Navigation – Plan du site

Sociétaire d’une banque coopérative : décision financière ou décision éthique ?

Damien Egarius et Patrick Roger

Résumé

La définition des banques coopératives donnée par l’International Cooperative Banking Association (ICBA) stipule que les sociétaires des banques coopératives, qui achètent et détiennent des parts sociales, croient dans les valeurs éthiques d'honnêteté, de transparence, de responsabilité sociale et d'altruisme. En utilisant une base de données de 246120 clients/sociétaires d’une grande banque coopérative française, nous montrons que le volume d’échange de parts sociales est loin d'être négligeable. L'analyse des portefeuilles des clients/sociétaires sur une période de 13 mois montre que ceux-ci utilisent les parts sociales comme des véhicules d'investissement standard. Ces résultats montrent que les raisons invoquées par l' ICBA pour devenir sociétaire d'une banque coopérative sont marginales dans le processus de décision.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions l’éditeur associé (Jean-François Gajewski) et deux arbitres anonymes dont les remarques et suggestions ont contribué à l’amélioration de versions précédentes de l’article. Patrick Roger remercie la Chaire de Finance Comportementale de EM Strasbourg Business School pour son soutien financier.

1. Introduction

1Le renforcement des exigences en fonds propres et des ratios de solvabilité dans le secteur bancaire (Bâle II et III) est une conséquence notable de la crise financière de 2008. Comprendre comment les banques coopératives gèrent ces exigences prudentielles accrues est important car ces établissements peuvent être amenés à prendre des décisions qui vont à l’encontre de certains de leurs objectifs non financiers inhérents au statut coopératif.

2Le capital des banques coopératives se compose en effet de deux éléments 1) les parts sociales détenues par les clients sociétaires, et 2) les réserves accumulées au fil des exercices passés. La plupart de ces banques ne sont pas cotées en bourse et elles ne peuvent aisément faire appel au marché pour leur financement. De ce fait, l'apport des clients-sociétaires est une source de financement essentielle. Le fait que les clients soient de potentiels apporteurs de capitaux propres peut constituer, pour ces banques, une forte incitation à la vente de parts sociales aux clients. Cette démarche peut aller à l'encontre d'un des principes fondamentaux à l'origine des banques coopératives, à savoir que le sociétariat est « ouvert et basé sur le volontariat », comme le stipule l'International Cooperative Alliance Statement.

3La première question à laquelle nous cherchons à répondre dans cet article est donc de savoir s'il existe bien une contradiction entre les principes philosophiques des banques coopératives et les exigences de la réglementation prudentielle.

4La seconde question concerne la pertinence des affirmations de l'EACB (European Association of Cooperative Banks) et de l'ICBA (International Cooperative Banking Association). L'ICBA insiste notamment sur le fait que les banques coopératives ont des objectifs non financiers, notamment sociétaux. Les sociétaires, qui achètent et détiennent des parts sociales croient, selon l'ICBA, aux valeurs éthiques d'honnêteté, d'ouverture, de responsabilité sociale et d'altruisme.

  • 1 Voir « Promoting a European framework for Corporate Social Responsability », Doc 01/9, Commission o (...)

5Ces motivations relèvent de la responsabilité sociale/sociétale des entreprises (RSE) par l’intermédiaire des valeurs défendues par les propriétaires-sociétaires de la banque. Par exemple, la Commission européenne définit la RSE comme un concept qui englobe les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans les activités des entreprises et dans les interactions qu’elles peuvent avoir avec leurs parties prenantes.1

6L'EACB met par ailleurs en avant le fait que les clients deviennent sociétaires pour des motifs non financiers (EACB 2007). Il est utile de rappeler à ce propos que les banques coopératives sont contrôlées par leurs sociétaires et que la règle "un sociétaire, une voix" s'applique. Les sociétaires élisent leurs représentants (tout sociétaire est éligible) et ces représentants ont leur mot à dire dans les décisions prises par la banque (Fonteyne 2007, Cuevas et Fischer 2006).

7Selon Ayadi et al. (2010), ce type de gouvernance est rendu possible par la densité des réseaux de sociétaires qui se sont développés sur de longues périodes, souvent plusieurs décennies et parfois même des siècles. Par conséquent, les banques coopératives ont de fortes implantations locales et disposent en général d'un maillage fin dans la région (ou le pays) dans laquelle (lequel) elles sont implantées.

8Dans cet article, nous nous intéressons aux raisons pour lesquelles des clients achètent et vendent des parts sociales. Il est important de garder à l'esprit que le prix des parts est constant dans le temps et que celles-ci délivrent une rentabilité très stable. Ces parts s'apparentent plus, du point de vue financier, à des obligations peu risquées, qu'à des actions. L'autre caractéristique fondamentale déjà mentionnée est que les droits de vote sont indépendants du nombre de parts détenues.

9Par conséquent, les transactions de parts sociales ne peuvent être motivées par la volonté de réaliser des gains en capital.

10On peut en fait synthétiser l’interrogation à laquelle nous répondons dans cet article de la manière suivante : les clients des banques coopératives utilisent-ils les parts sociales pour les raisons développées par l'ICBA ?

  • 2 Pour des raisons évidentes, toutes ces données sont rendues anonymes.

11Pour répondre à cette question, nous utilisons un large échantillon de clients d'une des plus grandes banques coopératives françaises. L'échantillon compte initialement 640 000 clients pour lesquels nous possédons l'intégralité des informations financières, en base mensuelle, sur une période de 13 mois allant d'Août 2011 à Août 20122. Le portefeuille agrégé de ces clients (comptes d’épargne, assurance-vies, comptes courants, actions, obligations, etc.) a une valeur proche de 7,8 milliards d'euros et environ 20 % de ces clients sont sociétaires, c'est-à-dire qu'ils détiennent au moins une part sociale. Au cours de notre période d'étude, il y a eu 48 442 achats et 5 065 ventes de parts.

12Nos principaux résultats sont les suivants. Tout d'abord nous montrons qu'une très grande partie des transactions de parts sociales est motivée par des considérations financières. En particulier, nous observons un lien très fort entre le nombre de parts sociales détenues et la richesse, lien qui n'a pas de raison de se manifester si la détention de parts a des motivations non financières, en particulier dans le cadre de la règle "un sociétaire, une voix". De plus, la relation positive observée entre parts détenues et richesse reste aussi valide entre transactions de parts sociales et richesse. Le volume de transactions réalisé pendant un mois donné par un sociétaire est fortement corrélé à la valeur du portefeuille global de ce sociétaire à la fin du mois précédent. Nous constatons de ce fait que le comportement des clients est conforme à la théorie financière, à savoir que les clients vont utiliser les parts sociales comme des instruments de diversification des risques. Pour renforcer ce résultat, nous montrons que pour 25 % des clients, l'achat de parts sociales est combiné avec l'achat d'autres titres ou produits financiers vendus par la banque. Enfin, nous constatons que sur la période d'étude de 13 mois, le nombre global de parts sociales a augmenté de 10,24 % alors que sur la période de 2007 à 2010 couvrant la crise financière, ce nombre a augmenté de 135 %, passant de 4 millions en 2007 à 9,4 millions en 2010.

13A l'appui des résultats précédents qui vont dans le sens d’une motivation financière plutôt que sociétale des transactions, il est bon de noter que les taux de participation aux assemblées générales annuelles de sociétaires sont très faibles. L'estimation de ce taux par l’EACB se situe entre 5 % et 8 %. Pour des coopératives de consommateurs, Spear (2004) constate des taux de participation se situant entre 1 % et 5 %. De même, McKillop et al. (2002) donnent des taux de 2 % pour les établissements coopératifs de crédit en Irlande. En France, Caire et Nivoix (2012) situent les taux de participation aux assemblées générales des banques coopératives entre 1 % et 7 %, avec une moyenne de 3,68 %.Ces taux vont à l'encontre du postulat selon lequel les clients deviennent sociétaires pour participer au système démocratique de gestion des banques coopératives.

14En particulier, il est difficile de comprendre qu'un client qui achète 5 parts sociales (100 €) parce qu'il se sent impliqué dans le "projet coopératif" ne participe jamais aux assemblées générales. Mais en même temps, un investissement aussi faible est difficilement justifiable par des arguments purement financiers. On ne peut donc exclure la possibilité que ces achats résultent des incitations qu'ont les conseillers financiers de la banque à vendre des parts sociales de façon à renforcer les capitaux propres de la banque, conformément à ce qui est requis par l’évolution de la règlementation prudentielle.

15En résumé, cet article cherche à savoir si les liens entre les banques coopératives et leurs sociétaires sont toujours dans l'esprit de F.G. Raifeisen qui créa les banques coopératives pour favoriser l'accès au crédit et aux moyens de paiement des populations rurales et/ou défavorisées. L'hypothèse alternative (qui semble la plus probable dans notre étude) est que les banques coopératives ne sont pas différentes des autres banques et développent des relations exclusivement commerciales avec une très grande majorité de leurs clients.

16L'article est structuré de la manière suivante. La section 2 rappelle précisément ce que sont les banques coopératives et les parts sociales, et développe nos hypothèses de recherche. Dans la section 3 nous présentons la base de données ainsi qu'un ensemble de statistiques descriptives, en particulier sur les transactions de parts sociales. La section 4 développe la méthodologie et présente les résultats empiriques. La conclusion et les perspectives de recherche se situent dans la section 5.

2. Banques coopératives et parts sociales

2.1 Qu'est-ce qu'une banque coopérative ?

17Stricto sensu, une banque coopérative est une banque détenue par ses sociétaires. Les sociétaires sont des clients qui détiennent au moins une part sociale. Cependant, l'ICBA propose une définition un peu plus développée:

18Cooperative banks are autonomous associations of persons united voluntarily to meet their common economic, social and cultural needs and aspirations through a jointly owned and democratically controlled enterprise. Cooperatives are based on the values of self-help, self-responsibility, democracy, equality, equity and solidarity. In the tradition of their founders, cooperative members believe in the ethical values of honesty, openness, social responsibility and caring for others”.

19Cette définition présente trois éléments essentiels :

  1. Le sociétaire est volontaire. Chaque client peut choisir librement de devenir sociétaire ou de rester simple client.

  2. Les sociétaires constituent une communauté, et à ce titre poursuivent des objectifs éthiques et sociétaux communs.

  3. Une banque coopérative est gérée dans le cadre d'un processus démocratique. Les sociétaires élisent des représentants qui siègent dans les organes décisionnels. Tout sociétaire est éligible.

20Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, les représentants élus ont une certaine influence dans les organes de décision (Fonteyne, 2007 ; Cuevas and Fischer, 2006 ; Caire and Nivoix, 2012) et ce type de gouvernance s’appuie sur la densité des réseaux de sociétaires développés sur de longues périodes dans leurs implantations locales (Ayadi et al., 2010)

2.2 Qu'est-ce qu'une part sociale

21En France les parts sociales des banques coopératives ont été définies par une loi votée après la seconde guerre mondiale en 1947. Elles possèdent des spécificités très fortes par rapport aux actions ordinaires.

22Tout d'abord, elles ne sont pas anonymes. La banque connait chaque détenteur de parts à tout moment. Un client (sociétaire ou pas) qui veut acheter des parts prend contact avec son conseiller financier qui transmet l'ordre d'achat au conseil d'administration. Le conseil accepte ou rejette la demande ; cette même procédure s'applique aux ventes de parts. Lorsqu'un ordre (achat ou vente) est accepté, il est exécuté après l'assemblée générale annuelle. Ce processus très formalisé comporte cependant de nombreuses exceptions.

  • 3 Taux Moyen de rendement des Obligations de sociétés privées

23La seconde spécificité des parts sociales, quand on les compare aux actions, est le fait que le prix d'une part ne change pas dans le temps. Par conséquent, les transactions sur les parts ne peuvent être motivées par une perspective de gain en capital. De plus, la détention d'une part ne constitue pas un droit sur les profits de la banque. En effet, les parts sont rémunérées par un taux d'intérêt annuel qui doit être inférieur au TMO3. On peut donc dire que le revenu des parts sociales s'apparente autant à un coupon qu'à un dividende.

  • 4 La règle précise sur ce point varie d'une banque coopérative à une autre.

24Enfin, les parts sociales diffèrent aussi des actions en cas de faillite de la banque puisque le détenteur de parts n'est pas créancier résiduel de la banque. En revanche, il peut être amené à payer les dettes de la banque (au prorata du nombre de parts détenues) et reste responsable de celles-ci pendant plusieurs années.4

2.3 Les hypothèses de recherche

25L'EACB liste cinq raisons (en ordre décroissant d'importance) pour lesquelles un client devient sociétaire.

  1. La participation à un système démocratique ;

  2. La contribution au développement d'une communauté locale ;

  3. L'opportunité d'acquérir un actif financier attractif (les parts sociales sont présentées comme des actifs à très faible risque) ;

  4. La possibilité d'acquérir des produits financiers réservés aux sociétaires ;

  5. Autres.

26L'EACB insiste aussi sur le fait que les motifs non financiers sont dominants dans la décision des clients de devenir sociétaires. Cependant, Caire et Nivoix (2010) argumentent fort justement que le manque de données individuelles sur clients et sociétaires ne permet ni de confirmer ni d'infirmer cette affirmation de l'EACB.

27Notre article tente de combler cette lacune. Nous testons, sur données individuelles, l'hypothèse selon laquelle les clients des banques coopératives échangent les parts sociales comme ils échangent d'autres titres financiers. Ne pas rejeter cette hypothèse serait un signal fort que les clients deviennent sociétaires pour des raisons essentiellement financières. Ce résultat mettrait en évidence que les raisons évoquées plus haut ne sont pas forcément les bonnes, ou pour le moins que l'ordre d'importance n'est pas celui invoqué par l'EACB.

3. Données et statistiques descriptives

3.1 La base de données des clients

28Notre source essentielle est une base de données de 640 000 clients d'une banque coopérative française. Cette base comporte l'intégralité des données financières de tous les clients d'une région française (Alsace). Notre échantillon, bien que de taille considérable, n'est probablement pas représentatif de la clientèle des banques coopératives françaises, mais c'est ici un avantage dans le cadre de l'hypothèse que nous testons.

  • 5 http://www.bundesbank.de

29En effet, la première banque coopérative française a été créée en Alsace, une région qui a gardé des relations commerciales fortes avec l'Allemagne, pays qui compte plus de 1 100 banques coopératives5. L'esprit coopératif est donc probablement plus vivace en Alsace que dans la plupart des autres régions françaises. De ce fait, ne pas rejeter l’hypothèse selon laquelle les transactions de parts sociales ont des motivations essentiellement financières serait une indication très nette que les clients des banques coopératives ne sont pas différents des clients des banques commerciales.

30Dans la suite nous appelons "portefeuille client", l'ensemble des comptes et produits financiers détenus par un individu ou un ménage. Un portefeuille client peut donc inclure un ou plusieurs comptes d'épargne, des obligations, des actions, des fonds, des contrats d'assurance-vie, etc. La valeur du portefeuille client est définie comme la valeur agrégée des comptes et produits qui composent le portefeuille client.

  • 6 Âge de la majorité en France. Il est courant que les banques ouvrent un compte alimenté de quelques (...)
  • 7 Ce cas de figure survient lorsque la banque se voit retourner un courrier adressé au client à l'adr (...)

31La valeur moyenne du portefeuille client est de 12 086 € sur l'ensemble de l'échantillon, avec un écart-type de 41 218 €. La médiane est de 370 € seulement, beaucoup plus faible que la moyenne, ce qui est courant pour les distributions de richesse. Cette spécificité statistique traduit l'existence d'un faible pourcentage de clients dont le portefeuille a une valeur très élevée (1 % des portefeuilles de plus de 170 000 €) ainsi qu’un grand nombre de « portefeuilles dormants » dont la valeur est de quelques euros et qui restent inactifs sur toute la période d'étude. Ces portefeuilles dormants sont constitués d’anciens comptes d'épargne, vides ou presque, sans autres produits financiers. Dans les analyses qui suivent, ces clients ont été retirés de l'échantillon. Nous laissons aussi de côté les clients âgés de moins de 18 ans6 car il ne nous est pas possible de savoir qui prend les décisions pour ces clients. Enfin, nous excluons les clients dont les adresses sont inconnues de la banque. Il s'agit de clients qui ont déménagé sans informer la banque7. L'échantillon final compte 246120 clients pour une valeur agrégée de portefeuille de 6,9 milliards d'euros

32Le tableau 1 donne un récapitulatif mensuel des caractéristiques essentielles des portefeuilles. La partie A du tableau concerne l'échantillon des 246 120 clients alors que la partie B est restreinte à l'échantillon des sociétaires, c'est-à-dire aux clients qui détiennent au moins une part sociale. La première colonne indique le mois à la fin duquel les statistiques sont calculées, N est le nombre de clients (sociétaires) retenus pour les statistiques apparaissant dans les colonnes 3 à 6. La colonne 3 fournit la valeur moyenne des portefeuilles alors que les trois autres colonnes donnent les quartiles de la distribution des valeurs de portefeuille.

Tableau 1 : Valeurs des portefeuilles des clients

Partie A : Echantillon complet (sociétaires et non-sociétaires)

Ce tableau indique les valeurs en fin de mois des portefeuilles clients. Date indique le mois et l’année d’observation, N représente le nombre de clients à une date donnée. Moyenne est la valeur moyenne du portefeuille des clients. Q1, Me, Q3 sont respectivement le premier quartile, la médiane et le troisième quartile de la distribution des valeurs de portefeuilles des clients.

Date

N

Moyenne

Q1

Me

Q3

08/11

246 120

27 601,39

1 222,64

8 135,06

28 729,83

09/11

246 120

27 599,67

1 206,54

8 105,48

28 756,59

10/11

246 120

27 626,53

1 186,58

8 085,76

28 843,41

11/11

246 120

27 588,80

1 190,86

8 090,73

28 714,05

12/11

246 120

27 574,59

1 147,83

8 107,80

28 664,92

01/12

246 120

28 256,47

1 207,13

8 367,11

29 521,85

02/12

246 120

28 367,57

1 198,00

8 346,12

29 605,41

03/12

246 120

28 267,16

1 085,55

8 224,42

29 438,90

04/12

246 120

28 532,54

1 195,22

8 451,62

29 815,88

05/12

246 120

28 379,80

1 157,18

8 341,56

29 643,31

06/12

246 120

28 348,68

1 078,79

8 270,18

29 586,96

07/12

246 120

28 710,68

1 212,62

8 468,19

30 021,19

08/12

246 120

28 790,95

1 208,72

8 416,18

30 008,10

Partie B : Portefeuilles des sociétaires

Ce tableau donne les statistiques descriptives de la valeur (en euros) des portefeuilles des sociétaires. Les variables ont la même signification que dans la partie A du tableau

Date

N

Moyenne

Q1

Me

Q3

08/11

101 073

37 525,38

2 061,12

12 123,33

41 743,34

09/11

101 777

37 258,85

2 016,69

11 972,84

41 378,79

10/11

102 665

37 101,99

1 958,10

11 830,66

41 155,44

11/11

103 042

36 798,71

1 955,62

11 681,89

40 734,02

12/11

103 724

36 661,15

1 923,80

11 605,15

40 398,01

01/12

105 133

37 369,41

1 952,94

11 833,75

41 278,26

02/12

106 411

37 321,78

1 903,01

11 735,93

41 043,20

03/12

107 733

37 025,61

1 752,95

11 451,58

40 620,46

04/12

108 797

37 251,81

1 906,08

11 673,43

40 850,21

05/12

108 797

37 029,74

1 856,85

11 537,09

40 578,14

06/12

110 465

36 904,44

1 759,81

11 447,05

40 383,02

07/12

109 700

37 428,10

1 939,98

11 717,52

40 901,26

08/12

110 082

37 513,74

1 918,53

11 574,62

40 888,52

33Le portefeuille moyen de l'échantillon complet sur la période est de 28 126 €, avec un écart-type de 63 020 € et une médiane de 8 262 €. La partie B montre que 40 % des clients de l'échantillon sont sociétaires mais qu'ils comptent pour 57 % de la valeur agrégée du portefeuille des clients. De ce fait, le portefeuille moyen du sociétaire sur la période a une valeur de 37168 €, significativement supérieure à celle du portefeuille des non sociétaires. On remarque de plus une augmentation de 9 % du nombre de sociétaires sur la période d'étude, ce qui explique en partie les transactions de parts sociales pendant les 13 mois de ladite période.

34Le tableau 2 précise les caractéristiques sociodémographiques des sociétaires. 52,5 % sont des femmes, 47 % sont soit célibataires, soit divorcé(e)s, soit veuves ou veufs. La moitié des sociétaires sont propriétaires de leur résidence principale et environ 50 % des sociétaires sont âgés de plus de 50 ans.

Tableau 2 : Caractéristiques sociodémographiques des sociétaires

Ce tableau donne les caractéristiques sociodémographiques des 110 082 sociétaires à la fin de la période d’étude. N ( %) indique la fréquence (le pourcentage) pour chacune des caractéristiques.

Variable

N

Pourcentage (%)

GENRE

Homme

52 294

47.50

Femme

57 788

52.50

STATUT MARITAL

Célibataire

33 942

30.83

Divorcé

8 651

7.86

Veuf

9 091

8.26

En couple

58 398

53.05

RESIDENCE PRINCIPALE

Non Propriétaire

54 472

49.48

Propriétaire

55 610

50.52

AGE

]17, 30]

17 768

16.14

]30, 40]

17 364

15.77

]40, 50]

19 994

18.16

]50, 60]

18 381

16.70

]60, 70]

15 823

14.37

> 70

20 752

18.85

  • 8 Comme le mentionne Campbell (2006), ce défaut est commun à toutes les études de ce type.

35Nous sommes conscients que les clients peuvent détenir des comptes dans d'autres banques8. Cependant nous restons convaincus que le degré de détail des informations contenues dans notre base de données ainsi que la taille de l'échantillon permettent d'entreprendre l'analyse des raisons pour lesquelles des clients échangent des parts sociales.

3.2 Les différents types de transactions

36Rappelons que (1) les transactions de parts sociales se font toujours au prix de 20 €, (2) les clients bénéficient des mêmes services bancaires, qu'ils soient sociétaires ou non, (3) la règle de participation aux votes des assemblées générales est "un sociétaire, une voix", et (4) la rémunération des parts sociales se fait sous forme d'un taux d'intérêt (applicable à la valeur constante de la part) décidé chaque année en mai ; ce taux s'applique immédiatement pour un an et le paiement effectif au client est réalisé en juillet.

37Compte tenu du point (1) ci-dessus, nous considérons un nombre de parts échangées. Le point (3) implique que le pouvoir de décision d’un sociétaire ne dépend pas de son investissement. Concernant le point (4), il faut noter que l'intérêt à recevoir est proportionnel au nombre entier de mois de détention. Sur le plan fiscal, la rémunération des parts sociales est traitée comme les dividendes sur actions. En revanche, contrairement aux transactions sur actions, l'achat et la vente de parts sociales ne supportent pas de coûts de transaction.

38Notre échantillon compte 110082 sociétaires à la fin Août 2012. Les arguments rappelés plus haut montrent que l’absence de raison financière au sociétariat devrait conduire à la détention d’une seule part sociale. Cependant, le tableau 3 montre que 10,98 millions de parts sont détenues par les sociétaires, c'est-à-dire environ 100 parts par sociétaire en moyenne. La médiane de la quantité détenue est de 5 parts alors que le troisième quartile se situe à 50 parts.

Tableau 3 : Evolution du sociétariat sur la période Août 2011-Août 2012

Ce tableau présente l’évolution du nombre de parts détenues par les sociétaires sur la période d’étude. Date indique le mois considéré, N est le nombre de sociétaires à la date considérée. Somme et Moyenne indiquent respectivement la somme et la moyenne du nombre de parts détenues par les sociétaires. St-D, Q1, Me, Q3 et P99 sont l’écart-type, le premier quartile, la médiane, le troisième quartile et le 99-ème percentile de la distribution mensuelle du nombre de parts détenues.

Date

N

Somme

Moyenne

St-D

Q1

Me

Q3

P99

08/11

101 073

9 965 187

98,59

269,53

1

5

60

1232

09/11

101 777

9 989 110

98,15

268,72

1

5

57

1231

10/11

102 665

10 025 502

97,65

267,51

1

5

55

1226

11/11

103 042

10 037 162

97,41

268,35

1

5

52

1227

12/11

103 724

10 131 617

97,68

270,38

1

5

52

1239

01/12

105 133

10 267 977

97,67

273,42

1

5

51

1250

02/12

106 411

10 380 703

97,55

274,60

1

5

51

1250

03/12

107 733

10 487 978

97,35

274,70

1

5

51

1250

04/12

108 797

10 842 627

99,66

282,73

1

5

51

1260

05/12

108 797

10 844 669

99,68

282,76

1

5

51

1260

06/12

110 465

11 136 144

100,81

285,93

1

5

52

1274

07/12

109 700

10 892 439

99,29

283,17

1

5

50

1267

08/12

110 082

10 985 618

99,79

284,69

1

5

51

1278

39La figure 1 illustre l'évolution du nombre de parts sociales détenues au niveau agrégé par l'ensemble des sociétaires de notre échantillon sur la période d’étude. Outre la croissance de ce nombre au fil des mois, on peut remarquer une absence de variation pour les mois d'avril et mai. La raison en est simple. Les transactions sont gelées (sauf circonstances exceptionnelles) pendant cette période qui précède l'assemblée générale. Pour illustrer l'évolution à plus long terme du nombre de parts sociales, nous pouvons mentionner qu'il y avait 4 millions de parts en 2007, puis 4,6 millions en 2008, pour atteindre 9,4 millions à la fin de 2010. Ces chiffres montrent que l'essentiel de la hausse apparaît à la suite de la crise financière de 2008. Cette observation constitue un signal fort de la démarche adoptée par l'établissement bancaire pour répondre à la montée des exigences en capital.

Figure 1 : Evolution du nombre de parts sociales sur la période Août 2011-Août 2012

Ce graphique montre l’évolution du nombre agrégé de parts sociales détenues par les membres sur la période 08/2011-08/2012. Le nombre de parts (en millions) représente le nombre de parts détenues par les membres.

Image 1000000000000294000001BCAA99E18F.jpg

40Pour tenter de comprendre un peu mieux les transactions de parts des sociétaires, la figure 2 illustre les différents types de transactions. Les achats de parts peuvent être réalisés par des clients ou par des non clients, qui deviennent alors sociétaires du fait de cet achat. Parmi les achats réalisés par des clients, une partie est réalisée par des clients qui possèdent déjà des parts et le reste par des clients qui deviennent sociétaires du fait de cet achat.

41Du côté des ventes, il va de soi que seuls les sociétaires peuvent vendre des parts. Cependant, en cas de vente partielle, ils restent sociétaires alors qu'ils perdent ce statut s'ils vendent toutes leurs parts. Pour cette dernière catégorie, il faut distinguer ceux qui vendent toutes leurs parts en restant clients de ceux qui quittent la banque et ne sont donc plus clients ou sociétaires. Les transactions réalisées par ces différentes catégories peuvent avoir des motivations variées. De ce fait, elles seront traitées séparément dans l'analyse économétrique de la section suivante.

3.3 La dynamique des échanges de parts sociales.

42Dans cette sous-section nous séparons les transactions selon la typologie décrite dans la sous-section 3.2. Le nombre agrégé de parts sociales détenues à la fin du mois t, noté St varie comme suit :

Image 100000000000015F00000021F94BB318.jpg

43BEMt (SEMt) désigne la quantité achetée (vendue) par les sociétaires pendant le mois t. NMt (LMt) représente le volume acheté (vendu) par les nouveaux sociétaires (les sociétaires qui abandonnent ce statut en vendant toutes leurs parts). L'écriture de l'équation implique que les quatre variables dans le membre de droite sont des nombres positifs ou nuls.

Figure 2 : Catégories de clients

44Ce graphique indique les possibilités de mouvement des sociétaires entre deux dates et t et t + 1. Les Clients sur la gauche du tableau sont des clients actuels de la banque qui peuvent devenir Sociétaires ou Non-Sociétaires. Les Non Clients sur la droite du tableau sont en dehors du réseau bancaire mais peuvent devenir des clients et/ou des sociétaires. L’ensemble des sociétaires contient trois sous-catégories : les Sociétaires Existants, les Sociétaires Sortants et les Nouveaux Sociétaires. La première sous-catégorie est le sous-ensemble de clients qui sont déjà sociétaires au moment de l’achat de parts sociales ou restent sociétaires à la suite d’une vente de parts sociales. La seconde sous-catégorie se compose de sociétaires qui vendent l’ensemble de leur portefeuille de parts sociales. Ces individus peuvent décider de rester clients de la banque ou de la quitter. La troisième catégorie est composée des Nouveaux Sociétaires qui achètent des parts sociales alors qu’ils n’étaient pas sociétaires.

Image 10000000000001D90000016217F9A305.jpg

45Le tableau 4 résume les transactions en base mensuelle dans les différentes catégories. La partie A donne les valeurs de LMt et NMt ; celles de BEMt et SEMt apparaissent dans la partie B. On constate pour la partie B du tableau que, bien que le nombre de sociétaires augmente dans le temps, la médiane des ventes est supérieure à la médiane des achats. Sur un an, achats et ventes se compensent presque parfaitement. Le nombre de parts vendues dépasse seulement de quelques centaines le nombre de parts achetées. Cette observation implique que l'évolution agrégée du nombre de parts s'explique par les transactions des sociétaires existants (partie B).

46Compte tenu de la définition d'un sociétaire et de la règle relative aux droits de vote, certaines transactions de sociétaires existants peuvent paraître surprenantes. Par exemple, une vente de 3900 parts apparaît en une transaction unique en octobre 2011 (colonne "Max", partie B du tableau 4). Cette transaction signifie en particulier que le vendeur abandonne les intérêts accumulés depuis la fin du mois de Mai, ce qui représente donc 4 mois pleins d'intérêts. Plus généralement, vendre des parts avant le paiement des intérêts est coûteux, et ne peut être justifié par des gains en capital puisque le prix unitaire d'une part est fixe. Par conséquent, une telle vente semble irrationnelle en l'absence de choc de liquidité. On peut cependant évoquer ici l'argument du coût d'opportunité qui permettrait de rationaliser l'opération. L'abandon d'intérêts peut se justifier si une opportunité d'investissement plus alléchante apparaît, en particulier si cette opportunité est proposée par la banque elle-même.

Tableau 4 : Evolution des transactions des différentes catégories de sociétaires

Partie A : Sociétaires quittant la banque et nouveaux sociétaires

Ce tableau indique le nombre de parts sociales achetées et vendues par les nouveaux sociétaires et les sociétaires quittant la banque. Date indique le mois considéré, N est le nombre de membres de la catégorie (partants ou nouveaux) à la date considérée. Somme, Moyenne et Me indiquent respectivement la somme, la moyenne et la médiane du nombre de parts achetées ou vendues. St-D, Q1, Me, Q3 et P99 sont l’écart-type, le premier quartile, la médiane, le troisième quartile et le 99-ème percentile. St-D et Max désignent l’écart-type et le maximum du nombre de transactions réalisées dans chaque catégorie. En Mai il y a très peu de transactions car il n’est théoriquement pas possible de réaliser des transactions si on n’est pas déjà sociétaire.

Date

Sociétaires partants (LMt)

Nouveaux sociétaires(NMt)

N

Somme

Moyenne

Me

St-D

Max

N

Somme

Moyenne

Me

St-D

Max

09/11

73

9984

136,77

5

389,37

3000

777

12125

15,6

1

81,9

1500

10/11

82

9803

119,55

6

223,56

1000

970

19652

20,26

1

96,86

1150

11/11

358

32951

92,04

100

107,71

1580

735

12772

17,38

1

71,19

1000

12/11

56

2873

51,3

2

137,78

755

738

32538

44,09

1

200,82

3000

01/12

67

3131

46,73

1

122,93

650

1476

55035

37,29

1

189,89

5000

02/12

43

1994

46,37

2

154,07

887

1321

36736

27,81

1

121,94

1500

03/12

35

3275

93,57

5

282,64

1376

1357

39338

28,99

1

120,48

2000

04/12

42

1025

24,4

1

75,42

421

1106

102307

92,5

5

313,83

5000

05/12

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

06/12

70

4985

71,21

1

165,34

1001

1738

118004

67,9

2

277,55

4250

07/12

1451

223873

154,29

11

324,07

3747

686

44687

65,14

2

253,38

3500

08/12

117

19676

168,17

5

481,84

2500

499

34005

68,15

2

260,96

2725

Partie B : Transactions des Sociétaires

Ce tableau indique le nombre de parts sociales achetées et vendues par les sociétaires actuels. Date indique le mois considéré, N est le nombre de membres de la catégorie (partants ou nouveaux) à la date considérée. Somme et Moyenne indiquent respectivement la somme et la moyenne du nombre de parts achetées ou vendues. St-D, Q1, Me, Q3 et P99 sont l’écart-type, le premier quartile, la médiane, le troisième quartile et le 99-ème percentile. Max désigne le volume maximum d’une transaction réalisée dans chaque catégorie.

Sociétaires actuels

Date

VENTE

ACHAT

N

Somme

Moyenne

Me

St-D

Max

N

Somme

Moyenne

Me

St-D

Max

09/11

54

17603

325,98

67,5

707,75

4250

2328

39385

16,92

3

118,45

5000

10/11

39

14945

383,21

170

675,54

3900

1745

41488

23,78

2

107,24

1950

11/11

123

16882

137,25

100

260,34

1995

1666

48721

29,24

2

151,41

3003

12/11

42

6738

160,43

47

257,82

1150

1899

71528

37,67

2

172,57

5000

01/12

26

3083

118,58

34,5

217,28

999

1886

87539

46,42

3

272,05

10000

02/12

26

3736

143,69

23,5

317,16

1376

2019

81720

40,48

3

179,63

4000

03/12

24

1750

72,92

31

86,56

304

1991

72962

36,65

3

133,12

2650

04/12

14

2154

153,86

87

188,17

635

2396

255521

106,64

4

296,41

5000

05/12

-

-

-

-

-

-

17

2042

120,12

3

257,77

850

06/12

36

15687

435,75

172,5

635,53

2500

2811

194143

69,07

6

177,3

3000

07/12

762

208090

273,08

133,5

592,85

11500

7614

143571

18,86

5

96,83

3747

08/12

37

6427

173,70

37

434,81

2512

2949

85277

28,92

3

137,6

4350

4. Méthodologie et résultats

4.1 Classification des sociétaires

  • 9 Les sociétaires qui sont à la fois acheteurs et vendeurs (502 répertoriés dans le tableau 5) sont c (...)

47La partie B tableau 4 montre que 23774 (3516) sociétaires achètent (vendent) des parts9. Ensemble, acheteurs et vendeurs réalisent 44301 transactions, réparties en 40724 achats et 3577 ventes.

48Le tableau 5 synthétise la distribution du nombre de transactions. Plus de 80 % des sociétaires ne réalisent qu'une seule transaction mais presque 8 % des sociétaires réalisent plus de 3 transactions et 4 % achètent ou vendent plus de 10 fois pendant l'année d'étude. Pour cette dernière catégorie, les transactions s'expliquent par l'existence de plans de souscription de parts sociales. Il s'agit d'achats mensuels automatiques de parts dans le cadre de stratégies d'investissement proposées par la banque.

49Une seconde information surprenante apparaît dans le tableau 5. Il s'agit des 502 membres qui achètent et vendent pendant la période d'étude, certains montrant une activité intense d'achats-ventes. Compte tenu des caractéristiques des parts sociales décrites en détail dans les sections précédentes, il est difficile d'interpréter ces transactions multiples.

Tableau 5 : Répartition des transactions par catégories

  • 10 Nous sommes en mesure de savoir en Août 2011 si quelqu'un est client et/ou sociétaire mais nous ne (...)

Ce tableau donne le nombre de transactions des sociétaires (26 788) dans chaque catégorie sur la période (08/2011-08/2012) ainsi que le sens des transactions (Achat, Vente ou Achat et Vente). N est le nombre de sociétaires dans une catégorie donnée10.

Nombre de transactions

Achat

Vente

Achat et vente

N

1

19 564

2 977

-

22 541

2

1 930

36

262

2 228

De 3 et 10

791

1

147

939

11

987

0

93

1 080

Total

23 272

3 014

502

26 788

50Dans les analyses économétriques présentées ci-après, les catégories de sociétaires ainsi que certaines de leurs caractéristiques sont repérées par des variables muettes. Nous utilisons une variable muette de genre ainsi qu'une variable Investisseur (en parts sociales). Un client est classé dans la catégorie Investisseur si ses achats le positionnent dans le quartile le plus élevé de la distribution des détentions de parts (50 parts) ou s'il est déjà sociétaire au moment de l'achat considéré. Il faut juste se rappeler qu’acheter une ou plusieurs parts n’augmente pas les droits de vote et le pouvoir au sein de la banque. L'intérêt de cette variable est de repérer les transactions qui ne peuvent être réalisées pour des motifs non financiers tels que ceux évoqués par l'EACB ou l'ICBA.

4.2 Etude empirique

51La première raison qui vient à l'esprit pour justifier l'achat et la vente de parts sociales est celle de l'investissement purement financier. Les clients achètent des parts parce que leur richesse augmente et ils cherchent des véhicules de diversification ; les ventes s'expliqueraient par des besoins liés à la consommation, des chocs exogènes de liquidités ou des réallocations de portefeuille. Si ces raisons conformes à la théorie financière sont valides, nous devons observer une évolution différente du portefeuille moyen des acheteurs et des vendeurs. Schématiquement, la valeur du portefeuille des acheteurs doit être en croissance alors que celle du portefeuille des vendeurs est attendue en décroissance pendant la période d'étude.

52La figure 3 illustre cette évolution des valeurs des portefeuilles pour les différentes catégories. Ces courbes sont obtenues en calculant en fin de mois, la valeur moyenne des portefeuilles des 23774 acheteurs et des 3516 vendeurs, indépendamment de la date des transactions. Plus précisément, on calcule

Image 100000000000015C00000030457C62AE.jpg

53xijt est le montant d'actif j détenu par le sociétaire i au mois t. Chaque point d'une courbe est ensuite obtenu en agrégeant les portefeuilles individuels et en divisant par le portefeuille agrégé à la date initiale, c'est-à-dire en Août 2011 (date 0).

Image 10000000000001710000004E7D2AC903.jpg

54Le portefeuille des acheteurs apparaît nettement croissant alors que le portefeuille des vendeurs est clairement décroissant. Sur l'année considérée, la valeur moyenne du portefeuille des acheteurs de parts augmente de 9,31 % alors que celle des vendeurs diminue de 12,52 %. A titre de groupe témoin, nous calculons la même statistique pour les clients non sociétaires et constatons qu'elle augmente modestement de 3,63 % (courbe moyenne sur la figure 3).

55Ces courbes accréditent l'idée selon laquelle les sociétaires achètent des parts pour des raisons financières essentiellement, même s'il est possible qu'une petite part de ces achats soit faite pour d'autres raisons. De même, l'interprétation la plus naturelle de la courbe représentative des vendeurs est celle de besoins de liquidités, même si une part de ces ventes peut être attribuée à la saisie d'opportunités d'investissement alternatives.

56Nous allons maintenant tenter d'expliquer l'évolution de la valeur des portefeuilles individuels en introduisant le taux de croissance

Image 1000000000000162000000350FDE0425.jpg

  • 11 On suppose que la transaction (achat ou vente) est réalisée pendant le mois t.

57Les résultats apparaissent sur le tableau 6. Le portefeuille médian augmente de 1 % le mois de l'achat alors qu'il baisse de 10 % en moyenne le mois de la vente11. Les quantiles de la distribution, et notamment le dixième percentile (P10), montrent que les vendeurs ne laissent pas les revenus des ventes dans la banque. Cette liquidation partielle ou totale des parts peut être utilisée pour rembourser des dettes, pour consommer ou pour réaliser un investissement immobilier. A l'inverse, lorsque des clients achètent des parts sociales, la valeur de leur portefeuille augmente de manière significative, traduisant des justifications financières pour la plupart de ces opérations.

58Pour approfondir l'interprétation des observations issues de la figure 3, nous testons la concomitance de transactions sur des parts sociales et sur d'autres produits financiers. Le tableau 7 indique le nombre de clients qui traitent simultanément des parts sociales et d'autres produits financiers. Pour mieux distinguer les motifs financiers des autres raisons d'acheter ou de vendre des parts sociales, nous séparons les différentes catégories de clients décrites à la sous-section 4.1.

Figure 3 : Evolution de valeur des portefeuilles : Acheteurs versus Vendeurs

Image 1000000000000240000000D0B17105F4.jpg

Image 10000000000001EC00000166DC7EEC7E.jpg

59Sur la période d'étude, une grande partie des transactions est initiée par les sociétaires existants. Environ 51 % des sociétaires achètent des parts pour des raisons financières. De manière plus surprenante, on constate que dans les autres sociétaires, 25 % investissent en même temps dans d'autres actifs financiers, simultanément à l'achat de parts.

60Du côté des vendeurs, la décroissance de la valeur des portefeuilles est essentiellement due aux ventes de parts (et pas à la vente simultanée d'autres actifs). Seulement 9,39 % des vendeurs de parts vendent en même temps d'autres titres. De plus il est exceptionnel (2,87 % des vendeurs) qu'une vente de parts soit accompagnée par l'achat d'un autre titre. Par conséquent, l'argument du coût d'opportunité comme explication potentielle des ventes ne semble pas pertinent sur l'échantillon considéré.

Tableau 6 : Variation de valeur des portefeuilles après transactions

Image 100000000000024200000062807686E2.jpg

Achats

Ventes

Date

N

P10

ME

P90

N

P10

ME

P90

09/11

3105

0,84

1,00

1,46

127

0,10

0,90

1,04

10/11

2715

0,80

1,01

2,01

121

0,11

0,89

1,08

11/11

2401

0,83

1,01

1,65

481

0,69

0,95

1,03

12/11

2637

0,77

1,00

1,52

98

0,07

0,88

1,11

01/12

3362

0,81

1,03

2,02

93

0,06

0,92

1,07

02/12

3340

0,81

1,01

1,87

69

0,12

0,96

1,43

03/12

3348

0,78

1,00

1,60

59

0,11

0,83

1,03

04/12

3502

0,90

1,01

1,64

56

0,03

0,88

1,11

05/12

17

0,95

1,01

1,37

06/12

4549

0,82

1,00

1,51

106

0,07

0,87

1,06

07/12

8300

0,97

1,00

1,12

2213

0,60

1,00

1,22

08/12

3448

0,89

1,00

1,22

154

0,01

0,92

1,02

Tableau 7 : Transactions simultanées de parts sociales et d’autres titres

Ce tableau illustre la proportion de clients qui achètent ou vendent des parts sociales en même temps que d’autres actifs financiers (par catégorie de client). n est le nombre de clients qui achètent ou vendent au moins un actif autre lorsqu’ils achètent ou vendent au moins une part sociale. Freq. est le pourcentage de clients dans chaque catégorie qui achètent ou vendent des actifs.


Image 10000000000002AB000000370774918B.jpg

Achats

Autres sociétaires (N: 9 593)

Investisseurs (N: 14 181)

n

Freq.

Nombre

n

Freq.

Nombre

Achats d’actifs

2 432

25,35%

3 176

1 825

12,87%

2 585

Vente d’actifs

324

3,38%

375

1 450

10,22%

1 973

Ventes

Vendeurs ( N: 3516)

n

Freq,

Nombre

Achats d’actifs

101

2,87%

113

Vente d’actifs

330

9,39%

571

4.3 L'influence de la valeur de portefeuille sur les transactions de parts sociales

61Dans cette section, nous analysons en deux étapes les données de transactions pour mesurer l'influence de la valeur de portefeuille sur la propension à acheter/vendre des parts. Tout d'abord nous procédons à des tests de comparaison de moyenne d'un certain nombre de variables pour mesurer l'hétérogénéité des catégories de clients. Dans un second temps, une analyse multivariée permet de quantifier le rôle des différentes variables dans la décision d'échanger des parts sociales.

4.3.1 Spécificités des acheteurs et des vendeurs

62Le tableau 8 présente des statistiques descriptives par sous-groupes de clients-sociétaires. Nombre d'actifs désigne le nombre moyen d'actifs financiers détenus par les clients à la fin du mois précédant une transaction de parts sociales. Les parts sociales déjà détenues ne sont pas considérées dans ce nombre pour éviter la surestimation du nombre d'actifs détenus par certaines catégories de clients. Valeur de portefeuille désigne, comme précédemment, la valeur totale du portefeuille d'un client à la date t - 1. Transactions est le nombre de parts achetées ou vendues par un client au mois t et Age est l'âge moyen des clients au moment des transactions.

Tableau 8 : Acheteurs et vendeurs : comparaison des moyennes

Ce tableau compare achats et ventes dans les différentes sous-catégories de clients (Femme-Homme, Investisseur-Autres sociétaires, etc.). Dans chaque partie du tableau, Nombre d’actifs, Valeur de portefeuille, Transactions et Age désignent respectivement le nombre moyen de titres (différents des parts sociales) détenus à la fin de la période t - 1, la valeur moyenne du portefeuille en t - 1 le nombre moyen de parts achetées ou vendues en t, ainsi que l’âge moyen des acheteurs et des vendeurs. N est le nombre de clients. Diff représente la différence des moyennes des différentes variables. Les écarts-types apparaissent entre parenthèses. ***, **, * indiquent des niveaux de significativité aux seuils de 1 %, 5 % et 10 %.

Partie A : Achats versus Ventes

Achats

(1)

(N: 23 774)

(

(N

Ventes

(2)

(N: 3 516)

Diff. (1)-(2)

Nombre d’actifs

5,80

(5,21)

5,02

(5,11)

0,78***

Valeur de portefeuille

48 254,20

(92 750,50)

33 251,10

(74 845,60)

15 003,10***

Transactions

40,05

(178,70)

170,70

(401,00)

-130,65***

Age

51,48

(18,37)

48,03

(17,14)

3,45***

Partie B: Genre

ACHATS

VENTES

Homme

(1)

(N:11 291)

Femme

(2)

(N:12 483)

Diff. (1)-(2)

Homme

(1)

(N: 1 801)

Femme

(2)

(N: 1 715)

Diff. (1)-(2)

Nombre d’actifs

5,94

(5,56)

5,67

(4,87)

0,27***

5,42

(5,86)

4,60

(4,14)

0,82***

Valeur de portefeuille

47 484,30

(99 846,20)

48 960,10

(85 725,80)

-1475,80

35 844,70

(82 243,20)

30 515,90

(66 067,90)

5 328,80**

Transactions

38,79

(185,50)

41,21

(172,30)

-2,43

178,00

(426,40)

163,00

(372,30)

15,00

Age

49,18

(17,95)

53,58

(18,50)

-4,40***

47,43

(16,58)

48,65

(17,70)

-1,22**

Partie C : Catégories de sociétaires

ACHATS

Sociétaire Investisseur (1)

(N: 14 181)

Autre Sociétaire (2)

(N: 9 593)

Diff. (1)-(2)

Nombre d’actifs

6.52

(5.67)

3.46

(2.01)

3.06***

Valeur de portefeuille

58 362.90

(101 595.00)

15 454.00

(40 228.80)

42908.90***

Transactions

51.23

(202.90)

3.52

(5.66)

47.71***

Age

53.57

(18.01)

44.68

(17.88)

8.89***

63La partie A du tableau 8 confirme que le nombre moyen de parts vendues dépasse de 130 unités le nombre moyen de parts achetées et que la valeur moyenne du portefeuille des acheteurs dépasse de 1500 € la valeur moyenne du portefeuille des vendeurs. De plus, les vendeurs sont plus jeunes et possèdent un plus petit nombre de produits financiers.

64La partie B du tableau ne met en évidence aucune différence significative entre hommes et femmes en ce qui concerne les transactions de parts sociales. De même, bien que nous observions des différences de valeurs de portefeuille selon le sexe, celles-ci ne sont pas statistiquement significatives. Enfin l'âge moyen des hommes est inférieur à celui des femmes, ce qui n'a rien de surprenant compte tenu de la différence de longévité entre hommes et femmes.

65La partie C du tableau montre que les sociétaires classés dans la catégorie Investisseurs (14181 sociétaires) sont plus riches que la moyenne des sociétaires. La différence entre Investisseurs et non investisseurs est de 42000 €. Cette différence importante est une indication nette que sociétariat et motifs financiers sont étroitement associés. De plus, les sociétaires de la catégorie Investisseurs détiennent plus de produits financiers différents et sont plus âgés que les non investisseurs.

66En résumé, le tableau 8 montre que devenir sociétaire d'une banque coopérative est motivé le plus souvent par des raisons financières. L'analyse multivariée de la sous-section suivante permet d'approfondir le lien entre les caractéristiques des clients et la propension à acheter ou vendre des parts sociales.

674.3.2 Analyse économétrique des transactions

68Pour étudier le rôle de la richesse financière (approximée par la valeur de portefeuille) dans la décision d'achat ou de vente de parts, nous utilisons le modèle suivant :

Image 1000000000000229000000450EAD70C5.jpg

69Tit est le logarithme du montant total de transactions de parts sociales (achats et ventes) réalisées par le client i au mois t. Valeur_Portefeuille it-1est la valeur du portefeuille du client i à la fin du mois précédant les transactions. Nombre d’actifsit-1est le nombre d'actifs financiers différents (hors parts sociales) détenus à la fin du mois précédant les transactions. Découvert it -1est une variable muette égale à 1 si le client i est à découvert sur son compte courant à la fin du mois précédant la transaction. Agei est l'âge du client (en années).. Couplei est une variable muette égale à 1 si le client vit en couple (mariage, PACS ou concubinage), et égale à 0 sinon. Cette variable est destinée à contrôler pour le fait que les personnes mariées manifestent moins d'aversion pour le risque que les autres, résultat apparaissant dans la littérature (Love, 2010). En conséquence, il est permis d'anticiper que cette catégorie de clients investit moins en parts sociales.

70Femmei est la variable muette donnant le genre, égale à 1 si le client est une femme et à 0 sinon. L'introduction de cette variable permet de tenir compte d'une éventuelle différence entre hommes et femmes dans le comportement de transaction. En effet, de nombreuses études montrent que les hommes réalisent un plus grand nombre de transactions que les femmes pour des raisons liées à leur tendance à l’excès de confiance. Il faut cependant rappeler qu'avec un prix constant dans le temps, les parts sociales ne sont sans doute pas le véhicule idéal pour exprimer un excès de confiance en ses propres capacités de gestionnaire de portefeuille (Barber et Odean 2001). Les hommes paraissent aussi manifester moins d'aversion pour le risque (Jianakslos et Bernasek 1998, Sundén et Surette 1998).
Enfin, les variables α0 et εit désignent respectivement la constante de régression et le terme d'erreur.

71La régression de l'équation (5) est estimée séparément pour chaque catégorie de clients définie à la section 4.1 en utilisant une régression en pool et en regroupant au niveau client puisque certains clients réalisent plusieurs transactions au sein d'un même mois.

72Le tableau 9 donne les résultats de trois régressions correspondant aux trois dernières colonnes du tableau. La dernière colonne correspond à l'ensemble des transactions alors que les deux précédentes distinguent achats et ventes.

Tableau 9 : Résultats de la régression de l’équation (5)

Ce tableau donne l’estimation des résultats de la régression OLS en pool (avec clusterisation au niveau du client) définie comme suit :

Image 10000000000002440000004439573DB6.jpg

***, **, * indiquent des niveaux de significativité aux seuils de 1 %, 5 % et 10 %. Les erreurs standards sont entre parenthèses. N, Obs., R2 désignent le nombre de clients, le nombre de transactions ainsi que le coefficient de détermination ajusté de la régression.

Achats

Ventes

Ensemble

Constante

1,5945***

(0,0506)

0,7695***

(0,0889)

1,7538***

(0,0485)

Valeur de Portefeuille

0,2548***

(0,0058)

0,6795***

(0,0123)

0,2675***

(0,0055)

Nombre d’actifs

0,0343***

(0,0027)

-0,0574***

(0,0096)

0,0279***

(0,0026)

Découvert

-0,3294***

(0,0304)

0,1861***

(0,0600)

-0,3503***

(0,0316)

Age

0,0091***

(0,0007)

0,0033**

(0,0016)

0,0079***

(0,0007)

Couple

-0,0960***

(0,0250)

-0,1110**

(0,0545)

-0,0829***

(0,0256)

Femme

-0,0178

(0,0234)

0,0418

(0,0513)

-0,0371

(0,0242)

N

23 774

3516

26788

Obs.

40 724

3 577

44 301

R2

0,2320

0,5461

0,2067

Tableau 10 : Résultats de la régression par sous-catégories

Ce tableau donne les résultats de l’estimation (OLS en pool avec clusterisation au niveau du client) de la régression ci-après

Image 10000000000002A20000003BC6351D18.jpg

La variable dépendante est le logarithme du nombre total de parts achetées ou vendues par le client i à la date t ***, **, * indiquent des niveaux de significativité aux seuils de 1 %, 5 % et 10 %. Les erreurs standards sont entre parenthèses. N, Obs., R2 désignent le nombre de clients, le nombre de transactions ainsi que le coefficient de détermination ajusté de la régression.

Genre

Achats

Femmes

Achats

Hommes

Achats

Femmes

Ventes

Hommes

Ventes

Autres

Sociétaires

Investisseurs

Constante

1,4710***

(0,0703)

1,6995***

(0,0706)

0,6843***

(0,1158)

0,8937***

(0,1293)

2,8547***

(0,0361)

0,3627***

(0,1164)

Valeur

portefeuille

0,2577***

(0,0085)

0,2507***

(0,0080)

0,6841***

(0,0152)

0,6771***

(0,0178)

0,0785***

(0,0041)

0,4181***

(0,0130)

Nombre de

titres

0,0377***

(0,0038)

0,0317***

(0,0036)

-0,0673***

(0,0119)

-0,0529***

(0,0120)

0,0465***

(0,0063)

0,0019

(0,0031)

Découvert

-0,2677***

(0,0431)

-0,3918***

(0,0429)

0,2746 ***

(0,0788)

0,1059

(0,0908)

-0,0261

(0,0240)

-0,3780***

(0,0423)

Age

0,0096***

(0,0010)

0,0086***

(0,0012)

0,0054**

(0,0022)

0,0011

(0,0025)

0,0002

(0,0006)

0,0077***

(0,0010)

En couple

-0,0647*

(0,0343)

-0,1233***

(0,0367)

-0,0776

(0,0731)

-0,1287

(0,0841)

0,0923***

(0,0200)

-0,1099***

(0,0326)

Femme

-

-

-

-

-0,0518***

(0,0187)

-0,0145

(0,0309)

N

12 483

11 291

1 715

1 801

9 593

14 181

Obs.

21 244

19 480

1 741

1 836

9 594

31 130

R2

0,2278

0,2371

0,5632

0,5309

0,0888

0,2311

73Quelle que soit l'analyse considérée, on observe une relation positive très significative entre le volume échangé et la valeur du portefeuille à la fin du mois précédant la transaction. Cette observation confirme qu'une grande partie des transactions de parts sociales est réalisée pour des motifs financiers. De plus, le nombre d'actifs financiers détenus influe aussi positivement sur le volume de parts échangé, ce qui laisse penser que les parts sociales sont un véhicule de diversification dans des actifs peu risqués. On peut aussi ajouter que l'argument de diversification est probablement utilisé par les conseillers financiers de la banque pour vendre des parts sociales et ainsi renforcer les capitaux propres de l'établissement.

74On constate par ailleurs que l'âge a une influence positive sur les transactions, ce qui est cohérent avec les remarques précédentes montrant la motivation essentiellement financière des transactions. Les coefficients de la variable de découvert sont statistiquement significatifs et possèdent le signe attendu. Etre à découvert incite à la vente mais empêche d'acheter ; le résultat est donc conforme à l'intuition.

75Enfin, la variable muette caractérisant les clients vivant en couple a un coefficient négatif et significatif, même si la significativité est moindre du côté des ventes. Ce résultat, même s'il mériterait confirmation dans le cadre d'une analyse plus fine du lien entre le statut marital et l'aversion au risque, va dans le même sens que celui obtenu par Love (2010). Le genre du client n'est quant à lui pas significatif dans le modèle.

76Pour affiner les résultats, nous procédons à des analyses par sous-catégories de clients. Les résultats sont reportés au tableau 10 en distinguant selon le genre et selon le type de sociétaire (défini comme investisseur ou non). Du côté des achats il n'y a pas de différence nette entre hommes et femmes, aussi bien au niveau du signe des coefficients que de leur ordre de grandeur ou de leur significativité. En ce qui concerne les ventes, nous observons une différence nette dans le lien avec la variable Découvert. Les ventes de parts par les femmes sont en moyenne plus importantes en cas de découvert. Le problème de ce constat est qu'il peut y avoir deux interprétations très différentes. Soit les femmes supportent moins bien le découvert d'un point de vue psychologique, soit elles sont au contraire plus souvent à découvert et en quelque sorte "forcées" de vendre des parts sociales.

77Pour la comparaison entre sociétaires investisseurs et non investisseurs, nous observons un lien significatif entre transactions et valeur de portefeuille pour les deux catégories avec toutefois une relation statistiquement plus marquée pour les investisseurs. En revanche, le lien entre diversification du portefeuille et achat/vente de parts ne se manifeste pas pour les sociétaires investisseurs. Ce résultat n'est pas surprenant puisque la définition du sociétaire investisseur suppose implicitement un portefeuille de valeur importante (en termes relatifs), soit déjà relativement diversifié, soit concentré sur des actifs très peu risqués (voir partie C du tableau). Par conséquent, la concomitance d'achat/vente de parts avec celle d'autres actifs est faible lorsqu'on la compare à celle des autres sociétaires. Ce résultat est cohérent avec le haut du tableau 7 qui montrait que 25,35 % des non investisseurs achètent des actifs financiers en même temps que des parts sociales, alors qu'ils ne sont que 12,87 % chez les sociétaires investisseurs.

4.3.3 Les déterminants de la propension à acheter ou vendre des parts sociales

78Dans la section précédente, la variable dépendante des régressions était la quantité de parts échangées (ou de manière équivalente la valeur des parts). Nous cherchons maintenant à caractériser la propension à échanger des parts par l'intermédiaire de régressions logistiques où, à un mois donné, la variable dépendante (notée Bi) prend la valeur 1 si une transaction est réalisée et la valeur 0 sinon. Le modèle s'écrit :

Image 10000000000003920000006A73EE62E9.jpg

79Nous introduisons dans ce modèle une variable notée SILFAi qui est définie par le poids des actifs cotés (obligations, actions, fonds mutuels), en pourcentage de la valeur du portefeuille. Cette variable est un proxy destiné à mesurer l'inclination des clients vers les actifs financiers traités sur des marchés financiers. MFMi est une variable muette prenant la valeur 1 si un ou plusieurs autres membres de la famille sont sociétaires.

80Les résultats des estimations sont donnés dans le tableau 11. Les achats sont expliqués par la valeur du portefeuille clients, ce qui confirme qu'une grande partie des achats de parts sociales repose sur des motifs d'investissement. La relation entre la valeur du portefeuille client et la probabilité d'achat de parts est aussi le signe de la volonté des banques coopératives d'accroître leur capital par la vente de parts sociales aux clients dont la capacité d'épargne est suffisante pour en consacrer une part à ce véhicule d'investissement peu risqué.

81Contrairement à l'analyse précédente où l'âge avait un effet sur la quantité achetée, nous n'observons pas de lien entre l'âge et la probabilité d'achat. En revanche il existe une relation significative entre la détention d'actifs cotés comme les actions ou les obligations et la détention de parts sociales. Ce résultat n'est pas surprenant à la lumière de la théorie financière classique puisque les parts sociales constituent un véhicule de diversification des risques. De même, cette observation est compatible avec l'hypothèse d'aversion au risque des clients. Du point de vue de la "contagion" du sociétariat, il apparaît que la probabilité de devenir sociétaire est plus forte quand un membre de la famille l'est déjà. Il est assez intuitif que les relations intergénérationnelles peuvent être à l'origine de cette constatation. Si les enfants sont clients de la même banque que leurs parents, il est sans doute plus facile pour un conseiller de vendre des parts sociales aux enfants. Ce phénomène est d'ailleurs illustré par le fait que 7 % des sociétaires de l'échantillon de départ sont âgés de moins de 18 ans.

82Le fait de vivre en couple réduit la probabilité d'achat de parts, résultat cohérent avec ceux obtenus dans la littérature consacrée aux investisseurs individuels, en particulier à leur comportement face au risque. Par exemple, Love (2010) montre que les investisseurs mariés manifestent moins d'aversion au risque que ceux qui sont célibataires. Ce résultat est vrai aussi bien pour les hommes que pour les femmes. D'autres études mettent en évidence que la participation aux marchés financiers est plus importante chez les individus vivant en couple que chez les célibataires (Bertaut 1998, Agnew et al. 2003, Christiansen et al. 2010). Comme les parts sociales des banques coopératives sont moins risquées que les actions, les épargnants vivant en couple ont une propension moindre à en détenir puisqu'ils préfèrent des actifs plus risqués, comme les contrats d'assurance-vie, les obligations du secteur privé ou les actions. Cette interprétation nécessiterait toutefois une analyse plus approfondie. Enfin, le genre n'influe pas significativement sur la probabilité d'achat, bien que certaines études comme Sundem et Surette (1998), Jianakoplos et Bernasek (1998), Barber et Odean (2001), et Agnew et al. (2003), trouvent que le genre influe sur l'attitude face au risque et les choix de portefeuille.

83Du côté des ventes, la régression de l'équation (5) suggère qu'il y a une relation négative entre la propension à vendre et la valeur du portefeuille. Ce résultat peut s'interpréter par le fait que les ventes répondent souvent à des besoins de liquidités, plus qu'à des nécessités de réajustement des portefeuilles (dont les valeurs sont en général assez faibles comme nous l'avons montré dans les statistiques descriptives). L'âge des sociétaires influe négativement sur la probabilité de vendre, ce qui ne surprend pas puisque les clients des tranches d'âge intermédiaires (28-40 ans) sont moins aisés et détiennent moins de titres risqués que les clients plus âgés. De plus, c'est dans cette catégorie d'âge intermédiaire qu'on trouve le plus de clients en situation de découvert, ce qui peut expliquer la propension à vendre face aux besoins de liquidité. Il faut néanmoins mentionner que les ventes peuvent aussi être une conséquence de la rupture des relations entre un client et son conseiller ou sa banque. La détention d'actifs risqués influe positivement sur la probabilité de vendre des parts sociales mais le coefficient n'est pas statistiquement significatif. Une relation positive existait aussi du côté des achats ; par conséquent nous observons sans doute ici une conséquence de l'activité d'achat/vente plus importante quand le portefeuille a une plus grande valeur et qu'il est plus diversifié.

Tableau 11 : Propension à l’achat de parts sociales : régression logistique

Ce tableau donne les résultats de la régression logistique suivante :

Image 10000000000002A5000000200EB5581E.jpg

La variable dépendante est binaire, prenant la valeur 1 si le client est acheteur(vendeur) net de parts sociales Valeur Portefeuille est le logarithme de la valeur du portefeuille, Age désigne l’âge du client i à la fin du mois précédant celui de la transaction, Couple est une variable muette égale à 1 si le client vit en couple, et à 0 sinon. SILFA est le poids en pourcentage des actifs cotés (actions-obligations-fonds mutuels) dans la valeur du portefeuille. MFM est une variable muette prenant la valeur 1 si le client a un membre de sa famille qui est déjà sociétaire. Enfin, Femme vaut 1 si le client est une femme et 0 sinon. ***, **, * indiquent des niveaux de significativité aux seuils de 1 %, 5 % et 10 %. Les erreurs standards sont entre parenthèses. N et Obs., désignent le nombre de clients et le nombre de transactions.

Achats

(1)

Sales

(2)

Valeur de Portefeuille

0,2052***

(0,0039)

-0,0380***

(0,0084)

Age

0,0001

(0,0004)

-0,0089***

(0,0011)

SILFA

0,6558***

(0,0434)

0,2035*

(0,1225)

MFM

1,2938***

(0,0176)

-0,2351***

(0,0439)

Couple

-0,4422***

(0,0166)

0,1961***

(0,0415)

Femme

-0,0317**

(0,0141)

-0,1103***

(0,0345)

Constante

-4,1633***

(0,0360)

-2,6425***

(0,0739)

Obs.

246 120

112 440

N

23 774

3 516

Ratio vraisemblance

10 396,7349

180,7461

84Les relations de long terme entre le sociétaire et la banque sont illustrées par la propension réduite à vendre chez les sociétaires qui ont au moins un membre de leur famille lui-même sociétaire.

85La vente de parts sociales est en revanche plus probable pour les sociétaires vivant en couple, ce qui conforte l'interprétation faite pour les achats. De même les hommes ont une probabilité de vente plus forte, ce qui peut s'expliquer par le fait que leur portefeuille moyen a une valeur plus faible et qu'ils sont plus souvent à découvert.

5. Conclusion

86Notre étude montre que les parts sociales sont essentiellement utilisées comme des instruments financiers. Même s'il n'est pas possible de dire que des raisons éthiques ou sociétales sont totalement absentes des motivations des sociétaires, nos résultats montrent que ces motifs sont très marginaux. Nous avons analysé plus de 40000 (3000) achats (ventes) sur la période d'étude et un lien positif très fort apparait entre la valeur de portefeuille et le nombre de parts sociales achetées. Ce lien est confirmé lorsque la variable à expliquer est la probabilité d'achat. Par conséquent, les parts sociales sont considérées par la majorité des acheteurs comme un véhicule d'investissement comme les autres. Nos résultats montrent aussi que certaines quantités de parts détenues sont difficilement explicables, autrement que par les incitations des conseillers financiers à vendre des parts sociales aux clients. En particulier, la médiane du nombre de parts détenues est faible, et un certain nombre de nouveaux clients achètent quelques parts dans les mois qui suivent l'ouverture de leur compte sans que ces achats soient accompagnés d'investissements dans d'autres titres. Cependant, parmi les clients qui n'appartiennent pas à la catégorie Investisseurs, 25 % achètent des parts sociales en même temps que d'autres actifs.

87Nos principaux résultats sont difficilement réconciliables avec des motivations non financières ; une partie de ces résultats est probablement liée aux incitations des banques coopératives à augmenter leurs capitaux propres suite au renforcement de la réglementation après 2008. En conséquence, les banques coopératives se voient dans l'obligation de se comporter comme les autres banques en termes de capitaux propres, conduisant à traiter les parts sociales comme des actifs financiers qui renforcent ces capitaux propres.

88Ces constatations conduisent à se demander s'il existe bien un sociétariat significatif (non financier) dans les banques coopératives. Comme nous l'avons mentionné, plusieurs études montrent que les taux de participation aux assemblées générales sont très faibles, alors que c'est le moment de l'année où les sociétaires ont l'opportunité de participer au processus démocratique (Caire et Nivoix 2012). Ces statistiques semblent montrer que l'interprétation du sociétariat comme la volonté de participer à une communauté traduit les motivations d'une proportion infime de sociétaires. Une extension de notre étude consisterait donc à évaluer dans quelle mesure les clients des banques coopératives sont conscients des spécificités (prétendues ou réelles) de ces établissements.

89Une telle étude pourrait conduire à des recommandations concrètes sur le développement d'incitations à participer au processus démocratique censé régir la gouvernance d'une banque coopérative.

90Les résultats obtenus jusqu'à présent montrent que les principes mis en avant par l'ICBA et l'EACB sont essentiellement théoriques. Nous montrons qu’un client devient sociétaire pour les raisons essentielles suivantes : 1) acheter des titres financiers peu risqués, considérés comme des véhicules d'investissement standards, 2) être convaincu par un conseiller de la banque que la part sociale est un investissement financier digne d'intérêt, et 3) acheter des parts sociales dans un processus plus global de construction d'un portefeuille diversifié.

Haut de page

Bibliographie

Agnew J., Balduzzi P. et Sundén A. 2003. Portfolio Choice and Trading in a Large 401(k) Plan. American Economic Review vol. 93, p. 193-215.

Ayadi R., Llewellyn D., Schmidt R.H., Arbak E. et de Groen W.P. 2010. Investigating Diversity in the Banking Sector in Europe: Key Developments, Performance and Role of Cooperative Banks. Centre for European Policy Studies, Brussels.

Barber B.M. et Odean T. 2001. Boys will be Boys: Gender, Overconfidence, and Common Stock Investment. Quarterly Journal of Economics vol. 116, p. 261-292.

Bertaut C.C. 1998. Stockholding Behavior of U.S. Households: Evidence from the 1983-1989 Survey of Consumer Finances. Review of Economics and Statistics vol. 80, n° 2, p. 263-75.

Birchall, J. 2013. Resilience in a downturn: The power of Financial Cooperatives. International Labour Organisation. http://www.ilo.org/empent/Publications/WCMS_207768/lang--en/index.htm.

Borgen S.O. 2004. Rethinking Incentive Problems in Cooperative Organizations. Journal of Socio-Economics vol. 33, p. 383-393.

Caire G. et Nivoix S. 2010. Evidence of Democracy among associates: the Case of Local General Assemblies of French Cooperative Banks. World Congress IFSAM 2010.

Caire, G et Nivoix, S. 2012. La Démocratie Sociétariale « vue d’en bas ». Observations sur des Assemblées Générales Locales de Banques Coopératives. Revue Française de Gestion, vol. 220, n° 1, p. 17-30.

Campbell J.Y., 2006. Household finance. Journal of Finance vol. 61, p. 1553-1604.

Christiansen C., Schröter Joensen J. et Rangvid J. 2010. The Effects of Marriage and Divorce on Financial Investments: Learning to Love or Hate Risk? CREATES Research Papers 2010-57, School of Economics and Management, University of Aarhus.

Cuevas C. et Fischer K. 2006. Cooperative Financial Institutions: Issues in Governance, Regulation, and Supervision. World Bank Working Paper No. 82, Washington: World Bank.

EACB (European Association of Co-operative Banks), 2007: 60 Million Members in Co-operative Banks what does it mean?, Bruxelles. http://www.eacb.coop/en/publications_detail.html.

Fonteyne W. 2007. Cooperative Banks in Europe – Policy issues. IMF Working Paper. G20 (2009a), Global Plan for Recovery and Reform, Communiqué, London, 2 April 2009.

Groeneveld H. 2011. The Value of European Cooperative Banks for the Future Financial System. Working paper. http://www.helsinki.fi/ruralia/ica2011/presentations/Groeneveld.pdf

Hansman H. 1996. The Ownership of Enterprise. The Belknap Press of Harvard University Press.

Iliopoulos C. et Cook M.L. 1999. The Efficiency of Internal Resource Allocation Decisions in Customer-owned Firms. Paper presented at the 3rd Annual Conference of International Society for New Institutional Economics, Washington DC.

Jianakoplos N.A. et Bernasek, A. 1998. Are Women More Risk Averse? Economic Inquiry vol. 36, p. 620-630.

Love D.A. 2010. The Effects of Marital Status and Children on Savings and Portfolio Choice. Review of Financial Studies, vol. 23, n° 1, p. 385-432.

McKillop, D, McCarthy, O, Ward, M, Briscoe, R, et Ferguson, C. 2002: Women in the Irish Credit Union movement: North and South. Oak Tree, Cork.

Rasmussen, E. 1988: Mutual Banks and Stock Banks. Journal of Law and Economics 31(2):395-421.

Spear R. 2004: Governance in democratic Member-Based Organisations. Annals of Public and Cooperative Economics 75(1):33-59.

Sundén, A. E et Surette, B. J. 1998: Gender differences in the Allocation of Assets in Retirements Savings Plans. American Economic Review 88:207-211.

Haut de page

Notes

1 Voir « Promoting a European framework for Corporate Social Responsability », Doc 01/9, Commission of the European Communities, où la responsabilité sociale des entreprises est définie par : “Corporate social responsibility is essentially a concept whereby companies decide voluntarily to contribute to a better society and a cleaner environment. At a time when the European Union endeavours to identify its common values by adopting a Charter of Fundamental Rights, an increasing number of European companies recognise their social responsibility more and more clearly and consider it as part of their identity. This responsibility is expressed towards employees and more generally towards all the stakeholders affected by business and which in turn can influence its success.”

2 Pour des raisons évidentes, toutes ces données sont rendues anonymes.

3 Taux Moyen de rendement des Obligations de sociétés privées

4 La règle précise sur ce point varie d'une banque coopérative à une autre.

5 http://www.bundesbank.de

6 Âge de la majorité en France. Il est courant que les banques ouvrent un compte alimenté de quelques dizaines d'euros aux nouveau-nés dont les parents sont clients de la banque.

7 Ce cas de figure survient lorsque la banque se voit retourner un courrier adressé au client à l'adresse qu'il avait initialement fournie. C'est le fameux retour NPAI (n'habite pas à l'adresse indiquée).

8 Comme le mentionne Campbell (2006), ce défaut est commun à toutes les études de ce type.

9 Les sociétaires qui sont à la fois acheteurs et vendeurs (502 répertoriés dans le tableau 5) sont comptés du côté des acheteurs mais aussi du côté des vendeurs.

10 Nous sommes en mesure de savoir en Août 2011 si quelqu'un est client et/ou sociétaire mais nous ne savons pas en revanche depuis combien de temps.

11 On suppose que la transaction (achat ou vente) est réalisée pendant le mois t.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Egarius et Patrick Roger, « Sociétaire d’une banque coopérative : décision financière ou décision éthique ? », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 19-4 | 2016, mis en ligne le 26 janvier 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://fcs.revues.org/1875 ; DOI : 10.4000/fcs.1875

Haut de page

Auteurs

Damien Egarius

LaRGE Research Center, EM Strasbourg Business School, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Patrick Roger

LaRGE Research Center, EM Strasbourg Business School, Université de Strasbourg.
Adresse : EM Strasbourg Business School, 61 avenue de la forêt noire, 67000 Strasbourg,
email : proger@unistra.fr, page web
https://sites.google.com/site/strasproger/home.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page