Navigation – Plan du site

Effet de la sensibilité de l’Entreprise au Tissu Économique Local sur sa performance : une étude sur données européennes

Effect of the sensitivity to the Local Economic Fabric on Firm’s Performance: A research on European data
Etienne Duchâtel

Résumés

Cette recherche mesure l’effet de l’attachement des entreprises à leur(s) territoire(s) d’implantation sur leur performance comptable. À partir de travaux existants, elle construit le concept de sensibilité de l’Entreprise au Tissu Économique Local (TEL). Ensuite, une étude empirique sur 248 entreprises européennes permet de tester une hypothèse de recherche décrivant une relation concave (positive puis négative) entre la sensibilité des entreprises au TEL et leur performance comptable. Les résultats montrent une relation convexe (négative puis positive). Les entreprises doivent donc être un minimum sensibles au TEL pour constater un effet positif sur leur performance comptable.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie l’éditeur associé, Peter Wirtz et les deux rapporteurs anonymes de la revue FCS pour leurs remarques et suggestions. Je remercie également Pascal Dumontier et Bertrand Quéré pour leur aide précieuse lors de la collecte des données. Je remercie les membres de mon jury de thèse (Michel Albouy, Philippe Desbrières, Jean-François Gajewski, Jacques Hamon, Yochanan Shachmurove) pour leurs remarques à l’amélioration de cette recherche. Je remercie également l’agence Vigeo pour la fourniture des données sur la RSE et les nombreux échanges relatifs à la méthodologie et au processus de notation. J’exprime ma gratitude aux co-financeurs du projet de recherche « Performance et sensibilité des entreprises au Tissu Économique Local » qui a donné cet article. Je reste seul responsable des erreurs et omissions éventuelles.

Introduction

1Depuis 1990, de nombreuses entreprises ont cherché à réduire leurs coûts de production par un recours à une main d’œuvre bon marché en délocalisant leur activité à l’étranger (Renault en Chine par exemple). Certaines entreprises n’ont pas hésité à fermer certains sites historiques, comme par exemple l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois en 2014 ou l’usine Michelin à Joué-lès-Tours en 2013. En même temps, certaines entreprises ont pris conscience du fait que la délocalisation n’était pas la panacée, car l’éloignement des activités génère aussi des coûts de transaction qui sont cachés et multiples. Donc, a contrario, certaines entreprises ont décidé de relocaliser leur activité en France (ABB 2015, Aquaprod 2007, Atol 2005, Bosch Rexroth 2013, But 2014, Céanothe 2013, Jeanneau-Bénéteau 1996, Krys 2011, Loiselet 2012, Lucibel 2014, LPSA 2013, Nathan 1993, Porcelaines M.P. Samie 2014, Rossignol 2010, Rostaing 2003). Les principales difficultés qui ont motivé ces retours sont des problèmes de qualité, les risques de plagiat et les complications liées à la logistique.

2Pour répondre à ces évolutions, en 2012, le gouvernement français a créé le Ministère du Redressement Productif renommé par la suite Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Ce ministère a pour objectif de favoriser le développement de l’outil productif français. Dans la poursuite de cet objectif, il a lancé le logiciel Colbert 2.0 permettant à une entreprise d’évaluer l’intérêt de relocaliser sa production en France. Ce logiciel montre la difficulté pour l’entreprise d’évaluer la valeur de son territoire dans l’atteinte de sa performance.

  • 1 Becchetti et al. (2007) ; Cainelli (2008) ; Diez-Vial (2011) ; McCann et Folta (2011).
  • 2 Eisingerich et al. (2010) ; Luo et al. (2012) ; Rigby et Brown (2015) ; Zhang et Li (2008).
  • 3 Bahlmann (2014) ; Huggins et Johnston (2010) ; Presutti et al. (2013).
  • 4 Enfin, les recherches en Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) gagneraient en compréhension (...)

3Sur le plan académique, le rapport de l’entreprise au territoire a été étudié par le bais de la localisation des entreprises et la construction de plusieurs concepts traduisant les concentrations entrepreneuriales constatées dans plusieurs régions du monde (districts industriels, clusters, milieux et systèmes productifs localisés). Ensuite, trois groupes de recherches ont souligné l’impact positif de position1 et d’appartenance2 dans et à ces concentrations entrepreneuriales et aux régions3 pour la performance économique et d’innovation des entreprises. Néanmoins, ces recherches sont isolées et la définition de l’espace de l’entreprise n’est pas donnée (Hervas-Oliver et al. 2015)4.

4Étant donné les faits stylisés avancés et l’état de l’art de la littérature, cette recherche construit dans un premier temps le concept de sensibilité de l’entreprise au Tissu Économique Local. Ensuite, une étude empirique mesure pour un groupe d’entreprises européennes cotées entre 2004 et 2011 l’impact de leur sensibilité au TEL sur leur performance comptable. Le proxy utilisé est une des composantes de la Responsabilité Sociale des Entreprises (Community Involvement 1.1, CIN 1.1). La question de recherche soulevée est la suivante : que désigne la sensibilité de l’entreprise au Tissu Économique Local et quels en sont les impacts sur sa performance comptable ? L’apport de cette recherche est donc double. Le premier est de nature théorique, par l’enrichissement des travaux en économie géographique industrielle. Le second est de nature empirique, par la mesure de l’effet de la sensibilité des entreprises au TEL sur leur performance comptable.

5Les résultats indiquent un effet de la sensibilité des entreprises au TEL sur leur performance comptable. Une relation convexe est mise en évidence (négative puis positive). Autrement dit, les entreprises doivent être un minimum sensibles pour voir leur performance comptable augmenter.

6L’article est organisé en trois grandes parties. Une première partie présente la revue de littérature liée à la relation Entreprise – Territoire – Performance et construit les concepts de Tissu Économique Local (TEL) et de sensibilité de l’entreprise au TEL. Ensuite, un cadre théorique est bâti afin de formuler une hypothèse de recherche sur la relation sensibilité au TEL - performance comptable de l’entreprise. La deuxième partie contient une étude empirique permettant de tester l’hypothèse avancée. La troisième partie discute les résultats. Enfin, nous concluons.

1. Relation Entreprise - Territoire - Performance

7Cette partie présente une revue de la littérature concernant le territoire de l’entreprise et le rapport de l’entreprise à ce dernier. À partir de ce matériau, les limites rencontrées conduisent à la définition du concept de « sensibilité de l’entreprise au Tissu Économique Local ». Cette étape intermédiaire permet ensuite la construction d’un cadre théorique. À partir de ce dernier, une hypothèse de recherche est élaborée sur l’effet de la sensibilité au Tissu Économique Local de l’entreprise sur sa performance comptable.

1.1. Du territoire à la relation territoriale de l’entreprise

8Plusieurs recherches antérieures ont défini différents construits pour comprendre la relation de l’entreprise au territoire. Le tableau 1 contient une synthèse de ces développements.

Tableau 1 - Synthèse des concepts

Concept

Recherche

Intérêt d’étude

District industriel

Marshall (1919) 

Becattini (2004)

Appartenance à une communauté

Importance de la limite administrative

Milieu Innovateur

Maillat et al. (1993)

Innovation territoriale

Milieu internationalisant

Torrès (2002)

Dialectique local-global

Cluster

Porter (2000)

Innovation spontanée

Technopole

Cooke (2001)

Innovation organisée

Système Localisé de Production et d’Innovation

Quéré et Longhi (1993) 

Grossetti (2004)

Cohérence des composantes du système

Système Productif Localisé

Courlet (2002)

Proximité et intensité des relations

9Chaque construit est le résultat d’une période et d’une vision sélective d’une partie des contraintes vécues par l’entreprise avec le territoire. Tous ces construits se concentrent sur des situations communes d’entreprises qui se regroupent géographiquement pour différents motifs. Depuis 1970, l’innovation est devenue un enjeu central dans les économies développées. Par conséquent, les construits territoriaux se sont concentrés sur cette notion afin d’étudier les déterminants territoriaux de l’innovation.

10A contrario, Perroux (1950) développe une modélisation d’un espace économique générique en utilisant une vision physique mécanique. Il dissocie l’espace géonomique (ou banal) de l’espace économique et met en lumière la présence de forces d’attraction qui expliquent le déplacement des entreprises dans l’espace communément qualifié de géographique.

11Par ailleurs, plusieurs travaux ont étudié la relation de l’entreprise au territoire. Une branche s’est développée au sein de l’économie industrielle géographique. Les recherches en économie des proximités (Gilly et Torre 2000 ; Pecqueur et Zimmermann 2004) développent l’ancrage territorial de l’entreprise et le caractère « situé » des agents économiques. Zimmermann (2001, p.60) précise que l’ancrage territorial des entreprises est le résultat d’une « … conjunction between the aspects of organisational proximity, revealing of the industrial dimension, intra as well as inter firm, and the aspects of geographical proximity on which the territorial dimension is based. ». Dans le même temps, la recherche de Colletis et Rychen (2004, p.213) met en avant la notion de « capital spécifique local » pour désigner la valeur de l’ancrage territorial des entreprises.

12Ces travaux théoriques peuvent être complétés par quatre branches de recherches empiriques ayant étudié la relation Entreprise – Territoire – Performance. La première branche s’est concentrée sur les facteurs de localisation des entreprises en démontrant l’existence de trois types : néo-classique, institutionnel et comportemental (Arauzo-Carod et al. 2009). Les recherches de la seconde branche se sont concentrées sur l’effet de position et d’appartenance des entreprises dans et à des districts industriels ou des clusters sur leur performance. Les résultats montrent un effet positif sur la performance économique et d’innovation des entreprises lié à leur localisation dans une concentration entrepreneuriale (district industriel ou cluster) (Beaudry 2001 ; Becchetti et al. 2007 ; Cainelli 2008 ; Diez-Vial 2011 ; McCann et Folta 2011). D’autres travaux montrent l’effet positif sur ces mêmes performances d’être intégré dans ces concentrations entrepreneuriales par des échanges dans les réseaux locaux (Eisingerich et al. 2010 ; Luo et al. 2012 ; Ozer et Zhang 2013 ; Rigby et Brown 2015 ; Zhang et Li 2008). Les travaux de la troisième branche mettent en exergue l’effet positif des relations locales et globales des entreprises sur ces mêmes performances (Eraydin et Fingleton 2006 ; Liao et Yu 2013 ; Torrès 2002). Enfin, dans la quatrième branche, plusieurs articles dépassent les districts et les clusters et démontrent le rapport bénéfique des entreprises à leur région pour leur capacité d’innovation (Bahlmann 2014 ; Huggins et Johnston 2010 ; Presutti et al. 2013). Toutes ces recherches montrent l’intérêt économique pour les entreprises d’avoir des liens locaux et mondiaux pour obtenir de bonnes performances économiques et d’innovation.

  • 5 Bowen (1953) ; Carroll (1979) ; Clarkson (1995) ; Wartick et Cochran (1985) ; Wood (1991).
  • 6  ; Cellier et al. (2011).
  • 7 ; Scholtens (2008).

13En complément de ces recherches sur les ressources territorialisées des entreprises, plusieurs travaux ont approché la relation de l’entreprise au territoire par un autre angle de vue. Il s’agit des recherches en RSE. Plusieurs travaux ont défini ce concept5. Empiriquement, les résultats sont discordants au sujet de l’effet de la RSE sur la performance comptable et boursière des entreprises6. Le caractère global de ce concept est mis en lumière pour expliquer ces derniers7. Hors, l’analyse de la norme iso 26 000 met en exergue une composante de la RSE (6.8 Communautés et développement local, page 24) qui rejoint l’approche par les ressources des entreprises dans les districts, clusters et les régions. Aucune connexion n’existe dans la littérature entre ces deux champs de recherche. Pourtant, le sujet est le même, il s’agit de l’implication de l’entreprise dans ses territoires d’implantation.

14A ce stade, il est utile de montrer les limites des recherches existantes dans la définition du territoire de l’entreprise et dans la définition de son rapport avec ce dernier. Premièrement, le territoire de l’entreprise n’est pas délimité géographiquement. Deuxièmement, la pluralité des construits territoriaux induit un flou concernant la définition du territoire de l’entreprise. Troisièmement, la focalisation sur des caractéristiques de regroupements territoriaux (l’industrie pour les districts et l’innovation pour les clusters) gêne pour comprendre la relation générique Entreprise - Territoire. Quatrièmement, l’ancrage territorial de l’entreprise n’est pas assez défini pour pouvoir le mesurer. Enfin, les quatre branches de recherches empiriques citées montrent l’importance de la relation de l’entreprise au territoire local pour sa performance économique et d’innovation. Il est donc nécessaire de définir deux concepts permettant de décrire le territoire local de l’entreprise et la relation de celle-ci à ce dernier.

1.2. Définition du concept de sensibilité de l’entreprise au Tissu Économique Local

  • 8 Définies par North (1991, p. 97) comme suit « Institutions are the humanly devised constraints that (...)

15La partie suivante définit le concept de sensibilité de l’entreprise au Tissu Économique Local afin de répondre aux manques présents dans la littérature et de manière à expliquer les faits stylisés évoqués au début de cette recherche. Dans un premier temps, cette recherche définit le Tissu Économique Local (TEL) comme un espace délimité socialement et spatialement, sur lequel différents individus et institutions8 forment un système économique. Les limites spatiales peuvent faire l’objet de discussions. En effet, la mondialisation des échanges a modifié les périmètres. Néanmoins, la définition précise bien que la délimitation dépend en premier lieu de la segmentation sociale. La conséquence de cette spécification implique de définir quels critères sociaux permettent de délimiter le TEL. Cette recherche considère la culture entendue comme des règles et des croyances qui structurent un groupe d’individus (Billaud, 1996, p.13). Ensuite, l’échelle locale est retenue car elle est la plus pertinente pour considérer l’adhérence effective à une même culture par plusieurs humains. Sur le plan opérationnel, la distance physique varie. En considérant les moyens de transport disponibles et les recherches de Grossetti (2004) et de Wellman (1979), cela correspond à une heure de transport.

16Cette approche complète les construits territoriaux précédents dans la mesure où un TEL est territorialement moins « élastique » qu’un cluster et peut être spatialement plus étendu qu’un district et non spécialisé dans un secteur d’activité particulier. A la lumière de la recherche de Becattini (2004, p.19), ce que cette étude désigne par TEL correspond à « une région économique générique » délimitée par la culture.

17Ensuite, la sensibilité de l’entreprise au TEL désigne l’implication humaine et économique de celle-ci dans le TEL. Concrètement, la sélection de fournisseurs et l’investissement dans des actifs mobilisés dans le TEL en sont des exemples. L’établissement de relations socio-économiques de long terme entre les parties prenantes du TEL (salariés, clients, fournisseurs, écoles, universités, chambres de commerce et agences économiques) ainsi que le développement d’une concentration territoriale en sont d’autres exemples. Cette approche considère l’échange comme un outil d’expression. En effet, la sensibilité des entreprises au TEL s’exprime par des échanges de nature matérielle, immatérielle et monétaire dans le temps avec d’autres entreprises et institutions du TEL sur le long terme.

Tableau 2 - Composantes de la sensibilité de l’entreprise au TEL

Échanges

monétaires

Échanges

matériels

Échanges

immatériels

Temporalité longue des échanges

18En considérant l’ensemble de ces éléments, la figure 1 représente la sensibilité d’une entreprise A aux TEL B et C par les échanges (flèches bleues et vertes) qu’elle entretient avec des parties prenantes présentes sur ces derniers.

Figure 1 - Représentation graphique de la sensibilité d’une entreprise au TEL

Image 1000000000000190000000D9F312A369.jpg

19Ce développement vient compléter les recherches antérieures étant donné qu’il étudie un ingrédient de l’ancrage territorial des entreprises (Bouba-Olga et Zimmermann 2004). En effet, pour qu’une entreprise soit ancrée (résultat) sur un territoire, il faut des ressources (constituant) et une volonté de l’entreprise de s’investir dans ce TEL (constituant). En se concentrant sur ce concept, cette recherche permet de mieux saisir la dialectique entreprises – territoires qui conditionne les « rencontres productives » (Colletis 2009) et modèle les territoires (« plasticité des territoires ») par des combinaisons productives évolutives (Zimmermann 2001 ; Colletis et Rychen 2004).

20Après avoir défini la sensibilité de l’entreprise au TEL et ses liens avec les recherches antérieures, la partie suivante présente le cadre théorique qui permet de construire une hypothèse de recherche liée à son impact sur la performance comptable des entreprises.

1.3. Cadre théorique et hypothèse de recherche

21Dans la perspective d’étudier le lien entre la sensibilité au TEL et la performance comptable des entreprises, cette recherche mobilise les outils théoriques suivants : la théorie des parties prenantes, l’encastrement social des individus et les théories des ressources et des capacités.

22La sensibilité des entreprises au TEL permet de renforcer les relations entre les parties prenantes du TEL (les entreprises et les institutions publiques) et de leur donner du sens par le partage de valeurs communes (Freeman et Mc Vea 2001). La sensibilité des entreprises au TEL peut constituer un outil de communication efficace car elle est centrée sur une compréhension de la dynamique organisationnelle de l’entreprise. Autrement dit, elle contribue à une meilleure connaissance identitaire pour l’entreprise qui lui permet de mener des échanges socio-économiques justifiés et structurés. La sensibilité des entreprises au TEL est un support qui leur permet d’échanger, de collaborer, de réduire l’incertitude, de résoudre des problèmes, de construire une stratégie cohérente et intégrative qui in fine contribue à leur performance (Savage et al. 2011).

23En complément, les approches de Granovetter (1985) et de Uzzi (1997) soulignent quant à elles la nécessité de prendre en compte « l’encastrement social » des entreprises et le rôle de la confiance face à l’opportunisme. Cette approche considère bien la sensibilité des entreprises au TEL dans la mesure où, Granovetter explique la survie des petites entreprises par leur encastrement social (Granovetter 1985, p.507). L’entreprise ne peut donc survivre sans un tissu économique composé de relations qui lui permettent de se développer. La sensibilité des entreprises au TEL incorpore relativement bien cette idée dans le sens où la définition comprend la notion d’échange entre plusieurs agents économiques implantés dans un même TEL. Concernant la confiance entre les parties prenantes, un lien direct est perceptible avec le concept de sensibilité de l’entreprise au TEL. En effet, une sensibilité commune à plusieurs parties prenantes conduit celles-ci à échanger régulièrement sur le long terme (tout du moins tant qu’elles gardent cette sensibilité) ce qui les incite à développer une confiance réciproque. Dans cette perspective, l’apport de Lorenzen (2001) est intéressant à plusieurs points de vue. Tout d’abord, il définit la confiance comme suit (p.17): « The expectation held by a trustor (i.e., a representative of a firm) that one or several trustees (i.e., representatives of another firm or other firms) will cooperate (i.e., not act dishonestly or otherwise opportunistically against the trustor), even if the trustor holds no power over the trustee to ensure that he does so. ». Ensuite, il revient sur l’intérêt de la confiance dans l’explication des coordinations entre agents économiques. Comme le présente l’approche néo-institutionnaliste, la divergence d’intérêts entre les individus se traite par l’incitation et la formalisation (coordination incitative). Pour Lorenzen, cette approche est limitée car ces moyens ne peuvent pas changer entièrement les attentes des agents pour les faire converger en permanence. Il propose donc, en complément, une coordination cognitive basée sur la communication entre les agents.

  • 9 « Ascription is a process of expecting particular things about agents about whom we know nothing ot (...)

24En approfondissant sa réflexion, Lorenzen établit la prépondérance de la coordination cognitive et assimile, dans cette configuration, la confiance à un actif précieux qui permet aux entreprises d’être plus réactives. Dans ces circonstances, c’est d’ailleurs le partage d’une valeur commune (« ascription »9) qui en améliorant la communication entraîne une meilleure coordination.

25De manière complémentaire, l’approche par les ressources (Demsetz 1988 ; Penrose 1959) met en exergue la co-construction des ressources territoriales par le biais de la sensibilité de l’Entreprise au TEL. En effet, cette dernière permettrait aux entreprises de se constituer un réseau, leur apportant et leur permettant de construire des ressources (connaissances et compétences) spécifiques à leurs besoins. Deux approches sur les ressources intangibles permettent d’enrichir la réflexion. La première (« resource-picking view ») postule pour l’existence d’un mécanisme de collecte des ressources (Barney 1986 ; Wernerfelt 1984). Les dirigeants doivent être en permanence en veille afin de cerner et de collecter les ressources qui sont sous-évaluées par les concurrents. La réussite de l’entreprise ne réside pas uniquement dans l’exploitation de la nouvelle ressource acquise, mais surtout dans le choix de cette dernière. Une importance de taille est accordée à la capacité des entreprises à discerner la valeur des ressources. La seconde approche (« dynamic-capability view ») fait une différence entre le terme ressource et capacité (Amit et Schoemaker 1993 ; Dosi et al. 2000). Une ressource peut être une forme de capacité mais pas l’inverse. Plus exactement, la capacité d’une entreprise dépend principalement de son capital humain et de son histoire. À ce titre, les connaissances constituent une partie de la capacité des entreprises. Plus exactement, ces dernières sont des résultantes de cognitions humaines liées par la participation dans des organisations communes. C’est d’ailleurs ce processus cognitif qui caractérise le mieux la capacité des entreprises. Cet article mobilise également ces deux approches car la sensibilité des entreprises au TEL leur permet de mieux repérer les ressources et d’utiliser plus efficacement leur capacité, tout en les développant. Cette efficacité supplémentaire est due au partage de mêmes repères spatio et sociocognitifs temporels.

26Au regard des développements précédents, la sensibilité de l’entreprise au TEL a un effet positif sur sa performance. Néanmoins, la présence d’effets positifs peut être complétée par l’existence possible d’impacts négatifs, qui conduiraient à la présence d’un effet de seuil (Callois 2008). Ce dernier s’expliquerait par le coût croissant lié à un effritement de la capacité d’innovation des entreprises. Cette diminution d’innovation serait liée à la densification des liens entre les entreprises et leur environnement (Uzzi 1997). Cette explication est considérée également par Teece et al. (2000, p.346), lorsqu’ils soulignent le risque potentiel d’enfermement technologique (« lock-in ») dû à l’histoire des entreprises qui façonne leurs ressources et in fine leur futur (« path dependency »). Plus précisément, la sensibilité des entreprises au TEL synonyme de force pour faciliter l’apprentissage - en raison du partage de la même culture (Dosi 1988) - peut également les restreindre dans leur capacité créative, par une dépendance aux routines qui limite les innovations de rupture.

27Dans le prolongement des travaux de Granovetter (1985), Uzzi (1997) et Lorenzen (2001), Welter (2012) revient sur l’imbrication confiance – risque, confiance – contrôle et confiance personnelle – confiance institutionnelle et souligne des aspects négatifs de la confiance (p.200), ainsi que son caractère fragile. Il explique la relation contrôle – confiance en considérant son caractère complexe (effet de substitution et de complémentarité) et les influences modératrices du niveau de confiance personnelle et institutionnelle légale. Le chercheur met également en lumière les risques de sur-confiance (« over-trusting »), de confiance aveugle (« blind trust ») et d’emprisonnement social (« over-embeddedness ») qui entraînent potentiellement la corruption, l’inertie entrepreneuriale due à un repli sur soi, le blocage de l’apprentissage qui favorise le manque d’innovation, l’isolement d’entrepreneurs exclus du réseau et l’instrumentalisation de la confiance pour servir des intérêts particuliers.

28Au vu de ces développements, l’hypothèse de recherche suivante est proposée :

Hypothèse : le lien entre la sensibilité d’une entreprise au TEL et sa performance est non linéaire de forme concave.

29La partie suivante contient l’étude empirique permettant de tester l’hypothèse de recherche.

2. Données et méthodologie

2.1. Données

  • 10 Les entreprises proviennent de 15 pays Européens. Voir en Appendice le tableau 9 de la répartition (...)

30Pour tester l’hypothèse de recherche, la démarche consiste à mesurer l’effet de la sensibilité des entreprises au TEL sur leur performance comptable. Pour ce faire, cette recherche mobilise un échantillon de 248 entreprises européennes10 cotées qui ont été notées au moins deux fois par l’agence de notation extra-financière Vigeo entre 2004 et 2011 sur le critère Community Involvment 1.1 (CIN 1.1). Ce dernier est une des composantes de la note RSE. Les tableaux 9 et 10 présentent l’échantillon dans l’appendice.

31La sensibilité des entreprises au TEL peut être approchée par différentes mesures. Au vu des données existantes, cette recherche utilise comme proxy la notation CIN 1.1 (Community Involvment) produite par l’agence de notation extra-financière Vigeo. Lorsque Vigeo note une entreprise sur le critère CIN 1.1, le barème est sur 100 points. CIN 1.1 fait partie du domaine « Community Involvement ». En parallèle, Vigeo note également cinq autres domaines (Corporate Governance, Business Behaviour, Environment, Human Ressources et Human rights). Ces six domaines sont analysés sur la base de trente-huit critères de mesure eux-mêmes ventilés en principes d’action. À partir d’informations externes et internes à l’entreprise, les équipes de Vigeo mesurent l’application réelle des principes d’action. Il est important de préciser que les entreprises sont notées si elles rentrent dans certains indices et/ou suite à la demande d’investisseurs intéressés par le titre. Concernant le calendrier de notation, une note standard démarre par le contact d’un analyste Vigeo avec l’entreprise notée. Lors de cet échange, l’analyste prévient l’entreprise qu’elle va être notée et lui demande de remplir un questionnaire à remettre dans les deux mois suivants. Pendant ce temps, l’analyste étudie l’entreprise à partir de l’information publique disponible et datée au maximum de un an. Suite à la remise du questionnaire par l’entreprise, l’analyste prend dix jours pour rédiger une évaluation qu’il présente ensuite à l’entreprise notée pour information. Enfin, l’entreprise a dix jours pour faire des remarques justifiées qui seront intégrées à la version finale de l’évaluation en fonction des preuves amenées par l’entreprise notée. Un point important est que Vigeo note bien l’intégralité de l’entreprise y compris ses établissements et filiales dans le monde. Il arrive aussi que VIGEO note uniquement une partie de l’entreprise (une filiale ou un établissement).

32Le critère de notation CIN 1.1 est décrit comme suit par Vigeo : « Le critère porte sur l’engagement de l’entreprise à contribuer durablement aux progrès économiques et sociaux des territoires d’accueil, par le biais de l’optimisation des retombées économiques locales liées à son activité : investissements locaux, politique de promotion de l’emploi local, transfert de technologies et compétences et prise en compte des impacts des restructurations sur le bassin d’emploi local. Ce critère est donc particulièrement pertinent pour analyser le comportement d’entreprises ayant une influence majeure sur un bassin d’emploi local. ».

33Les éléments suivants sont pris en compte dans cette note :

- politique de référencements de fournisseurs locaux ;

- participations à des programmes de revitalisation économique ou d’aménagement du territoire ;

- actions visant à assurer le transfert des compétences en local ;

recrutement du personnel local ;

- gestion maîtrisée des fermetures de sites sur le tissu économique local.

34À titre d’exemples, les entreprises Air Liquide et Lafarge ont obtenu les notes suivantes : 30 (mai 2004) et 25 (septembre 2005) pour la première et 53 (janvier 2006) et 80 (août 2009) pour la seconde.

35Dans cette étude empirique, le carré de la note CIN 1.1 est également retenu pour tester la présence d’un effet de seuil et d’une relation non linéaire entre la performance et la sensibilité au TEL.

Tableau 3 - Variables explicatives

Nom variable

Contenu

Stel

Note vigeo centrée réduite sur le critère CIN 1.1

Stelcar

Note vigeo centrée réduite sur le critère CIN 1.1 au carrée

36Ensuite, les variables de contrôle suivantes sont retenues :

Tableau 4 - Variables de contrôle

Nom variable

Contenu

Test robustesse

CAln

Logarithme du chiffre d’affaires

CAPIln

Logarithme de la capitalisation boursière

x

DetteCP

Total des dettes divisé par les fonds propres

DetteTA

Total des dettes divisé par le total de l’actif

Age

Logarithme de l’Age de l’entreprise

Sec 1 – sec 19

Variables muettes des secteurs d’activité

(référentiel Européen NACE)

a2004 – a2011

Variables muettes des années

37Les variables de contrôle considèrent les effets dus à la taille, l’endettement, l’âge et le secteur d’activité des entreprises ainsi que des effets temporels.

  • 11 Source CERAG UMR 5820 CNRS.

38Les données comptables ont été prélevées dans la base de données OSIRIS11. Toutes les informations de nature comptable des entreprises retenues respectent les normes IFRS et correspondent à des comptes consolidés dont l’exercice comptable est de douze mois. Pour chaque entreprise ayant fait l’objet d’évaluations par Vigeo entre 2004 et 2011, la base de données OSIRIS fournit les deux performances présentées dans le tableau 5 ci-dessous.

Tableau - Variables dépendantes

Nom variable

Contenu

ROA

Résultat net / Total Actif

ROE

Résultat net / Capitaux propres

39Pour les correspondances entre la date d’évaluation de la sensibilité au TEL (date de notation) et l’horizon des rentabilités, cette recherche retient les rentabilités liées à l’exercice comptable comprenant la notation. Étant donné le temps de production de la note, cela revient à étudier la performance entre un et deux ans après l’observation des comportements des entreprises.

Tableau 6 - Statistiques descriptives et corrélations de Pearson

Moyenne

Ecart_type

Min

Max

ROA

ROE

STEL

CA

Capi

DetteCP

DetteTA

Age

ROA

7,520

6,856

-11,3

45,93

1,000***

0,829***

-,044

0,031

0,265***

-,374***

-,460***

-,056

ROE

20,09

16,12

-39,7

67,48

0,829***

1,000***

-,034

0,102***

0,280***

0,019

-,026

-,084**

Stel

38,50

18,78

0,000

92,00

-,044

-,034

1,000***

0,336***

0,316***

0,066*

0,083**

0,056

CA

163E5

267E5

118E3

26E7

0,031

0,102***

0,336***

1,000***

0,755***

0,159***

0,197***

0,052

Capitalisation

134E5

205E5

263E3

189E6

0,265***

0,280***

0,316***

0,755***

1,000***

-,010

-,016

-,003

DetteCP

2,219

1,610

0,215

9,745

-,374***

0,019

0,066*

0,159***

-,010

1,000***

0,869***

-,074*

DetteTA

0,629

0,140

0,177

0,907

-,460***

-,026

0,083**

0,197***

-,016

0,869***

1,000***

-,032

Age

73,66

59,92

1,000

410,0

-,056

-,084**

0,056

0,052

-,003

-,074*

-,032

1,000***

Les variables sont brutes sans transformations logarithmiques et les notes ne sont pas normalisées. Échantillon : 684 observations soit 248 entreprises. ROA : rentabilité économique ; ROE : rentabilité financière ; Stel : note vigeo sur le critère CIN 1.1 ; CA : chiffre d’affaires ; CAPI : capitalisation boursière ; DetteCP : total des dettes divisé par le total des fonds propres ; DetteTA : total des dettes divisé par le total de l’actif ; Age : âge de l’entreprise. Significativité à : *10%, ** 5% et *** 1%.

40Les statistiques descriptives dans le tableau 6 montrent une note moyenne de 38,50/100 (variable stel). Par ailleurs, la corrélation entre le niveau de sensibilité au TEL et la taille des entreprises (variables CA et CAPI) montre que les grandes entreprises ont une plus grande sensibilité au TEL. Ce constat peut s’expliquer par leur niveau supérieur en ressources.

2.2. Méthodologie

41Concernant la méthodologie, cette étude mobilise une analyse multivariée avec des données de panel non cylindrées. Pour analyser correctement ce type de données, cette recherche suit la méthode de Hurlin (2009) basée sur les tests emboîtées de Hsiao (2003). Trois tests de Fisher et le test d’Hausman permettent de déterminer le bon modèle entre le modèle sur données groupées (pooled), le modèle sur moyennes individuelles, le modèle à effet fixe et le modèle à effet aléatoire.

42Le modèle de base étudié est le suivant :

Image 100000000000019D000000510E17E09F.jpg

  • 12 En additionnant les carrés des résidus de l’ensemble des régressions entreprise par entreprise (SCR (...)
  • 13 Dans le cas présent l’attrition est de 65,52 % (1 – (684 observations / 8 périodes x 248 individus) (...)

43Étant donné le nombre de variables explicatives principales (5), il faudrait au moins 6 observations par entreprise sur la période étudiée pour pouvoir calculer le modèle entreprise par entreprise12. Avec un peu moins de 3 notes en moyenne par entreprise (684 observations divisées par 248 entreprises), l’attrition13 de l’échantillon ne le permet pas. Étant donné cette limite, les deux premiers tests de Fisher ne peuvent être effectués et le troisième est biaisé par la structure fortement non balancée du panel. En effet, chaque individu n’a pas le même poids dans le calcul des effets individuels. Par conséquent, un modèle pooled est retenu en utilisant des régressions basées sur les Moindres Carrés Ordinaires (MCO) comprenant des écarts-types robustes par la méthode de White (1980). Les régressions intègrent les calculs liés au taux d’inflation de la variance pour éviter un problème de multicollinéarité (Variance Inflation Factor, VIF).

44Afin de tester la robustesse des résultats, la variable de contrôle chiffre d’affaires de l’entreprise a été échangée avec la variable capitalisation boursière.

2.3. Résultats performance comptable

Tableau 7 - Régressions principales sensibilité TEL – performance comptable

(1)ROA

(2)ROA

(3)ROA

(1)ROE

(2)ROE

(3)ROE

Stel

0,007

-0,039

-0,230

-0,331

( 0,277 )

( 0,280 )

( 0,625 )

( 0,620 )

Stelcar

0,464**

0,466**

1,012**

1,028**

( 0,188 )

( 0,193 )

( 0,439 )

( 0,441 )

Caln

0,015

0,020

0,034

0,529

0,450

0,569

( 0,238 )

( 0,204 )

( 0,239 )

( 0,547 )

( 0,483 )

( 0,544 )

DetteCP

-1,580***

-1,578***

-1,579***

( 0,146 )

( 0,145 )

( 0,146 )

DetteTA

-5,496

-5,304

-5,447

( 4,967 )

( 4,912 )

( 4,929 )

Age

-0,311

-0,346*

-0,343*

-0,967*

-1,059*

-1,038*

( 0,204 )

( 0,202 )

( 0,202 )

( 0,547 )

( 0,543 )

( 0,544 )

Constante

11,350***

11,034***

10,812***

17,078**

17,735**

15,883*

( 3,705 )

( 3,194 )

( 3,747 )

( 8,194 )

( 7,275 )

( 8,206 )

Effet fixe Secteur

oui

oui

oui

oui

oui

oui

Effet fixe année

oui

oui

oui

oui

oui

oui

R² ajusté

0,237

0,243

0,242

0,144

0,150

0,149

F test

12,141***

12,541***

11,897***

7,062***

7,329***

6,966***

Observations

684

684

684

684

684

684

Les régressions correspondent aux modèles 1, 2 et 3 avec les deux variables expliquées ROA : rentabilité économique et ROE : rentabilité financière. Les résultats sont obtenus par la méthode des Moindres Carrés Ordinaires avec les écarts-types robustes (White, 1980). Stel : note vigeo sur le critère CIN 1.1 centrée réduite ; stelcar : note vigeo sur le critère CIN 1.1 centrée réduite au carrée ; CAln : logarithme du chiffre d’affaires ; DetteCP : total des dettes divisé par le total des fonds propres ; DetteTA : total des dettes divisé par le total de l’actif ; Age : logarithme de l’âge de l’entreprise. Il y a 684 observations liées à 248 entreprises. VIF inférieurs à 3. Significativité à : *10%, ** 5% et *** 1%.

Modèles utilisés :

Image 100000000000024900000083EF61EE4B.jpg

Tableau 8 - Test de robustesse sensibilité TEL – performance comptable (changement de la variable Caln par Capiln par rapport au tableau 7)

(4)ROA

(5)ROA

(6)ROA

(4)ROE

(5)ROE

(6)ROE

Stel

-0,880***

-0,906***

-2,214***

-2,270***

( 0,268 )

( 0,268 )

( 0,607 )

( 0,603 )

Stelcar

0,392**

0,421**

0,830*

0,905**

( 0,179 )

( 0,176 )

( 0,428 )

( 0,418 )

Capiln

1,903***

1,555***

1,889***

4,775***

3,907***

4,745***

( 0,268 )

( 0,227 )

( 0,265 )

( 0,613 )

( 0,539 )

( 0,610 )

DetteCP

-1,575***

-1,610***

-1,571***

( 0,134 )

( 0,138 )

( 0,135 )

DetteTA

-3,287

-4,507

-3,155

( 4,333 )

( 4,385 )

( 4,326 )

Age

-0,274

-0,394**

-0,302

-0,834

-1,122**

-0,895*

( 0,187 )

( 0,187 )

( 0,184 )

( 0,510 )

( 0,511 )

( 0,506 )

Constante

-18,111***

-12,577***

-18,119***

-50,607***

-36,167***

-50,691***

( 4,237 )

( 3,593 )

( 4,197 )

( 10,01 )

( 8,785 )

( 9,975 )

Effet fixe Secteur

oui

oui

oui

oui

oui

oui

Effet fixe année

oui

oui

oui

oui

oui

oui

R² ajusté

0,310

0,302

0,314

0,226

0,216

0,230

F test

17,115***

16,542***

16,616***

11,510***

10,901***

11,171***

Observations

684

684

684

684

684

684

Les régressions correspondent aux modèles 4, 5 et 6 avec les deux variables expliquées ROA : rentabilité économique et ROE : rentabilité financière. Les résultats sont obtenus par la méthode des Moindres Carrés Ordinaires avec les écarts-types robustes (White, 1980). Stel : note vigeo sur le critère CIN 1.1 centrée réduite ; stelcar : note vigeo sur le critère CIN 1.1 centrée réduite au carrée ; Capiln : logarithme de la capitalisation boursière ; DetteCP : total des dettes divisé par le total des fonds propres ; DetteTA : total des dettes divisé par le total de l’actif ; Age : logarithme de l’âge de l’entreprise. Il y a 684 observations liées à 248 entreprises. VIF inférieurs à 3. Significativité à : *10%, ** 5% et *** 1%.

Modèles utilisés :

Image 10000000000001DF0000006E488E1E4F.jpg

3. Discussion des résultats

45Les résultats obtenus font émerger une explication de la performance comptable des entreprises par leur sensibilité au TEL. En effet, les tableaux 7 et 8 mettent en exergue une relation de forme convexe entre la sensibilité de l’entreprise au TEL et sa performance comptable (variables stel et stelcar). Ces constats invalident l’hypothèse de recherche formulée. En effet, la sensibilité des entreprises au TEL a un effet négatif puis positif sur la performance comptable des entreprises. La présence de cette forme convexe montre que la sensibilité au TEL doit être suffisamment élevée pour apporter de meilleures performances comptables.

46Ces résultats peuvent être mieux compris en mobilisant les théories des ressources et des capacités (Demsetz 1988 ; Penrose 1959 ; Teece et al. 2000). La sensibilité des entreprises au TEL peut leur permettre en effet de construire des ressources et des compétences adaptées à leurs besoins. Néanmoins, l’hypothèse de recherche néglige l’implication conséquente nécessaire pour cette construction.

47En outre, comme le souligne la revue de littérature, aucune recherche n’a à l’heure actuelle étudié la relation sensibilité au TEL – performance comptable des entreprises en tant que telle. Les travaux les plus proches sont ceux ayant étudié les variations de performance économique et d’innovation des entreprises présentes dans des districts industriels ou des clusters. Ces performances dépendent des caractéristiques des entreprises (McCann et Folta 2011) et de leurs liens avec les autres acteurs. Une entreprise peu intégrée dans un cluster ou une région peut potentiellement avoir des performances moins élevées qu’une autre entreprise qui est plus intégrée (Eisingerich et al. 2010 ; Luo et al. 2012 ; Rigby et Brown 2015 ; Zhang et Li 2008). Le résultat obtenu sur la forme négative puis positive est en cohérence avec ce niveau d’intégration. Être quelque part ne suffit pas, l’entreprise doit s’investir suffisamment.

48De manière complémentaire, une approche par la théorie de la contingente (Lawrence et Lorsch 1969) permettrait d’expliquer théoriquement la forme convexe trouvée. Dans cette dernière, l’impact de la sensibilité de l’entreprise au TEL varie en fonction du comportement des parties prenantes. Si ces dernières ne sont pas ou peu impliquées, l’impact est négatif alors que dans le cas opposé, la sensibilité au TEL devient un outil de création de valeur. Par exemple, cette explication s’applique aux comportements des dirigeants et des actionnaires dans leur communication avec les autres acteurs du TEL. Un manque de communication ou un dialogue tendu empêche l’entreprise de profiter des ressources du TEL. Par conséquent, la capacité d’innovation de l’entreprise peut être impactée (Ozer et Zhang 2013).

49Ces développements rejoignent les travaux présentant les différents rôles de l’actionnaire. L'actionnaire comme apporteur de ressources financières (Albouy 2002), comme contrôleur (Glinglinger 2002), comme porteur d'une vision stratégique (Martinet 2002), comme apporteur de ressources cognitives (Charreaux 2002) et enfin, l'actionnaire socialement responsable (Pérez 2002). Dans tous ces rôles, l’actionnaire en tant que partie prenante « située » (Pecqueur et Zimmermann 2002) ne peut faire l’économie d’une communication avec les autres parties prenantes du TEL sous peine de limiter la performance de l’entreprise. Étant donné qu’une communication efficiente passe par le partage de valeurs communes minimales, la sensibilité au TEL devient un facteur de performance (Ando et Ding 2012 ; Ismail et al. 2013). La sensibilité des acteurs de l’entreprise au TEL leur permet de tisser des liens qui sont des sources de performance pour leur organisation.

  • 14 ; Scholtens (2008).
  • 15  ; Barnett et Salomon (2012).
  • 16 Droits de l’Homme, relations et conditions de travail, environnement, loyauté des pratiques, questi (...)

50Enfin, en considérant uniquement une des composantes de la RSE, ces résultats montrent la nécessité d’isoler les constituants de la RSE14. Cette méthode permet de clarifier les résultats divergents obtenus dans les recherches portant sur l’effet de la RSE sur les performances des entreprises15. En effet, la norme iso 26 000 (Afnor, 2010, p.24) distingue 6 composantes de la RSE ayant chacune un sujet particulier16.

Conclusion

51En définissant le concept de sensibilité de l’entreprise au Tissu Économique Local (TEL), cet article enrichit les développements en économie géographique industrielle (Zimmermann 2001 ; Pecqueur et Zimmermann 2004 ; Colletis et Rychen 2004 ; Courlet 2002). En outre, ce développement permet de mieux saisir les évolutions récentes liées à la relation Entreprise - Territoire - Performance. En effet, les délocalisations - relocalisations d’entreprises et l’attention portée à la compétitivité des entreprises conduisent à revoir la relation des entreprises aux territoires.

52La seconde partie de cet article contient une étude empirique sur le lien sensibilité des entreprises au TEL - performance comptable basée sur un échantillon d’entreprises européennes cotées entre 2004 et 2011 et notées par l’agence de notation extra financière Vigeo. Les résultats font ressortir une relation convexe (négative puis positive). Autrement dit, les entreprises doivent être un minimum sensibles pour voir leur performance comptable augmenter (effet de seuil).

53Au vu des résultats et des limites de cette recherche, un axe de recherche peut être envisagé. Il consisterait à considérer un échantillon de Petites et Moyennes Entreprises permettant de comparer les résultats obtenus et d’enrichir la compréhension du concept de sensibilité de l’entreprise au TEL. Notamment, en intégrant les développements en écologie industrielle (Beaurain et Brullot 2011) et en mobilisant l’approche biologique des entreprises proposée par Morgan (1999). Cette dynamique passe par la considération des liens entre les dirigeants d’un TEL (Ismail et al. 2013).

Haut de page

Bibliographie

Acquier A. et Gond J-P. (2007), « Aux sources de la responsabilité sociale de l’entreprise : à la (re) découverte d’un ouvrage fondateur, Social Responsibilities of the Businessman d’Howard Bowen », Finance Contrôle Stratégie, vol. 10, n° 2, p. 5-35.

Albouy M. (2002), « L’actionnaire comme apporteur de ressources financières », Revue Française de Gestion, vol. 5, n° 141, p. 17-35.

Allouche J. et Laroche P. (2006), « The Relationship between Corporate Social Responsability and Corporate Financial Performance: A Survey », in J. Allouche (éds.), Corporate Social Responsibility: Performance and Stakeholders, Palgrave Macmillan.

Amit R. et Schoemaker P.J.H. (1993), « Strategic Assets and Organizational Rent », Strategic Management Journal, vol. 14, n° 1, p. 33-46.

Ando N. et Ding D.Z. (2012), « Managerial Ties with Local Firms and Governments: An Analysis of Japanese Firms in China », International Journal of Business and Emerging Markets, vol. 4, n° 3, p. 181-199.

Arauzo-Carod J.-M., Liviano-Solis D. et Manjón-Antolín M. (2009), « Empirical Studies in Industrial Location: An Assessment of their Methods and Results », Journal of Regional Science, vol. 50, n° 3, p. 685-711.

Bahlmann M.D. (2014), « Geographic Network Diversity: How Does it Affect Exploratory Innovation? », Industry and Innovation, vol. 21, n° 7-8, p. 633-654.

Barnett M.L. et Salomon R.M. (2012), « Does it Pay to Be Really Good ? Addressing the Shape of the Relationship between Social and Financial Performance », Strategic Management Journal, vol. 33, n° 11, p. 1304-1320.

Barney J.B. (1986), « Strategic Factor Markets: Expectations, Luck, and Business Strategy », Management Science, vol. 32, n° 10, p. 1231-1241.

Beaudry C. (2001), « Entry, Growth and Patenting in Industrial Clusters: A study of the Aerospace Industry in the UK », International Journal of the Economics of Business, vol. 8, n° 3, p. 405-436.

Beaurain C. et Brullot S. (2011), « L’écologie industrielle comme processus de développement territorial: une lecture par la proximité », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 2, p. 313-340.

Becattini G. (2004), Industrial Districts a New Approach to Industrial Change, Edward Elgar.

Becchetti L., De Panizza A. et Oropallo F. (2007), « Role of Industrial District Externalities in Export and Value-added Performance: Evidence from the Population of Italian Firms », Regional Studies, vol. 41, n° 5, p. 601-621.

Billaud J. (1998), L’homme et la culture, Chroniques sociales.

Bouba-Olga O. et Zimmermann J-B. (2004), « Modèles et mesures de la proximité », in B. Pecqueur et J-B Zimmermann (éds.), Economie de proximités, Lavoisier.

Bowen H.R. (1953), Social Responsibilities of the Businessman, Harper & Brothers.

Cainelli G. (2008), « Spatial Agglomeration, Technological Innovations, and Firm Productivity: Evidence from Italian Industrial Districts », Growth and Change, vol. 39, n° 3, p. 414-435.

Callois J-M. (2008), « The Two Sides of Proximity in Industrial Clusters: The Trade-Off between Process and Product Innovation », Journal of Urban Economics, vol. 63, n° 1, p. 146-162.

Carroll A.B. (1979), « A Three-Dimensional Conceptual Model of Corporate Performance », The Academy of Management Review, vol. 4, n° 4, p. 497-505.

Cellier A., Chollet P. et Gajewski J.-F. (2011), « Les annonces de notation financière véhiculent-elles une information au marché », Finance contrôle stratégie, vol. 14, n°3, p. 5-38.

Cellier A., Chollet P. et Gajewski J-F. (2015), « Do Investors Trade Around Social Rating Announcements? », European Financial Management (forthcoming).

Charreaux G. (2002), « L’actionnaire comme apporteur de ressources cognitives », Revue française de Gestion, vol. 5, n° 141, p. 77-107.

Clarkson M.B.E. (1995), « A Stakeholder Framework for Analyzing and Evaluating Corporate Social Performance », The Academy of Management Review, vol. 20, n° 1, p. 92-117.

Colletis G. (2009), « Local Development, Proximities & Productive Encounters: The Case of Development Dynamics in the Region of Toulouse », Canadian Journal of Regional Science, vol. 32, n° 2, p. 11-13.

Colletis G. et Rychen F. (2004), « Entreprises et territoires : proximités et développement local », in B. Pecqueur et J-B Zimmermann (éds.), Economie de proximité, Hermès.

Cooke P. (2001), « From Technopoles to Regional Innovation Systems: The Evolution of Localised Technology Development Policy », Canadian Journal of Regional Science, vol. 24, n° 1, p. 21-40.

Courlet C. (2002), « Les Systèmes Productifs Localisés. Un bilan de la littérature », Etudes & Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement, vol. 33, n° 1, p. 27-40.

Dahlsrud A. (2008), « How Corporate Social Responsibility is Defined: An Analysis of 37 Definitions », Corporate Social Responsibility and Environmental Management, vol. 15, n° 1, p. 1-13.

Demsetz H. (1988), « The Theory of the Firm Revisited », Journal of Law, Economics, and Organization, vol. 4, n° 1, p. 141-161.

Diez-Vial I. (2011), « Geographical Cluster and Performance: The Case of Iberian ham », Food Policy, vol. 36, n° 4, p. 517-525.

Dosi G. (1988), « Sources, Procedures, and Microeconomic Effects of Innovation », Journal of Economic Literature, vol. 26, n° 3, p. 1120-1171.

Dosi, G., Nelson, R.R. et Winter, S.G. (éds.) (2000), The Nature and Dynamics of Organizational Capabilities, Oxford University Press.

Eisingerich A.B., Bell S.J. et Tracey P. (2010), « How Can Clusters Sustain Performance? The Role of Network Strength, Network Openness, and Environmental Uncertainty », Research Policy, vol. 39, n° 2, p. 239-253.

Eraydin A. et Fingleton B. (2006), « Network Relations and Local Economic Development: Some Causes of Differentiated Network Structures and Intensities Among Turkish Industrial Firms », Environment and Planning A, vol. 38, n° 6, p. 1171-1186.

Freeman R.E. et Mc Vea J. (2001), « A Stakeholder Approach to Strategic Management », working paper, n°01-02, University of Virginia.

Gilly, J.-P. et Torre, A. (éds.) (2000), Dynamiques de proximité, L’harmattan.

Glinglinger E. (2002), « L’actionnaire comme contrôleur », Revue Française de Gestion, vol. 5, n° 141, p. 37-55.

Granovetter M. (1985), « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, n° 3, p. 481-510.

Grossetti M. (2004), « Concentration d’entreprises et innovation : esquisse d'une typologie des systèmes productifs locaux », Géographie Economie Société, vol. 6, n° 2, p. 163-177.

Hervas-Oliver J.-L., Gonzalez G., Caja P. et Sempere-Ripoll F. (2015), « Clusters and Industrial Districts: Where is the Literature Going? Identifying Emerging Sub-Fields of Research », European Planning Studies, vol. 23, n° 9, p. 1-46.

Hsiao C. (2003), Analysis of Panel Data, Cambridge University Press.

Huggins R. et Johnston A. (2010), « Knowledge Flow Across and Inter-Firm Networks: The Influence of Network Resources, Spatial Proximity and Firm Size », Entrepreneurship and Regional Development, vol. 22, n° 5, p. 457-484.

Hurlin C. (2009), « L’Econométrie des Données de Panel: Modèles Linéaires Simples », Seminar of methodology Ecole Doctorale Edocif.

Igalens J. et Gond J-P. (2005), « Measuring Corporate Social Performance in France: A Critical and Empirical Analysis of ARESE Data », Journal of Business Ethics, vol. 56, n° 2, p. 131-148.

Ismail K.M., Ford D.L., Wu Q. et Peng M.W. (2013), « Managerial Ties, Strategic Initiatives, and Firm Performance in Central Asia and the Caucasus », Asia Pacific Journal of Management, vol. 30, n° 2, p. 433-446.

Lawrence P. et Lorsch J. (1969), Organizational Development: Diagnosis and Action, Addison-Wesley.

Liao T.J. et Yu C.M.J. (2013), « The Impact of Local Linkages, International Linkages, and Absorptive Capacity on Innovation for Foreign Firms Operating in an Emerging Economy », Journal of Technology Transfer, vol. 38, n° 6, p. 809-827.

Lorenzen M. (2001), « Ties, Trust, and Trade. Elements of a Theory of Coordination in Industrial Clusters », International Studies of Management & Organizations, vol. 31, n° 4, p. 14-34.

Luo Y., Huang Y. et Wang S.L. (2012), « Guanxi and Organizational Performance: A Meta-Analysis », Management and Organization Review, vol. 8, n° 1, p. 139-172.

Maillat, D., Quévit, M. et Senn, L. (éds.) (1993), Réseaux d’innovation et milieux innovateurs : un pari pour le développement régional, GREMI/EDES, Université de Neuchâtel.

Margolis J.D., Elfenbein H.A. et Walsh J.P. (2009), « Does it Pay to Be Good ... and Does it Matter? A Meta-Analysis of the Relationship between Corporate Social and Financial Performance », working paper, Harvard university, Washington university and Michigan university.

Marshall A. (1919), Industry and Trade, Macmillan and co.

Martinet A-C. (2002), « L’actionnaire comme porteur d'une vision stratégique », Revue Française de Gestion, vol. 5, n° 141, p. 57-76.

McCann B.T. et Folta T.B. (2011), « Performance Differentials within Geographic Clusters », Journal of Business Venturing, vol. 26, n° 1, p. 104-123.

Moir L. (2001), « What Do we Mean by Corporate Social Responsibility ? », Corporate Governance, vol. 1, n° 2, p. 16-22.

Morgan G. (1999), Images of Organization, De Boeck université.

North D.C. (1991), « Institutions », Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n° 1, p. 97-112.

Orlitzky M., Schmidt F.L. et Rynes S.L. (2003), « Corporate Social and Financial Performance: A Meta-analysis », Organization Studies, vol. 24, n° 3, p. 403-441.

Ozer M. et Zhang W. (2013), « The Effects of Geographic and Network Ties on Exploitative and Exploratory Product Innovation », Strategic Management Journal, vol. 36, n° 7, p. 1105-1114.

Pecqueur, B. et Zimmermann, J-B. (éds.) (2004), Economie de proximités, Lavoisier.

Penrose E. (1959), The Theory of the Growth of the Firm, Oxford University Press.

Pérez R. (2002), « L’actionnaire socialement responsable », Revue Française de Gestion, vol. 5, n° 141, p. 131-151.

Perroux F. (1950), « Economic Space: Theory and Applications », The Quarterly Journal of Economics, vol. 64, n° 1, p. 89-104.

Porter M.E. (2000), « Location, Competition, and Economic Development: Local Clusters in a Global Economy », Economic Development Quaterly, vol. 14, n° 1, p. 15-34.

Presutti M., Boari C. et Majocchi A. (2013), « Inter-organizational Geographical Proximity and Local Start-ups’ Knowledge Acquisition: A Contingency Approach », Entrepreneurship & Regional Development, vol. 25, n° 5-6, p. 446-467.

Quéré M. et Longhi C. (1993), « Systèmes de production et d’innovation, et dynamique des territoires », Revue économique, vol. 44, n° 4, p. 713-724.

Rigby D.L. et Brown W.M. (2015), « Who Benefits from Agglomeration? », Regional Studies, vol. 49, n° 1, p. 28-43.

Savage G.T., Bunn M.D., Gray B., Xiao Q., Wang S., Wilson E.J. et Williams E.S. (2011), « Stakeholder Collaboration: Implications for Stakeholder Theory and Practice », Journal of Business Ethics, vol. 96, n° 1, p. 21-26.

Scholtens B. (2008), « A Note on the Interaction between Corporate Social Responsibility and Financial Performance », Ecological Economics, vol. 68, n° 1-2, p. 46-55.

Teece D., Pisano G. et Shuen A. (2000), « Dynamic Capabalities and Strategies Management », in G. Dosi, R.R. Nelson et S.G. Winter (éds.), The Nature and Dynamics of Organizational Capabilities, Oxford University Press.

Torrès O. (2002), « Face à la mondialisation, les PME doivent mettre du territoire et de la proximité dans leurs stratégies de glocalisation », working paper, conference AIMS 2002, juin.

Uzzi B. (1997), « Social Structure and Competition in Interfirm Networks: The Paradox of Embeddedness », Administrative Science Quarterly, vol. 42, n° 1, p. 35-67.

Von-Arx U. et Ziegler A. (2014), « The Effect of Corporate Social Responsibility on Stock Performance: New Evidence for the USA and Europe », Quantitative Finance, vol. 14, n° 6, p. 977-991.

Wartick S.L. et Cochran P.L. (1985), « The Evolution of the Corporate Social Performance Model », The Academy of Management Review, vol. 10, n° 4, p. 758-769.

Wellman B. (1979), « The Community Question: The Intimate Networks of East Yorkers », The American Journal of Sociology, vol. 84, n° 5, p. 1201-1231.

Welter F. (2012), « All you Need is Trust? A Critical Review of the Trust and Entrepreneurship Literature », International Small Business Journal, vol. 30, n° 3, p. 193-212.

Wernerfelt B. (1984), « A Resource-based View of the Firm », Strategic Management Journal, vol. 5, n° 2, p. 171180.

White H. (1980), « A Heteroskedasticity-Consistent Covariance Matrix Estimator and Direct Test for Heteroskedasticity », Econometrica, vol. 48, n° 4, p. 817-838.

Wood D.J. (1991), « Corporate Social Performance Revisited », The Academy of Management Review, vol. 16, n° 4, p. 691-718.

Zhang S. et Li X. (2008), « Managerial Ties, Firm Resources, and Performance of Cluster Firms », Asia Pacific Journal of Management, vol. 25, n° 4, p. 615-633.

Zimmermann J.-B. (2001), « The firm / Territory Relationships in the Globalisation: Towards a New Rationale », European Journal of Economic and Social Systems, vol. 15, n° 1, p. 5775.

Haut de page

Annexe

Appendice

Tableau 9 - Pays des entreprises

Pays

obs

Fréquence

Autriche

11

1.608

Belgique

21

3.070

Danemark

10

1.462

Finlande

43

6.286

France

136

19.883

Allemagne

102

14.912

Irlande

8

1.169

Italie

29

4.239

Norvège

13

1.900

Portugal

9

1.315

Espagne

56

8.187

Suède

54

7.894

Suisse

35

5.117

Pays-Bas

28

4.093

Royaume-Uni

129

18.859

Haut de page

Notes

1 Becchetti et al. (2007) ; Cainelli (2008) ; Diez-Vial (2011) ; McCann et Folta (2011).

2 Eisingerich et al. (2010) ; Luo et al. (2012) ; Rigby et Brown (2015) ; Zhang et Li (2008).

3 Bahlmann (2014) ; Huggins et Johnston (2010) ; Presutti et al. (2013).

4 Enfin, les recherches en Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) gagneraient en compréhension en spatialisant ce concept pour expliquer les résultats instables obtenus liés à son effet sur les performances comptables et boursières des entreprises ( ; Cellier et al. 2015). Ce type de recherche nécessite d’isoler chaque composante de la RSE.

5 Bowen (1953) ; Carroll (1979) ; Clarkson (1995) ; Wartick et Cochran (1985) ; Wood (1991).

6  ; Cellier et al. (2011).

7 ; Scholtens (2008).

8 Définies par North (1991, p. 97) comme suit « Institutions are the humanly devised constraints that structure political, economic and social interaction. ».

9 « Ascription is a process of expecting particular things about agents about whom we know nothing other than they belong to a particular social group, for example, a nationality or profession – as when we trust a doctor, even if we do not know him personally » (Lorenzen, 2001, p. 22).

10 Les entreprises proviennent de 15 pays Européens. Voir en Appendice le tableau 9 de la répartition des entreprises par pays.

11 Source CERAG UMR 5820 CNRS.

12 En additionnant les carrés des résidus de l’ensemble des régressions entreprise par entreprise (SCRpp) il est possible de comparer la différence entre SCRpp et la somme des carrés des résidus de la régression menée sur l’ensemble des individus (SCRpooled) divisée par SCRpooled. Cette comparaison constitue le premier test de Fisher. Un deuxième test de Fisher compare la différence entre la somme des carrés des résidus de la régression avec effet fixe individuel (SCRwithin) et SCRpp divisée par SCRpp. Enfin, un troisième test de Fisher compare la différence entre SCRpooled et SCRwithin divisée par SCRwithin. Pour chaque test les degrés de liberté respectifs sont considérés.

13 Dans le cas présent l’attrition est de 65,52 % (1 – (684 observations / 8 périodes x 248 individus)).

14 ; Scholtens (2008).

15  ; Barnett et Salomon (2012).

16 Droits de l’Homme, relations et conditions de travail, environnement, loyauté des pratiques, questions relatives aux consommateurs et communautés et développement local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Duchâtel, « Effet de la sensibilité de l’Entreprise au Tissu Économique Local sur sa performance : une étude sur données européennes », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 19-2 | 2016, mis en ligne le 12 juillet 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://fcs.revues.org/1807 ; DOI : 10.4000/fcs.1807

Haut de page

Auteur

Etienne Duchâtel

Université Savoie Mont-Blanc IREGE

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page