accidents technologiques qui se produisent aussi bien en France que dans le reste du monde. Le résultat des analyses peut être consulté dans la base de données A.R.I.A. (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents)3. Pour chaque événement, 18 paramètres techniques regroupés en 4 groupes homogènes évaluent de façon objective les effets et les conséquences des accidents (annexe 1) : les quantités de matières dangereuses impliquées (MAT), les aspects humains et sociaux (HUM), les conséquences environnementales (ENV) et les aspects financiers et économiques (ECO). La note attribuée aux paramètres est comprise entre 0 et 6. La note attribuée à un groupe est la note la plus élevée attribuée aux paramètres qui le composent.

  • 4 Selon les événements, trois mots clés ont été choisis de façon à offrir le plus grand nombre possib (...)

18Dans un deuxième temps, l’évaluation de la gravité des accidents industriels est complétée par un 5ème groupe de paramètres représentatif de la pression sociale (PRE) qui peut s’exercer sur une entreprise après un événement grave. La méthode a consisté, ici, à mesurer la place que les événements ont occupée dans les média en faisant référence à deux études complémentaires. D’une part, Pollock et Rindova (2003) ont clairement montré que la quantité d’information diffusée dans les média lors de l’introduction en bourse de nouvelles sociétés avait un impact sur le comportement des investisseurs. D’autre part, l’étude réalisée par Hamilton (1995) a montré que la diffusion d’informations environnementales négatives sur les entreprises (l’inventaire des rejets toxiques publié par l’Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis en juin 1989) sont considérées par les média et les investisseurs comme des informations importantes qui peuvent même entraîner une perte significative de la valeur boursière de certaines entreprises. Dans le cadre de cette étude, quatre paramètres ont été retenus (tableau 2). Comme dans la base ARIA, la grille d’évaluation de ces paramètres retient une distribution des observations sur le modèle d’une fonction logarithmique. Une note comprise entre 0 et 6 a été attribuée à chaque paramètre4 (PRE19, PRE20, PRE21 etPRE22), la note la plus élevée déterminant alors la note de la variable synthétique PRE pour tout le groupe.

Tableau 2 - Grille d’évaluation de la pression sociale conçue pour cette étude

Pression sociale

1

2

3

4

5

6

Pre19

Nombre de résultats obtenus au cours d’une recherche dans les pages en français sur le Web à partir de 3 mots clés en français dans les 7 jours suivant l’accident

1≤NB

<5

5≤NB

<10

10≤NB

<50

50≤NB

<200

200≤NB

<800

NB

≥800

Pre20

Nombre de résultats obtenus au cours d’une recherche dans les pages en français sur le Web à partir de 3 mots clés en français dans les 30 jours suivant l’accident

1≤NB

<5

5≤NB

<10

10≤NB

<50

50≤NB

<200

200≤NB

<800

NB

≥800

Pre21

Nombre de documents faisant référence à l’accident à partir de 3 mots clés en français diffusés dans un large panel de revues et de quotidiens en France dans les 7 jours suivant l’accident

1≤NB

<5

5≤NB

<10

10≤NB

<50

50≤NB

<200

200≤NB

<1000

NB

≥1000

Pre22

Nombre de documents faisant référence à l’accident à partir de 3 mots clés en français diffusés dans un large panel de revues et de quotidiens en France dans les 30 jours suivant l’accident

1≤NB

<10

10≤NB

<25

25≤NB

<100

100≤NB

<400

400≤NB

<2000

NB

≥2000

2.3. Description des événements industriels identifiés entre 1999 et 2012

19Entre 1999 et 2012, il a été possible d’identifier 17 accidents industriels plus ou moins graves (avec au moins l’un des indicateurs de la base ARIA supérieur ou égal à 4) qui ont impliqué directement ou indirectement TOTAL (annexe 2). Chaque événement a été caractérisé par un N° d’ordre chronologique (de 1 à 17), par son N° de référence dans la base ARIA (ARIA), sa date (DATE), le lieu de l’accident (LIEU), la nature du sinistre (SIN), un nom caractéristique de l’accident (NOM : navire, usine, nature de l’activité…) et la note attribuée aux cinq impacts (MAT, HUM, ENV, ECO et PRE). Il ressort de ce premier travail qu’il y a une certaine corrélation entre la gravité des événements (les quatre notes attribuées dans la base ARIA) et la place qu’ils ont occupée dans la presse et sur internet. Les 3 accidents les plus médiatisés (les N° 3, N° 1 et N° 16) ont au moins une note égale à 6 en termes de gravité des effets (tableau 3). Par contre, l’accident industriel qui a eu le plus d’effets négatifs (le N° 7 avec 3 indicateurs ARIA égaux à 6) a eu très peu de retombées médiatiques en France, probablement parce que ses conséquences ont été limitées au sud du Royaume-Uni. Plus précisément, on note une forte corrélation entre les différentes variables du groupe PRE d’une part (annexe 3) et d’autre part entre la variable synthétique PRE et l’indicateur ECO de la base ARIA, avec un coefficient de corrélation de Pearson de 0,597 (annexe 4).

Tableau 3 – Classement des 17 événements de l’échantillon en fonction de l’évaluation de la pression sociale et rapprochement avec les indicateurs de la base ARIA

N° 

PRE

MAT

HUM

ENV

ECO

Evénement

3

5

4

6

2

6

Toulouse (31), explosion usine AZF, filiale TOTAL, 2001

1

5

1

0

6

5

Bretagne, marée noire de l'Erika, TOTAL affréteur, 1999

16

5

6

0

0

4

Mer du Nord, explosion, champ gazier d'Elgin de TOTAL, 2012

10

4

0

0

5

6

Donges (44), pollution, raffinerie TOTAL, 2008

13

4

0

0

3

5

Site Natura 2000 (13), fuite sur un oléoduc, filiale TOTAL, 2009

9

3

4

2

4

5

Ambes (33), pollution, dépôt filiale de TOTAL, 2007

12

3

1

3

0

4

St Avold (57), explosion, plateforme pétrochimique TOTAL, 2009

2

3

1

1

0

4

Gonfreville l'Orcher (76), incendie, raffinerie TOTAL, 2000

17

3

1

0

0

4

Donges (44), fuite sulfure d'hydrogène, raffinerie TOTAL, 2012

15

3

4

0

0

0

Feyzin (69), torchère, raffinerie TOTAL, 2010

7

2

5

6

6

6

Buncefield (Royaume-Uni), incendie, dépôt TOTAL et TEXACO, 2005

4

2

2

3

0

4

Feyzin (69), incendie, raffinerie TOTAL, 2004

6

1

4

3

3

0

Châteauneuf les Martigues (13), pollution, raffinerie TOTAL, 2005

5

1

3

0

1

4

Nanterre (92), fuite, dépôt filiale TOTAL, 2004

14

0

3

0

5

0

St Avold (57), rejet, Raffinerie TOTAL, 2010

11

0

1

0

0

4

Oberhoffen sur Moder (67), fuite, dépôt pétrolier TOTAL, 2008

8

0

0

0

4

0

Le Pontet (84), fuite, dépôt pétrolier filiale TOTAL, 2006

20Ces 17 événements ne constituent pas un relevé exhaustif des accidents industriels graves qui ont impliqué TOTAL entre 1999 et 2012, et ceci pour au moins deux raisons principales. D’une part, la base ARIA ne cite aucun nom d’entreprise. Les événements trouvés dans cette base doivent être recoupés avec d’autres sources d’information (presse, Web, rapports d’activité…) pour pouvoir être rattachés à TOTAL ou à l’une de ses filiales. Il est probable que certains événements impliquant TOTAL n’ont pas été identifiés au cours de cette recherche. D’autre part, la base ARIA n’a pas vocation à recenser tous les accidents industriels qui se sont produits en France et dans le reste du monde. Par exemple, deux accidents industriels qui ont eu un impact négatif significatif sur l’activité du groupe TOTAL sont évoqués dans les documents de référence, mais ne sont pas décrits dans cette base : cas de l’accident qui est survenu en mai 2007 sur le champ pétrolifère de N’Kossa au Congo (2 morts, arrêt prolongé de l’activité, baisse de 0,5 % de l’activité du groupe) et cas de la fuite de gaz accidentelle qui s’est produite dans le delta du Niger au Nigeria en mars 2012 (plusieurs mois de travaux nécessaires pour arrêter la fuite et fermeture définitive du puits).

3. Méthodologie des études d’évènement

21Les travaux pionniers menés sur la réaction des marchés financiers à l’arrivée d’une nouvelle information ont déjà presque un demi-siècle (Ball et Brown 1968, Fama et al. 1969). Ils ont posé les bases d’une méthodologie « générale » d’étude d’évènement consistant à isoler l’impact d’un évènement spécifique parmi toutes les autres influences qui s’exercent simultanément sur les marchés. L’idée principale pour évaluer l’influence « moyenne » d’un évènement sur la variable d’impact choisie consiste à calculer la différence entre une valeur observée et une valeur « normale », attendue si l’évènement n’était pas survenu. Cependant, dans le cadre de notre recherche, il ne s’agit pas seulement d’évaluer l’impact « moyen » d’un évènement type subi par un échantillon d’entreprises, mais plutôt de distinguer les réactions à plusieurs évènements d’ampleur et de caractéristiques différentes subies successivement par une seule et même société. La méthodologie de test statistique de significativité est alors adaptée en conséquence.

3.1. Choix de la date, de la fenêtre et des variables d’impact des évènements

22La date d’évènement retenue est le jour même de la catastrophe, avec des fenêtres d’évènement de 5 et 21 jours de bourse à partir de cette date, soit une semaine et un mois calendaires, pour tenir compte du délai éventuel de diffusion et d’intégration d’une nouvelle information par les différents opérateurs sur le marché (en revanche aucun phénomène d’anticipation n’est à prévoir étant donné la nature aléatoire des évènements). La variable d’impact principale considérée, comme c’est le cas dans la majorité des études de ce type, est le cours de l’action TOTAL, une baisse anormale du cours de l’action lors de l’évènement indiquant alors une réaction négative du marché. Pour compléter et renforcer la validité des résultats, une deuxième variable est prise en compte : son volume quotidien de transactions. Il n’existe cependant pas de théorie pour les volumes comme l’efficience des marchés pour les prix, si bien qu’on ne peut distinguer entre une réaction favorable et défavorable, les deux se traduisant par un volume de transactions en excès autour de l'événement. Les données quantitatives brutes sont extraites de la base de données financières DATASTREAM.

3.2. Calcul des rentabilités et des volumes anormaux

  • 5 Le modèle généralisé autorégressif conditionnellement hétéroscédastique est issu des travaux de Bol (...)

23Dans l’étude par les prix, les rentabilités quotidiennes sont privilégiées aux cours bruts car elles s’approchent d’avantage de la normalité et sont calculées en temps continu à partir des cours de clôture quotidiens ajustés Pit (1). La rentabilité normale RNit de la société i à la date t est estimée classiquement à partir du modèle de marché (2), préconisé notamment sur les données françaises (Hachette 1991). La principale limite de ce modèle est de considérer la variance comme constante au cours du temps (Brown et Warner, 1985). Afin de lever cette hypothèse, une modélisation autorégressive de type GARCH5 (1,1) est introduite. Cette modélisation permet de calculer, pour chaque date t de la fenêtre d’événement, une variance conditionnelle σ2it tenant compte de l’arrivée d’une nouvelle information (3). L’indice de marché Rmt correspond à la rentabilité de l’indice SBF250, représentatif de l’évolution du marché français. Les paramètres du modèle de marché et de l’équation de la variance sont estimés sur une période de 250 jours de bourse (soit 1 an calendaire) précédant la date de l’évènement, avec une période tampon de 5 jours afin de décrire de manière satisfaisante le comportement des cours tout en garantissant la stabilité des paramètres. Les rentabilités anormales RAit sont calculées (4) par différence entre la rentabilité observée ROit et la rentabilité normale RNit puis cumulées (5) sur la fenêtre d’événement (t1 ;t2). Les rentabilités anormales moyennes RAMt (6) et cumulées RAMC(t1 ;t2) (7) sont aussi calculées pour les N évènements de l’échantillon.

Image 100000000000018C0000010B81E8FD46.jpg

24L’étude d’évènement par les volumes suit la même logique. Elle est réalisée sur les transformations logarithmiques des taux de rotation quotidiens des titres (8), mesure à privilégier selon Mai et Tchemeni (1996). Les volumes normaux VNit sont estimés selon le Finite Time Series Model (9) (Copeland 1979), plus approprié que le modèle de marché pour les volumes. Les paramètres du FTSM sont estimés sur la même période que le modèle de marché et l’indice retenu pour le taux de rotation moyen quotidien de marché Vmt est calculé comme le taux de rotation moyen quotidien, pondéré par les capitalisations boursières, de toutes les sociétés cotées à Paris, excepté TOTAL, dont les données sont disponibles sur la base. Les volumes anormaux VAt (10) et les volumes anormaux cumulés (11) sur la fenêtre d’évènement sont calculés de la même façon que pour les rentabilités, ainsi que leurs valeurs moyennes (12) (13).

Image 10000000000001DB000000F9EA1DBBB2.jpg

3.3. Tests statistiques de significativité

25Pour chaque rentabilité anormale et chaque rentabilité anormale cumulée, la statistique T est calculée en coupe instantanée avec σ2it la variance instantanée calculée selon l’expression (3) :

Image 10000000000001670000005AF86834AF.jpg

26Pour les volumes, la statistique T est calculée en série temporelle avec σiVA l’écart-type des volumes anormaux sur la période d’estimation et n le nombre de jours de la fenêtre d’évènement :

Image 100000000000016800000043405B06A5.jpg

27Pour les rentabilités et volumes anormaux (cumulés) moyens, le test classique de Student en coupe instantanée est utilisé.

4. Résultats des études d’événement et discussion

28 La situation qui ressort de cette étude empirique pose problème puisqu’il semble bien que les marchés financiers ne sanctionnent pas systématiquement et significativement le groupe TOTAL quand il est impliqué dans des accidents industriels aux conséquences particulièrement graves (telles que mesurées par les indicateurs de la base ARIA), alors même que certains de ces événements ont déclenché des retombées médiatiques importantes (telles que mesurées par l’indicateur de pression sociale) et que ces accidents se succèdent sur une période relativement courte.

4.1. Résultats empiriques

29Le tableau 4 présente les résultats empiriques de l’étude d’évènement par les prix et les volumes pour chaque évènement de l’échantillon d’une part et en moyenne pour tout l’échantillon d’autre part. De manière générale, on constate que le marché n’apparait pas significativement sensible aux évènements considérés car les rentabilités et volumes anormaux (cumulés) moyens ne sont pas significatifs au regard du test de Student. En fait, il ressort trois cas de figure des résultats empiriques.

4.1.1 Aucune réaction des marchés

30Plus de la moitié des évènements retenus dans l’échantillon (N° 1, N° 2, N° 6, N° 9, N° 10, N° 11, N° 14, N° 15 et N° 17 soit 9 évènements sur 17) n’indiquent aucun signe de réaction significative des marchés financiers, ce qui suggère qu’il n’y a eu aucune sanction de leur part envers TOTAL. Ce résultat est d’autant plus surprenant que parmi ces événements se trouve la marée noire de l’Erika sur les côtes bretonnes en 1999 (N° 1), accident qui a été largement médiatisé en France et qui a eu des conséquences particulièrement graves. L’évènement N° 8 présente quant-à-lui une réaction apparemment tardive, seule la rentabilité anormale cumulée sur 21 jours est significative (-6,99 % au seuil de 10 % seulement), mais mitigée par des volumes anormaux négatifs. Il est donc difficile de l’imputer à l’évènement lui-même.

4.1.2 Une réaction significative et négative des marchés rapidement compensée

31Les évènements N° 3, N° 4, N° 7 et N° 13 semblent entrainer une réaction négative du marché au jour de l’évènement (avec des rentabilités anormales quotidiennes significatives en t0 respectivement de -3,79 %, -1,38 %, -1,55 % et -1,17 %), mais celle-ci est rapidement compensée et disparait complètement dans les 4 jours de bourse qui suivent (les RAC(0 ;4) des quatre évènements sont non-significatives). On peut donc raisonnablement lier la baisse immédiate des cours à l’évènement lui-même, même si, a posteriori, les marchés ont annulé rapidement les effets de cette sanction. Ce constat est d’autant plus surprenant pour l’événement N° 3 dans la mesure où il correspond à un accident industriel qui a été particulièrement dramatique et relayé par les média pendant de longues semaines (explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001).

4.1.3 Une réaction significative, négative et durable des marchés

32Seuls les évènements N° 5, N° 12 et surtout le N° 16 semblent avoir été réellement et durablement sanctionnés par les marchés financiers. Ils entrainent une réaction défavorable importante et significative avec une rentabilité anormale cumulée respective de -3,30 %, -9,17 % et -5,19 % sur le mois suivant l’évènement, appuyés plus particulièrement dans le cas du N° 16 par des volumes de transactions en excès significatifs de 12,73 % sur la même période.

Tableau 4 - Rentabilités et volumes des 17 évènements de l’échantillon

Panel A : Rentabilités et volumes anormaux (cumulés) de chaque évènement

Id

RA0

VA0

RA1

VA1

RAC (0 ;4)

VAC (0 ;4)

RAC (0 ;20)

VAC (0 ;20)

1

0,18 %

(0,09)

0,52 %

(0,25)

1,25 %

(0,62)

-1,10 %

(-0,54)

4,56 %

(1,02)

-0,15 %

(-0,03)

-10,19 %

(-1,11)

-16,62 %*

(-1,78)

2

3,17 %

(1,58)

-0,38 %

(-0,20)

-0,06 %

(-0,03)

0,72 %

(0,37)

4,42 %

(0,97)

2,10 %

(0,49)

1,05 %

(0,11)

10,93 %

(1,24)

3

-3,79 %***

(-4,08)

2,27 %

(1,54)

1,13 %

(1,22)

1,55 %

(1,05)

0,96 %

(0,30)

11,00 %***

(3,34)

0,53 %

(0,08)

28,59 %***

(4,23)

4

-1,38 %***

(-8,35)

0,75 %

(0,59)

-0,67 %***

(-4,07)

0,95 %

(0,74)

-1,04 %

(-1,10)

1,05 %

(0,37)

1,41 %

(0,50)

-10,64 %*

(-1,82)

5

-0,45 %***

(-3,59)

-0,42 %

(-0,32)

-0,49 %***

(-3,84)

0,54 %

(0,41)

-2,49 %***

(-4,85)

0,56 %

(0,19)

-3,30 %*

(-1,75)

-11,83 %*

(-1,95)

6

0,89 %***

(4,03)

-1,84 %

(-1,49)

0,34 %

(1,54)

-0,10 %

(-0,08)

2,05 %**

(2,23)

-2,10 %

(-0,76)

3,63 %

(1,32)

-4,25 %

(-0,75)

7

-1,55 %**

(-2,52)

-1,06 %

(-0,82)

1,38 %***

(2,23)

-0,08 %

(-0,06)

-1,95 %

(-1,07)

-3,45 %

(-1,20)

-5,12 %

(-1,48)

-16,56 %***

(-2,81)

8

-0,06 %

(-0,08)

-0,48 %

(-0,36)

-0,57 %

(-0,86)

-0,76 %

(-0,58)

-0,23 %

(-0,13)

-1,48 %

(-0,50)

-6,99 %*

(-1,90)

-10,65 %*

(-1,76)

9

0,07 %

(0,09)

0,00 %

(0,00)

0,18 %

(0,26)

0,14 %

(0,10)

-0,20 %

(-0,13)

-0,94 %

(-0,31)

1,04 %

(0,32)

-6,96 %

(-1,13)

10

-0,79 %

(-0,87)

-0,22 %

(-0,23)

-0,23 %

(-0,25)

-1,63 %*

(-1,66)

-3,25 %

(-1,54)

-2,80 %

(-1,27)

-1,45 %

(-0,69)

-13,01 %***

(-2,89)

11

-0,24 %

(-0,18)

0,07 %

(0,06)

2,06 %

(1,59)

1,10 %

(1,05)

6,94 %**

(2,38)

4,82 %**

(2,05)

10,12 %*

(1,69)

10,64 %**

(2,21)

12

-0,78 %***

(-4,57)

0,40 %

(0,49)

-0,47 %***

(-2,73)

-0,19 %

(-0,24)

0,17 %

(0,20)

1,12 %

(0,62)

-9,17 %***

(-2,59)

2,77 %

(0,75)

13

-1,17 %***

(-9,44)

0,27 %

(0,34)

-0,62 %***

(-5,04)

0,16 %

(0,20)

-1,36 %

(-1,40)

1,76 %

(0,99)

1,68 %

(0,56)

1,57 %

(0,43)

14

0,21 %

(0,34)

-0,42 %

(-0,55)

-0,87 %

(-1,41)

0,87 %

(1,14)

-1,65 %

(-1,00)

1,67 %

(0,98)

-0,95 %

(-0,26)

12,91 %***

(3,69)

15

0,03 %

(0,09)

0,01 %

(0,01)

0,26 %

(0,71)

0,18 %

(0,24)

0,54 %

(0,48)

2,52 %

(1,44)

4,30 %

(1,62)

7,81 %**

(2,18)

16

0,01 %

(0,01)

0,00 %

(0,00)

-5,61 %***

(-7,54)

8,24 %***

(10,03)

-5,52 %***

(-3,31)

11,52 %***

(6,27)

-5,19 %**

(-2,21)

12,73 %***

(3,38)

17

0,03 %

(0,04)

-0,85 %

(-0,85)

-0,84 %

(-1,07)

-0,74 %

(-0,74)

-2,23 %

(-1,27)

-2,66 %

(-1,18)

-4,23 %

(-1,17)

-5,21 %

(-1,13)

Panel B : Rentabilités et volumes anormaux moyens (cumulés)

N

RAM0

VAM0

RAM1

VAM1

RAMC (0 ;4)

VAMC (0 ;4)

RAMC (0 ;20)

VAMC (0 ;20)

17

-0,33 %

(-0,99)

-0,08 %

(-0,39)

-0,23 %

(-0,57)

0,58 %

(1,11)

-0,02 %

(-0,02)

1,44 %

(1,39)

-1,34 %

(-1,07)

-0,46 %

(-0,15)

Les rentabilités quotidiennes anormales RA sont calculées en temps continu (rentabilités logarithmiques) par différence entre la rentabilité observée et la rentabilité « normale », évaluée à l’aide du modèle de marché à erreurs GARCH (1,1), dont les paramètres sont estimés de j-255 à j-6. Les volumes anormaux VA sont calculés de façon similaire (logarithme du taux de rotation des titres) à l’aide du FTSM (Copeland 1979). La statistique T est entre parenthèses, en coupe instantanée pour les rentabilités et en série temporelle pour les volumes. Pour les rentabilités et volumes anormaux moyens, la statistique T de Student est calculée en coupe instantanée, seuils de significativité statistique : * 10 %, ** 5 %, *** 1 %.

  • 6 Une analyse complémentaire (régression MCO) a été également réalisée en recodant les variables disc (...)

33Afin d’étudier plus précisément les déterminants de la réaction du marché à ces évènements, une analyse des composantes de la variance des rentabilités anormales cumulées par la méthode des moindres carrés généralisés a été réalisée6 (tableau 5). La variable SIN compte cinq modalités (explosion, fuite, incendie, pollution, rejet) et la variable PAYS est codée selon deux modalités (France, Royaume-Uni). La variable VM (logarithme de la valeur de marché 5 jours avant la date d’évènement) est une variable de contrôle. Il apparait ainsi que ni l’ampleur des sinistres (selon les critères de la base ARIA et de la pression sociale), ni leur localisation ou leur type n’influent significativement sur la réaction du marché. Une des raisons de cette absence de résultats significatifs est sans doute la faible taille de l’échantillon (17 observations), mais on remarque tout de même ici que le type de sinistre explique plus de la moitié de la variance expliquée par le modèle (28,01 % de la variance totale, bien que non-significative), la deuxième source de variance du modèle par ordre d’importance étant la variable de pression sociale (8,33 % du total).

Tableau 5 - Estimation des composantes de la variance des RAC (0 ;20)

Composante

Degrés de

liberté

Estimation de

la variance

 % par rapport

au total

VM

1

0,0006 (0,15)

1,39 %

MAT

1

0,0005 (0,13)

1,16 %

HUM

1

0,0001 (0,00)

0,23 %

ENV

1

0,0034 (0,83)

7,87 %

ECO

1

0,0007 (0,18)

1,62 %

PRE

1

0,0036 (0,88)

8,33 %

SIN

4

0,0121 (0,73)

28,01 %

PAYS

1

0,0015 (0,36)

3,47 %

Modèle

11

0,0225 (0,49)

52,08 %

Erreur

5

0,0207

47,92 %

Total

16

0,0432

100 %

VM est calculé comme le logarithme de la valeur de marché de Total, 5 jours avant l’évènement. SIN a cinq modalités : explosion, fuite, incendie, pollution et rejet) et PAYS a deux modalités (France et Royaume-Uni), les autres variables sont définies dans le tableau 2 et l’annexe 1. La statistique du test F associée aux estimations de variances figure entre parenthèse, seuils de significativité statistique : * 10 %, ** 5 %, *** 1 %.

4.2. Une réaction des marchés financiers parfois difficile à justifier

34Il ressort de cette étude que seuls les évènements N° 5 (Nanterre, fuite, dépôt filiale TOTAL, 2004), N° 12 (St Avold, explosion, plateforme pétrochimique TOTAL, 2009) et N° 16 (Mer du Nord, explosion, champ gazier d'Elgin, 2012) entrainent une sanction des marchés financiers envers le groupe TOTAL, confirmant ainsi les hypothèses développées par de nombreux chercheurs (Barret et al. 1986, Spudeck et Moyer 1989, Jones et al. 1994, Kalra et al. 1995, White 1996, Klassen et McLaughlin 1996, Herbst et al. 1996, Jones et Rubin 2001, Capelle-Blancard et Laguna 2008 et 2010) dans le champ de recherche sur les relations entre marchés financiers et crises environnementales. Malgré tout, ce constat pose question car ces trois événements ne sont pas comparables en termes de gravité et de médiatisation.

35Dans le cas de l’événement N° 16, il n’est pas surprenant que la sanction du groupe TOTAL par les marchés financiers ait été forte et durable. En effet, il s’agit de l’un des plus graves accidents de l’échantillon (note maximale de 6 pour la quantité de substance rejetée) et l’un des plus médiatisés (note de 5 pour l’indicateur de pression sociale). C’est aussi l’un des seuls événements de l’échantillon qui a été couvert par les média anglophones (en considérant les indicateurs PRE19 à 22, mais en utilisant les fonctionnalités de recherche de Google et la base de données Europresse avec des mots clés en anglais). De plus, cet événement a été plusieurs fois cités dans le document de synthèse 2012 du groupe TOTAL comme étant l’une des causes qui ont expliqué la baisse significative de production d’hydrocarbures que le groupe a connue cette année-là (page 9 : « -2 % liés aux accidents d’Elgin en mer du Nord et d’Ibewa au Nigeria ») et l’augmentation substantielle du volume des déversements accidentels d’hydrocarbures ayant atteint l’environnement (page 351 : « La hausse de 11 % des volumes déversés s’explique par l’accident d’Elgin… »).

36Par contre, la réaction des marchés financiers est a priori inattendue dans le cas des deux autres événements dans la mesure où leur gravité et leur médiatisation sont restées relativement limitées. Dans le cas de l’explosion survenue le 7 juillet 2009 sur le site de St Avold (N° 12) notamment, le résultat est d’autant plus inexplicable que le groupe a diffusé le jour suivant l'événement un communiqué de presse annonçant la mise en production du gisement de pétrole et de gaz de Tyrihans en mer de Norvège7, information qui aurait dû être interprétée de façon positive par les marchés financiers, avec une production moyenne attendue de 25 000 barils équivalent pétrole par jour au cours des dix années à venir.

4.3 Une absence de réaction des marchés financiers parfois difficile à justifier

37A l’inverse, les quatorze autres accidents industriels de l’échantillon posent problèmes puisqu’ils n’ont pas entraîné de réaction négative et durable de la part des marchés financiers au regard de nos résultats, alors même que certains d’entre eux ont été aussi graves et aussi médiatisés que l’événement N° 16. Pour apporter des éléments d’explication à cette situation paradoxale, nous mobiliserons certaines propositions que Barnet (2014) a développées pour expliquer pourquoi, dans certains cas, les entreprises qui commettent des fautes graves ne sont pas sanctionnées par leurs parties prenantes parmi lesquelles figurent les actionnaires, les prêteurs et, de façon plus générale, toutes les personnes qui interviennent sur les marchés financiers (Boiral et Joly 1992).

4.3.1 Les accidents industriels font partie de la vie d’un groupe comme TOTAL

38Barnet (2014) avance, entre autres, l’idée selon laquelle la probabilité qu'une partie prenante remarque la faute d’une entreprise varie en fonction du contexte dans lequel la faute a été commise et en fonction du comportement des autres entreprises du secteur d’activité. De fait, la nature même des activités de TOTAL fait que le groupe connait tous les ans un nombre relativement important d’accidents malgré les efforts réalisés en matière de sécurité (tableau 6). C’est ainsi que seuls quatre événements de l’échantillon ont été jugés suffisamment importants pour faire l’objet de développements spécifiques dans les documents de synthèse du groupe TOTAL8 : le naufrage de l’Erika (tous les ans entre 1999 et 2012), l’explosion de l’usine AZF (tous les ans depuis 2001), l’incendie de Buncefield (tous les ans depuis 2005) et la fuite de gaz d’Elgin (en 2012). Il est donc probable que les marchés financiers considèrent les accidents de gravité modérée comme une réalité dramatique mais inhérente aux activités de ce groupe, ce qui correspond à la grande majorité des événements étudiés dans le cadre de cette recherche. Cette explication est d’autant plus recevable que les statistiques diffusées par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie9 montrent que les secteurs de la chimie, de la cokéfaction et du raffinage représentent une part importante des accidents industriels enregistrés chaque année dans la base ARIA (soit près de 20 % des 1 020 accidents enregistrés dans la base en 2009).

Tableau 6 – Statistiques sur les accidents industriels
dans le groupe TOTAL

Indicateur

2012

2011

2010

Nombre de décès

155

119

146

Nombre d’accidents avec arrêt par millions d’heures travaillées

1,0

1,3

1,6

Nombre d’accident déclarés par millions d’heures travaillées

1,8

2,2

2,6

Nombre moyen par salarié de jours/an de formation (hors e-learning)

Dont % consacré à la sécurité

5,5

27 %

5,8

29 %

6,6

27 %

Source : Document de synthèse 2012 de TOTAL (pages 342, 344 et 348). A noter qu’avant cette date, TOTAL ne communiquait pas ces chiffres au niveau du groupe, mais seulement le nombre de décès annuel dans la société mère, TOTAL SA.

4.3.2 Certains accidents industriels n’intéressent pas les média

39 D’après une autre proposition de Barnet (2014), l’absence de réaction des marchés financiers face à certains accidents industriels même graves pourrait s’expliquer par le comportement des média qui n’auraient aucun intérêt commercial à couvrir ces événements. De fait, la plupart des accidents de l’échantillon ont été peu ou pas commentés par les média de langue française. Seuls trois événements ont atteint la note de 5, soit l’évaluation la plus élevée sur l’échantillon. Ce constat permet d’expliquer en particulier pourquoi l’événement N° 7 (Buncefield, Royaume-Uni, incendie, dépôt TOTAL et TEXACO, 2005) qui est l’accident le plus grave de l’échantillon au regard de l’évaluation de la base ARIA, n’a eu qu’un impact limité et non persistant sur l’évolution du cours des actions TOTAL. En effet, cet événement n’a pratiquement pas eu de retombées médiatiques en France avec une pression sociale égale à 2 selon notre grille d’évaluation.

4.3.3 La responsabilité des accidents industriels peut être difficile à attribuer à TOTAL

40Barnet (2014) avance aussi l’idée selon laquelle la probabilité qu'une partie prenante remarque la faute d’une entreprise varie en fonction de la rapidité du délai qui a été nécessaire pour relier la crise à la faute. En pratique, la détermination juridique du responsable d’un accident demandera toujours un certain délai et, à court terme, l’attribution de la faute peut donner lieu à des controverses dans la presse en fonction de la gestion de crise mise en œuvre par l’entreprise concernée. L’événement N° 1 (marée noire de l'Erika en 1999) permet d’illustrer ce problème. Dans un premier temps, TOTAL a été désigné fautif par les média alors que l’Erika était la propriété de l’armateur italien Tevere Shipping et que TOTALFINA n’en était que l’affréteur. Cette question a d’ailleurs été soulevée dans le rapport annuel 1999 du groupe (p. 34) : « Pour manifester sa solidarité face aux conséquences du naufrage du pétrolier Erika, TOTALFINA a décidé de ne pas s’en tenir à une simple approche juridique… ». De fait, la procédure juridique pour déterminer la responsabilité et les obligations financières de TOTAL dans la catastrophe de l’Erika a donné lieu à de nombreuses décisions en justice et à nombreux rebondissements au cours de ces dernières années : jugement en date du 16 janvier 2008 par le tribunal correctionnel de Paris (TOTAL responsable pénalement et civilement), arrêt en date du 30 mars 2010 de la cour d’appel de Rennes (TOTAL responsable pénalement, mais plus civilement), arrêt en date du 25 septembre 2012 de la cour de cassation (cassation de la décision de la cour d’appel car TOTAL responsable aussi civilement) et renvoi en cours devant la cour d’appel de Bordeaux. Dans les faits, Total s'est déjà acquitté à titre définitif des sommes dues aux parties civiles (171 millions d'euros) et le document de synthèse 2013 de TOTAL ne fait plus mention de cet événement.

4.3.4 La crédibilité de la communication de TOTAL peut être remise en question par certaines parties prenantes

41Enfin, une dernière proposition de Barnet (2014) peut être mobilisée pour comprendre l’absence de résultats au niveau de certains événements de l’échantillon. Il s’agit de la proposition selon laquelle l’évaluation de la faute commise par une entreprise par une partie prenante varie en fonction du degré de crédibilité que les parties prenantes accordent à la parole de l’entreprise fautive. Dans le cas de TOTAL, Cho (2009) montre à travers une étude de cas réalisée sur deux accidents industriels (la marée noire de l’Erika en 1999 et l’explosion de l’usine AZF en 2001) que le groupe a augmenté sa communication après ces crises (plus d’informations environnementales dans les rapports annuels et plus de communiqués de presse en comparaison à une période de référence antérieure, 1996-1998, durant laquelle aucun incident majeur n’est survenu) pour légitimer ses actions (au regard des informations diffusées). Ce constat permet de défendre l’idée selon laquelle la diffusion d’informations environnementales et sociales est un bon moyen pour assurer la légitimité des entreprises, ce qui pourrait expliquer pourquoi TOTAL a été rarement sanctionné par les marchés financiers, même à l’occasion des accidents industriels graves auxquels le groupe a été confronté. Par contre, il y aurait peut-être un écart entre ce que dit et ce que fait TOTAL en matière environnementale dans la mesure où l’analyse approfondie du rapport RSE 2003 de TOTAL par Garric et al. (2007) montre que, si le groupe s’inscrit effectivement dans une visée de légitimation, il n’en ressort pas moins que le discours des dirigeants entre clairement dans un champ lexical de nature propagandiste.

4.3.5 L’évaluation des conséquences des accidents industriels est difficile

42Au-delà des propositions de Barnet (2014), l’évaluation elle-même des conséquences des accidents industriels pose deux problèmes techniques : celui du délai nécessaire pour en avoir une évaluation satisfaisante et celui de l’impact de cet événement sur la situation de l’entreprise concernée, en particulier sur le plan financier. Le fonctionnement de la base ARIA illustre le premier point. En effet, comme il l’a été dit précédemment, il faut plusieurs mois avant que ce site diffuse des informations objectives sur un accident industriel. Cette difficulté est d’ailleurs mise en avant dans le rapport annuel TOTALFINA 1999 (p. 112) à propos du naufrage de l’Erika : « A ce jour, TOTALFINA n’est pas en mesure d’évaluer avec précision la charge qui lui incombera et n’a pas constitué de provision dans les comptes 1999 au titre de cet événement ». L’événement N° 3 (Toulouse, explosion usine AZF, filiale TOTAL, 2001), quant à lui, illustre le deuxième point en permettant de voir que, finalement, même l’un des accidents industriels les plus graves de notre échantillon n’a pas eu d’impact négatif vraiment significatif sur la situation financière du groupe. Le rapport annuel 2001 de TOTAL évaluait ainsi le coût des demandes d’indemnisation à 1,8 milliard d’euros, dont plus de la moitié allait être couverte par les assurances. En conséquence, la provision brute pour risques de 941 millions d’euros qui a été constituée cette année-là, n’a eu qu’un impact limité sur le résultat 2001 (soit un montant net d’IS de 600 millions d’euros), ce qui a représenté 8,37 % du résultat net et 0,61 % du chiffre d’affaires 2001.

4.3.6 L’actionnariat peut être géographiquement éloigné des lieux des accidents

  • 10 Sources : Rapport annuel TOTAL 2000, page 20 et document de synthèse TOTAL 2012, page 152.

43Enfin, les travaux que Capelle-Blancard et Laguna (2010) ont réalisés pour comprendre le comportement des marchés financiers à la suite d’un accident industriel grave ouvrent une dernière perspective lorsqu’ils s’interrogent sur l’importance du pays d’origine de l’entreprise et du pays dans lequel l’accident s’est produit. En effet, si la France est bien le pays d’origine de TOTAL, il n’en demeure pas moins vrai que ses titres sont cotés sur quatre places (Paris, New York, Londres et Bruxelles) et que son actionnariat est de moins en moins français. C’est ainsi qu’entre fin 2000 et fin 2012, la part des actionnaires français dans le capital de TOTAL est passée de 35 % à 28,5 %, alors qu’en même temps, la part des actionnaires en provenance d’Amérique du Nord et du reste du monde passait de 25 % à 39,5 %10. Une part importante des actionnaires est donc géographiquement éloignée des lieux des accidents de notre échantillon et, pour la plupart d’entre eux, ils n’ont probablement même pas su que TOTAL avait été impliqué dans des accidents industriels graves puisque les média anglophones n’ont pas communiqué sur ces événements.

Conclusion

44Cette étude empirique réalisée sur la réaction des marchés financiers lors d’accidents industriels graves qui ont impliqué le groupe TOTAL entre 1999 et 2012 a abouti à des résultats inattendus qui posent questions. En fait, contrairement à ce qui était annoncé par de nombreux travaux de recherche antérieurs, les études d’événement ont montré que le groupe TOTAL a été apparemment rarement sanctionné de façon durable et significative par les marchés financiers, même lorsqu’il a dû faire face à des accidents industriels particulièrement graves. En fait, sur les dix-sept événements étudiés, un seul accident a entraîné une réaction négative forte de l’action qui peut être justifiée par l’événement lui-même : l’explosion en 2012 de la tête d’un puits sur la plate-forme TOTAL du champ gazier d’Elgin en mer du Nord. Les conséquences particulièrement graves de ce dernier événement et son importante médiatisation justifient sans ambiguïté la sanction des marchés financiers. Par contre, cette étude a permis de mettre à jour deux groupes de situations paradoxales difficiles à justifier.

45D’une part, des accidents de gravité et médiatisation limitées ont apparemment entraîné une réaction négative significative et durable des marchés financiers. C’est le cas de la fuite d’hydrocarbures qui s’est produite dans un dépôt d’une filiale de TOTAL à Nanterre en 2004 et de l’explosion en 2009 sur une plateforme pétrochimique du groupe à St Avold. Les événements en eux-mêmes ne peuvent justifier la rentabilité négative des actions, mais les investigations réalisées dans le cadre de cette étude n’ont pas permis de faire émerger d’autres éléments d’explications à ce constat.

46D’autre part, l’absence de réactions négatives significatives et durables des marchés financiers lors de tous les autres événements étudiés est surprenante, en particulier dans le cas d’accidents exceptionnellement graves comme ce fût le cas lors du naufrage de l’Erika sur les côtes bretonnes en 1999, lors de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001 et lors de l’incendie du dépôt pétrolier de Buncefield en 2005. Cette étude a permis d’apporter des éléments de réponse pouvant expliquer ce constat paradoxal :

- Les accidents font malheureusement partie du quotidien des entreprises industrielles ;

- Certains accidents industriels n’intéressent pas les média ;

- La responsabilité de l’accident peut être difficile à attribuer le jour même de l’événement et, à plus long terme, sur le plan juridique ;

- Une communication environnementale crédible des entreprises impliquées dans un accident industriel peut participer à créer un climat de confiance avec leurs parties prenantes et à légitimer leurs actions ;

- L’évaluation de la gravité des accidents industriels est complexe, longue et incertaine ;

- Certains accidents industriels, même les plus graves, n’ont pas d’effet néfaste significatif sur la situation financière des entreprises ;

- Une part importante de l’actionnariat est géographiquement éloignée des lieux des accidents et n’a pas connaissance des événements eux-mêmes.

47 Comme toute recherche, cette étude empirique fait l’objet de nombreuses limites. Comme elle ne porte que sur un seul cas d’entreprise et sur dix-sept accidents industriels, il n’est pas possible d’en généraliser les enseignements. De plus, la méthodologie mise en œuvre pour évaluer les conséquences des événements étudiés, bien qu’elle soit opérationnelle, mérite d’être validée par d’autres études, en particulier en ce qui concerne l’évaluation de la pression sociale qui s’exerce sur les entreprises impliquées dans des accidents industriels graves. Enfin, cette recherche ne tient pas compte du fait que la sensibilité environnementale des parties prenantes de TOTAL (investisseurs, responsables politiques, journalistes, grand public…) a probablement évolué entre 1999 et 2012, ce qui pourrait avoir un impact sur les comportements et le résultat des études d’événement.

48Malgré les limites relevées précédemment, cette étude apporte de nouveaux éléments de réflexion dans le champ de recherche sur les relations entre les marchés financiers et les accidents industriels, appelés aussi crises environnementales. Cette étude réalisée sur TOTAL défend, tout d’abord, l’idée selon laquelle les entreprises ont tout intérêt à développer des pratiques de gestion respectueuses des Hommes et de l’environnement, et à le faire savoir à leurs parties prenantes à travers leur communication sociale et environnementale. Cette étude met, ensuite, en lumière certains éléments qui limitent le contrôle social des entreprises fautives par leurs parties prenantes, une idée proposée entre autres par Barnet (2014).

Haut de page

Bibliographie

Ball R. et Brown P. (1968), « An Empirical Evaluation of Accounting Income Numbers », Journal of Accounting Research, vol. 6, n° 2,
p. 159-178.

Barnett M. (2014), « Why Stakeholders Ignore Firm Misconduct: A Cognitive View », Journal of Management, vol. 40, n° 3, p. 676-702.

Barrett W., Heuson, A. et Kolb R. (1986), « The Effect of Three Mile Island on Utility Bond Risk Premia: a Note », Journal of Finance,
vol. 41, n° 1, p. 255–261.

Blaconnière W. et Patten D. (1994), « Environmental Disclosures, Regulatory Costs, and Changes in Firm Value », Journal of Accounting and Economics, vol. 18, Summer, p. 357-377.

Boiral O. et Jolly D. (1992), « Stratégie, compétitivité et écologie », Revue Française de Gestion, juin-juillet-août, p. 80-95.

Bollerslev T. (1986), « Generalized Autoregressive Conditional Heteroskedasticity », Journal of Econometrics, vol. 31, n° 3, p. 307-327.

Bouaiss K., Lafontaine J.P. et Viviani L. (2013), « Crises environnementales, marchés financiers et communication environnementale des entreprises : proposition d’une méthode d’évaluation des accidents industriels et des crises environnementales », Revue des Sciences de Gestion, n° 263-264, p. 197-206.

Bowen R., Castanias R. et Daley L. (1983), « Intra-Industry Effects of the Accident of Three Miles Island », Journal of Financial and Quantitative Analysis, vol. 18, n° 1, p. 87-111.

Brown S. et Warner J. (1985), « Using Daily Stock Returns: The Case of Event Studies », Journal of Financial Economics, vol. 14, p. 3-31.

Capelle-Blancard G. et Laguna M.A. (2008), « The Buncefield Oil Depot Explosion: Where There’s Smoke, There’s (Stock Market) Fire? », Applied Financial Economics Letters, vol. 4, p. 103-107.

Capelle-Blancard G. et Laguna M.A. (2010), « How Does the Stock Market Respond to Chemical Disasters? », Journal of Environmental Economics and Management, vol. 59, p. 192-205.

Cho C. (2009), « Legitimation Strategy Used in Response to Environmental Disaster: A French Case Study of TOTAL SA’s Erika and AZF Incidents », European Accounting Review, vol. 18, n° 1,
p. 33-62.

Copeland T. (1979), « Liquidity Changes Following Stock Splits », Journal of Finance, vol. 34, n° 1, p. 115-141.

Fama E., Fisher L., Jensen M. et Roll R. (1969), « The Adjustment of Stock Prices to New Information », International Economic Review, vol. 10, n° 1, p. 1-21.

Garric N., Léglise I. et Point, S. (2007), « Le rapport RSE, outil de légitimation. Le cas de TOTAL à la lumière d’une analyse de discours », Revue de l’Organisation Responsable, vol. 2, n° 1, p. 5-19.

Hachette I. (1991), Transferts de richesse et structure du capital : le cas Français, 1980-1990, Thèse de doctorat, Université Paris 9.

Hamilton J. (1995), « Pollution as News: Media and Stock Market Reactions to the Toxics Release Inventory Data », Journal of Environmental Economics and Management, vol. 28, p. 98-113.

Herbst A.F, Marshall J.F. et Wingender, J. (1996), « An Analysis of the Stock Market’s Response to the Exxon Valdez Disaster », Global Finance Journal, vol. 7, n° 1, p. 101-114.

Jones J., Jones C. et Phillips-Patrick F. (1994), « Estimating the Costs of the Exxon-Valdez Oil Spill », Research in Law and Economics,
vol. 16, p. 109-149.

Jones K. et Rubin P.H. (2001), « Effects of Harmful Environmental Events on Reputations of Firms », Advances in Financial Economics, vol. 6, p. 161-182.

Kalra R., Henderson G. et Raines G. (1995), « Contagion Effects in the Chemical Industry Following the Bhopal Disaster », Journal of Financial and Strategic Decisions, vol. 8, n° 2, p. 1-11.

Klassen R.D. et C.P. McLaughlin, (1996), « The Impact of Environmental Management on Firm Performance », Management Science, vol. 42, n° 8, p. 1199-1214.

Mai H. et Tchemeni E. (1996), Etude d’évènement par les volumes : méthodologies et comparaisons, cahier de recherche du CEREG,
n° 9609, Université Paris-Dauphine.

Patten D. et Rance J. (1998), « Regulatory Cost Effects in a Good News Environment: The Intra-Industry Reaction to the Alaskan Oil Spill », Journal of Accounting and Public Policy, vol. 17, p. 409-429.

Pollock T. et Rindova V. (2003), « Media Legitimation Effects in the Market for Initial Public Offerings », Academy of Management Journal, vol. 46, n° 5, p. 631-642.

Portait R. et Poncet P. (2012), Finance de Marché, Dalloz.

Spudeck R.E. et Moyer C. (1989), « A Note on the Stock Market’s Reaction to the Accident at Three Mile Island », Journal of Economics and Business, vol. 41, p. 235-241.

White M.A. (1996), Investor Response to the Exxon Valdez Oil Spill, Working paper, University of Virginia, Charlottesville.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 - Grille européenne d’évaluation de la gravité des accidents industriels

Matière dangereuse relâchées

1

2

3

4

5

6

Q1

Quantité Q de substance effectivement perdue ou rejetée par rapport au seuil de Seveso*

Q<0,1 %

0,1 %≤
Q<1 %

1 %≤
Q<10 %

10 %≤
Q<100 %

De 1 à 10 fois le seuil

Plus de 10 fois le seuil

Q2

Quantité Q de substance explosive ayant effectivement participé à l’explosion (tonne équivalent TNT)

Q<0,1t

0,1t≤

Q<1t

1t≤

Q<5t

5t≤

Q<50t

50t≤

Q<500t

Q≥500t

* Utiliser les seuils hauts de la directive de Seveso en vigueur. En cas d’accident impliquant plusieurs substances visées, le plus haut niveau atteint doit être retenu.

Conséquences humaines et sociales

1

2

3

4

5

6

H3

Nombre total de morts :

Dont - employés

- sauveteurs extérieurs

- personnes du public

0

0

0

0

1

1

0

0

2-5

2-5

1

0

6-19

6-19

2-5

1

20-49

20-49

6-19

2-5

≥50

≥50

≥20

≥6

H4

Nombre total de blessés avec hospitalisation de durée ≥ 24h :

Dont - employés

- sauveteurs extérieurs

- personnes du public

1

1

1

0

2-5

2-5

2-5

0

6-19

6-19

6-19

1-5

20-49

20-49

20-49

6-19

50-199

50-199

50-199

20-49

≥200

≥200

≥200

≥50

H5

Nombre total de blessés soignés sur place ou avec une hospitalisation de durée < 24h :

Dont - employés

- sauveteurs extérieurs

- personnes du public

1-5

1-5

1-5

0

6-19

6-19

6-19

0

20-49

20-49

20-49

1-5

50-199

50-199

50-199

6-19

200-999

200-999

200-999

20-49

≥1 000

≥1 000

≥1 000

≥50

H6

Nbre de tiers sans abris ou dans l’incapacité de travailler

0

1-5

6-19

20-99

100-499

≥500

H7

N = Nbre de riverains évacués ou Nbre de personnes confinées chez elles > 2h x Nbre d’heures

0

N<500

500≤N

<5 000

5 000≤N

<50 000

50 000

≤N<

500 000

N≥

500 000

H8

N = Nbre de personnes privées d’eau potable, électricité, gaz, téléphone, transport publics > 2h x Nbre d’heures

0

N<

1 000

1 000≤N

<10 000

10 000

≤N<

100 000

100 000

≤N<1 million

N≥

1 million

H9

Nbre de personnes devant faire l’objet d’une surveillance médicale prolongée (≥3 mois après l’accident)

0

N<10

10≤N

<50

50≤N

<200

200

≤N<

1 000

N≥

1 000

Conséquences environnementales

1

2

3

4

5

6

Env10

Quantité Q d’animaux sauvages tués, blessés ou rendus impropres à la consommation humaine (t)

Q<0,1t

0,1t≤

Q<1t

1t≤

Q<10t

10t≤

Q<50t

50t≤

Q<200t

Q≥200t

Env11

Proportion P d’espèces animales ou végétales rares ou protégées détruites (ou éliminées par dommage au biotope) dans la zone accidentée ( %)

P<0,1 %

0,1 %≤

P<0,5 %

0,5 %≤

P<2 %

2 %≤

P<10 %

10 %≤

P<50 %

P≥50 %

Env12

Volume V d’eau polluée (m3) selon la formule Q/Cm, où :

- Q : quantité de substance rejetée

- Cm : concentration max. admissible*

V<

1 000

1 000

≤V<

10 000

10 000

≤V<

100 000

100 000

≤V<1

million

1 million

≤V<10 millions

P≥10

millions

Env13

Surface S de sol ou de nappe d’eau souterraine nécessitant un nettoyage ou une décontamination spécifique (en ha)

0,1≤S

<0,5

0,5≤S

<2

2≤S

<10

10≤S

<50

50≤S

<200

S≥200

Env14

Longueur L de berge ou de voie d’eau nécessitant un nettoyage ou une décontamination spécifique (en km)

0,1≤L

<0,5

0,5≤L

<2

2≤L

<10

10≤L

<50

50≤L

<200

L≥200

* Concentration maximale admissible de la substance dans le milieu concerné fixée par les Directives européennes.

Conséquences économiques

1

2

3

4

5

6

€ 15

C = Dommages matériels dans l’établissement*

0,1≤C

<0,5

0,5≤C

<2

2≤C

<10

10≤C

<50

50≤C

<200

C≥200

€ 16

C = Pertes de production de l’établissement*

0,1≤C

<0,5

0,5≤C

<2

2≤C

<10

10≤C

<50

50≤C

<200

C≥200

€ 17

C = Dommages aux propriétés ou pertes de production hors établissement*

0

0,05≤C

<0,1

0,1≤C

<0,5

0,5≤C

<2

2≤C

<10

C≥10

€ 18

C = Coût des mesure de nettoyage, décontamination ou réhabilitation de l’environnement

0,01≤C

<0,05

0,05≤C

<0,2

0,2≤C

<1

1≤C

<5

5≤C

<20

C≥20

* C exprimé en millions d’euros – Référence 93

Annexe 2 - Principaux accidents industriels ayant impliqué TOTAL entre 1999 et 2012

Date

N° (ARIA)

Résumé des faits

Paramètre

Note

12/12/1999

N° 1

(16879)

Brest (29), France : La marée noire de l’Érika, du nom du pétrolier, a touché les côtes de Bretagne, souillées sur 400 km. Le nombre d’oiseaux morts est estimé entre 150 000 et 300 000. Le poids des déchets est évalué à 250 000 tonnes. Le groupe TOTAL était l’affréteur du navire. (accident cité tous les ans dans les documents de référence depuis 1999)

MAT

1

HUM

0

ENV

6

ECO

5

PRE

5

03/09/2000

N° 2

(19423)

Gonfreville-l’Orcher (76), France : Un incendie visible de 30 km à la ronde suivi de 2 explosions se déclare dans une unité de reformage catalytique exploitée par TOTAL. Le feu qui a démarré au niveau de la colonne de shipping, est maîtrisé le lendemain vers 15h. Deux pompiers sont légèrement indisposés.

MAT

1

HUM

1

ENV

0

ECO

4

PRE

3

21/09/2001

N° 3

(21329)

Toulouse (31), France : L’usine AZF est détruite par l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium. Bilan : 30 morts, 2 500 blessés et de lourds dégâts matériels. L’usine appartenait à la société Grande Paroisse qui est une filiale de TOTAL. (accident cité tous les ans dans les documents de référence depuis 2001)

MAT

4

HUM

6

ENV

2

ECO

6

PRE

5

26/06/2004

N° 4

(27459)

Feyzin (69), France : Un feu se déclare sur le four d’une unité d’hydrodésulfuration des gazoles de la raffinerie TOTAL. Des flammes et une épaisse fumée noire contenant du CO2 et du SO2 sont visibles à la cheminée. 45t d’hydrocarbure sont brulés et 2 pompiers internes sont blessés.

MAT

2

HUM

3

ENV

0

ECO

4

PRE

2

13/12/2004

N° 5

(30007)

Nanterre (92), France : Dans le cadre du démantèlement en cours dans un dépôt de lubrifiant qui appartient à une filiale de TOTAL, une entreprise sous-traitante arrache par mégarde 3 canalisations d’alimentation en produits pétroliers. 370 m3 d’hydrocarbures sont déversés sur le site.

MAT

3

HUM

0

ENV

1

ECO

4

PRE

1

07/08/2005

N° 6

(30406)

Châteauneuf Les Martigues (13), France : 10 à 20 t d’hydrocarbures gazeux et liquides sont rejetés en 5 mn par la raffinerie TOTAL. Une surface de 1 km sur 8 est souillée par les rejets. Le nettoyage a coûté 1,7 millions d’euros et la raffinerie a été condamnée à payer 10 250 € d’amendes.

MAT

4

HUM

3

ENV

3

ECO

0

PRE

1

11/12/2005

N° 7

(31312)

Buncefield, Royaume-Uni : Des explosions et un incendie se sont produits dans un dépôt pétrolier exploité par TOTAL et TEXACO, et stockant 150 000 t de carburant. La 1ère explosion a été entendue à 160 km et un nuage noirâtre de produits irritants a atteint le sud de l’Angleterre, la Bretagne et la Normandie. (accident cité tous les ans dans les documents de référence depuis 2005)

MAT

5

HUM

6

ENV

6

ECO

6

PRE

2

24/01/2006

N° 8

(32925)

Le Pontet (84), France : Lors d’un relevé des niveaux dans un dépôt pétrolier qui appartient à 3 actionnaires (TOTAL, BP et Intermarché), l’exploitant constate que le stock d’émulseur a baissé de 29m3. Le produit déversé s’infiltre dans le sol et rejoint la nappe phréatique.

MAT

0

HUM

0

ENV

4

ECO

0

PRE

0

12/01/2007

N° 9

(32675)

Ambes (33), France : Un bac contenant 12 000m3 de pétrole s’ouvre dans un dépôt de la société des pétroles du bac d’Ambes, une filiale de TOTAL. Le pétrole est en grande partie contenu sur le site, mais 100m3 arrivent à rejoindre les marais voisins, la nappe phréatique et la Garonne.

MAT

4

HUM

2

ENV

4

ECO

5

PRE

3

16/03/2008

N° 10

(34351)

Donges (44), France : Lors du chargement de fioul dans un navire, une fuite sur une canalisation de transfert à la raffinerie de TOTAL occasionne un épandage 478 t dans l’estuaire de la Loire. 750 personnes ont été mobilisées pendant 3 mois pour nettoyer 70 km de berges souillées.

MAT

0

HUM

0

ENV

5

ECO

6

PRE

4

24/10/2008

N° 11

(35939)

Oberhoffen-sur-Moder (67), France : Lors d’une ronde, un agent de sécurité d’un dépôt pétrolier appartenant à TOTAL constate la présence d’hydrocarbure à la surface d’un bassin de rétention du bac F3 d’une capacité de 31 450 m3 contenant 13 000 m3 de naphta.

MAT

1

HUM

0

ENV

0

ECO

4

PRE

0

15/07/2009

N° 12

(36496)

Saint Avold (57), France : Un surchauffeur du vapocraqueur de la plateforme pétrochimique de TOTAL explose. Sur les 8 personnes présentes, 2 sont tuées et 6 sont blessées. La cause de l’explosion n’est pas connue et une instruction judiciaire est effectuée.

MAT

1

HUM

3

ENV

0

ECO

4

PRE

3

07/08/2009

N° 13

(36654)

Saint-Martin-de-Crau (13), France : Une fuite est détecté sur un pipeline exploitée par la SPSE, une filiale de TOTAL. L’accident a lieu sur un site Natura 2000 dans la réserve naturelle de Crau abritant plusieurs espèces protégées. 5 400 m3 de pétrole brut se sont répandus sur 5 ha.

MAT

0

HUM

0

ENV

3

ECO

5

PRE

4

09/04/2010

N° 14

(39552)

Saint Avold (57), France : Lors d’une manœuvre de dépotage du benzène dans le complexe pétrochimique de TOTAL, un problème apparaît au niveau des pompes et du benzène se répand dans les fosses de séparation du réseau de collecte des effluents qui en débordent.

MAT

3

HUM

0

ENV

5

ECO

0

PRE

0

22/12/2010

N° 15

(39494)

Feyzin (69), France : Lors d’une opération de maintenance sur une ligne de vapocraquage de la raffinerie TOTAL, l’opérateur a été obligé d’envoyer plusieurs centaines de tonnes d’hydrocarbure à la torche pour maintenir l’unité en état relâchant dans l’air une forte quantité de poussières de noir de carbone.

MAT

4

HUM

0

ENV

0

ECO

0

PRE

3

25/03/2012

N° 16

(41939)

Mer du Nord, Royaume-Uni : Suite à une explosion brutale, une fuite de gaz naturel et de condensats s’est produite au niveau de la tête d’un puits désaffecté sur la plate-forme TOTAL du champ gazier d’Elgin. Le débit de la fuite est estimé à 200 000 m3/jour, une nappe d’hydrocarbure de 4,8 km2 est observée, la perte financière quotidienne est estimée à 1,12 millions d’euros.

MAT

6

HUM

0

ENV

0

ECO

4

PRE

5

25/09/2012

N° 17

(42801)

Donges (44), France : Une fuite de sulfure d’hydrogène est détectée dans la raffinerie TOTAL. L’unité est arrêtée en urgence, le trafic ferroviaire est suspendu et les équipes d’intervention découvrent que l’érosion-corrosion d’un coude de tuyauterie est à l’origine de la fuite. Aucune odeur n’est relevée dans les communes environnantes.

MAT

1

HUM

0

ENV

0

ECO

4

PRE

3

Annexe 3 - Matrice de corrélation (Pearson)
des différentes variables de pression sociale

PRE19

PRE20

PRE21

PRE22

PRE19

1

PRE20

0,954

(<0,001)

1

PRE21

0,773

(<0,001)

0,694

(0,002)

1

PRE22

0,880

(<0,001)

0,805

(<0,001)

0,956

(<0,001)

1

Pour chaque variable, la corrélation de Pearson est indiquée avec la probabilité associée à la statistique entre parenthèses. L’échantillon comprend 17 observations, les variables sont définies dans le tableau 2.

Annexe 4 - Matrice de corrélation (Pearson) des indicateurs de la base ARIA
et de la variable de pression sociale PRE

MAT

HUM

ENV

ECO

PRE

MAT

1

HUM

0,432

(0,083)

1

ENV

-0,025

(0,925)

0,127

(0,627)

1

ECO

-0,068

(0,795)

0,327

(0,200)

0,086

(0,741)

1

PRE

0,104

(0,692)

0,118

(0,651)

-0,014

(0,956)

0,597

(0,011)

1

Pour chaque variable, la corrélation de Pearson est indiquée avec la probabilité associée à la statistique entre parenthèses. L’échantillon comprend 17 observations, les variables sont définies dans l’annexe 1.

Haut de page

Notes

1 Sur le critère du chiffre d’affaires, la revue Fortune a classé Total au 6ème rang des plus importantes compagnies pétrolières au niveau mondial (http://money.cnn.com/magazines/fortune/global500/2013/full_list/).

2 Source : http://total.com/fr/groupe/vue-ensemble/chiffres-cles.

3 Accès à la base de données ARIA à l’adresse suivante : http://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/.

4 Selon les événements, trois mots clés ont été choisis de façon à offrir le plus grand nombre possible de résultats tout en limitant les risques de parasitage avec d’autres sujets : nature du sinistre, lieu et nom représentatif. Les recherches ont été effectuées en janvier 2014 en utilisant les fonctionnalités de Google et la base de données Europresse.

5 Le modèle généralisé autorégressif conditionnellement hétéroscédastique est issu des travaux de Bollersev (1986). Le modèle GARCH (1,1), le plus courant, est recommandé notamment par Portait et Poncet (2012).

6 Une analyse complémentaire (régression MCO) a été également réalisée en recodant les variables discrètes en variables binaires (0 ;1) mais n’est pas présentée car les résultats ne sont pas significatifs.

7 Consultation des communiqués de presse du groupe TOTAL : http://www.total.com/fr/medias/actualite/communiques.

8 Les documents de synthèse du groupe TOTAL étudiés courent entre 1999 et 2013.

9 http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/333/1200/

accidents-industriels.html.

10 Sources : Rapport annuel TOTAL 2000, page 20 et document de synthèse TOTAL 2012, page 152.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Lafontaine et Bruno Pecchioli, « Les marchés financiers sanctionnent-ils les sociétés impliquées dans des accidents industriels graves ? Le cas du groupe TOTAL entre 1999 et 2012 », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 18-3 | 2015, mis en ligne le 27 octobre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://fcs.revues.org/1669 ; DOI : 10.4000/fcs.1669

Haut de page

Auteurs

Jean-Philippe Lafontaine

Université François Rabelais Tours

Bruno Pecchioli

ESC Troyes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page